Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2021 5 29 /01 /janvier /2021 08:00

Ne me demandez pas ce que c'est un reconfinement hybride… à part qu'il s'agit d'un nouveau terme utilisé par l'exécutif pour "faire bien", je n'en ai pas la moindre idée.

Alors que la situation sanitaire se dégrade à nouveau et que les nouveaux variants (il ne faut pas dire mutants, ce n'est pas politiquement correct) menacent, la piste d'un 3ème confinement "hybride" semble se préciser, et donc avec lui, le retour du journal de marche quotidien du "confiné", version 3.0.

La calendrier va s'accélérer dans les prochains jours, et l'exécutif va nous asséner sa décision d'ici la fin de la semaine, après examen des réactions et après avoir prévenu que le couvre-feu à 18h00 n'était pas suffisant pour lutter contre la propagation du Covid-19.

L'hypothèse la plus probable, à ce stade, est donc ce fameux confinement hybride (on va sûrement nous expliquer d'ici là) est notre sort sera scellé ce week-end. Ira-t-on vers une allocution présidentielle dimanche ?

C'est bien possible, cette piste tient actuellement la corde. Attendre mercredi serait quasiment impossible, car les projections liées aux variants/mutants ne permettraient pas "ce luxe". Cela donnerait l’impression qu’on en rajoute aux français qui n’en peuvent déjà plus, mais le reconfinement paraît être un scénario inéluctable.

 

Quant à ses modalités, l'exécutif cherche l'équilibre, souhaitant aller vers cette fameuse "formule hybride". Des indiscrétions ont filtré (peut-être pour jauger les réactions) vers un reconfinement plus ouvert pour les jeunes, moins dur, quoi, tandis que l'exécutif fait semblant de s'inquiéter des impacts psychologiques d'un troisième confinement, dont il se fiche pas mal. Rééquilibrer en faveur des jeunes, serait l'idée, mais la décision finale du chef de l'État ne serait pas encore prise.

La priorité sanitaire pourrait tout balayer si d'ici au week-end les chiffres se révélaient trop inquiétants, ce qui risque d'arriver. Le retour des étudiants en présentiel, à la fac un jour par semaine, avait été annoncé la semaine dernière, mais pour l'instant, on nous parle plutôt de vacances rallongées, option principale sur laquelle travaillerait le gouvernement. Une telle mesure permettrait de freiner la circulation du variant-mutant à moindres frais, tout en profitant de l'interruption de février.

 

Jean-Michel Blanquer, l'inénarrable ministre de l'éducation n'y serait pas vraiment favorable, mais une de ses éminentes collègues a récemment déclaré avec ironie que "Blanquer, c'est la boussole qui montre le sud". L'autre débat qui agite l'exécutif, est le sort des commerces dits "non essentiels". Va-t-on jouer l'acte II du débat sur ce qui est essentiel ou ce qui ne l'est pas ?

La piste consisterait en des jauges restreintes, des créneaux d'ouverture ou des prises de rendez-vous obligatoires chez les commerçants. C'est un discours contradictoire. Comment expliquer aux parents que leurs enfants doivent rester confinés à la maison mais qu'on peut toujours se rendre chez le coiffeur, moyennant de menus aménagements ?

La question des limitations de déplacement est aussi sur la table, et le Premier ministre aurait sondé les parlementaires à ce sujet. Nous ne savons donc pas encore s'il faut s'inquiéter ou non, car jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0
12 janvier 2021 2 12 /01 /janvier /2021 08:00

La suppression des comptes de réseaux sociaux de Donald Trump, au lendemain des événements du Capitole, est révélatrice de leur pouvoir sans contrôle. Il y a encore peu, les réseaux sociaux chinois, QQ (équivalent FB) et Sina Weibo (équivalent de l'oiseau bleu) supprimaient les comptes des opposants au régime. Les politiques et d'une manière générale, le monde "bien-pensant" a poussé à juste titre des cris d'orfraie, dénonçant une atteinte à la démocratie.

Le gouvernement chinois est aujourd'hui mort de rire. Les réseaux sociaux ont démontré leur toute puissance et leur propre "bien-pensance". Qu'on le veuille ou non, c'est un nouveau coup dur porté à la démocratie.

Sans comparer aucunement les deux personnages, même si je le les apprécie guère plus l'un que l'autre, force est de constater que la censure a aussi frappé chez nous. Les comptes sociaux du député Son-Forget ont été supprimés de la même manière.

Amusé au début, je n'en pouvais plus de ses élucubrations, mais quand même… même s'il avait multiplié les publications loufoques en bonnet orange, tantôt en chevalier "Jedi" au sabre laser Star Wars oui armé d'un fusil d'assaut, tantôt en preux chevalier de Jeanne d'Arc, ou dans des selfies avec l'inénarrable Benalla, ce n'est pas une raison.

