Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 07:00

L’ex président Catalan Carles Puigdemont va comparaître devant un juge en Italie. Aujourd'hui député européen, il a été arrêté jeudi soir, dès son arrivée en Sardaigne, à la descente de l'avion. En 2018, il avait déjà été arrêté quelques jours, en Allemagne, avant que la justice locale ne refuse son extradition.

Arrivé de Bruxelles où il est en exil depuis 2017, l’ancien président de la Généralité de Catalogne, Carles Puigdemont, a été arrêté à l’aéroport d’Alghero, avant d’être transféré au pénitencier de Sassari, suite à l'accusation des autorités espagnoles d'occupation, pour sédition (organisation d’un référendum sur l'autodétermination) et détournement de fonds publics (organisation matérielle du scrutin).

Le président Puigdemont avait annoncé depuis plusieurs jours sa présence à Alghero, au 33ème festival de culture populaire Catalane "AdiFolk", qui devait accueillir des responsables Catalans de premier plan, comme la présidente du parlement Catalan, Laura Borràs, la ministre de la Généralité, Victoria Alsina, et rencontrer des responsables politiques locaux, pour célébrer l’amitié historique entre la Catalogne et la Sardaigne (Catalanophone).

La cour d’appel de Sassari devra décider de le remettre en liberté ou d’engager une procédure d’extradition vers l’Espagne, car, après s'être récemment rendu en France, Carles Puigdemont ne s'est pas encore vu notifier le motif précis de son arrestation, ce qui risque de relancer les tensions politiques en Espagne; l’emprisonnement du président Catalan intervenant une semaine après la reprise des négociations entre le gouvernement de Pedro Sanchez et les autorités Catalanes.

Le Parlement européen a voté en mars dernier la levée de l'immunité parlementaire du président Catalan (400 voix pour, 248 contre et 45 abstentions), ainsi que celles de Tomi Comin et Carla Ponsati, deux autres eurodéputés, et cette levée a été confirmée "provisoirement" fin juillet par le tribunal de l’UE. Dans son ordonnance, celui-ci a estimé qu’il était peu probable que les eurodéputés soient arrêtés dans un pays de l’UE et livrés à l'occupant de Madrid.

Est-ce cette ordonnance qui a rassuré et poussé Puigdemont à prendre le risque de se rendre en Sardaigne ? Ses avocats ont indiqué que le Tribunal s’était prononcé sur le fond de l’affaire de manière temporaire, et considéraient que la décision du parlement de Strasbourg était donc "suspendue" de fait, ce qui annonce une belle bataille juridique.

L'eurodéputé indépendantiste arrêté en Sardaigne jeudi soir, a passé la nuit derrière les barreaux et doit passer devant la justice italienne pour décider de l'extradition ou non vers les autorités espagnoles d'occupation. Celles-ci ont assuré dans un communiqué, que Carles Puigdemont devrait se soumettre à l'action de la justice, comme tout autre citoyen. Pourtant, cette levée d'immunité a fait l'objet d'un recours dont le jugement définitif sur le fond, qui doit être prononcé "à une date ultérieure". La décision du parlement est donc réputée "suspendue", ce qui induirait que le président Puigdemont bénéficierait toujours de son immunité, toutes les voies de recours n'ayant pas été épuisées.

Cette arrestation met en péril le dialogue entre Madrid et Barcelone, et en Catalogne, les réactions indignées n’ont pas tardé. L’actuel président du gouvernement catalan, le modéré Pere Aragones, a demandé la fin de la "persécution et de la répression judiciaires".

L’ex-président Quim Torra, a appelé les indépendantistes à être en "alerte maximale", et qualifié une éventuelle extradition de "catastrophique", tandis que l'Assemblea Nacional Catalana a convoqué une manifestation devant le consulat italien de Barcelone.

Le chef du gouvernement d'occupation, le socialiste Pedro Sanchez, a pour sa part gardé le silence toute la nuit sur les réseaux sociaux, où il est d’ordinaire très actif. Le secrétariat d’Etat à la communication s’est contenté d’un communiqué laconique, rappelant que la détention de Puigdemont obéit à une procédure judiciaire en cours qui s’applique à tout citoyen de l’Union européenne.

@ suivre rapidement.

Visca !

