Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 08:00

Selon une étude de "Santé Publique France", le variant Omicron provoquerait des symptômes plus "légers" que le variant Delta. Le nouveau venu s'attaquerait notamment moins aux voies respiratoires, tout en étant beaucoup plus contagieux.

Omicron ou Delta, selon les médecins, ce ne serait pas la même chose, et les symptômes ne seraient pas exactement les mêmes. Le groupe "Santé Publique France" vient même de recenser ceux du nouveau variant. Dans le trio de tête, on retrouverait la fatigue chronique, la toux ou encore la fièvre. Ces symptômes, s'ils ne sont pas toujours tous présents, semblent au moins communs à tous les Coronavirus.

Omicron présente toutefois la particularité de possibles éruptions cutanées, ressemblant peu ou prou à celles causées par des punaises de lit, et parfois encore, des fortes sueurs nocturnes. Si c'est une nouveauté par rapport au variant Delta, les scientifiques ont remarqué qu'avec Omicron, vous avez (un peu) plus de chances de garder votre goût et votre odorat, certains osent propager l'idée qu'Omicron, plus contagieux, n'est pas mortel, ce qui est totalement faux. Allez donc le dire aux familles endeuillées par Omicron…

Ce variant Omicron semble malgré tout (un peu) moins virulent pour les personnes complètement vaccinées, et si c'est avéré, c'est plutôt une bonne chose. Le docteur Davido, infectiologue à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (92) explique que la propriété d’Omicron est d'avoir (peut-être) des symptômes (un peu) plus bénins et (un peu) plus ORL. Cela serait du au fait que ce nouveau virus variant aurait (un peu) plus de mal à s’accrocher sur le poumon, et donc, à créer des pneumonies.

C'est ce qui ferait toute la différence dans les services de réanimation, où il a été constaté que les patients nouvellement affectés par Omicron, présentent des formes moins graves, qui ne les amèneraient pas nécessairement en réanimation, ce qui n'empêche pas une certaine dangerosité, ni une évolution parfois mortelle. Moins agressif (tout est relatif), mais beaucoup plus contagieux, c'est la raison pour laquelle Omicron est devenu majoritaire en seulement quelques semaines sur notre territoire, car actuellement, près de 8 cas positifs sur 10 lui sont dus, à ce fichu variant.

Paradoxalement, ce déferlement Omicron fait naître un (léger) vent d'optimisme. S'il est encore bien trop tôt, et tout à fait prématuré d'envisager une évolution favorable, ou même la fin de la pandémie, l'observation du passé apporte son lot d'enseignements sur la manière dont cette crise pourrait, enfin, s'achever. Peut-être est-ce le dernier variant ?

En pleine flambée épidémique en France et dans le monde, Omicron est tellement contagieux qu'il va toucher toutes les populations, et donc probablement entraîner une immunité renforcée. Il y aura bien sur de la "casse" et de nombreuses victimes, mais ceux qui s'en sortiront seront mieux armés après son passage.

De nombreux scientifiques verraient en effet dans cette nouvelle mutation, l'espoir d'une possible sortie de la crise sanitaire. Omicron amène (peut-être) un nouveau chemin sur l'évolution de la pandémie, et devrait circuler partout dans les deux prochains mois.

Il est à espérer que l’infection commence ensuite à s’atténuer, car d'éminents épidémiologistes envisagent cette hypothèse. S'il est bien trop tôt pour apporter une réponse quant à la suite des événements, et au devenir de ce virus, un retour sur l'évolution et l'extinction des pandémies qui ont marqué l'histoire de l'humanité pourrait (peut-être) nous éclairer sur ce qui nous attend, car jusqu'ici… tout va (presque) bien…

 

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 08:00

Si vous avez survécu à la première partie, où je vous expliquais pourquoi je n'aimais pas Noël et à la seconde où je décortiquais le pire cadeau de Noël de la dernière décennie, accrochez vous bien pour la troisième partie, car je vais vous expliquer comment pourrir Noël. Vous voulez continuer ? Tant pis pour vous…

Le pourrissement a peut-être déjà bien commencé avec les autres invités, genre votre cousin a choisi cette soirée en famille pour faire son coming-out, ou la tante Jeannine annonce qu'elle vient de se pacser avec un jeune de 30 ans, star du X sur Internet.

On peut donc penser que ce réveillon ne sera pas meilleur que celui de l'an dernier, car vous l'avez senti depuis l'apéro. Politique, argent, il ne suffit pas de grand-chose pour que ça dégoupille parfois, mais si vous voulez vraiment plomber l'ambiance, voici deux ou trois pistes pour allumer la mèche.

1 - "Macron, il va quand même pas avoir le culot de se représenter en 2022, si ?"

2 - "La prochaine fois,  on essaye le traiteur, non ? Parce que là .."

3 - "Hé dis donc, tu sais comment on l'a fabriqué ton foie gras ?"

