Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mai 2021 6 01 /05 /mai /2021 07:00

En 4 étapes, Jupiter a présenté un calendrier de sortie de confinement et des restrictions sanitaires, entre le 3 mai et le 30 juin. On n'y comprend rien, car il y a trop de dates et de points particuliers. Pour cette raison, j'ai repris ci-dessus, un petit tableau simple et clair qui, s'il avait été diffusé seul, aurait même évité bien du bla-bla…

- Après la réouverture des écoles, le 26 avril, viendra le 3 mai, avec la fin des attestations et des restrictions de déplacement sur 10 km.

- Le 19 mai, le couvre-feu sera repoussé à 21h00 et les commerces non-essentiels (comme les vêtements et les chaussures) rouvriront. C'est tant mieux car j'en avais assez de déambuler sans culotte et pieds nus… Les terrasses et les musées leur emboiteront le pas, tout comme les salles de cinémas et les théâtres, mais avec des jauges limitées.

- Le 9 juin, le couvre-feu sera repoussé à 23h00, avec ouverture des cafés, restaurants et salles de sport.

- Le 30 juin devrait voir la fin du couvre-feu

 

Ceci dit, il ne s'agit que d'un calendrier prévisionnel national, qui pourrait être retardé si le taux d’incidence était trop haut ou augmentait, ou si les services hospitaliers ou de réanimation de votre département étaient saturés.

Dans l'attente, il faut "vacciner, vacciner, vacciner." Depuis sa prise de parole du 31 mars dernier, l'exécutif ne cesse de le répéter à l'envi : c’est grâce aux vaccins que la France sortira de l’épidémie.

- A partir du 15 juin, tous les adultes pourront prendre un rendez-vous pour se faire vacciner

- A partir du 15 mai, tous les plus de 50 ans pourront se faire vacciner. Pour les plus jeunes, des motifs médicaux précis sont nécessaires.

- Dès aujourd'hui, tous les majeurs souffrant de comordibités et en particulier d’obésité peuvent prendre un rendez-vous pour se faire vacciner.

- Dans une vaste partie des Outre-Mer (Guadeloupe, Martinique et Guyane), tous les adultes peuvent se faire vacciner.

Au niveau national, plus de 14 millions de personnes ont reçu une première injection et 6 millions ont été complètement vaccinées avec la seconde dose. Ce qui, malgré les cocoricos entendus à tout bout de champ dans les médias, ne nous place pas dans le peloton de tête européen. Seules la Belgique, la Bulgarie, les pays Baltes, la Grèce et la Slovaquie ont un ratio inférieur.

Les réactions ne se sont pas fait attendre, plusieurs épidémiologistes lancent une alarme, concernant les chiffres qui sont mauvais (plus de 300 décès journaliers, sans compter ni les EHPAD, ni les morts à domicile, et plus de 25.000 contaminations journalières).

Ces médecins nous prédisent, à cause de ce qu'ils appellent un "calendrier politique" et non pas un "calendrier sanitaire", une flambée des chiffres, avec saturation des services hospitaliers à l'été, et… une 4ème vague pour le mois de septembre… Heureusement, jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0
23 avril 2021 5 23 /04 /avril /2021 07:00

Entouré de plusieurs sinistres, le premier d'entre eux a fait un point sur la situation sanitaire, en évoquant la rentrée des classes et le déconfinement, mais aussi la vaccination, lors de la traditionnelle conférence de presse hebdomadaire, consacrée au Covid-19, avec comme sujet du jour : le déconfinement qui approche et la réouverture des écoles.

Depuis quelques jours, on nous fait croire que la situation sanitaire s’améliore en France. Hum, faut-il rappeler que le nombre de cas quotidiens est toujours supérieur à 30.000 et que la pression hospitalière, notamment en "REA" reste insupportable. Le pic de la 3ème vague semble être derrière nous, s’est réjoui Jean Castex. Il est bien le seul, car sans "psychoter", il convient de ne pas baisser la garde et de rester vigilant. 15 départements ont toujours un taux d’incidence supérieur à 400, et les autres sont juste derrière.

Le 1er sinistre a confirmé que :

- les restrictions de déplacements seront levées le 3 mai, soit 4 semaines après ce 3ème confinement qui n'a jamais dit son nom.

- les commerces dits non essentiels, les terrasses, et les lieux culturels et sportifs, devront en revanche encore attendre, avec des réouvertures qui se feront de manière territorialisée. On nous promet des informations complémentaires annoncées dans les prochains jours, mais le couvre-feu à 19h00, est maintenu, au moins jusque la mi-mai.

Accompagné du champion de marelle Blanquer, le 1er Castex est revenu sur les conditions de la rentrée des classes. Les élèves de maternelle et de primaires retrouveront, comme prévu, le chemin de l’école, le 26 avril.

- les collégiens et les lycéens auront une semaine de cours à distance avant un retour en classe le 3 mai, sauf en cas de Covid détecté. Les classes fermeront dès le premier cas et la demi-jauge sera maintenue pour les lycéens, mais aussi pour les collégiens, dans les 15 départements les plus touchés.

Pour les capteurs de CO² à financer par les collectivités locales, j'ai plus de mal. Celles qui voulaient faire l'effort financier l'ont fait depuis longtemps, et les autres n'ont tout simplement pas les moyens financiers.

Pour les cantines, il est demandé de faire manger les classes ensemble pour éviter le brassage. Curieux : il y a peu, il fallait séparer les classes et moduler les horaires. Encore une fois, ce qui était vrai hier ne l'est plus aujourd'hui.

