Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2021 5 08 /10 /octobre /2021 16:07

Plusieurs événements retransmis parfois en direct à la télévision, ont été programmés pour saluer une dernière fois le "boss" avant son inhumation. Les chaînes de télévision ont bousculé leurs programmes pour passer des documentaires ou des séries avec Bernard Tapie, qualifié par certains médias de "très grand acteur" et par M6 de "flambeur, hâbleur, séducteur, courageux, menteur et… tricheur". On aime ou on déteste le personnage, mais il ne laisse pas indifférent.

Celui qui a vécu 1000 vies (SIC) était quand même un sacré bonhomme, avec pas mal de qualités et pas mal de défauts aussi. De là à en faire un quasi Saint (Bernard), où à le comparer (comme a fait un ecclésiastique sur RTL) au Général de Gaulle, il n'y a qu'un pas que certains ont franchi et que je ne franchirai pas, n'ayant pas l'habitude, ni de flagorner, ni de tirer sur les ambulances…

En ce qui concerne les émissions-hommages, la chaîne "L'Equipe" prévoit deux spéciales en soirée, entrecoupées par un documentaire "Bernard Tapie l'affranchi". Stade 2, sur France 3 (authentique), évoquera tout ce que Nanard "a apporté au sport", tandis que sur le second canal, nous aurons droit à la rediffusion de "un jour un destin : l'aventure, c'est l'aventure" consacré au "Boss", ainsi que des extraits d'entretiens avec des journalistes. France-Info rediffusera une émission spéciale et un documentaire, tandis que Paris Première passera la pièce de théâtre "Les montagnes russes", suivie d'une rediffusion d'un épisode du feuilleton "93, faubourg Saint-Honoré" où Tapie a joué.

I - Ces incroyables obsèques ont donc duré 3 jours, débutant avec la cérémonie religieuse en l'église très chic de Saint Germain des Près, où tout le gotha artistique, politique, sportif et médiatique, parisien et autre, s'est pressé.

Lors de cette messe, devant l'édifice, de nombreux anonymes, avec des fleurs et des écharpes de l'OM, sont venus lui rendre hommage, tandis qu'à l'intérieur, sa famille et ses proches ont également salué sa mémoire.

On notait la présence d'un beau parterre : Basile Boli, Jean-Pierre Papin. Claude Lelouch, Pierre Arditi, Jean-Louis Borloo, Nicolas Sarkozy (tenant Brigitte Macron à son bras), Bernard Kouchner, Rachida Dati, Michel Drucker, Line Renaud, Jacques Séguéla, Nikos Aliagas, Chantal Goya, Marc-Olivier-Fogiel et tant d'autres que je n'ai pas la place de citer ici.

II - S'en est suivi un incroyable hommage au stade vélodrome de Marseille. Une chapelle ardente, avec le cercueil au milieu de la pelouse, a été installée au stade, avant l'inhumation prévue le lendemain, et la tenue d'une seconde messe de funérailles (cas rarissime). Un portrait de Bernard Tapie a flotté pendant toute la cérémonie au-dessus des supporters de l'OM.

Si la première messe s'est tenue dans la capitale, c'est cependant à Marseille, "sa ville de cœur", que Bernard Tapie repose. L'une de ses dernières volontés était de pouvoir entrer une dernière fois au sein du stade. C'est chose faite, avec l'exposition du cercueil sur la pelouse, puis la montée de la dépouille dans le salon principal. Le lieu a servi de chapelle ardente pour que ceux qui le souhaitent, écrivent un message dans deux livres d'or prévus à cet effet.

A Marseille, une foule immense s'est réunie, a pleuré, a dansé, chanté, et crié, pour dire adieu au "boss". A l'issue, des milliers de supporters sont partis en procession depuis le vieux port, derrière le convoi funéraire, pour rejoindre la cathédrale, où la seconde messe d'obsèques a été célébrée le lendemain. Le gigantesque cortège accompagné de fumigènes et de chants, s'est étiré du stade jusqu'à la Major, lieu de l'ultime hommage.

En la cathédrale de la cité phocéenne, la cérémonie présidée par l'archevêque de Marseille, a déplacé les foules, tandis que sur le parvis, les supporters qui n’avaient pas réussi à entrer, écoutaient les discours retransmis via des haut-parleurs géants. Pour la béatification et la future canonisation, je n'ai aucune information.