4 - "De toute façon, tout ça, c'est la faute des immigrés."

5 - "Moi cette année j'avais mis tous vos cadeaux sur eBay."

6 - "Moi les restos du cœur, je donne pas, c'est magouille et compagnie leur truc."

7 - "C'est moi où il est pas frais ton poisson ?"

8 - "Alors, le fonctionnaire, toujours en vacances ?!"

9 - "Oui, enfin depuis Mitterrand c'est quand même le foutoir dans ce pays !"

10 - "Ben quoi, c'est pas ma faute si on n'arrive pas à la caser, ta fille ?"

11 - "En tout cas, on est certains que t'as pas tout misé sur le vin"

12 - "C'est toi qui a fait la bûche ? Ah… On en trouve des bonnes chez Picard."

13 - "Et toi, toujours pas d'boulot ?"

14 - " C'est bizarre comme déco, la nappe en papier..."

15 - "De toute façon j'irai même pas voter !"

16 - "Dis Martine, tu peux demander à ton gosse de la fermer ? Sinon..."

17 - "Oui, on dit qu'il n'y a que le geste qui compte, mais quand même... "

18 - "Bon, on bouffe ou quoi… ?"

19 - "Encore des oeufs de lump ?! Y'avait plus de caviar chez Lidl ?"

20 - "Heu… Elle datent de quand, tes huîtres ?"

Noël, son chapon, son sapin… et sa dispute ! Pour beaucoup de familles, les fêtes riment plus avec règlement de compte qu’avec joie ou partage. Voici une analyse et quelques pistes pour s’en sortir :

Si 39% des Français craindraient de s’étriper autour de la bûche (ce qui est le comble pour une période dont les maîtres mots sont bonheur et partage), certaines prises de bec, mineures, arrivent à être surmontées. Souvent il suffit d’une petite étincelle pour enflammer les discussions et transformer le repas en guerre de tranchées. Le déroulement d’une journée de Noël ressemble à une pièce de théâtre, genre huis-clos oppressant. Tout le monde passe une longue journée ensemble, avec chacun son rôle bien défini. Le décor est très soigné, mais dès qu’on sort de la mise en scène prévue, cela peut tourner à la catastrophe. Il suffit d'un rien, d'un prétexte, pour lancer les hostilités. Noël est un rendez-vous incontournable pour la famille entière qui doit atteindre la perfection, alors que ça n'arrive jamais. Cela parait banal mais c’est beaucoup de stress, car on est loin d'un moment naturel. La réussite est d’autant plus mise en péril que s’étire la journée passée à table et que les verres s’accumulent.

Noël est l’unique moment de l’année où la famille retrouve sa structure initiale et se réaffirme autour de sa tradition. Les jeunes adultes redeviennent des enfants et les plus âgés reprennent leur rôle de parents. Ce retour en arrière a pour conséquence majeure de faire ressurgir du passé des frustrations, des rivalités ou des problèmes de famille. Tout déballer ensemble, est peut-être utile, tant que ce n’est pas trop violent, mais choisir Noël, comme moment pour le faire n’est assurément pas judicieux, car cela peut laisser des traumatismes chez beaucoup.

Entre les problèmes de famille, les petits riens qui font déraper les esprits, ou une discussion dérivant sur les sujets tabous, tout peut rendre le repas invivable. Malgré ces risques, il est possible de passer la fête avec moins de tension. Raccourcir le repas ou la journée est la première chose à faire, parce que rester plusieurs heures à table, est vraiment exaspérant pour la plupart des gens. Il est également possible d'envisager de déminer le terrain en amont avec une réunion familiale. C'est toutefois très compliqué à réaliser, mais si cela marche, un véritable changement dans la vie de famille est possible. La fuite peut aussi s’avérer un bon choix, si la situation parait désespérée.

Et pourquoi pas un Noël à s’occuper de soi, seul ou avec un ami, à faire du bénévolat, à passer à l’étranger ? Certains vous diront : Tout, mais pas en famille ! et vous ?

 

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 08:00

Le titre résume tout et cette interrogation est fort possible.

En quelques années, Les "Tuche" se sont imposés comme une saga à part dans le paysage de la comédie française. Avec leur ton décalé, leur univers de caricature, de stéréotypes et d'outrances absurdes, chaque film a réussi à rassembler des centaines de milliers puis des millions de spectateurs.

Pour Noël 2021, Les "Tuche 4" débarquent et s’attaquent à la casse sociale et aux GAFA, avec la troupe de comédiens bien connus et un nouveau venu : Michel Blanc, qui fait quelques ravages (qu'allait-il faire dans cette galère) ? Invité spécial : un pull de Noël.

Ben voilà… Pour Noël, les ricains font Venom et nous… les Tuche (!), avec monsieur Rouve qui nous traite de "fin de race". L'élite française vient de sortir un nouveau film, une sorte de franchise bâclée, mais de plus en plus politique, mâtinée de publicité pour la "française des jeux".