- les deux épreuves de contrôle terminal du bac sont maintenues, tout comme les épreuves de BTS, mais une session de rattrapage aura lieu au début juillet, pour les élèves malades.

a) Le plus improbable : le renforcement des tests.

On nous annonce que d’importants dispositifs de dépistages salivaires seront mis en place dans les écoles et les collèges, avec un objectif de 500.000 tests par semaine. Ah bon ? Sous la responsabilité de qui ? Les enseignements ne sont, en grande majorité, pas volontaires et un médecin scolaire assure en moyenne les permanences dans 3 établissements à la fois. Une infirmière scolaire a même expliqué ce matin que c'était juste impossible. Les opérations à réaliser sont dans l'ordre l'autorisation des parents (pas évident), la fourniture de la carte vitale (encore moins évident), la réalisation d'un tableau, le prélèvement par lui-même que les enseignants ne veulent pas assumer, le conditionnement des prélèvements, l'envoi au laboratoire, la récupération et la collation des résultats avec leur transmission et les mesures prises. Bref, il est bien gentil, le copain de Brigitte, mais il faudrait faire des annonces réalistes. Les lycéens et les personnels de l’éducation nationale pourraient bénéficier des autotests, mais Quid pour les moins de 15 ans ?

Le sinistre de la santé veut cibler les populations précaires avec des autotests supplémentaires, vendus en pharmacie, et vise les quartiers difficiles et l'Outre-mer, mais qui va payer ?

b) - Les objectifs de vaccination maintenus

La campagne de vaccination progresse, (il était temps) et les politiques visent la vaccination pour tous d’ici la fin de l’été. Il faut juste faire le forcing et refourguer le vaccin AstraZeneca dont les bons docteurs Castex et Blanquer ont vanté l’efficacité.

Certes les thromboses sont très rares par rapport au nombre de personnes vaccinés, mais il est un peu gênant d'en faire partie. Le problème, dans l'absolu, n'est même pas là, mais concernerait plutôt le manque d'efficacité contre les derniers variants apparus, alors que ceux avec ARN Messager semblent remplir les conditions.

En ce cas, malgré les dires de l'exécutif, pourquoi accepter l'inoculation d'un vaccin réputé inefficace ? Les français ne sont pas toujours des veaux, même si jusqu'ici, tout va bien.

Partager cet article

Repost0
18 avril 2021 7 18 /04 /avril /2021 07:00

Alors qu'en France, la barre des 100.000 morts est franchie depuis le 15 avril dernier, le Covid-19 marque l'imaginaire collectif comme l'une des épidémies les plus dévastatrices de ces dernières décennies. Pourtant, loin d'être la seule pandémie aussi meurtrière, voici un retour sur les autres maladies qui ont tué bien plus de 100.000 personnes en France, même si les futurs livres d'histoire évoqueront cette période, tout comme le souvenir des grandes épidémies.

 

1 - La variole.

La variole est sans nul doute la plus meurtrière des maladies connues. Elle provoque d'abord des symptômes similaires à ceux d'une grippe avant des vomissements et des douleurs musculaires, et enfin l'éruption de pustules, avant la mort qui survient dans 30% des cas, par surinfection générale. D'autres épidémies ont causé des ravages, comme la peste antonine au 2ème siècle, ou encore les tristement célèbres peste, choléra, variole ou plus récemment grippe espagnole. Ce n'est en effet pas la première fois qu'une maladie est à l'origine d'autant de décès sur notre territoire. A l'époque, Paris avait été ravagé par la variole et même le roi Louis XV en était mort. Heureusement, en 1979, selon l'OMS, elle a été complètement éradiquée de la planète grâce au vaccin du médecin anglais : Edward Jenner.

Illustration 1 : Le Triomphe de la Mort par Pieter Brueghel l'Ancien, 1562.

 

2 - La peste

Si le monde dénombre à l'heure où j'écris, plus de 3 millions de morts du Covid-19, rappelons-nous des formes de peste, véhiculées à bord des bateaux, par le rat noir infesté de puces. Ce sont ces dernières qui transmettaient la maladie aux humains.

Illustration 2 : L'épidémie de peste à Marseille, en 1720.

La communauté scientifique débat sur le nombre de morts, mais la bactérie est à l'origine du décès de près d'un tiers de la population européenne de l'époque, soit entre 25 et 34 millions, dont 80.000 environ, rien qu'à Paris. En 1720, la peste surgit à Marseille, emportant 30.000 des 90.000 habitants de la ville et tuant 100.000 personnes au total. Des politiques de santé ont été mises en place, comme "le mur de la peste", où le roi autorisait à tirer à vue sur ceux qui tentaient de franchir la frontière des secteurs touchés par la maladie. On a fait des progrès, heureusement…. La dernière pandémie de peste a eu lieu en Asie en 1890, ce qui n'est pas si loin (avec 10.000.000 de morts).

 

3 - Le choléra

Illustration 3 : La foule effrayée observe un malade du choléra à Paris en 1832.

Le choléra ne sévit plus en France, mais de nombreux cas sont encore constatés dans le monde, notamment en Afrique. Elle est apparue en France en 1832, après être passée par l'Inde et l'Europe de l'Est. Le système d'alimentation en eau déficient permettait à la bactérie de se propager, en entraînant une déshydratation rapide, puis la mort en quelques heures. Provoquant une cyanose colorant le visage en bleu, elle est à l'origine de l'expression d'avoir une "peur bleue".

