Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2021 5 22 /01 /janvier /2021 08:00

Se rangeant derrière l'avis du haut conseil de santé publique, le croque-mort en second (Olivier Véran, ministre de la santé) a donc confirmé les recommandations du Haut conseil de santé concernant l'utilisation des masques en tissu, jugés désormais insuffisamment filtrants face à l'apparition de nouveaux virus mutants (mon logiciel ne connaît pas le mot "variant"), plus contagieux.

Changement de cap en France. Je me souviens encore de ces appels à voltaires où on voyait des centaines de coutières admirables, qui œuvraient pour confectionner des masques alternatifs pour leur prochain. Ces masques fabriqués de façon artisanale par les couturières bénévoles, visaient à protéger la population, en complément des indispensables gestes barrières. On nous expliquait qu'ils répondaient aux normes AFNOR et aujourd'hui on nous dit qu'ils sont bons à jeter aux orties. Ne faudrait-il pas d'abord réprimer un peu plus toutes ces nombreuses personnes qui se baladent sans masque dans l'espace public, parkings, ascenseurs, superettes de quartier, etc. ?

A lieu de ça, l'exécutif n'exclut plus la piste d'un 3ème confinement, et s'est rangé derrière le haut conseil de santé publique. Il faut désormais porter, à partir de samedi (le virus est au courant de la date) soit un masque chirurgical, soit un masque en tissu à la norme NS1, par décret qui sera officialisé ce jour.

Cette décision s'inscrit alors que ces dernières semaines, plusieurs mutants du Covid-19 ont fait leur apparition dans le monde. Alors quoi ? A l'instar des gants de moto homologués ou non, les flics vont-ils venir tirer sur notre masque pour vérifier que l'étiquette est la bonne ? De qui se moque-t-on ?

De nous, sans nul doute, avec notamment cette photo de François Bayrou, sans masque, dans une salle de l'aéroport d'Orly. Il est vrai que le haut commissaire au plan (je n'ai toujours pas compris) et maire de Pau est un adepte du "faites de ce que je dis, ne faites pas ce que je fais". Interrogé sur cet incivisme flagrant, François Bayrou reconnaît avoir oublié de mettre son masque, mercredi matin, avant d'embarquer. Il répète à l'envi son excuse bateau : "j’étais à plusieurs mètres des autres passagers, c'est un oubli". Le maire de Pau va jusqu'à préciser sur les réseaux qu'il venait de traverser des heures pénibles après la perte de son bras droit, Marielle de Sarnez. Je ne vois pas bien le rapport. Plus gênant, la femme qui a pris la photo à son insu serait ensuite allée, avec d'autres personnes, lui demander de se masquer, ce qui n'aurait été suivi d'aucun effet.

Désormais, seuls trois types de masques devront donc être portés dans l'espace public, même s'il sera difficile de s'assurer en pratique du respect de cette consigne. Il circule en effet des nombreuses copies chinoises pas chères de masques chirurgicaux (avec une face bleue et une face blanche), difficile de séparer le bon grain de l'ivraie et de reconnaître les FFP2 (les plus protecteurs) et les masques en tissu industriels de catégorie 1.

Dans ses recommandations, le HCSP préconise également d'augmenter la distance de sécurité nécessaire pour être considéré cas contact par l'assurance maladie, en cas de non-port du masque : elle passerait de 1 à 2 mètres.

Là encore, quand on voit les galeries marchandes, les files d'attente à la caisse du supermarché et les transports en commun, et les manifestations irresponsables des antimasques, de qui se moque-t-on ? Heureusement, jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2020 2 15 /12 /décembre /2020 08:00

Fin du confinement et passage au couvre-feu : qu'est ce qui change ?

Le confinement est levé ce jour, mais un couvre-feu est instauré de 20h00 à 06h00 du matin et les motifs de déplacements dérogatoires sont quelque peu modifiés.