//*//

 

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2021 7 11 /07 /juillet /2021 08:00

Le président de la République doit prendre la parole lundi soir (encore ? ça va mal…). Ce sera une allocution télévisée au cours de laquelle il devrait évoquer la progression du variant Delta (il ne faut plus dire "Indien" pour ne pas stigmatiser…) sur le territoire national, mais aussi annoncer une éventuelle obligation vaccinale pour les soignants.

Rappelant que le variant Delta est bien plus contagieux que le Covid-19 'd'origine" et que le taux d'incidence augmente chaque jour en France, de façon exponentielle, Olivier Véran a déclaré que nous pourrions arriver à plus de 20.000 contaminations par jour d'ici août, si nous n'agissons pas.

Les 3000 cas actuels pourraient devenir 6000 cas dans une semaine, 12.000 cas dans 15 jours et monter au-dessus de 20.000 cas début août, si nous n'agissons pas, a déclaré le ministre de la Santé.

La Grande-Bretagne enregistre 30.000 cas par jour, et nous les suivons pas à pas, avec juste quatre semaines environ de décalage avec eux, concernant l'épidémie. Les hospitalisations ont arrêté de baisser, et on enregistre une hausse de l'activité de SOS Médecins. L'épidémie est en train de repartir.

La secrétaire générale de la CFDT (je ne savais pas qu'elle était médecin, ni que sa parole faisait autorité) appelle à tout faire pour accélérer la vaccination de tous les travailleurs. Elle réagissait ainsi à l'annonce de la création de centres de vaccination pour les fonctionnaires, saluant la "bonne nouvelle", et espérant aller "encore plus loin". Certains secteurs d'activité devraient être priorisés en fonction de l'exposition au risque et au public".

La vaccination obligatoire des soignants pourrait être décidée la semaine prochaine, alors que la moitié de cette profession n'est toujours pas vaccinée contre le Covid-19, ce qui est Quand même un comble. Faites ce que je dis, mais ne faites pas ce que je fais ? Quand on est soignant, on devrait avoir la préoccupation de ne pas transmettre une maladie au patient dont on a la charge, mais bon, ce n'est pas le point de vue de tout le monde… Dommage, car les soignants se protégeraient ainsi eux-mêmes du virus, car ils sont quand même très exposés à des personnes éventuellement porteuses du virus.

La Direction Générale de la Sécurité Civile et de la Gestion des Crises Française DGSCGCF) rappelle qu'un vaccibus conduit par des pompiers est présent sur chaque départ d'étape du Tour de France afin que des personnes du public, ou de la commune, puissent recevoir une dose de vaccin. Il était bien sur présent aujourd'hui à Céret, en Catalogne Nord.

J'ai jeté un œil sur l'étape du jour, et j'ai pu constater une sacrée belle langue de bois. Le premier sinistre avait fait le déplacement jusqu'à Prades, la ville dont il est le maire. J'ai trouvé étonnant que le public devant les caméras ne soit constitué exclusivement que de personnes très âgées et/ou handicapées en fauteuil. Je suppose que l'exécutif n'a voulu prendre aucun risque.

Une brave mamie tenant à la main l'estimada estelada, notre valeureux drapeau, a vu son micro coupé d'autorité, ce qui n'est pas si grave, car le sieur Castex, élu de Catalogne Nord depuis 2008, et marié à une Cerdane de Valcebollère, ne comprend toujours pas le Catalan, malgré ce qu'il laisse entendre !

Statu quo général et micro muet sur les nombreux Catalans arborant la Senyera ou mieux encore l'Estelada, sur le bord des routes, y compris pour l'exemplaire géant filmé dans un champ depuis l'hélicoptère.

Nous avons eu droit à des images d'archives de 2018, remplaçant cette oeuvre admirable, ainsi que la traversée d'un village aux couleurs de soutien à nos cousins du coté Sud, et à des zooms appuyés sur de (rares) mais curieux drapeaux franquistes dans le public.

Je m'attendais à voir le tour traverser l'enclave de Llivia ou de passer par Puigcerdà, mais la grande boucle n'a passé à aucun moment la frontière espagnole, même si elle l'a longée pendant plusieurs kilomètres.

