Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 08:00

Janvier 2022, en cette nouvelle année, les contaminations explosent, mais le gouvernement choisit ce moment pour assouplir les règles, avec les premières données disponibles concernant le variant Omicron.

Cas contact ou positif au Covid-19 ? Lundi 3 janvier, les mesures d'isolement évoluent et s'assouplissent. Les personnes positives avec un schéma vaccinal complet s'isoleront 7 jours, quel que soit le variant. L'isolement pourra être levé au bout de 5 jours, en cas de test (antigénique ou PCR) négatif. Les non-vaccinés devront en revanche s'isoler 10 jours, avec sortie possible au bout de 7 jours, dans les mêmes conditions.

Par ailleurs, il n'y aura plus de quarantaine pour les cas contact avec schéma vaccinal complet, qui devront cependant faire des tests réguliers.

Pourquoi un tel assouplissement des règles d'isolement alors que les contaminations explosent ?

- 1 - Pour limiter la désorganisation de la société...

Le conseil scientifique avait prévenu de l'extrême contagiosité d'Omicron pouvant entraîner une désorganisation du pays, à cause des arrêts de travail (multipliés par plus de 7, fin 2021). L'idée est de tenir compte de l'évolution extrêmement rapide de la diffusion du variant Omicron en France", explique le ministère de la Santé dans un communiqué. Ce changement de règles doit permettre d'"avoir une balance bénéfice-risque visant à assurer la maitrise des contaminations tout en maintenant la vie socio-économique", toujours selon le ministère.

- 2 - Pour permettre la continuité des soins.

Des règles spécifiques d'isolement ont été prévues pour les soignants. Ces personnels étant par nature vaccinés, il s'agit de permettre la continuité de soins, compte tenu de la tension sanitaire et du nombre élevé de personnels positifs ou cas contact. Un soignant pourra donc travailler avec le Covid-19 sous conditions, comme un plâtrage transitoire permettant de passer le cap aigu.

- 3 - Parce que les données scientifiques semblent le permettre

Est-ce bien raisonnable, au point de vue épidémiologique, de réduire les délais d'isolement alors qu'on atteint des niveaux records de contamination ? N'y a-t-il pas un risque de surcharge des hôpitaux ? Les premières études (incomplètes et à prendre avec précautions) venues d'autres pays semblent montrer que le variant Omicron semble entraîner moins d'hospitalisations que Delta, et que les symptômes apparaissent plus rapidement avec Omicron.

- 4 - Parce que d'autres pays ont déjà adopté ces règles.

La France n'est pas la seule à réduire les délais d'isolement. La Suisse a déjà réduit la quarantaine des cas contacts à 7 jours, contre 10 auparavant, tout comme l'Espagne, l'Argentine et le Portugal.

Pour éviter les blocages et les pénuries, l'administration Biden a décidé de réduire la quarantaine recommandée de 10 à 5 jours pour les personnes positives au Covid, à condition qu'elles soient asymptomatiques.

La nouvelle année commence sous de bien curieux auspices, mais bon, puisque jusqu'ici, tout va bien… ce n'est pas ce qui m'empêchera de souhaiter à tous mes visiteurs et visiteuses, une bonne année 2022, avec le meilleur pour nous tous !

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 08:00

Si vous avez survécu à la première partie, où je vous expliquais pourquoi je n'aimais pas Noël et à la seconde où je décortiquais le pire cadeau de Noël de la dernière décennie, accrochez vous bien pour la troisième partie, car je vais vous expliquer comment pourrir Noël. Vous voulez continuer ? Tant pis pour vous…

Le pourrissement a peut-être déjà bien commencé avec les autres invités, genre votre cousin a choisi cette soirée en famille pour faire son coming-out, ou la tante Jeannine annonce qu'elle vient de se pacser avec un jeune de 30 ans, star du X sur Internet.

On peut donc penser que ce réveillon ne sera pas meilleur que celui de l'an dernier, car vous l'avez senti depuis l'apéro. Politique, argent, il ne suffit pas de grand-chose pour que ça dégoupille parfois, mais si vous voulez vraiment plomber l'ambiance, voici deux ou trois pistes pour allumer la mèche.

1 - "Macron, il va quand même pas avoir le culot de se représenter en 2022, si ?"

2 - "La prochaine fois,  on essaye le traiteur, non ? Parce que là .."

3 - "Hé dis donc, tu sais comment on l'a fabriqué ton foie gras ?"

4 - "De toute façon, tout ça, c'est la faute des immigrés."

5 - "Moi cette année j'avais mis tous vos cadeaux sur eBay."

6 - "Moi les restos du cœur, je donne pas, c'est magouille et compagnie leur truc."

7 - "C'est moi où il est pas frais ton poisson ?"

8 - "Alors, le fonctionnaire, toujours en vacances ?!"

9 - "Oui, enfin depuis Mitterrand c'est quand même le foutoir dans ce pays !"