Le choléra a fait plus de 100.000 morts en France en l'espace de 6 mois au cours des 2 premières vagues. La 3ème vague a causé 143.000 victimes en 1854. Aujourd'hui encore, l'OMS estime à près de 3.000.000 de cas et près de 100.000 décès annuels dans le monde, même si des traitements pour réhydrater rapidement le malade existent aujourd'hui.

 

4 - La grippe espagnole

Illustration 4 : Un hôpital italien pendant l'épidémie de grippe espagnole. Costa/Leemage

La grippe espagnole est la plus grande pandémie du 20ème siècle, avec 30 millions de morts, soit deux fois plus que la 1ère guerre. La France compte à elle seule plus de 400.000 morts. L'Espagne ayant été le premier pays à la mentionner et à faire des statistiques, la maladie fut qualifiée improprement de grippe espagnole, mais ce pays n'y est pour rien.

La première vague du printemps 1918, avait été peu virulente, mais la seconde, à l'automne, à la suite d'une mutation et d'un variant (déjà !), fut foudroyante, emportant les gens en quelques heures. Avec la guerre, les populations étaient fatiguées et mal nourries, ce qui ouvrit la porte grande ouverte au virus. Après les mesures de confinement mises en place, la propagation diminua dès 1919. Le poète Guillaume Apollinaire et l’écrivain Edmond Rostand comptent parmi les morts illustres de cette maladie.

Comme quoi on n'a rien inventé et que l'histoire est un éternel recommencement. Heureusement que jusqu'ici, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 07:00

L'exécutif l'avait annoncé le 31 mars. Le confinement (troisième du nom), mais qui ne dit pas le sien, s'est étendu à l'ensemble du territoire métropolitain. Après les mesures transitoires des vacances de Pâques (ooops, on dit maintenant de printemps pour ne pas stigmatiser une certaine partie de la population), toute la France métropolitaine est concernée par ce 3ème "confinage", pour au moins 4 semaines. Il n'est plus possible de se déplacer entre régions, sauf motif impérieux, et le couvre-feu de 19h00 à 6h00 est maintenu.

Le calendrier scolaire s'en trouve bouleversé pour le mois d'avril, avec l'instauration d'une semaine en distanciel depuis le 6 avril, mais les enfants et les professeurs ont pu constater que les leçons n'ont pas été tirées et qu'il n'y a pas grand-chose qui fonctionne. On a eu le "pas de masques", le "pas de tests", on est maintenant au "pas de vaccin" et "pas de cours en ligne". Les jeunes auront ensuite deux semaines de vacances pour toutes les zones, et un retour progressif en classe selon les niveaux.

Alors, qu'a-t-on le droit de faire, et qu'est-ce qui interdit, durant ce 3ème confinement ?

Ce qui est autorisé :

- Pour se déplacer sur une courte distance en journée, les attestations de sortie ne seront pas obligatoires, tant que l'on reste dans un rayon de 10 km autour de son domicile, avec un justificatif de domicile. Au-delà de cette distance (et moins de 30 km) ou si l'on sort durant le couvre-feu, il faudra une attestation.

- En journée, on peut donc se déplacer autant qu'on veut, seul ou en famille (promenade, sport, courses, RDV médicaux...) sans limitation de durée, dans un rayon de 10 km, à condition de pouvoir présenter un justificatif de domicile.

- On peut aussi se déplacer au sein du département dans un rayon de 30 km pour les affaires courantes, comme faire des courses essentielles, récupérer ses enfants à l'école, un colis, ou se rendre dans un lieu de culte. Il est aussi possible d'effectuer des démarches administratives ou juridiques ou de répondre à une convocation judiciaire ou administrative, pour tout acte ou démarche ne pouvant être réalisé à distance. Celles et ceux qui e peuvent pas télétravailler, peuvent aussi se rendre en entreprise.

Ce qui est interdit :

- Sortir sans son masque, sortir sans justificatif de déplacement et se déplacer dans une autre région.

- Se rassembler : Les rassemblements en extérieur peuvent être interdits par les préfets, il est interdit d'être un groupe de plus de 6 personnes, avec respect des gestes barrière.

- Boire de l'alcool sur la voie publique. Le premier sinistre casse-tête l'a annoncé devant les députés : la consommation d'alcool sur la voie publique est interdite.

 

Quid alors des "happy hours" (photo ci-dessous) ? 

Le principe est simple : le bistro est ouvert normalement, mais le public ne peut pas entrer dans la salle. Le taulier sert les gens sur un comptoir improvisé sur le pas de la porte. Les clients n'ont plus qu'à aller écluser leur gorgeon un peu plus loin, sans masque, en beuglant le cas échéant, des insultes envers l'exécutif. En revanche, il est facile de verbaliser les braves gens, comme cette famille avec enfants sur une plage, et dont les parents avaient eu la malencontreuse idée d'agrémenter leur pique-nique d'un peu de vin.

- Recevoir des gens chez soi, ou aller chez des gens : En soi, les policiers ne peuvent pas vous contrôler à votre domicile, mais vos invités peuvent être verbalisés à la sortie de votre domicile. Enfin, ça dépend chez qui…

A l'heure où les diners clandestins du gotha parisien font la joie des réseaux sociaux, les premières verbalisations sont tombées sur le vulgus pecum.