Ceci dit, j'ai été bien content de voir à la télévision des villages et lieux connus, même si les commentaires de certains journalistes parisiens m'ont bien fait rire… comme le pignon à cloches qui n'est autre qu'un "clocher-mur"… et le barrage de Vinça (phonétiquement Vine-Sa, qu'il a prononcé Vin-Ka), comme le (gros ?) mot Catalogne qui a été soigneusement évité, ou encore "Pau Casals", renommé avec insistance du castillan "Pablo", et relégué au rang de créateur d'un festival de musique classique.

C'est vrai qu'il a créé, en 1950, à Prades, un festival pour le bicentenaire de la mort de Bach, mais qui s'en soucie aujourd'hui ? En revanche, j'ai trouvé dommage que le journaliste fasse l'impasse sur son œuvre au service de la paix, ainsi que sur la Sardane, dont il est quand même le plus grand le plus grand compositeur. Le fil conducteur est la musique, mais on y ressent ce qu’est l’âme catalane.

Je ne saurai d'ailleurs pas traduire l'émotion que j'ai ressentie, lorsqu'à Sant Feliu, ma fille est allée tout naturellement se joindre aux danseurs pour participer à son premier "Aplec de la Sardana"... comme si elle avait fait ça toute sa vie.

Je préfère, parce que jusqu'ici, tout va bien, finir sur cette note sympathique, plutôt qu'avec cet horrible virus.

Visca !

//*//

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2017 1 18 /12 /décembre /2017 15:00

Un noël Catalan ne serait pas noël sans un tió de nadal et ses bonbons... Voici le mien réalisé avec de la récupe forestière. Il me faudrait juste trouver une barretina à sa taille (avec une petite chaussette rouge ?) à la place de ce chapeau de père noël...


Originairement, le Tió de Nadal, était une simple bûche de Noël que les familles mettaient au feu. Son cadeau était la chaleur qu’il procurait.

La bûche est devenue petit à petit un véritable personnage, avec des jambes, un visage souriant et une barretina. Le Tió est recouvert d’un petit tissu afin qu’il n’attrape pas froid.


C’est à partir du 8 décembre que les enfants donnent à manger chaque soir au Tió en lui posant un biscuit sur une assiette. 
 

La nourriture ayant disparu le lendemain, les enfants pensent que le Tió a tout mangé. Le jour de Noël, les enfants armés d’un bâton frappent donc le Tió (pas trop fort) en chantant pour lui ordonner de "chier" les cadeaux.

VIDEO : https://www.youtube.com/embed/4vydY1ZgqFE

Caga tió,

Caga torró,
Avellanes i mató,
Si no cagues bé
Et daré un cop de bastó.
Caga tió!

Chie, bûche,

Chie torrons,
Noisettes et fromage,
Si tu ne chies pas bien,
Je vais te donner un coup de bâton.
Chie, bûche !

Après lui avoir donné de légers coups avec le bâton, le tió est frappé plus fort au dernier "Caga, tió". On met sa main sous le drap et, sans le soulever, on prend un cadeau, lequel est mangé et la chanson recommence. Il y a beaucoup de chansons différentes, celle-ci n'est qu'un exemple court.

 

Sympa, non, les traditions Catalanes...

 

Partager cet article

Repost0
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 17:00
On savait Madrid tendu avec les "estelades" (le drapeau indépendantiste catalan avec l'étoile blanche sur fond bleu), on savait moins l'Espagne à cheval sur l'utilisation de la "senyera", le "classique" drapeau catalan.


Une polémique fait rage depuis que l'ambassade d'Espagne en Inde a fait interdire la "Senyera", le classique drapeau Catalan, d'une tribune sur laquelle devait s'exprimer le directeur du service des télécommunications de la société d'information (TSI) de la Generalitat de Catalogne, lors du Global Times Business Technology de New Delhi. Jordi Puigneró, ingénieur catalan et directeur de la TSI, a dénoncé sur son compte Twitter l'intervention de l'ambassade espagnole. 

"Action honteuse de l'ambassade d'Espagne au Sommet mondial d'Inde, faisant enlever le drapeau catalan au moment où je devais parler", a-t-il publié.


C'est vrai que dans une présentation de la Catalogne et de ses moyens de télécommunication dans le cadre d'un sommet international où participait une société privée, çà montre bien… l'ouverture d'esprit du gouvernement Castillan et les participants ont du avoir du mal à comprendre cette intervention quelque peu… déplacée.