Auparavant, je remercie mes suiveurs et suiveuses de leur fidélité, tant sur Overblog que sur Facebook. Le confinement étant levé, je reprends un rythme normal qui ne sera plus journalier. Je m'astreins à faire un billet quotidien, chaque jour du confinement, mais hors celui-ci, mon rythme de publication est un peu assoupli. Allons-y donc pour ce dernier billet du second confinement…

Bonne nouvelle : les infantilisantes attestations de sortie en journée ne sont plus d'actualité. Elles sont remplacées par une non moins infantilisante "attestation de sortie dérogatoire pendant le couvre-feu", avec des motifs plus restrictifs et une consigne de sévérité lancée par le ministre de l'Intérieur. Chacun devra rester chez soi, sauf exception.

La plupart des motifs vont rester semblables, mais pas tous, et ces nouvelles attestations seront mises en place, comprenant les motifs suivants :

- Déplacements entre le domicile et le lieu d'exercice de l'activité professionnel ou le lieu d'enseignement et de formation.

- Déplacements pour des consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés ou pour l'achat de produits de santé.

- Déplacements pour motif familial impérieux, pour l'assistance aux personnes vulnérables ou précaires ou pour la garde d'enfants.

- Déplacements des personnes en situation de handicap et de leur accompagnant.

- Déplacement pour participer à des missions d'intérêt général (associations, maraudes...)

- Déplacements brefs, dans un rayon d'un kilomètre autour du domicile pour les besoins des animaux de compagnies.

Une dérogation au couvre-feu aura lieu, comme vous le savez, la nuit de noël, mais pas celle de la Saint-Sylvestre, où il ne faudra pas circuler sans attestation. Les motifs qui ne sont plus dans la nouvelle attestation sont ceux réservés aux achats, aux lieux de culte et les déplacements en plein air (Juju sera contente).

En revanche, la promenade pour les animaux de compagnie restera autorisée, mais dans un périmètre limité. Pas question d'aller faire faire pipi à Médor à perpette… Le motif des déplacements pour chercher les enfants à l’école et à l’occasion de leurs activités périscolaires, disparaît, ces établissements étant évidemment fermés entre 20 h et 6 heures du matin.

Comme pour les anciennes attestations, des sanctions sont encourues :

- Premier PV : une amende de 135 €, majorée à 375 € en cas de non-paiement ou de non-contestation dans le délai indiqué sur l'avis de contravention.

- En cas de récidive dans les 15 jours : une amende de 200 €, majorée à 450 € en cas de non-paiement ou de non-contestation dans le délai indiqué sur l'avis de contravention.

- Après 3 infractions en 30 jours : une amende de 3 750 € passible de 6 mois d'emprisonnement.

Voila chers aminautes lecteurs et lectrices, vous savez tout sur la nouvelle attestation. Vous pouvez vous déconfiner puisque jusqu'ici tout va bien. A très bientôt pour de nouvelles aventures, non confinées…

 

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 08:00

Dépistage de masse, un passage obligé avant noël ?

Avant toute chose, demain le déconfinement progressif commence. Nous n'aurons plus besoin d'attestation et ce sera le dernier billet journalier de ce 2ème confinement. Rassurez-vous, vous pourrez continuer à me lire, mais je vais juste ralentir un peu le rythme de publication de mes élucubrations, car mon billet ne sera plus quotidien… pour l'instant.

Le Havre (75) et Charleville-Mézières (08), ces deux métropoles démarrent aujourd'hui une campagne de dépistage de masse au virus. Au Havre, ce sont plus de 50 sites qui seront ouverts dans les pharmacies, laboratoires et cabinets médicaux, ainsi que 20 centres conçus pour accueillir plusieurs centaines de personnes par jour.

Sur la base du volontariat, les habitants de ces deux villes pourront subir des tests (antigénique ou PCR). Le but affiché est d'isoler les cas positifs, mais cela exige des moyens logistiques très importants et l'efficacité de la démarche n'est pas prouvée. Au Havre, cela durera 5 jours. On proposera aux 270.000 habitants des 54 communes de la communauté du Havre, de venir se faire tester, sans rendez-vous et gratuitement, avec un résultat dans la demi-heure. 250 élèves infirmiers, pharmaciens, médecins et bénévoles ont été mobilisés.

Pour Charleville-Mézières-Sedan (08) et agglomération, ce sont 58 communes et 122.000 habitants qui seront concernés et testés par une centaine de personnes.