10 - "Ben quoi, c'est pas ma faute si on n'arrive pas à la caser, ta fille ?"

11 - "En tout cas, on est certains que t'as pas tout misé sur le vin"

12 - "C'est toi qui a fait la bûche ? Ah… On en trouve des bonnes chez Picard."

13 - "Et toi, toujours pas d'boulot ?"

14 - " C'est bizarre comme déco, la nappe en papier..."

15 - "De toute façon j'irai même pas voter !"

16 - "Dis Martine, tu peux demander à ton gosse de la fermer ? Sinon..."

17 - "Oui, on dit qu'il n'y a que le geste qui compte, mais quand même... "

18 - "Bon, on bouffe ou quoi… ?"

19 - "Encore des oeufs de lump ?! Y'avait plus de caviar chez Lidl ?"

20 - "Heu… Elle datent de quand, tes huîtres ?"

Noël, son chapon, son sapin… et sa dispute ! Pour beaucoup de familles, les fêtes riment plus avec règlement de compte qu’avec joie ou partage. Voici une analyse et quelques pistes pour s’en sortir :

Si 39% des Français craindraient de s’étriper autour de la bûche (ce qui est le comble pour une période dont les maîtres mots sont bonheur et partage), certaines prises de bec, mineures, arrivent à être surmontées. Souvent il suffit d’une petite étincelle pour enflammer les discussions et transformer le repas en guerre de tranchées. Le déroulement d’une journée de Noël ressemble à une pièce de théâtre, genre huis-clos oppressant. Tout le monde passe une longue journée ensemble, avec chacun son rôle bien défini. Le décor est très soigné, mais dès qu’on sort de la mise en scène prévue, cela peut tourner à la catastrophe. Il suffit d'un rien, d'un prétexte, pour lancer les hostilités. Noël est un rendez-vous incontournable pour la famille entière qui doit atteindre la perfection, alors que ça n'arrive jamais. Cela parait banal mais c’est beaucoup de stress, car on est loin d'un moment naturel. La réussite est d’autant plus mise en péril que s’étire la journée passée à table et que les verres s’accumulent.

Noël est l’unique moment de l’année où la famille retrouve sa structure initiale et se réaffirme autour de sa tradition. Les jeunes adultes redeviennent des enfants et les plus âgés reprennent leur rôle de parents. Ce retour en arrière a pour conséquence majeure de faire ressurgir du passé des frustrations, des rivalités ou des problèmes de famille. Tout déballer ensemble, est peut-être utile, tant que ce n’est pas trop violent, mais choisir Noël, comme moment pour le faire n’est assurément pas judicieux, car cela peut laisser des traumatismes chez beaucoup.

Entre les problèmes de famille, les petits riens qui font déraper les esprits, ou une discussion dérivant sur les sujets tabous, tout peut rendre le repas invivable. Malgré ces risques, il est possible de passer la fête avec moins de tension. Raccourcir le repas ou la journée est la première chose à faire, parce que rester plusieurs heures à table, est vraiment exaspérant pour la plupart des gens. Il est également possible d'envisager de déminer le terrain en amont avec une réunion familiale. C'est toutefois très compliqué à réaliser, mais si cela marche, un véritable changement dans la vie de famille est possible. La fuite peut aussi s’avérer un bon choix, si la situation parait désespérée.

Et pourquoi pas un Noël à s’occuper de soi, seul ou avec un ami, à faire du bénévolat, à passer à l’étranger ? Certains vous diront : Tout, mais pas en famille ! et vous ?

 

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2021 3 01 /12 /décembre /2021 08:00

Face au variant Omicron, de nombreux pays ont décidé de fermer leurs frontières, comme le Japon, le Maroc, Israël et l’Australie, à la date de rédaction, envers tous les ressortissants étrangers. En Europe, d'autres ont durci les conditions d’entrées, comme la France qui a choisi de placer 7 pays d’Afrique australe sur une liste noire.

En France, la hausse des contaminations inquiète, avec plus de 47 000 contaminations en 24 heures. Un cas a été identifié sur l’île de la Réunion, une dizaine de cas sont suspects. Les tests PCR sont positifs et le criblage a montré la présence d’un virus inconnu. Actuellement en phase de séquençage, certains sont revenus négatifs, d’autres et d'autres encore reviendront positifs, car d'autres cas se présenteront.

Doit-on s’inquiéter ?

Tout est mis en œuvre pour freiner la diffusion de ce variant est en train de se diffuser partout dans le monde, avec les mêmes méthodes que pour le variant Delta, qui est le plus répandu aujourd’hui en France. Les gestes barrières et la vaccination ne devraient même plus être à discuter.

De nouvelles restrictions sont-elles à craindre avant Noël ?