 

 

L'ambassade d'Espagne fait retirer la Senyera dans un sommet international.

Partager cet article

Repost0
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 21:00

À chaque région du monde, ses coutumes et traditions lorsque Noël approche. En plus des décorations qui illuminent les rues des villes catalanes des la fin du mois d'octobre, les catalans ont pour habitude de respecter les traditions séculaires.

LES TRADITIONS DE NOËL EN CATALOGNE

1 - Le Tió de Nadal

En Catalogne, la traditionnelle bûche de Noël prend des airs bien différents à celle que nous avons en France, puisqu’il s’agit bel et bien d’une véritable bûche en bois. Peint d’un visage souriant et recouvert d’un drap rouge, chaque famille prend soin du Tió de Nadal durant tout le mois de décembre, afin que celui-ci puisse "caguer" suffisamment de cadeaux de petite taille et de friandises le jour de Noël. Des gourmandises qui ne sont à récupérer qu’après avoir chanté la gloire du Tió et retiré son drap rouge.

2 - Le Caganer

Comme dans de nombreux endroits du monde, en Catalogne la crèche est un élément indispensable à Noël. Les catalans bâtissent leur crèche à partir du 25 novembre, à la Sainte Catherine. Les crèche catalanes ont la particularité de posséder un personnage qui n’a rien de religieux : le Caganer. Symbole de chance et de prospérité, il se présente sous la forme d’un catalan en train de faire ses besoins. A l’origine un paysan, aujourd’hui son image a été un peu détournée et on le trouve aussi en célébrités et hommes politiques.

3 - Les Rois mages (qui apportent les cadeaux).

C’est à Gaspard, Melchior et Balthazar que l’on doit la tradition d’offrir des cadeaux pour Noël. Venus à Bethléem pour célébrer la naissance de Jésus, les trois rois mages seraient venus les bras chargés d’or, d’encens et de myrrhe. Donc, c’est le jour de l’épiphanie, le 6 janvier, que les enfants catalans recevront leurs cadeaux.

4 - La Gastronomie

En Catalogne, on déguste l’Escudella, un ragoût de viande et de légumes d’hiver, relevé à l’ail et au persil. Plat de Noël par excellence, la mention de ce plat remonte au XIVe siècle dans les écrits. Servi en entrée, il est généralement suivi par une volaille farcie aux fruits secs.

Autre plat qui se savoure le 26 décembre, jour de la Sant Esteve : les canelons. Ils ressemblent aux cannellonis italiens, mais sont accompagnés d’une sauce Béchamel et recouverts de fromage râpé.

Dessert : Que serait Noël sans ses torrons et ses neules ? Biscuits et gourmandises typiques de Noël, elles font le bonheur de tous !

OÙ FÊTER NOËL EN CATALOGNE ?

Le Marché de Noël de Santa Llúcia, Barcelone

Incontournable à toute visite de la capitale catalane durant la période des fêtes de fin d’année, le marché de noël de Santa Llúcia existe depuis plus de 230 ans et commence autour du 13 décembre, jour de la Sainte Lucie. Sis sur l'avinguda de la catedral, à BCN, en plus des objets traditionnels (comme le Tió de Nadal), vous y trouverez tout ce dont vous avez besoin pour les festivités de noël.

Festival del Pi de Centelles (Barcelone)

Déclaré festival traditionnel d’Intérêt National depuis 1987, le festival del Pi se tient le 26 décembre de chaque année, jour de la Sant Esteve, journée férié en Catalogne.

Culte voué à la nature et aux forêts, le festival coordonne avec la fête de la Santa Coloma, la patronne de Centelles qui fût brûlée sur un pin. Le festival consiste à offrir le plus beau des pins à cette dernière. Évènement spectaculaire, ce sont les galejadors qui sont chargés de cette mission, tromblon à la ceinture, tirant de ça et là en l’air pour symboliser la joie et la fête. Après avoir marqué le pin, la fête se poursuit le 30 décembre au petit matin, par un petit-déjeuner autour du pin avant de le couper et de le transporter à l’aide de bœufs. Lors du retour des galejadors au village, s’en suit la danse du pin et une cérémonie, le festival traditionnel et unique.