Ce quatrième volet de la saga Tuche était prêt depuis plus d'un an, mais Pathé a pris la décision radicale d'annuler la sortie initiale en fin 2020, et de ranger les "Tuche 4" dans un carton, jusqu'au Noël suivant, pour cause de crise sanitaire. Ce film porte en lui l'urgence dans laquelle il semble avoir été fabriqué.

Entre la famille Tuche et le public, on ne peut pas dire que ça ait été le coup de foudre immédiat. En 2011, le premier volet de cette franchise a attiré 1,5 million de spectateurs. C'est un score très enviable, mais pas le raz-de-marée attendu. En 2016, la suite a fait mieux, avec le triple de spectateurs (4,6 millions d'entrées), ce qui a installé les Tuche dans la culture (!) populaire française, et ce à tel point que le 3ème volet, a fait près de 5,7 millions d'entrée, en 2018.

On comprend mieux pourquoi Pathé a voulu assurer le coup, et reporté la sortie du volume 4, car les salles de cinéma étaient tenues, en 2020, de respecter des jauges strictes. Le succès de ces comédies "lourdes" à la française, genre cinéma social, ressemble à une anomalie. Leurs deux interprètes principaux, Isabelle Nanty et Jean-Paul Rouve, sont globalement appréciés mais c'est tout. La réalisation n'a rien d'époustouflant et le filon des gens modestes gagnant au loto a déjà été exploité dans un millier de comédies de boulevard ainsi que dans quelques autres navets plus ou moins réputés.

Si le cinéma populaire, s'agissant de comédies ou même de films romantiques, se tourne le plus souvent vers les milieux aisés, c'est juste que des personnages sans budget ne peuvent ni voyager à l'autre bout du monde, ni s'offrir des mariages somptueux, ni inviter leurs 3000 potes à passer le week-end dans leur résidence secondaire, ce qui n'est pas pratique quand on veut que le grand public oublie son quotidien.

Ce navet envoie du rêve en faisant gagner des millions d'euros à une famille de prolétaires, un peu comme les célèbres publicités de la française des jeux, quasiment passées dans le langage courant (au revoir, président) ou (c'est le jeu, ma pauv' Lucette).

L'humour bien gras de ce navet de Noël repose sur que fait que ces malheureux Tuche (vous ?) ne maîtrisent pas les codes des riches. Incapables de les assimiler, les Tuche font ce qui leur passe par la tête. Le réalisateur a peut-être pensé à une aventure rafraîchissante qui permet au spectateur d'oublier les fins de mois difficiles et la pandémie, au moins temporairement, en vivant un rêve de beauf par procuration.

Ces gags bien bien lourds se veulent accessibles à tous, mais les mécanismes comiques usés jusqu'à la corde depuis sont réutilisés encore et encore. Les auteurs font dire n'importe quoi aux personnages, et enchaînent les jeux de mots plus que pourris. Le personnage joué par Michel Blanc (Marteau) peine à finir un film d'une centaine de minutes, mais une certaine conscience politique a gagné l'univers tuchesque aux faibles neurones. Mépris de classe ? Je n'ai pas réussi à le cerner, tant le film part dans tous les sens, se moquant de ses propres personnages, mais critiquant aussi le progrès avec les éternelles vannes sur les pauvres, sur fond de pommes de terre et d'alcool. Se voulant moraliste (l'homosexualité finit par ne même plus être un sujet), l'approche de la valeur travail reste assez floue, avec des railleries sur ces "salauds de pauvres" et des propos anticapitalistes (le méchant Magazone).

Le public rêve de gentillesse, de bienveillance et de retour aux choses simples, mais ces Tuches là, en attendant la saison 5 déjà annoncée, restent une redoutable machine à billets, même si jusqu'ici tout va bien, et que les ""Tuche 4"" sont un des pires cadeaux de Noël de la décennie…

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2021 4 09 /12 /décembre /2021 08:00

Plus le temps passe et plus je déteste Noël. Fêter Noël est plus une corvée qu'un plaisir, surtout lors de ces fameux repas où il est de bon ton de faire "comme si" et de sourire à ceux qu'on ne peut pas encadrer… Au travail ou en famille, on enchaîne donc les repas et les cadeaux. Il st de bon ton d'être sur son 31, juste pour la photo qui donne l'impression d'être une famille unie, bien que ce soit juste une apparence pour le faire croire. A croire que certains, notamment ceux qu'on ne voit jamais, viennent uniquement pour recevoir leur cadeau et se barrer le plus vite possible. Passer un moment en famille n'est-il pas censé être l'esprit des fêtes ? Ooops, j'ai dit une bêtise.

Le réveillon concours de cadeaux (à qui offrira le plus cher) est assez "intéressant". Les petits n'ont pas la notion de l'argent et se foutent que leur cadeau coûte un bras. Pourtant, certains les couvrent de vêtements de marque et de cadeaux coûteux. Certains, même, n'hésitent pas à annoncer le prix à la cantonade, preuve que Noël est devenu quelque chose d'incroyablement commercial.