Il sera inutile d'argumenter que vous vous êtes perdus, que vous êtes fatigué, que vous avez du attendre que votre ex vienne garder le petit pour aller chez un ami parce qu’il est impossible de télétravailler avec un enfant. La tolérance et la mansuétude des forces de l'ordre seront inexistantes. Ne faites pas confiance à votre GPS, car tout retard sur un planning calculé trop juste sera sanctionné d'une amende de 135 euros.

À partir d’une certaine heure, il n’est plus question de bienveillance. Tant pis pour ceux qui ont laissé s’étirer la journée, si vous êtes deux, ce sera 135 euros d'amende chacun.

Si la plupart des gens contrôlés sont en règle, c'est vrai que certains resquillent, mais peut-on vraiment les blâmer quand on voit ce qui s'est passé au palais Vivienne, à Paris ? Heureusement que jusqu'ici, tout va bien.

Partager cet article

Repost0
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 07:00

Nouvelle série de mesures. Face à une situation sanitaire dégradée, Jupiter a pris la parole à la télévision, le 31 mars, pour faire part de ses décisions face à la 3ème vague de Covid-19 qui frappe la France. On va essayer de faire le point.

Les décisions :

1 - Ecoles fermées et vacances unifiées. Les crèches, écoles, collèges et lycées seront fermés pendant 3 semaines, les vacances de Pâques (on dit maintenant vacances de printemps pour ne pas choquer une certaine catégorie de la population) sont unifiées à partir du 12 avril.

La rentrée se fera le 26 avril en physique pour les écoles et en virtuel pour les collèges et lycées, qui rouvriront leurs portes le 3 mai.

2 - Les restrictions renforcées dans les 19 départements ciblés, vont être étendues à tout le pays, pour 4 semaines (date non définitive), à partir de samedi. Elles comportent la fermeture de certains commerces et l'interdiction de se déplacer à plus de 10 km.

Tout ça pour ça ? Etait-il besoin de blablater pendant 24 minutes pour annoncer les décisions, surtout avec autant d'inexactitudes, même si les éléments de langage étaient impeccables. Les prédictions et promesses étant toujours aussi hasardeuses, notamment sur les calendriers de la vaccination et de la réouverture, son entourage en a été amené, au cours de la soirée, à préciser ce qu'avait voulu dire le président. Le premier sinistre casse-tête, quant à lui, doit s'exprimer devant les députes, dans une réunion suivie d'un débat et d'un vote. Les parlementaire de toutes les oppositions ne participeront pas aux travaux et quitteront l'hémicycle. La majorité "En Marche, Agir, Modem" restera seule en séance pour voter, unanimement, on le suppose, pour mieux se congratuler ensuite.

Pour les incohérences, l'exécutif a aussi annoncé que les lits de réanimation passeraient "dans les prochains jours" de 7.000 à 10.000. Je me demande comment compte-t--il s'y prendre et surtout comment va-t-il rajouter des hypothétiques lits à un nombre de personnels fixe ? Peut-être compte-t-il faire épauler le personnel réanimateur, médecins en tête, par des administratifs, par les femmes de ménage ou les techniciens de maintenance ?

L'exécutif a aussi annoncé de façon péremptoire que la vaccination sera élargie à toutes les personnes âgées de plus de 60 ans, dès le 16 avril, puis à toutes celles de plus de 50 ans le 15 mai. Mon pauvre ami, il faudrait déjà que les centres de vaccination ré-ouvrent et surtout qu'ils puissent disposer de doses de vaccins. Nombre de personnes plus âgées ou souffrant de co-morbidités sont dans l'impossibilité de trouver une date. Le site dédié à la prise de rendez-vous annonce toujours soit une absence de dates jusqu'à la fin avril, soit une impossibilité totale de vaccination, tant les centres que dans les cabinets médicaux ou les pharmacies. Point barre.

Quant à la daube Astra Zeneca, ils ont trouvé une astuce pour écouler ce qu'il leur reste sur les bras. Sans rien changer aux doses, on va juste changer les boites, les étiquettes et le renommer VaxZevria. C'est y pas nous prendre pour des andouilles, cette façon de faire ?

Si on en doutait, cette fois, c'est confirmé : Jupiter ne vit décidément pas sur la même planète que nous. Heureusement que jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0
19 mars 2021 5 19 /03 /mars /2021 08:00

On ne comprend rien ! J'ai écouté le premier sinistre et tout d'abord, je n'ai rien compris. Il n'est pas si facile de suivre (un vrai casse-tête) monsieur Jean Castex, qui s'exprime comme un recueil des actes administratifs, édition 1971.

Accessoirement, le "tout et son contraire" qui change d'un jour à l'autre reprend. Il concerne les injections du vaccin Astra Zeneca, qui pourront reprendre dans les pharmacies et chez les médecins dès samedi après-midi.

A noter que si l'agence européenne des médicaments vient de donner son feu vert et certifie, comme le bon docteur Castex, que l'Astra Zeneca est quasiment la 8ème merveille du monde, un groupe de chercheurs norvégiens fait de la résistance. Ces savants ont en effet démontré qu'il y a une relation directe entre les cas mortels de thrombose et les vaccinations avec ce produit.

Il existe encore nombre de personnes vulnérables, âgées ou non, qui veulent, sans y parvenir, se faire vacciner, faute de vaccins disponibles. Doctolib annonce toujours que la population citée ci-dessus ne peut plus se faire vacciner. Cela concerne les 50/74 ans avec co-morbidités ou les membres et soignants du secteur santé ou médico-social de moins de 65 ans. En revanche, Jean Castex, 55 ans, va se faire vacciner aujourd'hui pour montrer l'exemple. Voilà, voilà…

Donc, voici le résumé de son intervention : Mise en place d'un confinement 7/7 allégé pour 16 départements (* liste in fine) dans la nuit de vendredi 19 à samedi 20, concernant le tiers des français.

