Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 17:00
On savait Madrid tendu avec les "estelades" (le drapeau indépendantiste catalan avec l'étoile blanche sur fond bleu), on savait moins l'Espagne à cheval sur l'utilisation de la "senyera", le "classique" drapeau catalan.


Une polémique fait rage depuis que l'ambassade d'Espagne en Inde a fait interdire la "Senyera", le classique drapeau Catalan, d'une tribune sur laquelle devait s'exprimer le directeur du service des télécommunications de la société d'information (TSI) de la Generalitat de Catalogne, lors du Global Times Business Technology de New Delhi. Jordi Puigneró, ingénieur catalan et directeur de la TSI, a dénoncé sur son compte Twitter l'intervention de l'ambassade espagnole. 

"Action honteuse de l'ambassade d'Espagne au Sommet mondial d'Inde, faisant enlever le drapeau catalan au moment où je devais parler", a-t-il publié.


C'est vrai que dans une présentation de la Catalogne et de ses moyens de télécommunication dans le cadre d'un sommet international où participait une société privée, çà montre bien… l'ouverture d'esprit du gouvernement Castillan et les participants ont du avoir du mal à comprendre cette intervention quelque peu… déplacée.

 

 

L'ambassade d'Espagne fait retirer la Senyera dans un sommet international.
Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 21:00

À chaque région du monde, ses coutumes et traditions lorsque Noël approche. En plus des décorations qui illuminent les rues des villes catalanes des la fin du mois d'octobre, les catalans ont pour habitude de respecter les traditions séculaires.

LES TRADITIONS DE NOËL EN CATALOGNE

1 - Le Tió de Nadal

En Catalogne, la traditionnelle bûche de Noël prend des airs bien différents à celle que nous avons en France, puisqu’il s’agit bel et bien d’une véritable bûche en bois. Peint d’un visage souriant et recouvert d’un drap rouge, chaque famille prend soin du Tió de Nadal durant tout le mois de décembre, afin que celui-ci puisse "caguer" suffisamment de cadeaux de petite taille et de friandises le jour de Noël. Des gourmandises qui ne sont à récupérer qu’après avoir chanté la gloire du Tió et retiré son drap rouge.

2 - Le Caganer

Comme dans de nombreux endroits du monde, en Catalogne la crèche est un élément indispensable à Noël. Les catalans bâtissent leur crèche à partir du 25 novembre, à la Sainte Catherine. Les crèche catalanes ont la particularité de posséder un personnage qui n’a rien de religieux : le Caganer. Symbole de chance et de prospérité, il se présente sous la forme d’un catalan en train de faire ses besoins. A l’origine un paysan, aujourd’hui son image a été un peu détournée et on le trouve aussi en célébrités et hommes politiques.

3 - Les Rois mages (qui apportent les cadeaux).

C’est à Gaspard, Melchior et Balthazar que l’on doit la tradition d’offrir des cadeaux pour Noël. Venus à Bethléem pour célébrer la naissance de Jésus, les trois rois mages seraient venus les bras chargés d’or, d’encens et de myrrhe. Donc, c’est le jour de l’épiphanie, le 6 janvier, que les enfants catalans recevront leurs cadeaux.

4 - La Gastronomie

En Catalogne, on déguste l’Escudella, un ragoût de viande et de légumes d’hiver, relevé à l’ail et au persil. Plat de Noël par excellence, la mention de ce plat remonte au XIVe siècle dans les écrits. Servi en entrée, il est généralement suivi par une volaille farcie aux fruits secs.

Autre plat qui se savoure le 26 décembre, jour de la Sant Esteve : les canelons. Ils ressemblent aux cannellonis italiens, mais sont accompagnés d’une sauce Béchamel et recouverts de fromage râpé.

Dessert : Que serait Noël sans ses torrons et ses neules ? Biscuits et gourmandises typiques de Noël, elles font le bonheur de tous !

OÙ FÊTER NOËL EN CATALOGNE ?

Le Marché de Noël de Santa Llúcia, Barcelone

Incontournable à toute visite de la capitale catalane durant la période des fêtes de fin d’année, le marché de noël de Santa Llúcia existe depuis plus de 230 ans et commence autour du 13 décembre, jour de la Sainte Lucie. Sis sur l'avinguda de la catedral, à BCN, en plus des objets traditionnels (comme le Tió de Nadal), vous y trouverez tout ce dont vous avez besoin pour les festivités de noël.

Festival del Pi de Centelles (Barcelone)

Déclaré festival traditionnel d’Intérêt National depuis 1987, le festival del Pi se tient le 26 décembre de chaque année, jour de la Sant Esteve, journée férié en Catalogne.