Et si on est testé positif, que se passe-t-il ? Dans ce cas de figure, les personnes testées positives pourront, si elles le souhaitent, être isolées pendant 7 jours à l'hôtel ou se confineront chez elles, si cela est possible.

Les prévisions tablent sur 15 à 20% de la population touchée par ces tests, pour identifier les gens, les isoler et leur permettre de le faire. Rien que dans les Ardennes, cela devrait coûter environ 100 000 euros. Le conseil scientifique lui-même, le 17 novembre dernier, a déclaré que le bénéfice d’une opération d’une telle envergure n’est pas encore établi et que les projections poussent à la prudence.

Suffisamment d'habitants se porteront-ils volontaires? 15 à 20% de la population, c'est peu et cela ne permettra pas d'obtenir une image en temps réel du virus. Certains passeront entre les mailles du filet, d'autres seront "faux négatifs" et d’autres encore seront en période d'incubation. Alors quid de la stratégie du "tester-alerter-protéger"?

Au Havre, la campagne reposera sur les tests antigéniques (1), avec un résultat dans la demi-heure, tandis qu'à Charleville-Mézières-Sedan, les tests seront PCR (2) ou antigéniques. Les tests seront sur la base du volontariat, car il n'y a pas d'obligation de se faire tester en France. La démarche devrait être juste encouragée, au moins pour découvrir des cas asymptomatiques car l'exécutif reconnaît que le seul respect des protocoles sanitaires ne suffira pas à casser la propagation de l’épidémie, et que la troisième vague attendue, risque d'être fort redoutable.

  1. Antigéniques : Ce sont des tests rapides, par prélèvement, avec écouvillon, qui recherchent la présence des protéines du virus. Le résultat est donné en 30 mn mais ne peuvent pas se substituer au dépistage de laboratoire. Ils passent à côté des infections débutantes. Ce test s'intéresse aux protéines de structure du virus, il est simple et très rapide car ne nécessitant pas de laboratoire.
  2. PCR : C'est un test de laboratoire mettant en évidence le matériel génétique du virus dans un échantillon. Elle nécessite un prélèvement dans le nasopharynx, en arrière des conduits narinaires. On le pratique dans les structures d’hébergement collectif (EHPAD, établissements médico-sociaux, résidences universitaires) et ne présente jamais de "faux positif". C'est le plus fiable. Les résultats sont donnés en 48 heures.

 

Les personnes testées "négatif" ne seront pas pour autant immunisées, ce serait une erreur de croire au "totem d'immunité". Tout au plus ces tests pourraient préserver l'immunité durant quelques jours, avant de retrouver ceux qu'on aime pour noël. Pour autant, peut-on dire que jusqu'ici, tout va bien ?

 

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2020 7 13 /12 /décembre /2020 09:00

Qu'en est-il des restrictions autour de nous ?

1 - En Belgique, ça rigole pas : Les policiers pourront se présenter au domicile des Belges, voire y entrer avec le consentement du propriétaire, pour vérifier que le nombre des convives respecte la norme fixée. Le couvre-feu demeure et la "bulle sociale" reste limitée à une personne invitée par foyer, deux pour les personnes isolées (sauf jardin, mais avec une seule personne à la fois en intérieur, y compris pour aller aux toilettes). Les convives pourront être "invités" à présenter leurs papiers sur le pas de la porte, et la police relèvera les immatriculations des voitures garées devant le domicile. Pour les français, le test PCR est obligatoire et ceux qui arrivent d'une zone rouge doivent remplir un formulaire en ligne, puis se faire dépister et s'isoler à leur arrivée.

2 - En Espagne, 10 convives, couvre-feu et état d'urgence sanitaire : Du 23 décembre au 6 janvier, la mobilité sera réduite aux communautés autonomes desquelles il ne sera possible ni d'entrer ni de sortir (sauf raisons professionnelles, soins aux personnes, et déplacement vers la résidence habituelle d'un proche). Les réunions familiales sont limitées à 10 personnes, sauf pour les familles plus importantes et résidant habituellement ensemble. Le couvre-feu sera maintenu, chaque communauté autonome étant libre d'en fixer les horaires. Soumis à des restrictions d'affluence, les restaurants et les bars sont ouverts en Catalogne, mais dans toute la péninsule, le port du masque est obligatoire dans les transports et espaces publics. Pour se rendre en Espagne un formulaire est à compléter et signer, avant de recevoir un QR code personnel associé au voyage, à conserver sur sont téléphone ou à imprimer.