Il s'agit du concept "freiner sans enfermer" qui me paraît un peu compliqué. Pas question de nier les risques sanitaires, face à la 3ème vague qui commence juste à déferler, mais vu la mentalité dans certaines cités d'Ile-de-France et avec une majorité des gens qui ont annoncé la couleur, à savoir ne pas respecter le confinement, j'ai les plus grosses craintes face à la réussite d'une telle opération.

Détail des mesures phares :

1 - Point positif : sur tout le territoire, le début du couvre-feu passe de 18h00 à 19h00, pour tenir compte du passage à l'heure d'été.

2 - L'ensemble des mesures entre en vigueur pour une durée de 4 semaines au moins.

3 - Les écoles et collèges restent ouverts, tandis que les lycées ont une demi-jauge imposée.

4 - Seuls les commerces de première nécessité restent ouverts : alimentaire, buralistes, librairies, garagistes et disquaires.

5 - Les déplacements sont autorisés dans un rayon de 10 km autour du domicile sans limitation de durée, mais avec attestation.

6 - La population des régions confinées a l'interdiction de se déplacer d'une région à une autre.

C'est déjà fini ? C'était pourtant simple. On se demande si la conférence de presse aussi confuse était vraiment nécessaire. On a pu voir un premier sinistre visiblement perdu, qui a tourné en rond devant la caméra, cherchant la sortie, juste après avoir pris congé. Je veux bien admettre que la tâche est ardue, mais la majorité du peuple français n'a rien compris et il a fallu y revenir point par point avec attention, car à la fin de ses phrases alambiquées à rallonge, on ne se souvenait plus du début.

C'est un peu égoïste, mais on pourrait penser que dans ls régions non concernées, jusqu'ici, tout va bien ?

Vous avez vu la photo ci-dessous ? Castex, finalement, c'est Dupontel avec des lunettes...

* 2 régions et trois départements : 02 Aisne, 06 Alpes-Maritimes, 27 Eure, 59 Nord, 60 Oise, 62 Pas de Calais, 75 Paris, 76 Seine Maritime, 77 Seine-et-Marne, 78 Yvelines, 80 Somme, 91 Essonne, 92 Hauts de Seine, 93 Seine St Denis, 94 Val de Marne, 95 Val d'Oise.

Partager cet article

Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 08:00

Bruxelles a commandé plus de 300 millions de doses pour le premier semestre 2021, du vaccin Astra Zeneca, développé par le groupe pharmaceutique anglo-suédois. Ce dernier ne livrera à l'Europe que 100 millions de doses au premier semestre, contre les 300 millions prévues initialement.

Décidément, c'est une histoire compliquée entre Bruxelles et Astra Zeneca. Le laboratoire anglo-suédois a une nouvelle fois annoncé une réduction des livraisons de doses promises de la manière suivante : "Astra Zeneca est au regret d'annoncer une baisse des livraisons de vaccins contre le Covid-19, malgré son travail sans relâche pour accélérer l'approvisionnement". Boum. Fermez le ban.

Le nombre de doses trimestrielles serait ramené à 30 millions à fin mars, contre 120 millions annoncés le mois dernier, ce qui est de fort mauvais augure pour la suite de la vaccination printanière.

Ceci dit, comme ce vaccin figure parmi les plus controversés et que les effets secondaires sévères ont conduit certains pays à suspendre son utilisation, c'est peut-être un réajustement technique. On ne nous dit pas tout.

Par ailleurs, des données basées sur des projections montrent qu'Astra Zeneca ne sera en mesure de fournir un total que de 70 millions de doses sur les 180 millions promises au 2ème trimestre, tandis que les flacons de Pfizer/BioNTech et Moderna, promis, arriveront en temps et en heure.

Après, va arriver celui de chez Johnson&Johnson, qu'on nous présente comme la 8ème merveille du monde… hum. La haute autorité de santé (HAS) l'a autorisé vendredi dernier pour la France.

Quelles sont ses caractéristiques ? Quand sera-t-il disponible ? Pour qui est-il recommandé ? Allez, on fait le point.

C'est le 4ème sérum disponible pour lutter contre le Covid-19 en France, mais le 1er avec un schéma vaccinal à une dose. Il est recommandé de l'utiliser en priorité dans les zones où l'épidémie est particulièrement active. A l'heure où la France peine à tenir la cadence en matière de vaccination, ce vaccin suscite des espoirs mais aussi des questions.

- Quelles sont ses particularités ?

C'est un vaccin unidose appelé "Janssen Covid-19", qui peut être stocké à des températures de réfrigérateur, tandis que les précédents (Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca/Oxford) nécessitent, eux, une seconde injection. Il reste stable à une température entre 2 et 8 degrés, ce qui aidera à faciliter une mise en œuvre à grande échelle dans le monde. Utilisant un virus peu virulent transformé, pour y ajouter des instructions génétiques du Covid-19, il donnerait une réponse très convenable en termes d'anticorps.

- Quelle efficacité et quels éventuels effets secondaires ?