Culte voué à la nature et aux forêts, le festival coordonne avec la fête de la Santa Coloma, la patronne de Centelles qui fût brûlée sur un pin. Le festival consiste à offrir le plus beau des pins à cette dernière. Évènement spectaculaire, ce sont les galejadors qui sont chargés de cette mission, tromblon à la ceinture, tirant de ça et là en l’air pour symboliser la joie et la fête. Après avoir marqué le pin, la fête se poursuit le 30 décembre au petit matin, par un petit-déjeuner autour du pin avant de le couper et de le transporter à l’aide de bœufs. Lors du retour des galejadors au village, s’en suit la danse du pin et une cérémonie, le festival traditionnel et unique.

La Crèche vivante de Corbera del Llobregat (Barcelone)

Très présentes en Catalogne, les crèches vivantes prennent vie durant le mois de décembre. Celle de Corbera de Llobregat est la plus ancienne et l’une des plus remarquables. Dans les rochers rouges de la Penya del Corb, surplombant le village, c’est toute la population qui s’affaire chaque année à présenter la plus belle des crèches vivantes.

La Crèche vivante de Bàscara (Girona)

Depuis noël 1973, la “Pessebre de Bàscara”, se tient tous les ans dans les falaises et grottes du village, recréant la vie Palestinienne d’il y a 2000 ans. Différente chaque année, la crèche se présente sous la forme d’un spectacle son et lumières extraordinaire.

La foire aux sapins d’Espinelves (Girona)

Situé dans la plus grande forêt de la Catalogne, Espinelves accueille chaque année en décembre, une foire aux sapins bien singulière. Bercé par l’odeur boisée des sapins, se promener dans les rues revient à se balader dans une crèche à échelle humaine.

Toutes les rues et les maisons sont décorées pour l’événement. En plus des sapins, vous rencontrerez divers exposants : herbes médicinales, tapisserie, céramique, sculpture… sans compter sur les divers spectacles venant animer la foire.


Alors à toutes et à tous... Bon Nadal !

Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Comment fête-t-on noël en Catalogne sud ?
Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 08:00

ReisHeureux les petits Sud-Catalans qui auront leurs cadeaux ce jour, 6 janvier. Au moment où les français tirent les rois, les enfants d'outre-Pyrénées attendent le jour de l'Epiphanie pour recevoir leurs cadeaux.

 

 

Cavalcada-dels-Reis.jpg

 

A l’occasion de la cavalcade des rois mages, les rues s'emplissent de monde et de bonbons pour une soirée magique. Ce "dia dels Reis" est pour les enfants Catalans et même ibériques, un moment particulier. Le pays reste attaché aux rites ancestraux, surtout quand ils sont religieux.

 

C'est donc dans la nuit du 5 au 6 janvier que les petits espagnols reçoivent leurs cadeaux de Noël, apportés par les rois mages. Cette fête, qui marque la fin du cycle de Noël, commence par l'arrivée de Balthazar, Melchior et Gaspard, le 5 janvier en fin d'après-midi, parés de leurs superbes costumes. Les enfants, avant d'aller au lit, laissent à côté de la fenêtre une paire de chaussures (pour les cadeaux), un seau d'eau (pour les chameaux) et de la nourriture (pour les rois mages très fatigués).

 

carta-reis-mags-il-lusio.jpg

 

Attention, celui qui est réveillé et voit les rois mages ne recevra rien. C'est comme çà. Selon les villes, l'entrée des rois mages se fait soit par la mer, soit à cheval, soit à dos de chameau. C'est la cavalcade où dans chaque ville, la foule assiste à un somptueux défilé. A Barcelone, les rois arrivent par la mer en début de soirée (vers 19 h).

 

Au moment où Balthazar, Melchior et Gaspard atteignent la terre ferme, 21 coups de canon sont tirés à partir du château de Montjuic. Une fois descendu, chaque roi prend place sur un carrosse. Ils partent de la place Portal de la Pau et remontent les Ramblas, en direction du centre-ville, sur la place de Catalunya. Accompagnés de gens déguisés, de musiciens, de danseurs, de jongleurs et d'acrobates, les trois rois mages lancent des bonbons à la foule (surtout aux enfants), venus nombreux pour les voir. Entre 19h00 et 21h30, c'est le raout.

 

Musique, lumières et défilé, tous les ingrédients sont là pour honorer l'entrée des rois dans la ville. C'est spectacle à voir au moins une fois dans sa vie, et pas seulement pour ceux qui ont gardé leur âme d’enfant.

 

Visca Catalunya !