Les chants de Noël sucrés diffusés dans les rues me saoulent et me font plus penser aux magasins qu'à la soi-disant magie de Noël, fête qui ne ressemble plus à rien. Il y a même des invités qui passent la soirée dans un coin, à jouer sur leur téléphone en montrant bien leur lassitude.

En 2021, on a besoin d'un jour particulier pour réunir ceux qu'on aime sur rendez-vous. On en est là, car la magie ne suit pas, et la plupart des gens jouent un rôle hypocrite à Noël. Un petit comité sympa est souvent préférable aux longues tablées, avec dispute assurée autour de la dinde, ou aux repas qui finissent à 3 heures du matin. Ce n'est pas si mal, une famille disséminée un peu partout en France, où chacun fête dans son coin. Tranquillité assurée, car aucun coup de fil ne viendra troubler le simulacre de repas de Noël, et tout ce qui va avec. La maison est décorée, on mange du foie gras, des huîtres et tout le toutim, histoire de faire comme tout le monde. A 21h30, tout est fini et chacun retourne à ses occupations malgré les efforts louables de la maîtresse de maison.

En fait, ce que je déteste, ce n'est pas tant Noël, que les pressions normatives qui en découlent. Tout le monde fait semblant d'être heureux, se croit obligé de faire comme si tout allait bien, de soigneusement choisir les mots, au cours des conversations, et pour ne froisser personne, et d'éviter certains sujets. Il ne faut surtout pas faire de vague le soir du réveillon, car l'alcool aidant, ça pourrait partir en vrille.

Alors autant se jeter sur le navet de Noël qui repasse pour la énième fois à la télé. Ces nanars sont inégalement bons, et même plutôt mauvais, mais se voulant réconfortants et délicieux. Il doit exister, quelque part sur terre, une machine automatique qui réalise ces téléfilms de Noël. Il lui faut peu de paramètres et peu de moyens. À la fin, il suffit de jeter de la neige artificielle sur un jeune couple improbable, que tout semblait séparer, et de faire chanter quelques niaiseries à quelques chiards. Cela commence toujours par un(e) jeune (femme/homme) pas très heureux dans sa vie à cause de (rayer la mention inutile), sa carrière envahissante, son deuil, son argent, sa solitude ou son arrogance, mais le miracle de Noël, avec force gâteaux à la cannelle et sucres d'orge, remettra les amoureux sur le droit chemin du couple américain, souriant, monogame et hétéro qui habite dans une charmante petite ville.

La pseudo-magie de Noël est entretenue par ces navets adorablement niais, particulièrement mal interprétés, et dont le scénario est écrit avec les pieds. Je ne m'inquiète pas car le héros ou l'héroïne sera remis(e) sur le droit chemin par un voyage inattendu, coincé(e) dans une petite ville blanche qui vote Trump, où iel retrouvera les bonnes valeurs : des morveux braillards, des voisins envahissants et des hommes endeuillés... Un chef-d’œuvre, on vous dit.

Vous êtes déjà proches de l’indigestion ? Ne crachez pas vos marrons glacés et enchaînez la soirée… avec d'autres épisodes ou votre smartphone.

Si la période Noël vous met le moral à zéro, j'espère que vous éviterez ces daubes cinématographiques intersidérales, capables d'énerver quiconque aurait voulu attendre le gros type en rouge. Pour éviter les déconvenues, éteignez la télé et regardez le sapin, c'est plus sûr. De toute façons, le père Noël ne viendra pas, car il est mort du Covid, mais ouf : jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2021 2 07 /12 /décembre /2021 08:00

Le premier sinistre vient d'annoncer, le 6 décembre, les nouvelles mesures destinées à freiner les effets de la 5ème vague du coronavirus. Elles concernent l'école, les discothèques et la vaccination. C'est l'occasion de vous aider à compléter votre agenda de décembre, après cette énième réunion du conseil de défense sanitaire, à 3 semaines des fêtes de fin d'année.

Jeudi 9 décembre - Le protocole de niveau 3 entre en vigueur dans les écoles primaires. Il renforce les pratiques de prévention et nos malheureux enfants de primaire devront donc porter le masque dans les cours de récréation, en plus des salles de classe. La pratique des sports collectifs sera réduite, l'extérieur et la distanciation seront privilégiés, et les pratiques à faible intensité physique seront favorisées (compatibilité avec le port du masque). Quid des vestiaires ?

Vendredi 10 décembre - Le rideau des discothèques sera baissé. En effet, les "boy toff night" ferment à nouveau leurs portes, cette fois pour 4 semaines. Cette mesure, annule de facto la soirée du Nouvel An, sur laquelle comptaient les patrons de boîtes, déjà en grande difficulté. Il conviendra peut-être de se rabattre sur les clubs libertins (non, je plaisante). Dans la précédente période de fermeture, ils n'avaient curieusement pas été touchés par la décision de fermeture.