Ce vaccin à vecteur viral serait efficace à 85% contre les formes graves et à 66% en général, selon les résultats de l'essai clinique (40.000 personnes). Les essais ont également conclu à une efficacité d'environ 70% pour les formes asymptomatiques de la maladie. Connaissant l'efficacité du vaccin sur les variants, cette protection serait de 85% pour les formes graves, et même de 100%, sous réserves, contre l'hospitalisation et la mort, aucun cas n'ayant été constaté pendant les essais. Les effets secondaires les plus fréquemment observés sont une douleur à l'endroit de l'injection, des maux de tête, de la fatigue et des douleurs musculaires.

- Pour qui est-il recommandé ?

Ce vaccin à injection unique pourrait être utilisé à partir de 18 ans, jusqu'aux personnes âgées de 65 ans et plus. Compte tenu de sa simplicité d'utilisation (flacons multi doses prêts à l'emploi et conservation jusqu'à 3 mois en réfrigérateur), ce vaccin pourrait être utilisé dans les zones géographiques difficiles, où l'épidémie est particulièrement active. Bref, il ne serait pas forcément pour le vacciné lambda, du moins au début.

- Quand sera-t-il disponible ?

Les premières doses ne devraient pas être livrées au mieux avant fin avril, à cause de la réticence des Etats-Unis à exporter des doses hors de leur pays, ce qui explique le problème d'approvisionnement de l'Europe.

En résumé, l'AstraZaneca est controversé et plusieurs pays ont suspendu son utilisation, le Janssen serait fort intéressant et pratique, à condition d'en avoir et que les ricains daignent nous en envoyer un peu.

Quant aux autres, ils ne sont pas disponibles et le site Doctolib m'annonce tous les jours qu'il n'y a plus aucun créneau ni vaccin disponible avant un mois ou plus, malgré mon âge et mes pathologies de comorbidité. C'est comme ça pour tous les 50-74 ans. Bref, jusqu'ici, tout va bien.

NOTA : Liste des pays ayant pris des mesures (mise à jour du 16 mars).

Suspension de la campagne de vaccination (13) : Danemark, Norvège, Islande, Bulgarie, Irlande, Pays-Bas, Espagne, Portugal, Slovénie, Allemagne, France, Luxembourg, Italie.

Retrait de lots de vaccins douteux (5) : Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie, Autriche.

Report de la campagne de vaccination (3) : Thaïlande, République du Congo, Indonésie.

 

Partager cet article

Repost0
1 mars 2021 1 01 /03 /mars /2021 08:00

La photo ci-dessus est éloquente, elle a été prise hier à Paris, sur les quais de Seine. On peut y constater que c'est à peu près la "fête du slip" et que personne ou presque ne respecte les précautions sanitaires de port du masque et de distanciation. A tel point qu'à Paris, les forces de l'ordre ont du évacuer les quais de Seine pris d’assaut par les Franciliens, et qu'à Toulouse, ils n'ont pu mener à bien la même mission, à cause d'échauffourées avec des dizaines de "jeunes", réfractaires au port du masque et aux gestes barrières. Comment voulez-vous qu'on y arrive ?

La vaccination, me direz-vous ? Il faudrait encore que cela soit possible. Tous les jours, je me connecte au site de prise de rendez-vous en ligne, et mon centre de vaccination me donner toujours la même info : En raison de stocks limités et d'une forte demande, ce centre n'a plus de disponibilités. Réessayez ultérieurement ou cherchez un autre centre. C'est inutile, tous les centres délivrent le même message. A ce sujet, il me revient le souvenir d'un jeune avec qui j'ai essayé d'échanger sur le sujet et qui a mis fin brutalement à la conversation en argumentant qu'il ne souhaitait pas discuter avec quelqu'un qui, statistiquement parlant, serait décédé bien avant lui… Outre que c'est assez méchant, cela reflète quand même bien ce que certains (rares heureusement) jeunes pensent de leur aînés…

Ce week-end, les franciliens, les toulousains et bien d'autres, sauf évidemment à Nice et Dunkerque (qui véhiculaient quand même leur lot de récalcitrants) se sont laissés porter par le soleil et ont décidé de sortir prendre l’air. Dans ce dernier soupir de liberté, les forces de l'ordre ont dû intervenir pour limiter les entrées, puis faire évacuer les lieux.

La région Île-de-France est en surveillance renforcée depuis le 25 février et la rumeur d’un confinement strict ne cesse de circuler. Nombreux sont donc ceux qui ont profité du beau temps du week-end pour sortir entre amis ou en famille, à en juger par les nombreuses photos postées sur les réseaux sociaux et montrant le j'men foutisme ambiant. Les groupes se sont installés sur les quais, beaucoup sans respecter les gestes barrières et les forces de l'ordre ont dû fermer l'accès aux quais en milieu d'après-midi, avant de disperser les foules.