 

//*//

 

Els-Reis-dOrient.jpg

Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
14 novembre 2014 5 14 /11 /novembre /2014 18:00

sangliers.jpgCette image est insolite mais elle a fait le buzz. En effet, elle a même réussi à faire sourire (ce qui est un exploit), les sévères policiers Catalans des Mossos d'esquadra. Ils l'ont en effet partagée sur les réseaux sociaux, à partir du compte officiel.

Un quidam Catalan a en effet photographié au bon moment ces sangliers à l'esprit particulièrement civique et aiguisé puisqu'ils ont traversé la route de CALDES de MALAVELLA... sur le passage piéton !

 

Qui sait ? Ils allaient peut-être en cure ? CALDES de MALAVELLA est une ville d'eau. On y trouve les sources des trois eaux pétillantes des tables Catalanes : Vichy Catalan, Malavella et San Narciso.

 

Catalunya-2013-4358.jpg

 

 

 

Catalunya-2013-4372.jpg

 

 

 

Catalunya-2013-4345.jpg

 

 

et c'est aussi la gare la plus proche de Sant Feliu !

 

Catalunya-2013-4365.jpg

 

@+ i Visca Catalunya !

 

//*//

 


Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 10:00

 

La province de Gérone est probablement la province de la péninsule Ibérique qui possède la plus grande variété de paysages. Les photos suivantes reprennent le procédé du tilt-shift, qui donne l’impression de découvrir Gérone et la Catalogne Sud en maquette.



En mai 2014, l’Agence Catalane de Tourisme a invité cinq artistes différents à filmer les paysages de la province de Gérone dans le but de faire la promotion de la région sur Internet. Pau Garcia Laita a pris la direction de ce projet.



La vidéo qui en résulte est subjugante : les paysages d’une grande variété sont à couper le souffle. Le "truc", c'est d’exposer les villes sous un nouveau jour grâce à un "effet miniature". La technique, appelée "tilt-shift" est pourtant très simple : il suffit de flouter certaines parties bien choisies d’une vidéo et d’en accélérer le rythme pour donner l’impression que les bâtiments sont des maquettes et les passants des figurines.



C'est tellement bluffant que j'ai du mal à localiser ces endroits ainsi représentés, même si je connais bien ces lieux. Il faut dire que les photos n'ont pas été identifiés sur le site. Ces vues donnent vraiment envie de venir dans la province de Gérone, que je connais très bien. Entre ski et plages de sable fin, il y en a pour tous les goûts.



Ces photos vous donneront-elles envie de venir découvrir la Catalogne Sud, et notamment le "comarque" du "Baïx Emporda" ?



Girona-1.jpg

1 - Port de la Selva 

 

 

Girona-2.jpg

2 - Callela de Palafrugell 

 

 

Girona-3.jpg

3- Plage de Llafranc. 

 

 

 

Girona-4.jpg

4 - Pont Vell de Besalù. 

 

 

 

Girona-5.jpg

5 - Pobla de Llilet (Bergueda).

 

 

 

Girona-6.jpg

6 - Platja d'Aro.

 

 

Girona-7.jpg

7 - Sant Feliu de Guixols - S'agaro.

 

 

 

Girona-8.jpg

8 - Cathédrale de Girona.

 

 

 

Girona-9.jpg

9 - Pistes de Masella (Alp).

 

 

 

Girona-10.jpg

10 - Cadaquès. 

 

 

 

Girona-11.jpg

11 - Cap de Creus. 

 

 

 

Girona-12.jpg

12 - Dans la région de Begur, je pense. 

 

 

 

Girona-13.jpg

13 - Monastère de Sant Pere de Rodes.

 

 

 

Girona-14.jpg

14 -  Baie de Port Lligat.

 

 

 

Girona-15.jpg

15 - Région de Sant Antoni. 

 

 

 

Girona-16.jpg

16 - Musée-théatre Dali à Figueres.

 

 

 

Girona-17.jpg

17 - Village de Beget. 

 

 

 

Girona-18.jpg

18 - La Molina en été.

 

 

 

Girona-19.jpg

19 - Dans la haute Garrotxa... 

 

 

 

Girona-20.jpg

20 - Palamos.

 

 

 

Girona-22.jpg

21 - Plage et remparts de Tossa de Mar.

 

 

 

Girona-23.jpg

22 - L'Estartit.

 

 

 

Girona-24.jpg

23 - Vers le cap de Creus.

 
Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 09:00

00-Argeles-sur-Mer.jpgAujourd'hui, le ton de mon billet sera différent, et pour une fois, l'article sera sérieux. Je reviendrai sur un événement douloureux qui s'est passé il y a 75 ans. (Vignettes cliquables). 