3 - En Allemagne, mesures drastiques : Les restaurants, bars, théâtres, cinémas, musées et équipements sportifs seront fermés, ainsi, à partir du 15 décembre, que les magasins non alimentaires, les écoles et les garderies, et ce jusqu’au 10 janvier au moins. Les contacts sociaux sont limités à maxi 5 adultes de 2 foyers différents, sauf pour Noël où la limite sera de 10 adultes. En Saxe, le couvre-feu sera mis en place entre 22h00 et 6h00, et dans le Bade-Wurtemberg, les sorties du domicile ne sont plus autorisées que pour des raisons impératives (se rendre au travail, faire ses courses ou rendez-vous médical). La population est encouragée à rester chez elle pour les fêtes et à limiter au maximum le nombre de contacts.

4 - En Italie, couvre-feu général : Il est instauré de 22h00 à 05h00 et les lycées sont passés à l'enseignement à distance. Les musées sont fermés, et les centres commerciaux le sont aussi durant le week-end. Les voyageurs en provenance des pays hors UE (du 21 décembre au 6 janvier) sont soumis à une quatorzaine sur place, même avec un test négatif, tandis que les déplacements entre régions seront interdits. Il est obligatoire de porter un masque dans les lieux publics et pour 4 régions d'Italie : Sardaigne, Sicile, Pouilles et Calabre : il est nécessaire de remplir un formulaire en ligne sur le site de la région, 48 heures avant le départ.

5 – Au Royaume-Uni, les commerces non essentiels pourront rouvrir, la consigne de rester chez soi sera levée, mais le télétravail reste recommandé. Dans les zones placées en alerte rouge, les pubs et restaurants resteront fermés, sauf pour la vente à emporter ou les livraisons. Il reste interdit de rencontrer des personnes n'appartenant pas à son foyer, à l'intérieur comme à l'extérieur, sauf exceptions comme dans les parcs.

6 - Les Pays-Bas imposent une quarantaine : Le gouvernement néerlandais déconseille de se rendre à l'étranger et impose une quarantaine de 10 jours aux voyageurs provenant de France. Les passagers se rendant aux Pays-Bas par voie aérienne doivent remplir un formulaire avant l'embarquement.

7 – Portugal, un couvre-feu en journée : L'état d'urgence sanitaire est prolongé, avec des mesures strictes : les rassemblements restent limités à 20 personnes, la consommation d'alcool est interdite dans l'espace public et le confinement est obligatoire pour les personnes testées positives. Pour les Açores et Madère, les visiteurs doivent présenter un test négatif de moins de 72h, ou l'effectuer à leur arrivée. Dans les aéroports, la prise de température (frontale) des passagers est obligatoire. Le port du masque est obligatoire dans les transports, les lieux publics, les commerces et supermarchés, les espaces fermés et tous les lieux touristiques. Les restaurants sont ouverts, avec une capacité d'accueil limitée à 50% et une fermeture au plus tard à 23h.

Décidément, ces fêtes 2020 ne seront pas comme les autres, même si jusqu'ici, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2020 6 12 /12 /décembre /2020 07:00

Le couvre-feu du nouvel an ne fait pas que des malheureux…

Voici l'antépénultième bulletin journalier, vous ne m'en voudrez pas si je ralentis la cadence après le confinement, mais pour l'instant, le spectacle continue ! Les annonces du gouvernement n’ont pas fait que des déçus. Noël sera sauvé, ce qui n’est pas le cas du nouvel an, car le couvre-feu, instauré à 20 heures, ne sera pas levé pour le réveillon du 31 décembre.

Qu’à cela ne tienne, pour certains, c’est une très bonne nouvelle. Pour une fois, ils pourront se coucher tôt sans culpabilité et sans se sentir en décalage avec tous les Français célébrant le passage à la nouvelle année jusqu’au petit matin. C'est pour certains l’opportunité de se coucher avant minuit sans passer pour un blasé des fêtes. D’autres ne cachent pas leur joie de pouvoir se concocter un petit programme tranquille, d'autres sont soulagés de savoir que leurs enfants ne prendront pas de risques.