III - L'inhumation, enfin, a eu lieu au cimetière de Mazargues, dans les quartiers sud de Marseille, comme l'avait révélé le président de la République (excusez du peu), dans une lettre aux Marseillais, publiée dans le journal "la Provence". Plusieurs personnalités étaient encore présentes, et pendant la cérémonie, plusieurs d'entre eux (Renaud Muselier, Jean-Louis Borloo, le maire Benoît Payan, etc.), ont pris la parole.

L'un des temps forts de cette cérémonie fut son petit fils Rodolphe, qui a livré un discours émouvant, avec des anecdotes croustillantes, mais également la sortie du cercueil, acclamé comme dans un stade de foot, par les supporters.

Epilogue malheureux : alors qu’il rentrait dans son hôtel près du Vieux-Port, l’avocat de Bernard Tapie a été pris à parti par deux hommes qui lui ont volé sa montre d'une valeur de 35.000 euros.

L'homme a été agressé par deux personnes qui lui ont dérobé la montre, avant de prendre la fuite dans une direction inconnue. Marseille, quoi… Heureusement que jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2020 3 02 /12 /décembre /2020 10:00

L'exécutif veut-il vraiment dissuader les Français d'aller skier à l’étranger ?

Tous les jours ou presque, la politique nous apporte une nouvelle tranche de rire (ou pas). Le président a annoncé sans rire que des mesures "restrictives et dissuasives" seront appliquées pour dissuader les Français d'aller skier à l'étranger à Noël. Moins d'un français sur 10 va skier à Noël, en France ou à l'étranger, mais cette déclaration n’a pas manqué de surprendre.

Est-ce que l’on sait ce qui se cache derrière cette annonce ? Même les plus proches conseillers du président s'interrogent sur cette déclaration.

Pourrait-il s'agir de contrôles aux frontières ? Sur quelle base juridique ? Quelles règles seront fixées ? Le brouillard est digne de la haute montagne. Et quels seront les indics ? Skis sur le toit ? Chaussures de ski dans le coffre ? Oui mais on loue souvent du matériel sur place. Alors Quid pour les travailleurs frontaliers ? Faudra-t-il mettre un gendarme sur chaque chemin de muletier andorran ?

Ce n'est probablement qu'un effet d'annonce destiné à montrer aux professionnels du secteur que le gouvernement ne va pas les lâcher. La Suisse, l'Andorre et l'Espagne seraient tentées de récupérer leur clientèle. Ces pays affichent en effet des photos de pistes immaculées pour attirer les touristes.

Faute de coordination européenne et de précision, ces déclarations ne sont qu'un coup de pression pour les pays qui ne jouent pas le jeu.

Le président souhaite ne pas créer "une situation de déséquilibre avec les stations de France". Il a fait cette déclaration après avoir reçu le premier ministre belge, qui n'est pas, vous en conviendrez, un représentant emblématique des hauts sommets, mais plutôt du plat pays.

Sans rire non plus, le secrétaire d'État au Tourisme expliquait à l'assemblée nationale que toutes les activités nordiques (y compris en parc payant, mais en dehors du ski alpin seraient autorisées), ainsi que les patinoires et les jardins d'enfants.

Mais qu'en est-il chez nos voisins ?

- La Suisse a été frappée de plein fouet par la 2ème vague du virus, mais là-bas, autorités et secteurs concernés présentent un front uni et avec les mesures de protection, on y skiera à Noël. Les responsables font d'ailleurs part de leur incompréhension face aux mesures prises en France, où les remontées mécaniques devront rester fermées, alors que le métro et le RER, tous deux bondés et loin des gestes barrières, restent ouverts à Paris.

- L'Allemagne a tiré un trait sur la saison en Bavière. L'ensemble des stations restera fermé pendant les vacances de fin d'année, pour éviter la propagation du virus. Le pays tente un coup de pression sur l'union européenne pour une interdire le ski jusqu'au 10 janvier, contre une concurrence déloyale et dissuade les allemands de se rendre en Autriche voisine, leur rappelant qu'ils se verraient imposer une quarantaine de 10 jours à leur retour. Pour l'heure, les stations autrichiennes sont fermées dans le cadre d'un confinement national, qui doit être levé le 7 décembre.

- En Pologne, les pistes de ski devraient rouvrir cet hiver, mais uniquement pour la population locale et pendant les vacances scolaires. Toutefois, les déplacements sont limités dans le pays et les polonais n'auront pas la possibilité de se rendre dans les montagnes.

- En Italie, la prudence fait aussi loi. Le gouvernement penche pour la fermeture des stations italiennes et les régions montagneuses sont classées en rouge au regard de la circulation du virus.