 

 

La Catalogne a été marquée à se façon de chaque côté de la frontière et la blessure ne s'est toujours pas refermée. Il s'agit de l'anniversaire de la "retirada". Du mot retraite en espagnol, c'est l'exode des réfugiés catalans et espagnols de la guerre civile.

 

 

 

En février 1939, ce sont ainsi plus de 450.000 républicains qui ont franchi la frontière à la chute de la seconde République espagnole, lors de la victoire du général Franco. Les autorités Françaises ont sous-estimé l'ampleur de l'exode. En mars, 264.000 espagnols se serrent dans les camps des Pyrénées-Orientales, alors que la population du département s’élève à moins de 240.000 personnes.

  

04-le-perthus-civils.jpg

Réfugiés civils au Perthus 

 

 

Il y a 75 ans en effet, en février 1939, des centaines de milliers de réfugiés espagnols passaient la frontière et fuyaient vers la France. En Espagne, les commémorations sont rares.

 

06-le-perthus-afflux-des-republicains.jpg

Afflux des Républicains au Perthus. 

 

 

Le 8 février 1939, les habitants de Prats de Molló (66) se réveillent, stupéfiés : sur le haut du col d’Arès, une colonne ininterrompue de gens descend vers le village. Jusqu’au 12 février, 440.000 personnes franchiront la frontière à cet endroit-là, dont une centaine de milliers de Catalans.

 

01-Halte-entre-prats-de-mollo-et-la-preste.jpg

Environs de Prats-de-Mollo. 

 

 

Le reste est composé de ceux qui avaient déjà fui le sud de l’Espagne et s’étaient réfugiés en Catalogne, d’abord à Barcelone, puis à Gérone, suite à la prise de la capitale catalane par les troupes de Franco, le 25 janvier. La plupart des Barcelonais se sont réfugiés à Gérone où se replient aussi les gouvernements républicains, espagnol, basque et catalan, dans l’espoir que les pays démocratiques lancent une offensive face à celle de Hitler et Mussolini, les bombardements systématiques de Barcelone pendant toute une année, ayant fait 1300 morts et 2000 blessés.

 

02-armes-retirees-aux-republicains.jpg

Armes déposées par les Républicains. 

 

 

 

La défaite de la bataille de l’Èbre, suivie de la chute de Barcelone, sème la panique à Gérone : Tout le monde fuit vers la France et l'armée républicaine en déroute ferme les convois. La France attendait environ 60.000 réfugiés. Ils seront plus de 7 fois plus.

 

03-Entre-le-boulou-et-argeles.jpg

Entre le Boulou et Argelès. 

 

 

Derrière eux, les troupes franquistes talonnent et atteignent les Pyrénées le 10 février. Les issues de secours sont bloquées. Il est aujourd'hui comme de dire que ces gens ont été abandonnés deux fois : par la mort ou l’exil, puis par l’oubli. En cette année de commémorations d'une Catalogne à l'image d'une future République indépendante, le souvenir de la défaite et l’horreur de l’exode n’ont pas leur place.

07-troupes-franquistes-a-la-frontiere.jpg

Troupes franquistes à la frontière. 

 

Seuls quelques élus ont réclamé à leurs pairs une commémoration nationale en Catalogne, en vain. Sabadell est une exception. L’année 2014 y a été déclarée "année de l’exil républicain" et sera marquée par une manifestation de reconnaissance aux milliers de personnes qui se virent contraintes au départ.

 

05-Prats-de-mollo-camp.jpg

Camp de Prats-de-Mollo.

 

 

 

Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 15:00

Agbar-crepuscule-01.jpgLa tour Agbar, est un gratte-ciel Catalan du 21ème siècle, à Barcelone, capitale de la Catalogne. Dessinée par l'architecte français Jean Nouvel, la tour a été inaugurée par la famille royale d'Espagne, le 16 septembre 2005.

 

 

 

Offrant 30.000 m² de bureaux, un auditorium et des parkings, pour une superficie totale de 50.693 m², la tour Agbar mesure 145 m. de haut pour 38 étages, dont quatre en sous-sol.

 

 

 

Son design mêle différentes conceptions d'architecture : une structure en béton armé recouverte d'une façade en verre, avec plus de 4400 fenêtres. Cette tour est l'un des bâtiments modernes les plus remarquables de Barcelone, avec la 3eme place en hauteur, derrière l'Hôtel Arts et la Tour Mapfre, tous deux à 154 m. Elle est située près de la place des Glòries Catalanes, sur l'avenue Diagonal.