C’est aussi l’occasion, pour d’autres, de réaffirmer l’opinion selon laquelle la soirée du Nouvel An est de toute façon toujours soit une mauvaise soirée, soit une fête à laquelle on se sent obligé de participer.

7 Français sur 10 se disent prêts à respecter le couvre-feu du Nouvel an et ce sont sans surprise les moins de 35 ans qui sont les moins enclins à l'accepter. Les réfractaires pourront de toute façon contourner le couvre-feu pour organiser une soirée pyjama.

Les plus virulents argumentent que le réveillon du 31 est souvent la fête la plus pourrie de l'année, où ils attendent désespérément minuit pour se casser, que c'st une fête où on boit du mauvais champagne et où les gens font semblant d'être contents. Ceux-là n'aiment pas le nouvel an et militent contre la bise de minuit.

Et vous, que pensez-vous du nouvel an sous couvre-feu, car jusqu'ici, tout va bien ?

 

 

Partager cet article

Repost0
11 décembre 2020 5 11 /12 /décembre /2020 08:00

Et donc, après le mardi 15 décembre ?

A partir de cette date, la France sortira donc du confinement, les déplacements seront de nouveau autorisés, et je reprendrai un rythme du blog un peu moins… journalier. Cet assouplissement reste toutefois, hormis la nuit de noël, assorti d'un strict couvre-feu.

Le 1er sinistre a annoncé que la partie était loin d'être gagnée. Le couvre-feu est avancé à 20h00 et on ne pourra toujours pas aller au cinéma, au théâtre, au spectacle, ni aller au restaurant ou dans un bar, ni dans une salle de sport.

Toutefois, l'affligeante attestation de déplacement dérogatoire devient caduque en journée et ne sera plus exigible que pendant le couvre-feu. On ne pourra se déplacer la nuit que pour un motif valable : motif professionnel, motifs familiaux impérieux, mission d'intérêt général, raison médicale et même… besoins des animaux de compagnie ! Ce couvre-feu ne s'appliquera pas le 24 décembre, mais devra être observé le 31 décembre, réveillon de la Saint-Sylvestre. Je ne sais toutefois pas quelle case devront cocher les sauvageons incendiaires de véhicule pour qui célébrer la nouvelle année de cette façon, relève du rituel.

Il sera donc possible de visiter la famille qui habite dans une autre région. Ce sera possible à condition de respecter le couvre-feu et de cesser le voyage à partir de 20 heures, sauf pour une correspondance pour prendre un train ou un avion. Il est même possible de se rendre en outre-mer pour les fêtes, mais un test négatif au Covid-19 sera imposé. Exception, le territoire outre-mer de la Nouvelle-Calédonie qui impose une quatorzaine en hôtel dédié à l'arrivée.

Ceux qui n'ont pas encore terminé les achats des fêtes de fin d'année, pourront le faire librement à partir du 15 décembre, entre 06h00 et 20h00. Les règles pour les commerces "non essentiels" n'ont pas changé.

On peut donc acheter des cadeaux et les faire mettre au pied du sapin par le père noël (qui n'est soumis à aucune restriction). C'est la seule exception au couvre-feu. Attention toutefois à ne pas réunir "plus de six adultes à la fois" autour de la bûche et de limiter les interactions au cours des cinq jours précédents, si vous prévoyez de réveillonner avec une personne âgée ou vulnérable. C'est le grand Yaka qui l'a dit.

Il faudra en revanche rester chez soi le 31 décembre. Le réveillon du Nouvel An concentre tous les ingrédients d'un rebond épidémique et il conviendra de limiter au maximum tous les mouvements. Toutefois, vous pourrez réveillonner chez vous, à condition d'héberger vos invités qui arriveront avant 20h00 et repartiront après 06h00. Cette année, les Champs-Elysées ne devraient donc voir ni hordes de fêtards, ni coupes de champagne, ni klaxons, ni bisous aux flics, ça ne risque pas…

Les règles sanitaires des lieux de culte (distanciation) restent les mêmes et il n'y aura aucune dérogation pour les messes de noël dont les horaires ne pourront pas être ceux d'une messe de minuit.