- En Andorre, c'est le statu quo. L'ouverture des stations de ski andorranes, prévue le 4 décembre, est repoussée. La saison de sport d'hiver en Andorre pèse 30 à 40% du PIB et la moitié des skieurs qui vont skier en Andorre sont Espagnols. Reste que pour l'instant, Madrid n'a pas encore pris position sur la réouverture des stations de ski espagnoles.

Si comme moi le sable chaud vous fait davantage rêver que la poudreuse, et que vous n'avez ni l'envie ni les moyens d'aller skier, alors pour vous, jusqu'ici, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 09:00

"Y a des jours où il ne faudrait pas mourir"…

Ce matin j'ai une pensée pour deux grands sportifs qui viennent de nous quitter. Pas de chance pour eux, ils sont partis à peu près en même temps que "Diego", qui, s'il est "libre dans sa tête", monopolise toute l'actualité mortuaire, voire toute l'actualité tout court.

Christophe Dominici et Jacques Secrétin sont donc partis assez discrètement et pourtant… Le premier est juste une légende du rugby, sport cher à mon cœur, et le second est juste une gloire du sport en tennis de table.

Pour le premier, la perte de sa sœur dans un accident, à 14 ans, le hantera toute sa vie, car il évoquait souvent cet impact. D'abord voué à une carrière de footballeur, il recouvre la raison et s'engage dans le rugby à 17 ans. A 21 ans, il entre en jeu à Toulon comme ailier, puis rejoindra le stade français, avec le succès et la carrière admirable que l'on sait.

Cet international français de rugby à XV, ailier, a remporté 5 fois le championnat de France, gagné 4 tournois des 5 puis des 6 nations dont 2 grands chelems. Il a aussi été finaliste de la coupe du monde 1999, après une demi-finale d'anthologie contre la Nouvelle-Zélande. Le fameux essai marqué par ce petit ailier bleu devant les diables noirs et qui restera dans l'histoire, c'est lui !

Après sa retraite sportive, il deviendra entraîneur du club, puis actionnaire, ne quittant ainsi pas le terrain. En 2016, il rate de peu l'élection au comité directeur de la fédération française de rugby et échoit en 2020 sur un projet de rachat de l'AS Béziers.

Je veux rendre un hommage à ce grand joueur de rugby, petit par la taille, mais titan sur le terrain, qui a sauté d’un parapet en béton de 20 mètres de haut, le long de l'autoroute A13, au parc de Saint Cloud (92). Ne l'oublions jamais.

A côté de Christophe, ayons aussi une pensée pour Jacques Secrétin qui nous a quittés à l'âge de 71 ans.

C'est juste le pongiste (tennis de table) français le plus titré. Gaucher, Jacques commence la compétition à l'âge de 8 ans et sera appelé pour la première fois en équipe de France à l'âge de 13 ans. Il sera n°2 mondial en 1976, et récoltera 495 sélections en équipe de France, de nombreuses médailles aux championnats du monde et 237 médailles à l'étranger : 117 d'or, 43 d'argent, et 77 de bronze.

Champion de France à 61 reprises, il continuera toute sa vie à pratiquer le tennis de table et sera élu meilleur pongiste français du siècle. Chevalier de la légion d’honneur et de l'ordre national du mérite, il a été élu "gloire du sport" en 2006, excusez du peu.

Alors oui, je veux bien que Diego fasse la une de l'actualité qu'il monopolise, puisqu'il ne se passera plus rien d'autre jusqu'à ses obsèques, mais je suis un peu chagriné que le décès de nos deux sportifs admirables, gloires nationales, passent presque inaperçus et aient été relégués au second plan par les médias.

Bien sur, ils n'étaient pas footballeurs comme Diego Armando. La controverse le dit tricheur (la main de Dieu) et violent (supporters et joueurs parfois rudoyés). Les faits le révèlent dépendant à la cocaïne, et ses liens avec la mafia locale sont légendaires.

Ceci dit, ces errements n'enlèvent rien aux qualités du footballeur fabuleux qu'il a été. Maradona a brûlé la vie par les deux bouts et il avait une santé précaire. Dans sa récente période post-opératoire, un syndrome d'abstinence, en lien avec sa consommation d'alcool et de médicaments l'a rattrapé. Quelle ironie. Puisse-t-il reposer en paix.