Lundi 13 décembre - Une nouvelle phase du protocole de niveau 3 s'appliquera pour les établissements scolaires, et impliquera des changements pour la restauration des élèves. Il est question de limiter dans les cantines, le brassage entre élèves pour éviter les contaminations. Les repas seront pris par classe entière avec une distanciation augmentée. Le port du masque étant bien sur impossible pendant les repas, la stabilité des groupes obligera les élèves à déjeuner tous les jours à la même table, avec une distanciation minimale de deux mètres avec ceux des autres classes.

Mercredi 15 décembre - Les enfants à risque (asthme sévère, obésité, maladie cardiaques, pulmonaires, déficit immunitaires, etc.) pourront recevoir un vaccin à partir du 15, s'ils ont plus de cinq ans (350.000 enfants concernés), selon les recommandations de la Haute autorité de Santé.

Lundi 20 décembre - La date n'est pas confirmée, mais avec le feu vert des autorités sanitaires, la vaccination pourrait être ouverte à tous les enfants de plus de 5 ans, sur la base du volontariat.

Avertissement non daté : Le premier sinistre a appelé à "lever le pied" dans les interactions sociales, jusqu'aux fêtes de fin d'année, pour les événements festifs et conviviaux, y compris dans la sphère privée. Verra-t-on ainsi le retour de Papi et Mamie relégués dans la cuisine pour manger leur demi-bûche, seuls, juste avant de se défenestrer ?

De même le télétravail est appelé à faire son retour, dans la mesure du possible (2 à 3 jours hebdomadaires) dans le privé et pour 3 jours hebdomadaires au minimum dans le public. Les pots de départs, réunions et moments de cohésion festives en entreprise sont appelés à être suspendus.

Même si les variants Delta (et surtout le nouveau Oh Macron) sont très contagieux et que l'efficacité vaccinale s'émousse avec le temps, on est en droit d'être inquiets pour les futures mesures à venir.

A ce propos, avez-vous remarqué le retour de l'attestation de déplacement, cette fois ciblée par lieux, sur l'application "Tous Anti-Covid" ? Heureusement que jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2021 4 25 /11 /novembre /2021 08:00

Face à la 5ème vague de Covid-19, le gouvernement doit présenter aux parlementaires plusieurs mesures, que le sinistre de la santé doit annoncer aux Français ce jeudi à la mi-journée. Parmi elles, se trouve l'ouverture de la dose de rappel à tous les majeurs. Celle-ci débutera dès samedi.

Alors que plus de 32.000 nouvelles contaminations viennent d'être enregistrées, l'exécutif s'est réuni à l'Élysée pour un nouveau conseil de défense sanitaire. Les mesures doivent être présentées aux Français lors d'une conférence de presse. Le gouvernement a d'ores-et-déjà soumis ces annonces aux parlementaires, voici ce qui a fuité :

- La dose de rappel va être élargie à tous les plus de 18 ans dès samedi. À ce jour, seuls les plus de 65 ans, les personnes avec des comorbidités et les professionnels de santé demeurent éligibles, avant les plus de 50 ans dès le 1er décembre. Selon le sinistère de la Santé, plus de 6 millions de Français ont déjà reçu ce rappel.

- Le pass sanitaire sera conditionné à l'injection de cette troisième dose. Cette mesure prendra effet à partir de mi-janvier. Seuls les plus de 65 ans devaient initialement être concernés par cette restriction, à compter du 15 décembre, mais la donne a changé. D'ailleurs, en matière de Covid, ça change presque tous les jours.

- Le délai de la dose de rappel va passer de 6 à 5 mois après la dernière injection. Cette mesure reste conditionnée au feu vert de la haute autorité de santé, qui doit rendre un avis sur la question. Tant mieux car, sauf erreur de ma part, notre cher président n'est pas médecin.

- Pour les non-vaccinés, la durée de validité des tests pour le pass sanitaire passera de 72 heures à 24 heures. C'est sans nul doute une manière d'accentuer la pression sur les 6 millions de Français pas encore vaccinés, mais je m'interpelle. Vu qu'il faut la plupart du temps plus de 24 heures pour obtenir les résultats, le test ne sera-t-il pas déjà périmé lors de sa délivrance ?

- Le port du masque deviendra obligatoire en intérieur dans tous les établissements recevant du public, y compris ceux où le pass sanitaire est exigé.

- Concernant le port du masque en extérieur, la décision sera être prise selon les territoires, par les préfets.

- Les contrôles seront renforcés autour du pass sanitaire dans les établissements recevant du public (bars, restaurants...) et aux frontières.