Les données montrent un taux d’incidence qui croît rapidement, et qui se traduit par une hausse des décès et des hospitalisations. Il convient de ralentir l’épidémie et de limiter au maximum les formes graves qui nécessitent une prise en charge à l’hôpital, ou même en réanimation.

Qu’en est-il de la vaccination des enfants de 5 à 12 ans ?

La haute autorité de santé (HAS) recommande la vaccination des enfants de 5 à 12 ans qui présentent des fragilités, 360 000 enfants sont concernés. Nous allons être livrés en vaccins avec des doses diluées, adaptées aux enfants d’ici au 20 décembre, et on pourra dès lors commencer à les vacciner. Pour ce qui concerne les autres enfants de 5 à 12 ans, la campagne de vaccination devrait débuter en janvier 2022.

Et au fait, d'où vint ce nom de "Omicron", qui n'a rien à voir, vous vous en doutez, avec "Macron" ? Omicron est juste la 15ᵉ lettre de l'alphabet grec, précédée par xi et suivie par pi. Elle est à l'origine de la lettre O des alphabets latin et cyrillique. Maintenant que vous êtes au courant, vous pouvez vos dire que jusqu'ici, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2021 4 25 /11 /novembre /2021 08:00

Face à la 5ème vague de Covid-19, le gouvernement doit présenter aux parlementaires plusieurs mesures, que le sinistre de la santé doit annoncer aux Français ce jeudi à la mi-journée. Parmi elles, se trouve l'ouverture de la dose de rappel à tous les majeurs. Celle-ci débutera dès samedi.

Alors que plus de 32.000 nouvelles contaminations viennent d'être enregistrées, l'exécutif s'est réuni à l'Élysée pour un nouveau conseil de défense sanitaire. Les mesures doivent être présentées aux Français lors d'une conférence de presse. Le gouvernement a d'ores-et-déjà soumis ces annonces aux parlementaires, voici ce qui a fuité :

- La dose de rappel va être élargie à tous les plus de 18 ans dès samedi. À ce jour, seuls les plus de 65 ans, les personnes avec des comorbidités et les professionnels de santé demeurent éligibles, avant les plus de 50 ans dès le 1er décembre. Selon le sinistère de la Santé, plus de 6 millions de Français ont déjà reçu ce rappel.

- Le pass sanitaire sera conditionné à l'injection de cette troisième dose. Cette mesure prendra effet à partir de mi-janvier. Seuls les plus de 65 ans devaient initialement être concernés par cette restriction, à compter du 15 décembre, mais la donne a changé. D'ailleurs, en matière de Covid, ça change presque tous les jours.

- Le délai de la dose de rappel va passer de 6 à 5 mois après la dernière injection. Cette mesure reste conditionnée au feu vert de la haute autorité de santé, qui doit rendre un avis sur la question. Tant mieux car, sauf erreur de ma part, notre cher président n'est pas médecin.

- Pour les non-vaccinés, la durée de validité des tests pour le pass sanitaire passera de 72 heures à 24 heures. C'est sans nul doute une manière d'accentuer la pression sur les 6 millions de Français pas encore vaccinés, mais je m'interpelle. Vu qu'il faut la plupart du temps plus de 24 heures pour obtenir les résultats, le test ne sera-t-il pas déjà périmé lors de sa délivrance ?

- Le port du masque deviendra obligatoire en intérieur dans tous les établissements recevant du public, y compris ceux où le pass sanitaire est exigé.

- Concernant le port du masque en extérieur, la décision sera être prise selon les territoires, par les préfets.

- Les contrôles seront renforcés autour du pass sanitaire dans les établissements recevant du public (bars, restaurants...) et aux frontières.

Les mesures complémentaires éventuelles feront l'objet d'une nouvelle note sur le blog, car jusqu'ici, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2021 4 04 /11 /novembre /2021 08:00

Face à la reprise de l'épidémie de Covid-19, le masque redevient obligatoire dans les écoles primaires de 39 départements supplémentaires, et ce dès le lundi 8 novembre 2021. À partir de la semaine prochaine, en effet, dans les départements où le taux d'incidence est remonté au-dessus de 50 pour 100.000 habitants, le masque va être à nouveau obligatoire pour les enfants des écoles concernées. Cette indication a été donnée dès le mercredi 3 novembre, à l'issue du conseil des ministres. Elle concerne des départements où le masque n'était plus obligatoire pour les enfants. Le principe est le suivant : en cas d'amélioration de la situation sanitaire, les mesures sont allégées. Dans l'autre sens, si que la situation se dégrade, il faut au contraire réactiver un certain nombre de mesures. Le passage du taux d'incidence au-dessus du seuil de 50 pour 100.000 entraîne automatiquement le retour du masque dans les écoles primaires, même s'il avait été levé avant les vacances dans 79 départements (il restait obligatoire dans 19 autres). Cela va donc porter à 61 les départements où les élèves devront le porter. Ailleurs, le masque est obligatoire pour tous les élèves à partir du collège, ainsi que pour tous les personnels. Les enfants scolarisés en maternelle en sont, eux dispensés.