Après les berges de la Garonne à Toulouse où il était impossible d'évacuer tous les badauds dans le calme, les quais de Seine vont-ils être fermés à Paris ? Une opération d'évacuation a été menée en fin de journée et il est possible qu'ils soient fermés avant un éventuel reconfinement, si reconfinement il y a. Malgré les dénégations de nos deux croque-morts en chef et malgré l'avis de Jupiter, les chiffres sont ce qu'ils sont, et on risque bien d'y avoir droit, au moins localement. Où sont-ils, ceux de l'exécutif qui assuraient il y a peu qu'un confinement de moins de 3 ou 4 semaines de ne servait à rien, mais qui décident de touches ponctuelles du week-end ? Après que de nombreuses personnes se soient réunies sur les quais sans respecter les gestes barrières, il a été décidé de fermer l'accès aux quais pendant deux semaines sur la Garonne. Dans l'attente de plus strict, ce genre de décision est appelée à se généraliser sur le territoire national. C'est bête, il faisait si beau…

Pour le moment, aucune annonce n'a été publiée. Alors que l’idée d’instaurer un confinement local de trois semaines dans la capitale avait été évoquée par des élus parisiens (avant d'être finalement écartée), des mesures complémentaires sont attendues. Celle de fermer les quais pourrait donc être prise suite aux scènes de cohue et même de bagarres qui se sont produites en bord de Seine, samedi, et qui se sont reproduites à l'identique le lendemain. La police a empêché l'accès aux quais à certains endroits et les a fait évacuer, mais dans d'autres endroits, c'était encore "trompettes et confetti" jusqu'au crépuscule.

Ben voyons, il fait beau, tout va bien, on vire le masque et on fait la fête… Sauf que ça ne marche pas comme ça, même si jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
20 février 2021 6 20 /02 /février /2021 08:00

Des membres du conseil scientifique plaident pour "l'auto-confinement" des personnes âgées. Cinq de ses membres, et non des moindres, sont en effet pour la mise en place d'un "contrat social" entre les générations, juste pour éviter un nouveau confinement en France. Dans ce contrat, les personnes âgées et fragiles devraient accepter de s'auto-confiner pour une durée indéfinie.

De qui se moque-t-on ?

Ce sont les "vieux" qui organisent des rave-parties à 200 personnes ?

Ce sont les "vieux" qui se promènent sans masque, au mieux sous le menton, y compris dans les lieux fermés ?

Ce sont les "vieux" qui bravent le couvre-feu pour aller faire la fête ou partir en vacances au mépris de toutes les règles de distanciations sanitaires ?

J'ai d'ailleurs entendu ce matin à la radio, des témoignages de "jeunes" tout fiers de jouer les rebelles, de faire fi du couvre-feu, un jeune homme déclarant au micro du journaliste qu'il avait "bien eu les flics", et une jeune parisienne expliquant avoir fait une attestation bidon pour aller aux obsèques de sa mère, soi-disant décédée à Trouville sur mer.  Par chance, la brave dame n'habite pas Trouville et n'est pas décédée, mais sur le plan de la morale, on ne peut que trouver ça "moyen"…

Dans une revue médicale réputée, on nous annonce sans rire, l'intention d'une "nouvelle approche" basée sur "un contrat social clair et transparent" entre les générations, car le Covid-19 est là pour durer.

Selon ces cinq membres du conseil scientifique français, dont son président, le contesté professeur Delfraissy, la fin de cette crise sanitaire mondiale sera continuellement repoussée "sine die" puisque de nouveaux variants émergeront sans cesse, rendant, selon eux, les vaccins peu efficaces.

Il faudrait donc trouver une nouvelle approche passant par la mise en place d'un contrat social qui se baserait sur l'acceptation des jeunes générations à vivre avec les mesures de prévention (masques et distance physique). En contrepartie, les personnes plus âgées et vulnérables seraient contraintes de s'auto-isoler, ad vitam aeternam, afin de réduire leur risque d'infection. Ces "scientifiques" arguent du fait qu'il n'est plus possible d'utiliser une succession de confinements généralisés comme réponse au Covid-19. Considéré comme une mesure par défaut, il ne devrait plus mis en œuvre qu'en dernier recours.

Mon médecin m'a d'ailleurs proposé le vaccin Astra Zaneca, tout en me précisant qu'il ne me protégerait probablement pas contre grand-chose, mais qu'il n'y avait que ça…

Venant juste de lire dans la salle d'attente un article sur les 25% d'effets secondaires constatés avec ce laboratoire, je lui ai dit ma réticence. Réponse : les effets secondaires, on sait les soigner… Ben voyons… J'ai donc décliné son offre et j'attends que les places en centres ré-ouvrent pour préférer le Pfizer ou le Moderna, peut-être en mars, peut-être en avril, on verra bien… ou pas ? Et si vous attrapez le virus, a-t-il continué ? Et bien si c'est mon destin, je n'aurais plus qu'à crever. Il m'a alors rétorqué que j'avais raison et que la mort n'était pas un problème en elle-même. Il est rigolo, mon médecin référent, vous ne trouvez pas ?

Revenons à notre auto-confinement à vie… Comme les populations jeunes ne coopèreront plus à la longue et qu'elles sont à faible risque (SIC), et attendu que les "vieux" ne gueuleront pas et ne servent plus à grand-chose (oui, là j'exagère, mais pas tant que ça)… on nous explique que ce type d'argument a été communiqué au gouvernement français, pour guider sa politique de lutte contre la pandémie.

Ayant rarement entendu un tel ramassis de conneries déblatérées avec l'accent de la vérité, je me demande si je ne vais pas aller me suicider tout de suite ? Quelle différence avec les sociétés de certains pays, notamment asiatiques, où les personnes plus âgées sont quand même un peu plus respectées… heureusement que jusqu'ici, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2021 5 29 /01 /janvier /2021 08:00

Ne me demandez pas ce que c'est un reconfinement hybride… à part qu'il s'agit d'un nouveau terme utilisé par l'exécutif pour "faire bien", je n'en ai pas la moindre idée.