Les mesures complémentaires éventuelles feront l'objet d'une nouvelle note sur le blog, car jusqu'ici, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
18 novembre 2021 4 18 /11 /novembre /2021 08:00

Face à la 5ème vague, le célèbre professeur Delfraissy, par ailleurs, président du conseil scientifique, appelle les français à se faire vacciner, alors que le pays fait face à un rebond important des cas de Covid-19. Jean-François Delfraissy a prévenu d'emblée, "la vaccination ne va pas être suffisante". En effet, depuis plusieurs semaines, les pays européens font face à une hausse vertigineuse du nombre de cas.

La 5ème vague annoncée est une vraie vague et n'épargnera pas la France (plus de 20.000 nouveaux cas de contaminations, hier), a-t-il précisé. Ce niveau record a battu celui d'août dernier.

Delfraissy met en avant le taux de vaccination de la France (plus de 76% de Français sont vaccinés) et la donne a donc changé : Le vaccin fait le job sur la protection contre les formes graves et sévères. Pour les anciens et les plus faibles, le boost de l'immunité de la 3ème dose est déjà quasi immédiat. Une nuance néanmoins : Le vaccin ne fait pas le job aussi bien qu'on l'aurait imaginé contre la transmission, et il faut absolument associer un retour des mesures de précaution (gestes barrière).

A quoi s'attendre pour les fêtes de fin d'année ? Nul ne le sait et le président du conseil scientifique affiche un optimisme "mesuré". Il prescrit de continuer absolument les autres mesures de protection, comme le masque, le lavage des mains, l'aération des pièces, la distanciation, etc. Hum… Quand on voit ce qu'on voit, on a bien raison de penser ce qu'on pense et d'être inquiets.

Nous sommes actuellement sur un taux de 1200/1400 hospitalisations par jour. Les premières vagues provoquaient autour de 2500/3000 hospitalisations quotidiennes. Notre score est encore élevé, mais pour l'instant, reste tenable, semble-t-il.

Pour le professeur en virologie, cela montre qu'il faut continuer à vacciner, mais jusqu'à quand ? Personne n'est capable de savoir si la couverture vaccinale sera durable, et si elle l'est, pour quelle durée ?

Heureusement que jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2021 4 04 /11 /novembre /2021 08:00

Face à la reprise de l'épidémie de Covid-19, le masque redevient obligatoire dans les écoles primaires de 39 départements supplémentaires, et ce dès le lundi 8 novembre 2021. À partir de la semaine prochaine, en effet, dans les départements où le taux d'incidence est remonté au-dessus de 50 pour 100.000 habitants, le masque va être à nouveau obligatoire pour les enfants des écoles concernées. Cette indication a été donnée dès le mercredi 3 novembre, à l'issue du conseil des ministres. Elle concerne des départements où le masque n'était plus obligatoire pour les enfants. Le principe est le suivant : en cas d'amélioration de la situation sanitaire, les mesures sont allégées. Dans l'autre sens, si que la situation se dégrade, il faut au contraire réactiver un certain nombre de mesures. Le passage du taux d'incidence au-dessus du seuil de 50 pour 100.000 entraîne automatiquement le retour du masque dans les écoles primaires, même s'il avait été levé avant les vacances dans 79 départements (il restait obligatoire dans 19 autres). Cela va donc porter à 61 les départements où les élèves devront le porter. Ailleurs, le masque est obligatoire pour tous les élèves à partir du collège, ainsi que pour tous les personnels. Les enfants scolarisés en maternelle en sont, eux dispensés.

Voici la liste des départements où le taux d'incidence dépasse les 50 cas pour 100.000 habitants : Allier - Maine-et-Loire – Corrèze - Indre-et-Loire - Eure-et-Loir - Haute-Saône - Pas-de-Calais - Côtes-d'Armor - Puy-de-Dôme - Saône-et-Loire – Loiret – Marne – Orne – Aisne – Vienne - Haute-Loire – Eure – Somme – Oise – Manche – Finistère – Dordogne - Seine-Maritime - Moselle - Côte-d'Or – Ardèche – Nord - Doubs - Lozère - Meurthe-et-Moselle – Vosges – Charente – Morbihan - Hautes-Pyrénées - Haut-Rhin – Vendée - Deux-Sèvres - Ille-et-Vilaine.

Plus de 100 cas pour 100.000 : Loire – Jura - Lot-et-Garonne - Hautes-Alpes – Lot – Drôme - Seine-et-Marne – Ain - Territoire de Belfort – Aveyron – Essonne - Loire-Atlantique – Isère - Bas-Rhin – Yvelines - Val-d'Oise.

Plus de 150/100.000 : Gers - Seine-Saint-Denis - Val-de-Marne - Corse-du-Sud - Hauts-de-Seine – Tarn - Tarn-et-Garonne - Haute-Savoie – Gard – Vaucluse – Calvados - Alpes-de-Haute-Provence – Savoie - Saint-Martin – Guadeloupe – Paris – Ariège - Pyrénées-Atlantiques – Guyane – Rhône.