Il avait eu le culot, suite à sa publication connexe de l'anatomie intime du sieur Griveaux, de narrer un vol de téléphone, mystérieusement retrouvé peu après sur les bancs de l'assemblée nationale. Récemment, les choses se sont calmées et il ne se postait plus guère qu'en skateboard dans les rues de Paris.

On peut légitimement se demander si c'était bien là le rôle d'un élu de la République, mais est-il normal qu'un réseau social décide unilatéralement de supprimer le compte d'un député de la République française en exercice, fut-il un tantinet borderline ? La question reste posée, mais revenons au bouffon blond.

Les "progressistes" en rêvaient, Trump leur a apporté sur un plateau l’opportunité de passer à l’offensive. Le jusqu’au-boutisme des trumpistes les plus incontrôlés, visant à interrompre la confirmation de l’élection présidentielle est une porte étroite dans laquelle certains se sont engouffrés, avec les images que l'on sait qui ont tourné en boucle. Trump a donné du grain à moudre à ses adversaires et ils n'ont eu qu'à s'engouffrer dans la brèche.

A mon sens, la censure par la suppression des comptes de réseaux sociaux est une erreur. Il est trop facile de museler ses adversaires en leur coupant arbitrairement et unilatéralement la parole. A quoi cela va-t-il servir, 8 jours avant son départ, si ce n'est au final, de le victimiser ? Il n'attend que cela.

Laisser actifs les comptes sociaux de cet improbable vieux fou n'aurait pas changé grand-chose, car il ne faisait plus que répéter à l'envi ses leitmotivs de victoire et d'élection volée qui lassaient le plus grand nombre. D'ici quelques jours, ses élucubrations n'auraient pas eu d'autre choix que de tourner en boucle de manière vaine et inintéressante, reléguant ses vieux "tweets" à la place insignifiante et inutile qui étaient la leur.

Les appels à la destitution du sortant, comme la suspension de ses comptes sociaux s’inscrivent dans un projet pathétique qui ne fait qu'amplifier le délire d'un vieillard en déroute. Trump a lui-même allumé l’incendie de son propre château, avec en point d'orgue, la tragi-comédie du Capitole.

Sa dernière faute est d’avoir servi à ses adversaires le fantasme de leurs attentes et fourni ainsi l'occasion d’inverser le rapport de force, ce qui ne fera que fragiliser l'ordre politique, et pas seulement aux States… mais jusqu'ici, tout va bien.

 

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 08:00

Les fêtes sont passées, l'heure de la rentrée a sonné et, avec elle, la crainte d'une hausse des contaminations. En France, les élèves sont retournés en classe, et le gouvernement s'inquiète d'un possible rebond, prélude à de nouvelles restrictions. La campagne de vaccination a débuté fin décembre (personne, excepté Mauricette, ne s'en est aperçu), et la polémique enfle sur le faible nombre de vaccins administrés en comparaison avec d'autres pays européens. Un éminent médecin a même calculé qu'à ce rythme, la totalité de la population française serait vaccinée dans… 3000 ans ! Je lui laisse la responsabilité de ses calculs que je n'ai aucune envie de refaire… Je ne sais pas qui aurait fait mieux ou moins bien, mais on a clairement une impression d'incompétence.

Entre Agnès Buzyn qui déclarait sans rire il y a un an, qu'il n'y avait aucune raison pour que ce virus chinois arrive en Europe, en l'inénarrable Sibeth qui riait quand on lui demandait si le masque était utile, avant de répondre par la négative et déclarait que c'était un geste technique de mettre un masque, ne sachant elle-même pas le mettre, où encore le ministre de la santé actuel qui certifiait en 2020 qu'il ne fallait pas porter de masque si on ne présentait pas de symptômes, on est gâtés.

Et finalement, le record : sans parler du programme étendu sur 3000 ans, nous avons vacciné en une semaine autant que les allemands en... 30 minutes. Quelque part on se moque de nous dans les grandes largeurs. Se faire vacciner est une démarche devenue infiniment compliquée, car il faut aller chez son médecin traitant pour discuter du vaccin (mais ne pas se faire vacciner), prendre un dossier de 45 pages à consulter, le lire et le signer. Il faut ensuite laisser passer un délai de rétractation de 5 jours, attendre la convocation et renouveler ses intentions par des accords oraux et des accords écrits. Ouf...