Alors que la situation sanitaire se dégrade à nouveau et que les nouveaux variants (il ne faut pas dire mutants, ce n'est pas politiquement correct) menacent, la piste d'un 3ème confinement "hybride" semble se préciser, et donc avec lui, le retour du journal de marche quotidien du "confiné", version 3.0.

La calendrier va s'accélérer dans les prochains jours, et l'exécutif va nous asséner sa décision d'ici la fin de la semaine, après examen des réactions et après avoir prévenu que le couvre-feu à 18h00 n'était pas suffisant pour lutter contre la propagation du Covid-19.

L'hypothèse la plus probable, à ce stade, est donc ce fameux confinement hybride (on va sûrement nous expliquer d'ici là) est notre sort sera scellé ce week-end. Ira-t-on vers une allocution présidentielle dimanche ?

C'est bien possible, cette piste tient actuellement la corde. Attendre mercredi serait quasiment impossible, car les projections liées aux variants/mutants ne permettraient pas "ce luxe". Cela donnerait l’impression qu’on en rajoute aux français qui n’en peuvent déjà plus, mais le reconfinement paraît être un scénario inéluctable.

 

Quant à ses modalités, l'exécutif cherche l'équilibre, souhaitant aller vers cette fameuse "formule hybride". Des indiscrétions ont filtré (peut-être pour jauger les réactions) vers un reconfinement plus ouvert pour les jeunes, moins dur, quoi, tandis que l'exécutif fait semblant de s'inquiéter des impacts psychologiques d'un troisième confinement, dont il se fiche pas mal. Rééquilibrer en faveur des jeunes, serait l'idée, mais la décision finale du chef de l'État ne serait pas encore prise.

La priorité sanitaire pourrait tout balayer si d'ici au week-end les chiffres se révélaient trop inquiétants, ce qui risque d'arriver. Le retour des étudiants en présentiel, à la fac un jour par semaine, avait été annoncé la semaine dernière, mais pour l'instant, on nous parle plutôt de vacances rallongées, option principale sur laquelle travaillerait le gouvernement. Une telle mesure permettrait de freiner la circulation du variant-mutant à moindres frais, tout en profitant de l'interruption de février.

 

Jean-Michel Blanquer, l'inénarrable ministre de l'éducation n'y serait pas vraiment favorable, mais une de ses éminentes collègues a récemment déclaré avec ironie que "Blanquer, c'est la boussole qui montre le sud". L'autre débat qui agite l'exécutif, est le sort des commerces dits "non essentiels". Va-t-on jouer l'acte II du débat sur ce qui est essentiel ou ce qui ne l'est pas ?

La piste consisterait en des jauges restreintes, des créneaux d'ouverture ou des prises de rendez-vous obligatoires chez les commerçants. C'est un discours contradictoire. Comment expliquer aux parents que leurs enfants doivent rester confinés à la maison mais qu'on peut toujours se rendre chez le coiffeur, moyennant de menus aménagements ?

La question des limitations de déplacement est aussi sur la table, et le Premier ministre aurait sondé les parlementaires à ce sujet. Nous ne savons donc pas encore s'il faut s'inquiéter ou non, car jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Solexine le Catalan !
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • Le président Carles Puigdemont a été arbitrairement arrêté en Sardaigne.
    L ’ex président Catalan Carles Puigdemont va comparaître devant un juge en Italie. Aujourd'hui député européen, il a été arrêté jeudi soir, dès son arrivée en Sardaigne, à la descente de l'avion. En 2018, il avait déjà été arrêté quelques jours, en Allemagne,...
  • Obligation vaccinale : que risquent les professionnels réfractaires ?
    C'est la fin des deux mois de sursis accordés depuis l'annonce présidentielle du 12 juillet dernier. L'obligation vaccinale entre en vigueur aujourd'hui, 15 septembre, pour plusieurs corps de métiers. Les salariés des hôpitaux et des EHPAD, les soignants,...
  • La France rend un hommage national à Jean-Paul Belmondo aux Invalides
    La cérémonie, à la fois solennelle et populaire, débutera jeudi à 16 h 30, dans la cour des Invalides, par un éloge funèbre du président. Notre Bébel national étant un symbole éclatant de la France sous les 30 glorieuses, il sera difficile de ne pas voir...
  • Les vacances sont finies, mais pas les soucis...
    Hello les amis, je suis de retour… Hélas, après les vacances, le virus galope toujours. Pire : en villégiature, j'ai pu constater des comportements étranges… qui ne vont rien arranger. Dans une sous-préfecture de la côte Aquitaine, force est de constater...
  • Qu'est ce que le plan blanc ?
    Après certains hôpitaux des Pyrénées-Atlantiques, sur la côte basque, et de PACA, le "Plan blanc" est déclenché dans les hôpitaux corses. Ça part mal… de nouvelles mesures ont été prises dès le 3 août en France pour lutter contre la flambée des cas de...
  • Loi sanitaire anti-Covid : ces nouvelles mesures qui confinent à l'absurde
    Masques obligatoires en extérieur mais pas en intérieur, pass sanitaire sans pièce d'identité, mesures d'isolement avec pause à midi et le soir... Les dispositions du projet de loi sanitaire pourraient se traduire par des situations ubuesques, et certaines...
  • Les nouvelles mesures sanitaires vont faire couler beau coup d'encre…
    I – Vaccination obligatoire. La vaccination sera obligatoire pour les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, cliniques, EHPAD, maisons de retraite, professionnels et bénévoles, y compris à domicile. Les personnes concernées auront jusqu’au...

Pages

Catégories