La Crèche vivante de Corbera del Llobregat (Barcelone)

Très présentes en Catalogne, les crèches vivantes prennent vie durant le mois de décembre. Celle de Corbera de Llobregat est la plus ancienne et l’une des plus remarquables. Dans les rochers rouges de la Penya del Corb, surplombant le village, c’est toute la population qui s’affaire chaque année à présenter la plus belle des crèches vivantes.

La Crèche vivante de Bàscara (Girona)

Depuis noël 1973, la “Pessebre de Bàscara”, se tient tous les ans dans les falaises et grottes du village, recréant la vie Palestinienne d’il y a 2000 ans. Différente chaque année, la crèche se présente sous la forme d’un spectacle son et lumières extraordinaire.

La foire aux sapins d’Espinelves (Girona)

Situé dans la plus grande forêt de la Catalogne, Espinelves accueille chaque année en décembre, une foire aux sapins bien singulière. Bercé par l’odeur boisée des sapins, se promener dans les rues revient à se balader dans une crèche à échelle humaine.

Toutes les rues et les maisons sont décorées pour l’événement. En plus des sapins, vous rencontrerez divers exposants : herbes médicinales, tapisserie, céramique, sculpture… sans compter sur les divers spectacles venant animer la foire.


Alors à toutes et à tous... Bon Nadal !

Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 08:00

ReisHeureux les petits Sud-Catalans qui auront leurs cadeaux ce jour, 6 janvier. Au moment où les français tirent les rois, les enfants d'outre-Pyrénées attendent le jour de l'Epiphanie pour recevoir leurs cadeaux.

 

 

Cavalcada-dels-Reis.jpg

 

A l’occasion de la cavalcade des rois mages, les rues s'emplissent de monde et de bonbons pour une soirée magique. Ce "dia dels Reis" est pour les enfants Catalans et même ibériques, un moment particulier. Le pays reste attaché aux rites ancestraux, surtout quand ils sont religieux.

 

C'est donc dans la nuit du 5 au 6 janvier que les petits espagnols reçoivent leurs cadeaux de Noël, apportés par les rois mages. Cette fête, qui marque la fin du cycle de Noël, commence par l'arrivée de Balthazar, Melchior et Gaspard, le 5 janvier en fin d'après-midi, parés de leurs superbes costumes. Les enfants, avant d'aller au lit, laissent à côté de la fenêtre une paire de chaussures (pour les cadeaux), un seau d'eau (pour les chameaux) et de la nourriture (pour les rois mages très fatigués).

 

carta-reis-mags-il-lusio.jpg

 

Attention, celui qui est réveillé et voit les rois mages ne recevra rien. C'est comme çà. Selon les villes, l'entrée des rois mages se fait soit par la mer, soit à cheval, soit à dos de chameau. C'est la cavalcade où dans chaque ville, la foule assiste à un somptueux défilé. A Barcelone, les rois arrivent par la mer en début de soirée (vers 19 h).

 

Au moment où Balthazar, Melchior et Gaspard atteignent la terre ferme, 21 coups de canon sont tirés à partir du château de Montjuic. Une fois descendu, chaque roi prend place sur un carrosse. Ils partent de la place Portal de la Pau et remontent les Ramblas, en direction du centre-ville, sur la place de Catalunya. Accompagnés de gens déguisés, de musiciens, de danseurs, de jongleurs et d'acrobates, les trois rois mages lancent des bonbons à la foule (surtout aux enfants), venus nombreux pour les voir. Entre 19h00 et 21h30, c'est le raout.

 

Musique, lumières et défilé, tous les ingrédients sont là pour honorer l'entrée des rois dans la ville. C'est spectacle à voir au moins une fois dans sa vie, et pas seulement pour ceux qui ont gardé leur âme d’enfant.

 

Visca Catalunya !

 

//*//

 

Els-Reis-dOrient.jpg

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 18:00

sangliers.jpgCette image est insolite mais elle a fait le buzz. En effet, elle a même réussi à faire sourire (ce qui est un exploit), les sévères policiers Catalans des Mossos d'esquadra. Ils l'ont en effet partagée sur les réseaux sociaux, à partir du compte officiel.

Un quidam Catalan a en effet photographié au bon moment ces sangliers à l'esprit particulièrement civique et aiguisé puisqu'ils ont traversé la route de CALDES de MALAVELLA... sur le passage piéton !