Voici la liste des départements où le taux d'incidence dépasse les 50 cas pour 100.000 habitants : Allier - Maine-et-Loire – Corrèze - Indre-et-Loire - Eure-et-Loir - Haute-Saône - Pas-de-Calais - Côtes-d'Armor - Puy-de-Dôme - Saône-et-Loire – Loiret – Marne – Orne – Aisne – Vienne - Haute-Loire – Eure – Somme – Oise – Manche – Finistère – Dordogne - Seine-Maritime - Moselle - Côte-d'Or – Ardèche – Nord - Doubs - Lozère - Meurthe-et-Moselle – Vosges – Charente – Morbihan - Hautes-Pyrénées - Haut-Rhin – Vendée - Deux-Sèvres - Ille-et-Vilaine.

Plus de 100 cas pour 100.000 : Loire – Jura - Lot-et-Garonne - Hautes-Alpes – Lot – Drôme - Seine-et-Marne – Ain - Territoire de Belfort – Aveyron – Essonne - Loire-Atlantique – Isère - Bas-Rhin – Yvelines - Val-d'Oise.

Plus de 150/100.000 : Gers - Seine-Saint-Denis - Val-de-Marne - Corse-du-Sud - Hauts-de-Seine – Tarn - Tarn-et-Garonne - Haute-Savoie – Gard – Vaucluse – Calvados - Alpes-de-Haute-Provence – Savoie - Saint-Martin – Guadeloupe – Paris – Ariège - Pyrénées-Atlantiques – Guyane – Rhône.

Plus de 250 : Landes – Var – Gironde – Réunion - Bouches-du-Rhône – Aude - Charente-Maritime - Haute-Garonne – Hérault - Alpes-Maritimes.

Plus de 500 : Pyrénées-Orientales - Haute-Corse - Martinique.

Plus de 1.000 : Saint-Barthélemy.

Dans le protocole publié en septembre dernier, le ministère de l'éducation nationale avait détaillé les règles. Quatre niveaux ont été établis. Pour le premier, le port du masque n'est pas obligatoire à l'école primaire, mais il l'est en revanche pour les trois autres. Le critère fixé pour descendre au premier niveau est d'avoir un taux d'incidence inférieur à 50 cas pour 100 000 habitants, et ce pendant cinq jours consécutifs.

Comme un malheur n'arrive jamais seul, l’OMS s’est inquiétée ce jour du rythme de transmission du virus "très préoccupant" dans les 53 pays de la "grande région européenne". Une projection table sur un autre demi-million de décès Covid-19, d’ici février, car nous serions dans un nouvel épicentre. L’augmentation des cas s’explique par une couverture vaccinale encore insuffisante et un assouplissement des mesures sanitaires.

Il faut dire qu'on croise de plus en plus de gens sans masque dans les espaces clos et même à la caisse du supermarché, alors que nous devrions être à un taux d’utilisation de 95 % des masques. Même si les nouveaux cas journaliers sont en hausse, ainsi que le nombre des décès, il va être compliqué de se dire que jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 07:00

La campagne de rappel suscite encore beaucoup d'interrogations. Lancée depuis près de 7 semaines, elle ne concerne pas encore tous les Français. Destinée aux patients les plus fragiles, cette nouvelle dose de vaccin doit permettre de lutter contre une baisse progressive de l'immunité face au Covid-19, constatée chez les personnes qui ont complété leur schéma vaccinal. Qui est concerné ? Où et comment se faire injecter cette nouvelle dose ? Quelle protection vous offre cette dose de rappel ?

I - Quelle est la différence entre "troisième dose" et "dose de rappel" ?

- Les deux termes désignent deux injections différentes. La troisième dose permet, chez des patients immunodéprimés, de déclencher une réponse immunitaire initiale. C’est en fait une primo-vaccination.

- Une dose de rappel, c’est une injection effectuée au moins six mois après la primo-vaccination. Il s’agit de stimuler les cellules du système immunitaire, pour qu’il y ait une production durable d’anticorps, et amplifier les "cellules mémoire", qui sont impliquées dans la réponse immunitaire.

 

II - Qui est pour le moment concerné par cette dose de rappel ?

Cette campagne un public vulnérable : les personnes de plus de 65 ans sont concernées en priorité, ainsi que les personnes les plus susceptibles de développer une forme grave du Covid-19, à savoir les personnes présentant des comorbidités ou immunodéprimées. Depuis le 5 octobre dernier, les professionnels de santé, les aides à domicile, les professionnels du transport sanitaire et les pompiers, quel que soit leur âge, sont aussi concernés par cette dose de rappel.

 

III - Où peut-on prendre rendez-vous pour bénéficier de cette dose de rappel ?