En fait, hormis la suppression de l'attestation, le déconfinement n'est pas si assoupli que ça.

Ce sont des mesures qui prennent en compte que les semaines à venir présentent des facteurs de risques absents du dernier confinement, comme les basses températures et les fêtes de fin d'année. Le triste exemple américain et canadien de Thanksgiving nous le rappelle brutalement.

L'équilibre entre le fait que chacun puisse profiter des fêtes de fin d'année sans s'exposer à un rebond de l'épidémie et l'évitement d'un troisième confinement reste un exercice périlleux, même si jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2020 4 10 /12 /décembre /2020 09:00

Questions que l'on se pose.

Le "croque-mort en chef" Castex, et son adjoint Salomon sont très attendus ce soir. Le peuple français se pose des questions légitimes face aux pistes envisagées par le gouvernement, face à des chiffres qui ne sont pas aussi bons qu'espérés.

1 - Le confinement va-t-il être levé ou maintenu totalement ou en partie à partir du mardi 15 décembre ?

2 - Une attestation de déplacement sera-t-elle maintenue après le 15 décembre ?

3 - Un couvre-feu devait initialement entrer en vigueur à partir du 15 décembre. A quelle heure va-t-il commencer ?

4 - Le couvre-feu devait être suspendu les soirées des 24 et 31 décembre : est-ce toujours d'actualité ?

5 - Les déplacements entre les régions seront-ils possibles ?

6 - Les cinémas, théâtres, musées pourront-ils rouvrir comme prévu ?

Voila ce que je suppose… 1 : Levé en partie. 2 : OUI – 3 : Je ne sais pas. - 4 : Peut-être – 5 : Oui. - 6 : Non.

Alors, où en est-on en Europe ?

- Le Premier ministre Jean Castex va s'exprimera ce soir à 18h00, pour le point sur la stratégie à venir à compter du 15 décembre, ça, on le sait.

- La vaccination a commencé au Royaume-Uni. La campagne massive de vaccination est dirigée pour l'instant vers les soignants et les personnes âgées. On compte déjà quelques effets secondaires, comme des mises sous et des rares cas de paralysie du visage. Bahreïn et le Canada ont approuvé à leur tour le vaccin de Pfizer/BioNTech. Hum, il est urgent d'attendre.

Le déconfinement du mois de mai n'avait-il pas été trop rapide, pensait-on au début de l'été. Désormais, dans le même registre, on s'interroge de savoir si les magasins n'ont pas rouvert trop vite ?

Suite aux errements antérieurs, les français vont subir un déconfinement beaucoup plus progressif, l'exécutif ayant dû composer avec la colère des acteurs économiques. Les magasins "non-essentiels" ont pu rouvrir, avec un protocole sanitaire accentué, mais vu la forte affluence et les files d'attente, on aurait dû se douter que cela ne marcherait pas.

Il est néanmoins difficile d'attribuer l'évolution du nombre de cas et l'échec de l'objectif du 15 décembre aux seuls commerçants. Et si tout simplement, en sus du relâchement du comportement, l'hiver ne serait-il pas tout simplement en cause ? Il nous apporte ses frimas, ses basses températures et son humidité, toutes caractéristiques que le virus adore.

Si on ajoute que par nature, l'hiver les gens se confinent plus (sans jeu de mots) et rechignent un peu plus à aérer… peut-on dire que jusqu'ici tout va bien… ?

 

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 08:00

Le déconfinement, oui mais…

Le déconfinement prévu le 15 décembre n'est pas remis en cause malgré les chiffres du Covid-19, mais on évoque un couvre-feu mis en place à 17h, et non pas 21h, ainsi qu'une soirée du Nouvel An compromise.
En revanche, il ne serait pas question d'empêcher les gens de se réunir en famille à Noël, mais la soirée du Nouvel An pourrait être compromise. Les autorités sanitaires réfléchiraient à l'idée de mettre en place une attestation dérogatoire ce soir-là, afin d'éviter les rassemblements.


Le directeur général de la santé Jérôme Salomon a prévenu que l'objectif des 5000 nouveaux cas par jour, ne sera probablement pas atteint, d'où mesures drastiques envisageables. Ce gars me fatigue un peu… car il nous assène tous les soirs des nouvelles qui mettraient le bourdon à un régiment de tirailleurs sénégalais. Pensez un peu, rien n'a été prévu pour que nous puissions nous faire rembourser la bûche de noël par la sécu !