 

Agbar-jour-01.jpg 

 

Le bâtiment possède plus de 4000 dispositifs LED permettant la création d'images sur les parois. Des capteurs de température permettent d'agir sur l'ouverture ou la fermeture des fenêtres, et de réduire la consommation d'énergie de la climatisation.

 

 

 

La Torre Agbar est hélas appelée par certains Barcelonais, par le vilain surnom de suppositoire (supositori). Pour insérer la Torre Agbar à Barcelone, les architectes ont fait appel à l’héritage architectural de GAUDI selon deux références claires, la forme et la couleur.

 

Agbar-nuit-01.jpg 

 

Le profil de la tour est une parabole appelée catène par les architectes. Les couleurs modulables sont une interprétation contemporaine des revêtements en céramiques multicolores de l’œuvre de Gaudi.

 

 

 

Comment peut-on alors appeler vulgairement ce bâtiment un "suppositoire" quand il offre à percevoir sous sa peau de subtiles variations chromatiques à la façon d'une aurore boréale .

 

Agbar-nuit-02.jpg 

 

De nuit, la beauté du projet provient du fait que l'on ne perçoit pas les contours de la tour. L'éclairage est diffus et estompé, même par nuit claire, (effet dû à l'épaisseur des claire-voies en verre, à la surface de la "Torre".

 

Agbar-olympique-01.jpg 

 

La tour est fantomatique sur l'horizon nocturne de Barcelone. Elle fait honneur à l'amour des Catalans pour l’architecture, véritable trait identitaire.

 

 

 

Ayant abrité le service des eaux, il a été annoncé, le 16 novembre 2013, que le gratte-ciel a été racheté par la chaîne hôtelière Hyatt. Il sera transformé en hotel de luxe. La transaction s'élève à 150 millions d'euros.

 

 

Agbar-nuit-03.jpg

Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 06:00

Bon-nadal.jpg

De l'avent à la fête des rois, les noëls catalans font une large place aux gourmandises : coques de noël, tortells, ametllats, rousquilles, fruits secs et tourons font la joie des tablées.

 

 

Voici le noël Catalan avec ses bougies, ses sapins et ses rennes, ses santons polissons (caganers) qui envahissent les pessebres (crèches). Voici le temps de la tradition et de la douceur, un temps de gourmandise et d’indulgence. Noël c’est tout cela à la fois, avec en Catalogne, des bonbons, des chocolats et des desserts incontournables.

 

 

Le Tió de Nadal et les caganers (cliquable comme toutes les photos).

Tios-et-caganers.jpg

Caga Tio i Caganers.

 

 

Revenons aux fondamentaux. Le père Noël investit peu à peu les foyers catalans, mais c’est un usurpateur qui du mal à s’imposer au sud de la frontière.

La vraie fête du noël catalan (Nadal) se déroule en deux temps pour les enfants : d'abord le Caga Tió. Pendant l’avent, on prend une bûche de bois à figure humaine, coiffée d'une barratina traditionnelle et chaque jour, on y cache des bonbons et des chocolats avant de la recouvrir d’une petite couverture.

Les enfants battent la bûche avec un bâton en chantant

"Caga tió, tió de nadal. No caguis arengades que són salades, caga torrons, que són mes bons".

(Chie bûche, bûche de noël ; ne chie pas des sardines, elles sont salées, chie plutôt des tourons, c’est bien meilleur).

Les enfants prennent ensuite les bonbons et les dégustent. Les écoles catalanes maintiennent cette tradition multiséculaire.

  

 

 

Les rois et les cadeaux.

Poble-de-pessebre.jpg

Peuple de la crèche.

 

 

L’autre grand événement, pour les enfants catalans, comme pour toute la péninsule, c’est l’épiphanie. En effet, ce sont les rois mages (et non pas le père noël) qui apportent les cadeaux aux petits Catalans, comme ils avaient apporté à Jésus la myrrhe, l’encens et l’or.

Parler de noël en Catalogne, c’est prendre en compte une période qui va de la sainte Lucie (13 décembre), au jour des rois, le 6 janvier, jour des cadeaux. Au réveillon de noël et au traditionnel repas de midi, il faut ajouter la Sant Esteve (26 décembre) fériée, qui est l’occasion de faire le tour de la famille, ou d’inviter des parents éloignés. Les fêtes de Cap d’Any (jour de l’an) et des Rois clôturent en beauté ces trois semaines de fête.

 

 

Les fruits secs.

Fruits-secs.jpg

 

Partout, c’est le moment des "postres de capellà", le règne des fruits secs : noisettes, amandes, noix, noisettes, petites figues et raisins secs. Accompagnés d’un verre de vin doux sucré, ils font partie des 13 desserts traditionnels.

 

 

La tradition des panellets.