 

Qui sait ? Ils allaient peut-être en cure ? CALDES de MALAVELLA est une ville d'eau. On y trouve les sources des trois eaux pétillantes des tables Catalanes : Vichy Catalan, Malavella et San Narciso.

 

Catalunya-2013-4358.jpg

 

 

 

Catalunya-2013-4372.jpg

 

 

 

Catalunya-2013-4345.jpg

 

 

et c'est aussi la gare la plus proche de Sant Feliu !

 

Catalunya-2013-4365.jpg

 

@+ i Visca Catalunya !

 

//*//

 


Partager cet article

Repost0
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 10:00

 

La province de Gérone est probablement la province de la péninsule Ibérique qui possède la plus grande variété de paysages. Les photos suivantes reprennent le procédé du tilt-shift, qui donne l’impression de découvrir Gérone et la Catalogne Sud en maquette.



En mai 2014, l’Agence Catalane de Tourisme a invité cinq artistes différents à filmer les paysages de la province de Gérone dans le but de faire la promotion de la région sur Internet. Pau Garcia Laita a pris la direction de ce projet.



La vidéo qui en résulte est subjugante : les paysages d’une grande variété sont à couper le souffle. Le "truc", c'est d’exposer les villes sous un nouveau jour grâce à un "effet miniature". La technique, appelée "tilt-shift" est pourtant très simple : il suffit de flouter certaines parties bien choisies d’une vidéo et d’en accélérer le rythme pour donner l’impression que les bâtiments sont des maquettes et les passants des figurines.



C'est tellement bluffant que j'ai du mal à localiser ces endroits ainsi représentés, même si je connais bien ces lieux. Il faut dire que les photos n'ont pas été identifiés sur le site. Ces vues donnent vraiment envie de venir dans la province de Gérone, que je connais très bien. Entre ski et plages de sable fin, il y en a pour tous les goûts.



Ces photos vous donneront-elles envie de venir découvrir la Catalogne Sud, et notamment le "comarque" du "Baïx Emporda" ?



Girona-1.jpg

1 - Port de la Selva 

 

 

Girona-2.jpg

2 - Callela de Palafrugell 

 

 

Girona-3.jpg

3- Plage de Llafranc. 

 

 

 

Girona-4.jpg

4 - Pont Vell de Besalù. 

 

 

 

Girona-5.jpg

5 - Pobla de Llilet (Bergueda).

 

 

 

Girona-6.jpg

6 - Platja d'Aro.

 

 

Girona-7.jpg

7 - Sant Feliu de Guixols - S'agaro.

 

 

 

Girona-8.jpg

8 - Cathédrale de Girona.

 

 

 

Girona-9.jpg

9 - Pistes de Masella (Alp).

 

 

 

Girona-10.jpg

10 - Cadaquès. 

 

 

 

Girona-11.jpg

11 - Cap de Creus. 

 

 

 

Girona-12.jpg

12 - Dans la région de Begur, je pense. 

 

 

 

Girona-13.jpg

13 - Monastère de Sant Pere de Rodes.

 

 

 

Girona-14.jpg

14 -  Baie de Port Lligat.

 

 

 

Girona-15.jpg

15 - Région de Sant Antoni. 

 

 

 

Girona-16.jpg

16 - Musée-théatre Dali à Figueres.

 

 

 

Girona-17.jpg

17 - Village de Beget. 

 

 

 

Girona-18.jpg

18 - La Molina en été.

 

 

 

Girona-19.jpg

19 - Dans la haute Garrotxa... 

 

 

 

Girona-20.jpg

20 - Palamos.

 

 

 

Girona-22.jpg

21 - Plage et remparts de Tossa de Mar.

 

 

 

Girona-23.jpg

22 - L'Estartit.

 

 

 

Girona-24.jpg

23 - Vers le cap de Creus.

 

Partager cet article

Repost0
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 09:00

00-Argeles-sur-Mer.jpgAujourd'hui, le ton de mon billet sera différent, et pour une fois, l'article sera sérieux. Je reviendrai sur un événement douloureux qui s'est passé il y a 75 ans. (Vignettes cliquables). 

 

 

La Catalogne a été marquée à se façon de chaque côté de la frontière et la blessure ne s'est toujours pas refermée. Il s'agit de l'anniversaire de la "retirada". Du mot retraite en espagnol, c'est l'exode des réfugiés catalans et espagnols de la guerre civile.