Pourquoi à l'heure où j'écris, seules 516 personnes ont été vaccinées en France, contre 230.000 en Allemagne ? 80.000 en Italie et plus d'un million au Royaume-Uni ? C'est infiniment plus grave que de l'incompétence, cela confine au scandale d'Etat. Dans l'attente de ces complications administratives, de ces reculades et de ces approximations, on a gentiment dépassé les 65.000 morts et des gens vont continuer à mourir tous les jours, pour rien, en attendant qu'on comprenne comment vacciner sur une grande échelle. Jupiter a eu beau piquer une soi-disant colère hier... et après ? Rien de nouveau sous le soleil.

J'ai trouvé sur la blogosphère, la lettre d'une aminaute, une lettre à son père, qui pourrait fort bien ressembler à celle que j'aurais pu écrire au mien, ou à celle que mon fils ne m'écrira jamais…

Elle parle de son paternel qui labourait à 11 ans, avec un cheval, moi c'était à 12, mais avec un tracteur et à 15, je rentrais chez Citroën, dans un monde et un atelier rempli d'adultes pas toujours très tendres.

Je reprends ses observations comme quoi nous serions (mal) pilotés par de jeunes godelureaux (pléonasme). Tout nous le rappelle et on peut, avec de simples constatations empiriques, se demander par exemple, quelles sont les compétences rares de recrutement du porte-parole actuel du gouvernement, hormis d'être le compagnon d'un conseiller de l'exécutif ? Je suppose toutefois que les dites compétences sont supérieures à celles de sa devancière, qui riait en affirmant ne pas savoir mettre un masque, et qui nous est apparu clope au bec en plein direct de BFM TV. Elles doivent être également supérieures à celle du prédécesseur de la devancière, le candidat à la mairie de Paris qui passait son temps à envoyer des photos de son anatomie à une intrigante de rencontre. Je passerai sur l'ancien ministre de l'intérieur qui, alors que Paris était e proie aux casseurs, se délassait en boite, surpris par des journalistes à faire une superbe démonstration de slow et de patinage.

Grâce à notre excellent gouvernement, nous avons connu les corridors de plage, les interdictions de visite aux anciens, les flics faisant faire demi-tour à un homme allant dire adieu à son père mourant et parti sans lui, les verbalisations péremptoires de mamies qui prenaient l'air ou communiquaient par panneaux avec leur époux coincé en EHPAD… On aura aussi connu les autorisations ineptes qu'on se fait à soi-même pour s'autoriser à aller chercher ses médicaments cardiaques, juste histoire de rester en vie, on aura connu les interdictions de fait de se faire couper les cheveux, de se faire soigner les dents, d'accompagner nos défunts, et les encouragements à la délation.

C'est vrai qu'on a quasiment oublié ce qu'était un bal de village (interdit), une partie de boules (interdit) un loto dans la salle des fêtes (interdit), un demi en terrasse (interdit), un repas d'affaires (interdit), un saut au pays pour aller saluer parents et amis (interdit), une bise ou une poignée de main (interdites). Tous les soirs, on nous incitait à 20h00 à taper sur des gamelles sur les balcons, à écouter la bonne parole du croque-mort en chef Salomon, à écouter en boucle les pseudos scientifiques, les pseudos spécialistes, et les pseudos journalistes des chaines d'information. La France, quoi…

Je suis d'accord avec elle qui cite les écolos qui font recouvrir nos collines d'éoliennes qui tombent souvent en panne et restent comme ça. A Lyon et Bordeaux, on a même eu droit à un haro sur le sapin de noël, à un autre sur le tour de France et l'accent est mis contre le gaspillage électrique. Pourtant, tout le monde veut Internet dans la poche, un smartphone 5G performant et un ordinateur qui pédale vite. Alors Quid des centrales nucléaires ? OK d'accord, mais pas chez moi ! Comme c'est facile…

C'est plus facile, certainement que de désherber à la main ou de manger les légumes malades, frappés massivement cette année par le "cul noir", le mildiou" et la "rouille"… mais comme tous les produits phyto-sanitaires efficaces sont interdits… ou peu s'en faut...

Comme elle je déplore les dérangés qui s'en prennent aux chevaux, massacrent les vaches, taguent les pierres tombales et incendient les églises. Mais ce n'est pas de leur faute, ils n'ont surement pas les codes… La France, quoi…

Bientôt, c'est vrai, nous ne pourrons même plus rouler en voiture et d'ailleurs je suis un criminel. J'ose encore utiliser ma vieille camionnette, que j'ai pourtant faite passer au contrôle avec une mention tout à fait honorable pour le taux de pollution relevé. En effet, j'ose la prendre pour aller à la déchetterie, pour aller voir mes potes et même… pour me déplacer ! J'ai honte… la France, quoi…

J'ai un peu ri intérieurement en lisant sa mention sur les jeunes diplômés qui ne savent pas faire la différence entre une aubergine et un navet. J'ai vu récemment une toute jeune responsable de magasin de primeurs qui demandait aux clients quel était le nom de tel ou tel légume… et par analogie, j'ai eu une pensée pour cet autre jeune diplômé, célibataire sans enfant, rempli de toutes ses certitudes, nommé à la direction de la crèche, et donnant ses directives livresques ne souffrant pas la contradiction, aux puéricultrices chevronnées. C'est le monde d'après… c'est la France, quoi… C'est le monde où on nous fera bouffer des insectes ou de la viande végétale car les vaches pètent un peu trop.