Plus de 250 : Landes – Var – Gironde – Réunion - Bouches-du-Rhône – Aude - Charente-Maritime - Haute-Garonne – Hérault - Alpes-Maritimes.

Plus de 500 : Pyrénées-Orientales - Haute-Corse - Martinique.

Plus de 1.000 : Saint-Barthélemy.

Dans le protocole publié en septembre dernier, le ministère de l'éducation nationale avait détaillé les règles. Quatre niveaux ont été établis. Pour le premier, le port du masque n'est pas obligatoire à l'école primaire, mais il l'est en revanche pour les trois autres. Le critère fixé pour descendre au premier niveau est d'avoir un taux d'incidence inférieur à 50 cas pour 100 000 habitants, et ce pendant cinq jours consécutifs.

Comme un malheur n'arrive jamais seul, l’OMS s’est inquiétée ce jour du rythme de transmission du virus "très préoccupant" dans les 53 pays de la "grande région européenne". Une projection table sur un autre demi-million de décès Covid-19, d’ici février, car nous serions dans un nouvel épicentre. L’augmentation des cas s’explique par une couverture vaccinale encore insuffisante et un assouplissement des mesures sanitaires.

Il faut dire qu'on croise de plus en plus de gens sans masque dans les espaces clos et même à la caisse du supermarché, alors que nous devrions être à un taux d’utilisation de 95 % des masques. Même si les nouveaux cas journaliers sont en hausse, ainsi que le nombre des décès, il va être compliqué de se dire que jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 07:00

La campagne de rappel suscite encore beaucoup d'interrogations. Lancée depuis près de 7 semaines, elle ne concerne pas encore tous les Français. Destinée aux patients les plus fragiles, cette nouvelle dose de vaccin doit permettre de lutter contre une baisse progressive de l'immunité face au Covid-19, constatée chez les personnes qui ont complété leur schéma vaccinal. Qui est concerné ? Où et comment se faire injecter cette nouvelle dose ? Quelle protection vous offre cette dose de rappel ?

I - Quelle est la différence entre "troisième dose" et "dose de rappel" ?

- Les deux termes désignent deux injections différentes. La troisième dose permet, chez des patients immunodéprimés, de déclencher une réponse immunitaire initiale. C’est en fait une primo-vaccination.

- Une dose de rappel, c’est une injection effectuée au moins six mois après la primo-vaccination. Il s’agit de stimuler les cellules du système immunitaire, pour qu’il y ait une production durable d’anticorps, et amplifier les "cellules mémoire", qui sont impliquées dans la réponse immunitaire.

 

II - Qui est pour le moment concerné par cette dose de rappel ?

Cette campagne un public vulnérable : les personnes de plus de 65 ans sont concernées en priorité, ainsi que les personnes les plus susceptibles de développer une forme grave du Covid-19, à savoir les personnes présentant des comorbidités ou immunodéprimées. Depuis le 5 octobre dernier, les professionnels de santé, les aides à domicile, les professionnels du transport sanitaire et les pompiers, quel que soit leur âge, sont aussi concernés par cette dose de rappel.

 

III - Où peut-on prendre rendez-vous pour bénéficier de cette dose de rappel ?

Les personnes éligibles peuvent se la procurer chez leur médecin traitant, dans une pharmacie, en cabinet infirmier, ou dans un centre de vaccination encore ouvert. En revanche, si vous avez moins de 65 ans, il vous faudra une prescription médicale prouvant que votre état de santé justifie la dose de rappel.

 

IV - Combien de temps faut-il attendre entre votre deuxième dose et votre dose de rappel ?

Pour les personnes éligibles, il est demandé d'attendre six mois après la dernière injection de vaccin et quatre semaines après une injection unique de Janssen. Les autorités sanitaires se sont basées sur les préconisations de l’agence européenne du médicament.

 

V - Les personnes âgées de moins de 65 ans auront-elles bientôt accès à cette dose de rappel ?

Pour elles, la protection du vaccin est toujours importante. Les autorités sanitaires surveillent de près le nombre de personnes vaccinées admises en soins hospitaliers après avoir été contaminées par le Covid-19. Cette protection peut durer 6, 8, 10 mois ou même un an. Pour ces personnes-là, une dose de rappel n’est pour l’heure pas nécessaire a déclaré la Haute Autorité de santé (en fait, ils n'en savent rien). La campagne de rappel ne s'ouvrira à tous que lorsque l'immunité des moins de 65 ans sera menacée. Cela peut arriver dans les mois à venir.

 

VI - Quels vaccins sont utilisés pour cette dose de rappel ?

Seuls les vaccins à ARN Messager sont autorisés dans le cadre de cette campagne de rappel. Le vaccin Pfizer/BioNTech est privilégié, selon un avis publié par la Haute Autorité de santé. L'agence européenne des médicaments a approuvé l'administration d'une troisième dose de vaccin Moderna aux personnes âgées de 18 ans et plus.