 

 

 

En février 1939, ce sont ainsi plus de 450.000 républicains qui ont franchi la frontière à la chute de la seconde République espagnole, lors de la victoire du général Franco. Les autorités Françaises ont sous-estimé l'ampleur de l'exode. En mars, 264.000 espagnols se serrent dans les camps des Pyrénées-Orientales, alors que la population du département s’élève à moins de 240.000 personnes.

  

04-le-perthus-civils.jpg

Réfugiés civils au Perthus 

 

 

Il y a 75 ans en effet, en février 1939, des centaines de milliers de réfugiés espagnols passaient la frontière et fuyaient vers la France. En Espagne, les commémorations sont rares.

 

06-le-perthus-afflux-des-republicains.jpg

Afflux des Républicains au Perthus. 

 

 

Le 8 février 1939, les habitants de Prats de Molló (66) se réveillent, stupéfiés : sur le haut du col d’Arès, une colonne ininterrompue de gens descend vers le village. Jusqu’au 12 février, 440.000 personnes franchiront la frontière à cet endroit-là, dont une centaine de milliers de Catalans.

 

01-Halte-entre-prats-de-mollo-et-la-preste.jpg

Environs de Prats-de-Mollo. 

 

 

Le reste est composé de ceux qui avaient déjà fui le sud de l’Espagne et s’étaient réfugiés en Catalogne, d’abord à Barcelone, puis à Gérone, suite à la prise de la capitale catalane par les troupes de Franco, le 25 janvier. La plupart des Barcelonais se sont réfugiés à Gérone où se replient aussi les gouvernements républicains, espagnol, basque et catalan, dans l’espoir que les pays démocratiques lancent une offensive face à celle de Hitler et Mussolini, les bombardements systématiques de Barcelone pendant toute une année, ayant fait 1300 morts et 2000 blessés.

 

02-armes-retirees-aux-republicains.jpg

Armes déposées par les Républicains. 

 

 

 

La défaite de la bataille de l’Èbre, suivie de la chute de Barcelone, sème la panique à Gérone : Tout le monde fuit vers la France et l'armée républicaine en déroute ferme les convois. La France attendait environ 60.000 réfugiés. Ils seront plus de 7 fois plus.

 

03-Entre-le-boulou-et-argeles.jpg

Entre le Boulou et Argelès. 

 

 

Derrière eux, les troupes franquistes talonnent et atteignent les Pyrénées le 10 février. Les issues de secours sont bloquées. Il est aujourd'hui comme de dire que ces gens ont été abandonnés deux fois : par la mort ou l’exil, puis par l’oubli. En cette année de commémorations d'une Catalogne à l'image d'une future République indépendante, le souvenir de la défaite et l’horreur de l’exode n’ont pas leur place.

07-troupes-franquistes-a-la-frontiere.jpg

Troupes franquistes à la frontière. 

 

Seuls quelques élus ont réclamé à leurs pairs une commémoration nationale en Catalogne, en vain. Sabadell est une exception. L’année 2014 y a été déclarée "année de l’exil républicain" et sera marquée par une manifestation de reconnaissance aux milliers de personnes qui se virent contraintes au départ.

 

05-Prats-de-mollo-camp.jpg

Camp de Prats-de-Mollo.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 15:00

Agbar-crepuscule-01.jpgLa tour Agbar, est un gratte-ciel Catalan du 21ème siècle, à Barcelone, capitale de la Catalogne. Dessinée par l'architecte français Jean Nouvel, la tour a été inaugurée par la famille royale d'Espagne, le 16 septembre 2005.

 

 

 

Offrant 30.000 m² de bureaux, un auditorium et des parkings, pour une superficie totale de 50.693 m², la tour Agbar mesure 145 m. de haut pour 38 étages, dont quatre en sous-sol.

 

 

 

Son design mêle différentes conceptions d'architecture : une structure en béton armé recouverte d'une façade en verre, avec plus de 4400 fenêtres. Cette tour est l'un des bâtiments modernes les plus remarquables de Barcelone, avec la 3eme place en hauteur, derrière l'Hôtel Arts et la Tour Mapfre, tous deux à 154 m. Elle est située près de la place des Glòries Catalanes, sur l'avenue Diagonal.