Dans certains départements, l'épidémie repart même à la hausse, et on suppose que cela remettra en cause le déconfinement, et donc peut-être les fêtes de Noël ? 
La question devrait être tranchée lors d'un nouveau conseil de défense prévu aujourd'hui, avant la désormais légendaire conférence de presse du jeudi du gouvernement. On nous prépare des décisions cohérentes et constantes à prendre, même si elles risquent de ne pas être très populaires. 

Le déconfinement n'est pour le moment pas remis en cause, mais l'attestation pourrait être conservée après le 15 décembre, afin que sortir de chez soi reste une exception. Un couvre-feu à 17 heures est également à l'étude, afin de limiter les flux de personnes. Les fêtes auront cette année un curieux visage, même si jusqu'ici, tout va bien…


 
 

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 07:00

Jugement de Salomon : vous allez tous mourir !

 

Non, j'exagère, le professeur Salomon, malgré sa voix monocorde et sa parfaite diction, n'a pas dit çà, mais il a quand même prévenu que la saison hivernale serait très difficile.

Lors de sa conférence de presse, le directeur général de la Santé a énuméré les facteurs aggravants qui font des fêtes de fin d'année une période à haut risque pour la propagation de la maladie. En clair, l'exécutif nous prépare à passer un noël de (bip), seuls ou au mieux avec le strict noyau familial du domicile. C'est ainsi que Jérôme Salomon a tenu à prévenir les Français à l'approche des fêtes de fin d'année. D'après lui, le Covid-19 va continuer à circuler activement au cours des prochains mois.

C'est vrai qu'il fait froid et humide et que nous vivons donc davantage à l'intérieur. Les conditions d'humidité et de température sont idéales pour la propagation des virus à transmission respiratoire. Le DGS a ensuite, comme si ça ne suffisait pas, émis des craintes importantes à l'aune de ce qu'il s'est produit aux États-Unis et au Canada après les fêtes de Thanksgiving. Là-bas, cette fête est presque plus importante que Noël et génère d'importants déplacements de population. Le DGS a rapporté une hausse exponentielle du nombre de cas de Covid-19, avec les contaminations intrafamiliales. Le même phénomène pourrait se multiplier en France à Noël, puis au Nouvel An, a prévenu Jérôme Salomon.

Toujours sur le même ton neutre, il a passé ce qu'il appelle un "message très clair de prévention", et appelle à la prudence. Il a fait un appel au bon sens, mais de là à imaginer que les gaulois indisciplinés vont continuer à faire comme si… C'est bien connu, la Covid-19 n'est qu'un gripette et le virus, c'est pour les autres.

Jamais un Noël n'aura été si catastrophique. Pour en ajouter un peu, un groupement de commerçants appelle à passer les fêtes sans les achats sur Internet. Ils rêvent un peu car ça ne se passera pas comme ça. Les confinés vont s'apercevoir qu'on peut acheter exactement les mêmes articles chinois que dans sa boutique locale, pour une somme allant de 3 à 10 fois moins cher. La solidarité avec les petits commerçants à ses limites, surtout en cette période de vaches maigres et d'incertitude économique.

La pétition virtuelle a même été adressée en copie au père noël (si si !), et appelle à boycotter les achats sur les sites marchands, tout en réaffirmant la nécessité d’un commerce de proximité. Cette missive présente hélas des termes un peu trop corporatistes et vindicatifs. Les commerçants ont eu leur époque dorée, mais ils vivent maintenant des moments très noirs. Le confinement nous a obligés à recourir, plus que d’habitude, à des commandes en ligne, et une fois que l'habitude est prise et les avantages pesés… la pétition appelant à punir "les brigands du numérique" risque fort de rester un vœu pieux. Mais nous ne sommes pas encore le 15 décembre et jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 07:00

Les objectifs sanitaires fixés sont-ils possibles à atteindre d'ici le 15 décembre ?