Malgré l'émotion suscitée par le décès de Maradona, j'ai voulu mettre à l'honneur Dominici et Secretin, vraies gloires du sport nationales. Leur départ de ce monde n'a pas eu dans les médias la place qu'ils méritaient tous deux amplement, alors puissent-ils être honorés. Ah, ces journalistes, tout de même… heureusement que jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 19:38

tour2012.jpg

Nous avons encore eu droit cette année, pour la 99eme édition, à un scénario classique, soit un vainqueur désigné dès le prologue, un zeste d’affaires de dopage, une direction de course à la ramasse et un diffuseur d’images en direct (France Télévision) qui a loin d’être été au top tant avec ses prises de vues que ses commentaires.

Ils n’ont pas compris que le public de 2012 réfléchit et qu’on ne peut plus servir n’importe quelle soupe comme au temps des Coppi, Bahamontes, voire autres Merckx. Ah, le bon temps et les duels qui passionnaient tous les postes à transistor de France et de Navarre...

Ce cru 2012 était bien triste malgré les 2cv roses et blanches de chez Cochonou dont les nymphes balançaient moult saucissons même pas halal et les milliers de casquettes jetées au bon peuple comme autant de piètres trophées.

Bradley Wiggins, premier britannique à remporter le Tour doit être salué comme il se doit même s’il n’a pas tellement contribué à entretenir l’entente entre les deux rives de la Manche de par sa capacité (?) à communiquer, ni à rassurer les sceptiques sur la volonté farouche des coureurs à rouler à l’eau de source, si toutefois cela était encore important.

Pas une attaque sérieuse en 3 semaines

Il n’y a pas eu une attaque sérieuse et combattive en 3 semaines. Merci Brad, pour ta magnifique communication envers le monde du cyclisme. "Wiggo" comme on le surnommait dans le peloton, était intouchable et ses rivaux ne se sont même pas fatigués à lui sucer la roue. C’est du jamais vu, car même les plus virulents n’ont osé attaquer (un peu) que lorsque la Sky faisait une petite pause, oubliant de pulvériser sa supériorité pour asseoir sa domination.

La foule a dû se contenter, mais ils aiment çà, des casquettes qu’on lui jette sur la route en guise de trophées. Si ce n’était un abruti qui a balancé quelques clous sur la route du tour, il ne se serait quasiment rien passé d’important.

Le dopage.

La question fâche Wiggins et bien d’autres, mais comme chaque année sur la grande boucle, nous avons eu droit à des séances de scandaleuses interventions des représentants de la loi qui osent fouiller les chambres des coureurs et de leur signifier avec sauvagerie des erreurs de débutants dans la lecture de leurs prescriptions médicales. Di Grégorio, en contact avec un naturopathe pas si naturel que çà et Frank Schleck, mal renseigné sur la législation en vigueur, ont été éjectés sans égards. Ainsi va le Tour…

Une boucle qui finit par lasser

La direction du Tour avait cette année, décidé de frapper un grand coup. Elle a procédé à la plus grande fermeté… des yeux. Les coupables à l’insu de  leur plein gré sont coupables. Que ces méchants (ouh !) partent et n’en parlons plus. Il y a tellement d’argent en jeu.

Le dernier commentateur-consultant-expert encore en lice, monsieur Laurent Jalabert a été d’un mutisme admirable et les affaires ci-dessus évoquées ont fait l’objet de deux évocations de 25 secondes chacune.

De là à dire que c’était un petit Tour de plus, il n’y a qu’un pas. Gageons que le prochain, le centième, tiendra toutes ses promesses habituelles. Dans l’attente, saluons la victoire de Wiggo le costaud qui est quand même un sacré champion.

Il n’a finalement manqué à ce tour que de l’intérêt qui, espérons-le sera au rendez-vous dans les prochaines éditions, faute de quoi le public pourrait bien finir par se lasser et peut-être même passer son tour, qui sait ?

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 00:00

france_rugby.jpg

Le 29 novembre 2011, en début du match entre le B.O. (Biarritz Olympique) et l'aviron Bayonnais, alors qu'un essai venait d'être inscrit, deux Basques avaient une "explication virile" le long de la ligne de touche : le Biarrot Imanol Harinordoquy et le Bayonnais Jean-Jo Marmouyet.

 

Lucien, le papa d'Imanol, au premier rang de la tribune est venu sur le terrain pour se battre avec le Bayonnais ! Au football, à la rigueur, c'est presque normal mais dans ce sport de noblesse de respect qu'est le rugby, le sport des gentlemen voyous, c'est inacceptable.