Les personnes éligibles peuvent se la procurer chez leur médecin traitant, dans une pharmacie, en cabinet infirmier, ou dans un centre de vaccination encore ouvert. En revanche, si vous avez moins de 65 ans, il vous faudra une prescription médicale prouvant que votre état de santé justifie la dose de rappel.

 

IV - Combien de temps faut-il attendre entre votre deuxième dose et votre dose de rappel ?

Pour les personnes éligibles, il est demandé d'attendre six mois après la dernière injection de vaccin et quatre semaines après une injection unique de Janssen. Les autorités sanitaires se sont basées sur les préconisations de l’agence européenne du médicament.

 

V - Les personnes âgées de moins de 65 ans auront-elles bientôt accès à cette dose de rappel ?

Pour elles, la protection du vaccin est toujours importante. Les autorités sanitaires surveillent de près le nombre de personnes vaccinées admises en soins hospitaliers après avoir été contaminées par le Covid-19. Cette protection peut durer 6, 8, 10 mois ou même un an. Pour ces personnes-là, une dose de rappel n’est pour l’heure pas nécessaire a déclaré la Haute Autorité de santé (en fait, ils n'en savent rien). La campagne de rappel ne s'ouvrira à tous que lorsque l'immunité des moins de 65 ans sera menacée. Cela peut arriver dans les mois à venir.

 

VI - Quels vaccins sont utilisés pour cette dose de rappel ?

Seuls les vaccins à ARN Messager sont autorisés dans le cadre de cette campagne de rappel. Le vaccin Pfizer/BioNTech est privilégié, selon un avis publié par la Haute Autorité de santé. L'agence européenne des médicaments a approuvé l'administration d'une troisième dose de vaccin Moderna aux personnes âgées de 18 ans et plus.

 

VII - Quels sont les effets indésirables qui ont été répertoriés ?

Pour cette dose de rappel, ce sont les mêmes effets qui ont été constatés lors de la primo-vaccination. Des réactions locales (douleurs ou rougeurs) ont été rapportées dans 79,4% des cas, et dans 74,1% des cas, ces troubles étaient de nature systémique (fièvre, douleurs musculaires). Bref, certains d'entre nous ont quand même des chances (?) de mourir dans d'atroces douleurs et d'horribles convulsions. Nan, j'déconne. Heureusement que jusqu'ici tout va bien…

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2021 4 14 /10 /octobre /2021 07:00

Le conseil des ministres a examiné un projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire jusqu'au 31 juillet 2022, et de la période transitoire de sortie d'état d'urgence sanitaire.

Ces dispositions visent à faire face à une éventuelle recrudescence de l'épidémie de COVID-19, selon le porte-parole du gouvernement. Il a précisé que le pass sanitaire pourrait toutefois être adapté, voire suspendu dès les prochaines semaines, en cas d'évolution favorable.

La période transitoire, entamée le 2 juin dernier en métropole, devait s'achever le 15 novembre prochain, sauf avis contraire de la future loi portant état des diverses dispositions de vigilance sanitaire. Le texte sera discuté à compter du 19 octobre à l'Assemblée nationale.

Pour mémoire, l'état d'urgence sanitaire instauré le 17 octobre 2020, a cédé la place à cette période transitoire, à compter du 2 juin dernier, en métropole.

Cà, c'est la théorie. Dans la pratique, le recours possible au pass sanitaire sera prolongé jusqu’au 31 juillet 2022, au motif de refus du gouvernement d’un désarmement sanitaire précipité. Le projet de loi a donc été présenté en conseil des ministres, mais sous le feu des oppositions qui contestent cette décision d’enjamber l'élection présidentielle (en mode j'ai déjà gagné ?).

Un retour de l’état d’urgence sanitaire est possible, selon le texte, et ce par décret qui sera pris si la situation sanitaire s’aggravait, pour une durée limitée à 30 jours, délai au-delà duquel une loi devra être votée.

Même si on nous dit qu'un tel retour n’est pas à l’ordre du jour, on peut craindre le pire. Si ce texte ne prévoit pas l’état d’urgence éternel, il retarde quand même pas mal le moment où le pass disparaîtra définitivement.

Mais avec tout ça, je suis étonné qu'ils se satisfassent des presque 4000 cas et 50 décès journaliers. Heureusement que jusqu'ici tout va bien…

Partager cet article

Repost0
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 16:07

Plusieurs événements retransmis parfois en direct à la télévision, ont été programmés pour saluer une dernière fois le "boss" avant son inhumation. Les chaînes de télévision ont bousculé leurs programmes pour passer des documentaires ou des séries avec Bernard Tapie, qualifié par certains médias de "très grand acteur" et par M6 de "flambeur, hâbleur, séducteur, courageux, menteur et… tricheur". On aime ou on déteste le personnage, mais il ne laisse pas indifférent.