 

VII - Quels sont les effets indésirables qui ont été répertoriés ?

Pour cette dose de rappel, ce sont les mêmes effets qui ont été constatés lors de la primo-vaccination. Des réactions locales (douleurs ou rougeurs) ont été rapportées dans 79,4% des cas, et dans 74,1% des cas, ces troubles étaient de nature systémique (fièvre, douleurs musculaires). Bref, certains d'entre nous ont quand même des chances (?) de mourir dans d'atroces douleurs et d'horribles convulsions. Nan, j'déconne. Heureusement que jusqu'ici tout va bien…

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 07:00

Le conseil des ministres a examiné un projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire jusqu'au 31 juillet 2022, et de la période transitoire de sortie d'état d'urgence sanitaire.

Ces dispositions visent à faire face à une éventuelle recrudescence de l'épidémie de COVID-19, selon le porte-parole du gouvernement. Il a précisé que le pass sanitaire pourrait toutefois être adapté, voire suspendu dès les prochaines semaines, en cas d'évolution favorable.

La période transitoire, entamée le 2 juin dernier en métropole, devait s'achever le 15 novembre prochain, sauf avis contraire de la future loi portant état des diverses dispositions de vigilance sanitaire. Le texte sera discuté à compter du 19 octobre à l'Assemblée nationale.

Pour mémoire, l'état d'urgence sanitaire instauré le 17 octobre 2020, a cédé la place à cette période transitoire, à compter du 2 juin dernier, en métropole.

Cà, c'est la théorie. Dans la pratique, le recours possible au pass sanitaire sera prolongé jusqu’au 31 juillet 2022, au motif de refus du gouvernement d’un désarmement sanitaire précipité. Le projet de loi a donc été présenté en conseil des ministres, mais sous le feu des oppositions qui contestent cette décision d’enjamber l'élection présidentielle (en mode j'ai déjà gagné ?).

Un retour de l’état d’urgence sanitaire est possible, selon le texte, et ce par décret qui sera pris si la situation sanitaire s’aggravait, pour une durée limitée à 30 jours, délai au-delà duquel une loi devra être votée.

Même si on nous dit qu'un tel retour n’est pas à l’ordre du jour, on peut craindre le pire. Si ce texte ne prévoit pas l’état d’urgence éternel, il retarde quand même pas mal le moment où le pass disparaîtra définitivement.

Mais avec tout ça, je suis étonné qu'ils se satisfassent des presque 4000 cas et 50 décès journaliers. Heureusement que jusqu'ici tout va bien…

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Solexine le Catalan !
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • Trop c'est trop...
    De plus en plus de citoyens vaccinés refusent la dose de rappel. Trop, c'est trop : ils n'ont plus confiance, ni en ce vaccin, ni en les dirigeants; à cause des effets secondaires, ou tout simplement pour dire "stop" aux décisions du gouvernement. La...
  • Delta ou Omicron : quelles différences de symptômes entre les deux variants ? et quel avenir ?
    Selon une étude de "Santé Publique France", le variant Omicron provoquerait des symptômes plus "légers" que le variant Delta. Le nouveau venu s'attaquerait notamment moins aux voies respiratoires, tout en étant beaucoup plus contagieux. Omicron ou Delta,...
  • Pourquoi un tel assouplissement des règles d'isolement alors que les contaminations explosent ?
    Janvier 2022, en cette nouvelle année, les contaminations explosent, mais le gouvernement choisit ce moment pour assouplir les règles, avec les premières données disponibles concernant le variant Omicron. Cas contact ou positif au Covid-19 ? Lundi 3 janvier,...
  • Comment essayer de passer un Noël sans dispute ?
    Si vous avez survécu à la première partie, où je vous expliquais pourquoi je n'aimais pas Noël et à la seconde où je décortiquais le pire cadeau de Noël de la dernière décennie, accrochez vous bien pour la troisième partie, car je vais vous expliquer...
  • Les "Tuche 4", le pire cadeau de ce Noël ?
    Le titre résume tout et cette interrogation est fort possible. En quelques années, Les "Tuche" se sont imposés comme une saga à part dans le paysage de la comédie française. Avec leur ton décalé, leur univers de caricature, de stéréotypes et d'outrances...
  • La face cachée de Noël (part 1).
    Plus le temps passe et plus je déteste Noël. Fêter Noël est plus une corvée qu'un plaisir, surtout lors de ces fameux repas où il est de bon ton de faire "comme si" et de sourire à ceux qu'on ne peut pas encadrer… Au travail ou en famille, on enchaîne...
  • L'agenda des nouvelles mesures… ça pique un peu…
    Le premier sinistre vient d'annoncer, le 6 décembre, les nouvelles mesures destinées à freiner les effets de la 5ème vague du coronavirus. Elles concernent l'école, les discothèques et la vaccination. C'est l'occasion de vous aider à compléter votre agenda...

Pages

Catégories