 

Agbar-jour-01.jpg 

 

Le bâtiment possède plus de 4000 dispositifs LED permettant la création d'images sur les parois. Des capteurs de température permettent d'agir sur l'ouverture ou la fermeture des fenêtres, et de réduire la consommation d'énergie de la climatisation.

 

 

 

La Torre Agbar est hélas appelée par certains Barcelonais, par le vilain surnom de suppositoire (supositori). Pour insérer la Torre Agbar à Barcelone, les architectes ont fait appel à l’héritage architectural de GAUDI selon deux références claires, la forme et la couleur.

 

Agbar-nuit-01.jpg 

 

Le profil de la tour est une parabole appelée catène par les architectes. Les couleurs modulables sont une interprétation contemporaine des revêtements en céramiques multicolores de l’œuvre de Gaudi.

 

 

 

Comment peut-on alors appeler vulgairement ce bâtiment un "suppositoire" quand il offre à percevoir sous sa peau de subtiles variations chromatiques à la façon d'une aurore boréale .

 

Agbar-nuit-02.jpg 

 

De nuit, la beauté du projet provient du fait que l'on ne perçoit pas les contours de la tour. L'éclairage est diffus et estompé, même par nuit claire, (effet dû à l'épaisseur des claire-voies en verre, à la surface de la "Torre".

 

Agbar-olympique-01.jpg 

 

La tour est fantomatique sur l'horizon nocturne de Barcelone. Elle fait honneur à l'amour des Catalans pour l’architecture, véritable trait identitaire.

 

 

 

Ayant abrité le service des eaux, il a été annoncé, le 16 novembre 2013, que le gratte-ciel a été racheté par la chaîne hôtelière Hyatt. Il sera transformé en hotel de luxe. La transaction s'élève à 150 millions d'euros.

 

 

Agbar-nuit-03.jpg

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Solexine le Catalan !
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • Le président Carles Puigdemont a été arbitrairement arrêté en Sardaigne.
    L ’ex président Catalan Carles Puigdemont va comparaître devant un juge en Italie. Aujourd'hui député européen, il a été arrêté jeudi soir, dès son arrivée en Sardaigne, à la descente de l'avion. En 2018, il avait déjà été arrêté quelques jours, en Allemagne,...
  • Obligation vaccinale : que risquent les professionnels réfractaires ?
    C'est la fin des deux mois de sursis accordés depuis l'annonce présidentielle du 12 juillet dernier. L'obligation vaccinale entre en vigueur aujourd'hui, 15 septembre, pour plusieurs corps de métiers. Les salariés des hôpitaux et des EHPAD, les soignants,...
  • La France rend un hommage national à Jean-Paul Belmondo aux Invalides
    La cérémonie, à la fois solennelle et populaire, débutera jeudi à 16 h 30, dans la cour des Invalides, par un éloge funèbre du président. Notre Bébel national étant un symbole éclatant de la France sous les 30 glorieuses, il sera difficile de ne pas voir...
  • Les vacances sont finies, mais pas les soucis...
    Hello les amis, je suis de retour… Hélas, après les vacances, le virus galope toujours. Pire : en villégiature, j'ai pu constater des comportements étranges… qui ne vont rien arranger. Dans une sous-préfecture de la côte Aquitaine, force est de constater...
  • Qu'est ce que le plan blanc ?
    Après certains hôpitaux des Pyrénées-Atlantiques, sur la côte basque, et de PACA, le "Plan blanc" est déclenché dans les hôpitaux corses. Ça part mal… de nouvelles mesures ont été prises dès le 3 août en France pour lutter contre la flambée des cas de...
  • Loi sanitaire anti-Covid : ces nouvelles mesures qui confinent à l'absurde
    Masques obligatoires en extérieur mais pas en intérieur, pass sanitaire sans pièce d'identité, mesures d'isolement avec pause à midi et le soir... Les dispositions du projet de loi sanitaire pourraient se traduire par des situations ubuesques, et certaines...
  • Les nouvelles mesures sanitaires vont faire couler beau coup d'encre…
    I – Vaccination obligatoire. La vaccination sera obligatoire pour les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, cliniques, EHPAD, maisons de retraite, professionnels et bénévoles, y compris à domicile. Les personnes concernées auront jusqu’au...

Pages

Catégories