On nous l'a bien expliqué : Il faut descendre en dessous de la courbe des 5000 cas de contamination par jour et en dessous des 3000 patients en réanimation, pour procéder au déconfinement. À quelques jours de la date fatidique, est-ce jouable ?

Le confinement doit être remplacé par un couvre-feu à cette date, mais les indicateurs devront être auparavant repassés au vert. Les deux conditions obligatoires telles qu'on nous les a présentées le 24 novembre dernier, ont évolué : le déconfinement resterait possible si la tendance actuelle se poursuivait.

C'est une moyenne sur une semaine qui sera calculée, à cause des chiffres actuels en dents de scie. On est toutefois un peu loin des 5000 cas, quelle que soit la méthode de calcul. Il se murmure que l'exécutif envisagerait de réévaluer la barre des 5000, pour déconfiner quand même le 15 décembre.

Il faudrait que la baisse des chiffres soit plus significative, ce qui risque d'être juste pour le 15 décembre, alors que les prévisions visaient un résultat avant cette date. Enfin, vous savez ce que c'est : "les chiffres, on leur fait dire ce qu'on veut".

En ce qui concerne la seconde condition, les chiffres sont un peu plus significatifs. Atteindre l'objectif fixé de 3000 patients en réanimation n'est pas une utopie. Il faut tout de même considérer les chiffres avec une nouvelle variable : l'allègement du confinement, les transports de personnes et les comportements bien peu civiques qui se généralisent pourraient conduire à une augmentation de la transmission du virus. Les prochains jours seront décisifs.

Avec les caractéristiques combinées du virus et de l'indiscipline gauloise, toute politique sanitaire s'apparente à la conduite sur route verglacée. Il ne restera plus, dans la plus pure tradition enarque, qu'à inventer une caricature de règle sous une forme quasi mathématique pour faire sérieux.

Arriver à ce stade incohérent sans trop se poser de questions en dit long sur l'état de notre société, sans que cela ne soit au final très grave, car jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Solexine le Catalan !
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • Il est désormais interdit de porter des masques en tissu fabriqués maison.
    Se rangeant derrière l'avis du haut conseil de santé publique, le croque-mort en second (Olivier Véran, ministre de la santé) a donc confirmé les recommandations du Haut conseil de santé concernant l'utilisation des masques en tissu, jugés désormais insuffisamment...
  • Le tourisme se meurt, le tourisme est mort... ressuscitera-t-il ?
    Que nenni ! Le tourisme est définitivement mort. 2021 restera comme dans les annales comme celle de la fin du tourisme international, tel que nous l’avons connu et vécu au cours des 50 dernières années. La nature ayant horreur du vide, une autre forme,...
  • Le pouvoir des réseaux sociaux.
    La suppression des comptes de réseaux sociaux de Donald Trump, au lendemain des événements du Capitole, est révélatrice de leur pouvoir sans contrôle. Il y a encore peu, les réseaux sociaux chinois, QQ (équivalent FB) et Sina Weibo (équivalent de l'oiseau...
  • La France, quoi...
    Les fêtes sont passées, l'heure de la rentrée a sonné et, avec elle, la crainte d'une hausse des contaminations. En France, les élèves sont retournés en classe, et le gouvernement s'inquiète d'un possible rebond, prélude à de nouvelles restrictions. La...
  • 2020 bye-bye pangolin, 2021, bonjour vaccin !
    2020 année du pangolin, 2021, année du vaccin ! Après une année 2020 pour le moins compliquée, il va être temps de prendre soin de nous et de la planète, mais aussi de passer à la vitesse supérieure en 2021. Cette année 2020 touche enfin à sa fin, et...
  • Le petit mot de Noël
    Le petit mot de Noël Puisque partout dans les medias et sur Internet fleurissent de doux messages pour fêter Noël et sa magie, malgré la pandémie, malgré la crise sanitaire et malgré l'actualité effroyable, permettez-moi de contribuer à mon tour à cette...
  • Deux dodos avant Noël et on finit par ne plus croire en rien.
    Deux dodos avant Noël et on finit par ne plus croire en rien. Tous les repères institutionnels sont touchés : la politique (bof), l'avenir et l'espérance, mais aussi la science, ce qui peut conduire parfois au complotisme. Toutes les sociétés contemporaines...

Pages

Catégories