 

Tout faux, le papa ! Il a été raccompagné en tribune, et l'essai a été refusé. Plaqué par Benjamin Boyet, le paternel a terminé de suivre la rencontre sous le hall d'entrée. L'aviron Bayonnais va déposer plainte contre Lucien et étudie juridiquement les voies de recours. Le président de la ligue nationale va ouvrir une enquête. C'est une première dans l'histoire du rugby professionnel !

 

A St Jean le vieux, à 4 km de Saint-Jean-Pied-de-Port, la famille Harinordoquy, fait du commerce de bestiaux. Le patron, c'est l'homme qui défraye la chronique "sportive" depuis mardi soir, après un coup de folie, pénétrant sur la pelouse, pour taper et défendre son bébé de 111 kilos pour 1m92.

 

Lulu a tenu a s'excuser auprès des journalistes de Sud-Ouest. Il est déçu de lui et reconnaît que son comportement est inadmissible. Il a demandé pardon aux joueurs, aux deux équipes, au staff et au monde du rugby en général. Lucien a reconnu avoir pété un câble sous le regard réprobateur de son propre père, Robert.

 

Cet incident est d'autant plus incompréhensible que Lucien a joué pendant 18 ans, comme 3ème ligne aile, jusqu'en 2ème division et qu'il a passé à son fils son amour du ballon ovale. Quel gâchis : Lucien et son fils ne se sont toujours pas appelés. Imanol est fâché contre son père et son geste anti-sportif.

 

Vous allez me dire que c'est bien léger comme actu et qu'il y a plus important, et vous aurez raison. Néanmoins, dans notre terre d'ovalie où le rugby est quasiment élevé au rang de religion, ce comportement qui ne s'était jamais vu à choqué tous les aficionados.

 

 

Si à son âge, un ancien joueur commence à montrer l'exemple aux jeunes de cette manière-là, où va-t-on ?

 

Il n'y a pas mort d'homme mais dans notre société qui perd ses valeurs, le rugby est un refuge où certes pleuvent gnons et châtaignes mais où honneur et respect de l'adversaire sont le maître mot.

Le rugby c'est avant tout la fête. Lucien l'a gâchée mardi dernier. Plus que le geste proprement dit, c'est le symbole qui choque et foule aux pieds des valeurs incontournables.

 

 

 
 
I-love-rugby.jpg

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Solexine le Catalan !
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • Trop c'est trop...
    De plus en plus de citoyens vaccinés refusent la dose de rappel. Trop, c'est trop : ils n'ont plus confiance, ni en ce vaccin, ni en les dirigeants; à cause des effets secondaires, ou tout simplement pour dire "stop" aux décisions du gouvernement. La...
  • Delta ou Omicron : quelles différences de symptômes entre les deux variants ? et quel avenir ?
    Selon une étude de "Santé Publique France", le variant Omicron provoquerait des symptômes plus "légers" que le variant Delta. Le nouveau venu s'attaquerait notamment moins aux voies respiratoires, tout en étant beaucoup plus contagieux. Omicron ou Delta,...
  • Pourquoi un tel assouplissement des règles d'isolement alors que les contaminations explosent ?
    Janvier 2022, en cette nouvelle année, les contaminations explosent, mais le gouvernement choisit ce moment pour assouplir les règles, avec les premières données disponibles concernant le variant Omicron. Cas contact ou positif au Covid-19 ? Lundi 3 janvier,...
  • Comment essayer de passer un Noël sans dispute ?
    Si vous avez survécu à la première partie, où je vous expliquais pourquoi je n'aimais pas Noël et à la seconde où je décortiquais le pire cadeau de Noël de la dernière décennie, accrochez vous bien pour la troisième partie, car je vais vous expliquer...
  • Les "Tuche 4", le pire cadeau de ce Noël ?
    Le titre résume tout et cette interrogation est fort possible. En quelques années, Les "Tuche" se sont imposés comme une saga à part dans le paysage de la comédie française. Avec leur ton décalé, leur univers de caricature, de stéréotypes et d'outrances...
  • La face cachée de Noël (part 1).
    Plus le temps passe et plus je déteste Noël. Fêter Noël est plus une corvée qu'un plaisir, surtout lors de ces fameux repas où il est de bon ton de faire "comme si" et de sourire à ceux qu'on ne peut pas encadrer… Au travail ou en famille, on enchaîne...
  • L'agenda des nouvelles mesures… ça pique un peu…
    Le premier sinistre vient d'annoncer, le 6 décembre, les nouvelles mesures destinées à freiner les effets de la 5ème vague du coronavirus. Elles concernent l'école, les discothèques et la vaccination. C'est l'occasion de vous aider à compléter votre agenda...

Pages

Catégories