Celui qui a vécu 1000 vies (SIC) était quand même un sacré bonhomme, avec pas mal de qualités et pas mal de défauts aussi. De là à en faire un quasi Saint (Bernard), où à le comparer (comme a fait un ecclésiastique sur RTL) au Général de Gaulle, il n'y a qu'un pas que certains ont franchi et que je ne franchirai pas, n'ayant pas l'habitude, ni de flagorner, ni de tirer sur les ambulances…

En ce qui concerne les émissions-hommages, la chaîne "L'Equipe" prévoit deux spéciales en soirée, entrecoupées par un documentaire "Bernard Tapie l'affranchi". Stade 2, sur France 3 (authentique), évoquera tout ce que Nanard "a apporté au sport", tandis que sur le second canal, nous aurons droit à la rediffusion de "un jour un destin : l'aventure, c'est l'aventure" consacré au "Boss", ainsi que des extraits d'entretiens avec des journalistes. France-Info rediffusera une émission spéciale et un documentaire, tandis que Paris Première passera la pièce de théâtre "Les montagnes russes", suivie d'une rediffusion d'un épisode du feuilleton "93, faubourg Saint-Honoré" où Tapie a joué.

I - Ces incroyables obsèques ont donc duré 3 jours, débutant avec la cérémonie religieuse en l'église très chic de Saint Germain des Près, où tout le gotha artistique, politique, sportif et médiatique, parisien et autre, s'est pressé.

Lors de cette messe, devant l'édifice, de nombreux anonymes, avec des fleurs et des écharpes de l'OM, sont venus lui rendre hommage, tandis qu'à l'intérieur, sa famille et ses proches ont également salué sa mémoire.

On notait la présence d'un beau parterre : Basile Boli, Jean-Pierre Papin. Claude Lelouch, Pierre Arditi, Jean-Louis Borloo, Nicolas Sarkozy (tenant Brigitte Macron à son bras), Bernard Kouchner, Rachida Dati, Michel Drucker, Line Renaud, Jacques Séguéla, Nikos Aliagas, Chantal Goya, Marc-Olivier-Fogiel et tant d'autres que je n'ai pas la place de citer ici.

II - S'en est suivi un incroyable hommage au stade vélodrome de Marseille. Une chapelle ardente, avec le cercueil au milieu de la pelouse, a été installée au stade, avant l'inhumation prévue le lendemain, et la tenue d'une seconde messe de funérailles (cas rarissime). Un portrait de Bernard Tapie a flotté pendant toute la cérémonie au-dessus des supporters de l'OM.

Si la première messe s'est tenue dans la capitale, c'est cependant à Marseille, "sa ville de cœur", que Bernard Tapie repose. L'une de ses dernières volontés était de pouvoir entrer une dernière fois au sein du stade. C'est chose faite, avec l'exposition du cercueil sur la pelouse, puis la montée de la dépouille dans le salon principal. Le lieu a servi de chapelle ardente pour que ceux qui le souhaitent, écrivent un message dans deux livres d'or prévus à cet effet.

A Marseille, une foule immense s'est réunie, a pleuré, a dansé, chanté, et crié, pour dire adieu au "boss". A l'issue, des milliers de supporters sont partis en procession depuis le vieux port, derrière le convoi funéraire, pour rejoindre la cathédrale, où la seconde messe d'obsèques a été célébrée le lendemain. Le gigantesque cortège accompagné de fumigènes et de chants, s'est étiré du stade jusqu'à la Major, lieu de l'ultime hommage.

En la cathédrale de la cité phocéenne, la cérémonie présidée par l'archevêque de Marseille, a déplacé les foules, tandis que sur le parvis, les supporters qui n’avaient pas réussi à entrer, écoutaient les discours retransmis via des haut-parleurs géants. Pour la béatification et la future canonisation, je n'ai aucune information.

III - L'inhumation, enfin, a eu lieu au cimetière de Mazargues, dans les quartiers sud de Marseille, comme l'avait révélé le président de la République (excusez du peu), dans une lettre aux Marseillais, publiée dans le journal "la Provence". Plusieurs personnalités étaient encore présentes, et pendant la cérémonie, plusieurs d'entre eux (Renaud Muselier, Jean-Louis Borloo, le maire Benoît Payan, etc.), ont pris la parole.

L'un des temps forts de cette cérémonie fut son petit fils Rodolphe, qui a livré un discours émouvant, avec des anecdotes croustillantes, mais également la sortie du cercueil, acclamé comme dans un stade de foot, par les supporters.

Epilogue malheureux : alors qu’il rentrait dans son hôtel près du Vieux-Port, l’avocat de Bernard Tapie a été pris à parti par deux hommes qui lui ont volé sa montre d'une valeur de 35.000 euros.