Panellets.jpg

Panellets

 

Les "panellets", apparus dès la Toussaint, sont des boules de pâte d’amandes recouvertes de pignons. On trouve aussi le "pastisset", gâteau à l'anisette et à l'huile d’olive, fourré de confiture de pastèque et d’orange.

Pour accompagner le café servi aux amis, on sert des "mantecados", biscuits secs et craquants aux amandes, ou des "ametllats", sortes de macarons à l'amande douce, au chocolat ou à l’orange, ou encore des "rousquilles", ou des "rottlets" (petits rouleaux) à l’anis ou aux agrumes, des "neules" (sortes de cigarettes russes) ou des beignets de pomme ou de banane à la cannelle.

 

Ametllats

Ametllats

 

Mantecados.jpg

Mantecados

 

 

 

Dans ce moment de tradition, chaque comarca (arrondissement) prépare ses pâtisseries identitaires, pour célébrer la nativité, mais aussi la transmission des mêmes gestes, des mêmes goûts, de la même ferveur et de la même tradition.

 

 

 

 

Les coques de noël.

Coca-de-nadal.jpg

Coca de Nadal

 

Reines de la table catalane, les coques ne sont pas en reste, avec la "coca de nadal" (coque de noël), une patisserie odorante, parfumée à l’anis, à l’orange et aux pommes, surmontée de fruits confits.

 

 

 

Le Tortell ou la galette frangipane ? 

Tortell.jpg

Tortell dels Reis

 

 

Pour la fête des rois, deux types de gâteaux sont présents. Bien sur, le premier d'entre eux reste le tortell (tourteau) parfumé à l’anis, à la cannelle et à l’orange, moelleux, décoré de grains de sucre et de fruits confits.

Dans cette nation qui a fait de l’amande son impératrice des desserts, la galette à la frangipane, bien que plus française, s’impose aujourd'hui comme une sérieuse concurrente. Optez donc pour les deux.

 

 

 

Le chocolat Catalan.

Xocolat.jpg

Xocolat Català.

 

Impossible de passer sous silence le chocolat omniprésent, décliné en bonbons, râpé sur les bûches, ou servi fondu sur du pain grillé pour des petits-déjeuners de fête. Il s’agit là d’usages et de goûts nouvellement importés.

La Catalogne se met à l’heure des ballotins de chocolat à l’occasion de noël mais ils ont fort à faire car en Catalogne, rien ne peut se mesurer au touron.

 

 

 

 

Les différents tourons.

turron-alicante.jpg

Turron Alicante

 

Turron Jijona

Turron Xixona

 

Turron-de-yema-tostada.jpg

Turron Llema

 

 

 

"Nadal sense torró no és festa per a ningú" (Noël sans touron n'est une fête pour personne).

Les écoles de Catalogne servent aux enfants à l’occasion de Noël un goûter invariablement composé de mandarines ou d’oranges et d’une part de touron.

Il y a les variétés "Alicante", blanc et dur, mais surtout le Jijona (au miel, fruits secs, blanc d’œuf et amandes), le "llema" (yema tostada) à la crème et à l’œuf, doré comme une crème brûlée, le "massapà" (massepain) aux amandes et pignons, farci de fruits confits, et le touron noir aux saveurs de caramel brûlé, mais on trouve aujourd'hui des déclinaisons au chocolat, à la noix de coco, ou à la fleur de sel (!).

 

 

 

Les fruits.

 

N'oublions pas les fruits, dont les agrumes, et surtout le raisin, indispensable auxiliaire du repas de nouvel an. Aux 12 coups de minuit, préparez votre gorge avec du moscatell (bu au porró, c'est mieux).

Il faudra avaler un grain de raisin à chaque tintement des 12 coups, pour que l'année soit faste. Vous aurez alors droit à la première joie de l’année, la dégustation d'un verre de cava (champagne Catalan).

 

Cava.jpg 

Chez un producteur de Cava.

 

 

 

Bon profit, bon nadal i bon any nou !

Bon appétit, bon noël et bonne nouvelle année !

 

Nadal-2014.jpg

Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 10:00

l-ave-s-100-inaugural-du-troncon-barcelone-figueres-en_3723.jpg (photo cliquable)

"Un dernier Talgo à Paris", c'est le titre amusant de l'excellent quotidien Catalan "La Vanguardia", daté d'aujourd'hui.

 

 

On l'oublierait presque, mais la mise en service des TGV et AVE entre la France et la Catalogne espagnole, siffle la fin du voyage pour le "Trenhotel", qui allait fêter ses 40 ans. Ce vendredi 13 décembre, à 22h16, le Talgo n°477 s'élancera pour la dernière fois depuis Paris-Austerlitz pour rejoindre la gare de Barcelone-França, après 1137 km et de 11h27 de voyage (!).

 

 

A bord, les ultimes dîners seront servis. Dans ce train de grand luxe, on pouvait se restaurer et dormir dans des cabines de grande classe avec couchette, douche et WC individuels, si l'on avait les moyens. Adieu, le Talgo... 

 

Talgo-350---El-pato.jpg

Talgo 350 récent surnommé el pato (le canard). Souvenirs... (photo cliquable) 

 

 

Le Paris-Barcelone a circulé entre les deux capitales depuis le 26 mai 1974. Entre l'Espagne et le reste de l'Europe, sur le réseau ferré, l'écartement des voies est différent. Le Talgo espagnol a donc été doté d'un système d'essieux permettant de gérer cette différence de 23 centimètres.

 

 

Avec l'avènement de la grande vitesse, tout ceci paraît bien loin. Une page se tourne, même si ces trains ont encore transporté 245.000 personnes en 2012. Le Paris-Barcelone "Joan Miro" (peintre catalan) a permis de rapprocher la péninsule ibérique du vieux continent, mais il prend désormais la voie de garage, tout comme le "Francisco Goya" (Paris-Madrid).

 

 

Désormais, le Talgo ne passera plus la frontière. Les trains s'en vont, les souvenirs restent… Dimanche, l'inauguration officielle de la liaison grande vitesse se fera à bord d'un AVE spécial qui reliera Barcelone à Perpinyà. Il partira à midi de la gare de Sants à Barcelone, avec une arrivée prévue à Perpignan, à 13 h 15. Dans l'avenir, un PARIS-BARCELONE se fera en 5h35, soit un gain d'environ 6 heures par rapport au "vieux" Talgo ! 

 

 

Il reste des places dans ces deux trains AVE, pourtant affichés complets dès la mise en vente des billets le 28 novembre dernier, sans doute surbookés par la SNCF et la RENFE (Red nacional de los ferrocarriles españoles) qui veut dire "réseau national des chemins de fer espagnols".

 

AVE-Interior.jpg

Intérieur de l'AVE. (photo cliquable) 

 

Le plan AVE prévoit plus de 7.000km de LGV opérationnelles en Espagne en 2015, et projette de relier toutes les capitales de province, en moins de 4 heures avec Madrid, et moins de 6h30 avec Barcelone.

 

AVE.jpg

Le nouvel AVE.  (photo cliquable) 

 

Actuellement, beaucoup de lignes secondaires espagnoles ont une vitesse qui ne dépasse pas 40km/h. Il faut 13 heures (!) pour couvrir les 784km séparant LEON de BARCELONE (à 60km/h de moyenne). L'Espagne, avec l'aide de l'union européenne, s'est engagée dans un plan de conversion des lignes de son réseau ferré, de l'écartement "ibérique" à l'écartement standard.

 

 

 

Dans un premier temps, des voies sont équipées et rénovées en double écartement mais le progrès est en marche…

 

 

Et dire que j'ai connu le petit train de Sant Feliu de Guixols, qui reliait Girone, à 39,7 km via Cassa de la Selva. La ligne est devenue aujourd'hui une voie verte VTT. Nostalgie...

 

Tren-SFG.jpg

Tren de Sant Feliu . (photo cliquable)

Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 11:00

Nacio tag

Tout est dit en titre. La Catalogne, une des plus vieilles nations européennes, forte de sa culture millénaire, de sa langue jalousement conservée, et de son économie parmi les plus dynamiques d'Europe, ce n'est pas l'Espagne.

 

 

La Catalogne, nation à part entière, c'est un autre pays. Les Catalans n’ont cessé, au cours des siècles, de manifester leur différence de langue et de culture pour se libérer du joug castillan. La poussée indépendantiste d’aujourd’hui n’a donc rien d’une poussée de fièvre. C'est l’aboutissement de décennies d’attente.

 

 

Après la guerre d’Espagne, les Catalans en exil ont leur propre gouvernement et misent sur la démocratie pour se faire entendre. Ainsi, lorsque meurt Franco et que le roi Juan Carlos se prononce contre toute attente en faveur d’un système démocratique, Catalans et Espagnols s’entendent pour que soient restaurée la "Generalitat de Catalunya" et son parlement.

 

Catalunya

 

Dès lors commencent les négociations relatives au statut d’autonomie du pays, qui portent sur la langue et la culture, pour permettre à la Catalogne de s’organiser et devenir la 6e région économique d’Europe. Ne pouvant donner des gages de fédéralisme à la Catalogne, et dans l'impossibilité d’ignorer les réactions d’une opinion publique espagnole hostile aux particularismes, le gouvernement invente de toutes pièces 15 autres régions autonomes qui n’avaient rien demandé.