L'homme a été agressé par deux personnes qui lui ont dérobé la montre, avant de prendre la fuite dans une direction inconnue. Marseille, quoi… Heureusement que jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2021 2 28 /09 /septembre /2021 07:00

(et qui lance un bœuf est vachement costaud)… L'auteur du jet d’un œuf sur Macron a été hospitalisé en établissement psychiatrique. Normal, ce pauvre garçon (le lanceur) n'a même pas réussi à casser l'œuf. Il devait donc être anémique et avait besoin de vitamines… Placé en garde à vue immédiatement après les faits, le jeune homme a fait l’objet lundi, à la demande du parquet de Lyon, d’un examen psychiatrique qui a conclu à l’abolition de son discernement. Ben voyons, ça arrange tout le monde !

L’étudiant de 19 ans soupçonné d’avoir lancé lundi ce fameux œuf sur le président, dans les allées du salon international de la restauration (SIRHA) a été hospitalisé sous contrainte, dans un établissement psychiatrique situé à Lyon.

Lundi matin, alors qu’Emmanuel Macron déambulait au milieu de 3000 personnes, dans les allées du Sirha, au mépris de toutes les règles sanitaires, un œuf avait rebondi sur son épaule sans se casser. L’auteur du jet, qui se trouvait à faible distance, avait été rapidement interpellé et menotté. Le président, touché par l'œuf, a proposé au gueux : "S’il a un truc à me dire, qu’il vienne". Ben oui, mai il ne pouvait pas, il était l'hôte d'honneur du Poulaga Boxing Club local …

 

Sinon, voici quelques nouvelles du président Catalan, Carles Puigdemont. Il est de retour à Bruxelles, après sa brève arrestation en Italie. Installé en Belgique depuis 2017, pour échapper aux poursuites du royaume espagnol, l’ex-président avait été arrêté jeudi à l’aéroport d’Alghero, où il devait participer au festival catalan Adifolk. Poursuivi en Espagne pour son rôle dans l'organisation d'un referendum en Catalogne Sud en 2017 (oui, c'est tout ce qu'il a fait : donner la parole à son peuple qui le lui demandait à une écrasante majorité).

Carles Puigdemont s’est dit très content d’être de retour en Belgique et confiant face au nouveau rendez-vous judiciaire qui l’attend. L’ancien président retournera en Sardaigne, où il avait été arrêté jeudi soir, pour y assister lundi prochain à une audience sur son extradition, réclamée par Madrid. "J’ai été convoqué, j’irai", a-t-il déclaré, prêt à affronter cette convocation. Eurodéputé depuis 2019, Puigdemont avait annoncé samedi, devoir rentrer à Bruxelles, pour assister à une réunion de la commission du commerce extérieur du parlement européen.

La justice espagnole accuse le président Puigdemont de "sédition" (organisation d'un referendum très majoritairement demandé par le peuple Catalan) » et de "détournement de fonds publics" (l'organisation matérielle du dit referendum). On n'avait pas vu ça depuis la fin de la dictature franquiste, en 1975, à la mort du tyran. Et dire que jusqu'en 1978, parler Catalan en public était une infraction punissable…

Et oui, on a un président en exil qui ressemble à un playmobil, au moins par sa coupe de cheveux, mais on l'aime bien... et jusqu'ici, tout va bien… ou pas ?

//*//

Visca !

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 07:00

L’ex président Catalan Carles Puigdemont va comparaître devant un juge en Italie. Aujourd'hui député européen, il a été arrêté jeudi soir, dès son arrivée en Sardaigne, à la descente de l'avion. En 2018, il avait déjà été arrêté quelques jours, en Allemagne, avant que la justice locale ne refuse son extradition.

Arrivé de Bruxelles où il est en exil depuis 2017, l’ancien président de la Généralité de Catalogne, Carles Puigdemont, a été arrêté à l’aéroport d’Alghero, avant d’être transféré au pénitencier de Sassari, suite à l'accusation des autorités espagnoles d'occupation, pour sédition (organisation d’un référendum sur l'autodétermination) et détournement de fonds publics (organisation matérielle du scrutin).

Le président Puigdemont avait annoncé depuis plusieurs jours sa présence à Alghero, au 33ème festival de culture populaire Catalane "AdiFolk", qui devait accueillir des responsables Catalans de premier plan, comme la présidente du parlement Catalan, Laura Borràs, la ministre de la Généralité, Victoria Alsina, et rencontrer des responsables politiques locaux, pour célébrer l’amitié historique entre la Catalogne et la Sardaigne (Catalanophone).

La cour d’appel de Sassari devra décider de le remettre en liberté ou d’engager une procédure d’extradition vers l’Espagne, car, après s'être récemment rendu en France, Carles Puigdemont ne s'est pas encore vu notifier le motif précis de son arrestation, ce qui risque de relancer les tensions politiques en Espagne; l’emprisonnement du président Catalan intervenant une semaine après la reprise des négociations entre le gouvernement de Pedro Sanchez et les autorités Catalanes.