 

 

Ce millefeuille devient une gabegie : 17 gouvernements autonomes (plus le personnel et les élus) engloutissent les crédits européens. La Catalogne est riche et dame le pion à l’Espagne où le TGV dessert des zones désolées, pour quelques dizaines de voyageurs, en Extremadura et en Andalousie.

 

 

Les aéroports sont parfois construits pour deux dessertes par jour, mais rien de tel pour la Catalogne privée de TGV par Madrid, pour cause d’atermoiements sans fin, alors qu’elle est la porte vers l’Europe du nord. La crise pèse sur l’Espagne dès 2007. Le nouveau gouvernement Rajoy prend la responsabilité de ne pas reverser à la Catalogne son ratio d’impôts alors qu’elle contribue pour plus de 30% au PIB de l’état. C’est la goutte de trop.

 

 

En 2012, le jour de la Diada (fête nationale de Catalogne) regroupe plus d’un million et demi de Catalans, dont quelques dizaines de milliers venus du nord, pour réclamer l’indépendance. Artur Mas, le président de la Generalitat, est dépassé par cette expression populaire. Il évoque une possible autodétermination.

 

Catalunya 2281 

 

La société catalane tout entière se saisit du problème : partout, sur les balcons des banlieues comme dans les cœurs de ville, fleurit la "estimada Estelada" (banière indépendantiste étoilée). Les réseaux sociaux sont inondés de messages réclamant un référendum.

 

Le 11 septembre 2013, deux millions de Catalans de souche ou de cœur se donnent la main sur plus de 400 km de côte (Imaginez 20 millions de Français dans la rue pour comparer).

 

Diada-2013.jpg 

 

Une marée humaine dit stop aux vexations et trahisons de l’Etat espagnol qui s’attaque à l’usage de la langue et rogne les acquis. Artur Mas promet un référendum sur l’indépendance et Madrid multiplie les provocations.

 

Desallotjament.jpg 

 

La Catalogne a rendez-vous avec son destin : un rendez-vous pacifique et démocratique qui rebat les cartes de la construction européenne.

 

Catalunya-Europa.jpg

 

Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de solexine
  • Le blog de solexine
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • Jeux Olympiques d'Athènes, 12 ans après...
    Dix ans après que la Grèce ait organisé le plus grandiose des spectacles sportifs du monde, beaucoup de ses sites olympiques ont été abandonnés. Quelques autres sont encore utilisés occasionnellement pour des évènements non-sportifs comme des conférences...
  • Les dangers de la pokemonite. Go !
    Petit billet sur la nouvelle occupation dont la terre entière s’est entichée, la dernière imbécillité mise à la mode, j'ose même dire la dernière co…rie mise à disposition de notre belle jeunesse pour qu’elle s’ennuie un peu moins, ne ressente pas la...
  • Sérieux, j'en ai marre de ces listes !
    Cet horrible attentat a fait à la date de rédaction du présent article 84 morts et 303 blessés. 121 sont toujours hospitalisés. David Bonnet, 44 ans, pisciculteur. Originaire de Nérondes (18), fils du premier adjoint au maire, David s'était installé dans...
  • Orlando, Floride, USA. Qui étaient-ils ?
    Qui étaient ces 49 personnes massacrées par Omar Mateen ? (liste incomplète). Edward Sotomayor Jr, 34 ans. C'était un homme énergique. Il portait souvent un chapeau haut-de-forme sur les croisières qu'il organisait avec son cousin. Son cousin a déclaré...
  • Une famille pour le moins originale...
    Actualité déprimante, inondations, grèves, pénurie, faits divers sordides... pour changer un peu, je vais vous publier un article un peu plus... souriant ! L'ours Stephan fait partie de la famille de Svetlana et Yuri Panteleenko, un couple russe, depuis...
  • Aux States, on voit des choses étranges dans les magasins.
    Aller faire ses courses est parfois une véritable corvée. Toutefois, si on tombe sur ce genre de phénomène, dans les allées ou à la caisse... on peut penser à un prénomène paranormal... En ce cas, la corvée se transforme presque en spectacle. Voilà 20...
  • Nouvelle série sur les tatouages ratés...
    Bien souvent, des adeptes du tatouage semblent oublier qu'un tatouage, c'est à vie, voire plus si affinités. Voici donc une nouvelle série sur les pires tatouages : 1 – Je suis totalement contre le tatouage du visage ! Si ce gars voulait de beaux sourcils,...

Pages

Catégories