Le Parlement européen a voté en mars dernier la levée de l'immunité parlementaire du président Catalan (400 voix pour, 248 contre et 45 abstentions), ainsi que celles de Tomi Comin et Carla Ponsati, deux autres eurodéputés, et cette levée a été confirmée "provisoirement" fin juillet par le tribunal de l’UE. Dans son ordonnance, celui-ci a estimé qu’il était peu probable que les eurodéputés soient arrêtés dans un pays de l’UE et livrés à l'occupant de Madrid.

Est-ce cette ordonnance qui a rassuré et poussé Puigdemont à prendre le risque de se rendre en Sardaigne ? Ses avocats ont indiqué que le Tribunal s’était prononcé sur le fond de l’affaire de manière temporaire, et considéraient que la décision du parlement de Strasbourg était donc "suspendue" de fait, ce qui annonce une belle bataille juridique.

L'eurodéputé indépendantiste arrêté en Sardaigne jeudi soir, a passé la nuit derrière les barreaux et doit passer devant la justice italienne pour décider de l'extradition ou non vers les autorités espagnoles d'occupation. Celles-ci ont assuré dans un communiqué, que Carles Puigdemont devrait se soumettre à l'action de la justice, comme tout autre citoyen. Pourtant, cette levée d'immunité a fait l'objet d'un recours dont le jugement définitif sur le fond, qui doit être prononcé "à une date ultérieure". La décision du parlement est donc réputée "suspendue", ce qui induirait que le président Puigdemont bénéficierait toujours de son immunité, toutes les voies de recours n'ayant pas été épuisées.

Cette arrestation met en péril le dialogue entre Madrid et Barcelone, et en Catalogne, les réactions indignées n’ont pas tardé. L’actuel président du gouvernement catalan, le modéré Pere Aragones, a demandé la fin de la "persécution et de la répression judiciaires".

L’ex-président Quim Torra, a appelé les indépendantistes à être en "alerte maximale", et qualifié une éventuelle extradition de "catastrophique", tandis que l'Assemblea Nacional Catalana a convoqué une manifestation devant le consulat italien de Barcelone.

Le chef du gouvernement d'occupation, le socialiste Pedro Sanchez, a pour sa part gardé le silence toute la nuit sur les réseaux sociaux, où il est d’ordinaire très actif. Le secrétariat d’Etat à la communication s’est contenté d’un communiqué laconique, rappelant que la détention de Puigdemont obéit à une procédure judiciaire en cours qui s’applique à tout citoyen de l’Union européenne.

@ suivre rapidement.

Visca !

//*//

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Solexine le Catalan !
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • Trop c'est trop...
    De plus en plus de citoyens vaccinés refusent la dose de rappel. Trop, c'est trop : ils n'ont plus confiance, ni en ce vaccin, ni en les dirigeants; à cause des effets secondaires, ou tout simplement pour dire "stop" aux décisions du gouvernement. La...
  • Delta ou Omicron : quelles différences de symptômes entre les deux variants ? et quel avenir ?
    Selon une étude de "Santé Publique France", le variant Omicron provoquerait des symptômes plus "légers" que le variant Delta. Le nouveau venu s'attaquerait notamment moins aux voies respiratoires, tout en étant beaucoup plus contagieux. Omicron ou Delta,...
  • Pourquoi un tel assouplissement des règles d'isolement alors que les contaminations explosent ?
    Janvier 2022, en cette nouvelle année, les contaminations explosent, mais le gouvernement choisit ce moment pour assouplir les règles, avec les premières données disponibles concernant le variant Omicron. Cas contact ou positif au Covid-19 ? Lundi 3 janvier,...
  • Comment essayer de passer un Noël sans dispute ?
    Si vous avez survécu à la première partie, où je vous expliquais pourquoi je n'aimais pas Noël et à la seconde où je décortiquais le pire cadeau de Noël de la dernière décennie, accrochez vous bien pour la troisième partie, car je vais vous expliquer...
  • Les "Tuche 4", le pire cadeau de ce Noël ?
    Le titre résume tout et cette interrogation est fort possible. En quelques années, Les "Tuche" se sont imposés comme une saga à part dans le paysage de la comédie française. Avec leur ton décalé, leur univers de caricature, de stéréotypes et d'outrances...
  • La face cachée de Noël (part 1).
    Plus le temps passe et plus je déteste Noël. Fêter Noël est plus une corvée qu'un plaisir, surtout lors de ces fameux repas où il est de bon ton de faire "comme si" et de sourire à ceux qu'on ne peut pas encadrer… Au travail ou en famille, on enchaîne...
  • L'agenda des nouvelles mesures… ça pique un peu…
    Le premier sinistre vient d'annoncer, le 6 décembre, les nouvelles mesures destinées à freiner les effets de la 5ème vague du coronavirus. Elles concernent l'école, les discothèques et la vaccination. C'est l'occasion de vous aider à compléter votre agenda...

Pages

Catégories