Qui sait encore trouver de l'eau avec une baguette de sourcier ? Qui connaît encore les repères de direction (étoiles, mousse, soleil) ? Qui sait encore réparer une vieille machine ou un petit électroménager dans ce monde d'après où l'on jette tout et où les enfants marchent sans lever le nez de leur écran et ou les ados, au lieu de raconter des blagues à la jeune fille de la caisse du MacDo (beurk) préfèrent s'adresser à la borne de commande ?

Non seulement je pense que mon père n'aurait pas pu supporter tout ça, mais je commence à penser que je suis moi aussi devenu obsolète et qu'il va donc falloir que je cède la place, beaucoup plus rapidement que je ne l'aurais souhaité. Mais ça aussi, les godelureaux l'avaient planifié, sauf peut-être le timing de leur propre remplacement. Je n'en reviens pas, mais des œuvres comme "l'âge de cristal" et "Soylent Green" sont encore d'une actualité qui fait frémir…

La France, quoi… mais je ne leur en veux pas puisque c'est moi qui suis obsolète et que jusqu'ici, tout va bien...

 

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2021 5 01 /01 /janvier /2021 07:00

2020 année du pangolin, 2021, année du vaccin !

Après une année 2020 pour le moins compliquée, il va être temps de prendre soin de nous et de la planète, mais aussi de passer à la vitesse supérieure en 2021. Cette année 2020 touche enfin à sa fin, et il est temps de vouer aux gémonies tout ce qui ne nous remplit pas de joie, et même de songer à tout ce qui fera de nous des meilleures personnes. D'une façon générale, nous sommes à bout, le télétravail a brouillé la frontière entre la sphère boulot et la sphère privée, la sécurité financière n’est plus qu’un vœu pieux et l’inquiétude quant à la santé physique et mentale de nos proches, ainsi que les craintes envers l’avenir n’ont jamais été aussi vivaces.

En 2021, l’heure est venue de prendre soin de soi, de veiller les uns sur les autres et de faire ce qu'on peut pour la planète, toutes choses qui seront à notre portée rien qu’en apportant de petits changements à la routine.

Hélas, on nous a tellement menti, assené des approximations, déclaré tout et son contraire, que la foi en 2021, malgré le vaccin, ne va pas couler de soi. Je me rappelle encore en vrac de tous les mensonges gouvernementaux, journalistiques et scientifiques qui ont émaillé l'année 2020 :

• "D’ici un mois il n’y aura plus de coronavirus et la seconde vague n'existe pas" (comité de médecins)

• "Il faut dix ans pour créer un vaccin" (scientifiques)

• "L’usage du masque en population générale n’est pas utile" (porte-parole du gouvernement)

• "Il n'y a aucune raison pour ce virus chinois arrive en Europe" (Buzyn, ministre de la santé)

• "C'est un geste technique de mettre un masque, d'ailleurs, je ne sais pas mettre un masque" (porte-parole du gouvernement)

• "Les enfants sont peu porteurs du virus et peu contagieux" (conseil scientifique)

• "Les personnes âgées doivent rester confinées" (l'exécutif n'a fait que revirer sur le sujet)

• "Il n'y a aucune pénurie de masques" (gouvernement au début de la pandémie)

• "Le pangolin est responsable de la transmission du virus" (pseudo scientifiques)

• "Si vous n’est pas malade, il ne faut pas porter de masque." (Véran, ministre de la santé)

En pleine pénurie mondiale, il n’y avait pourtant plus de masque en pharmacie et il valait mieux noyer le poisson que de reconnaître les erreurs (reconnues par l'exécutif le 13 avril). Je me suis débrouillé au début avec les masques de peinture que j'avais à l'atelier.

En 2020, les français(e)s se sont mis(e)s à la couture avec un patron de masque proposé par l’AFNOR, qui n’était pas si simple à réaliser. On nous a dit de laver nos masques à 60 degrés, puis 30 degrés suffisaient bien nous a-t-on raconté. Le masque déconseillé, puis absent des stocks, puis généralisé et enfin obligatoire dans les tous les lieux clos, est devenu la règle. Que de revirements !

Ils ont même été jusqu'à nous certifier que les jeunes étaient infiniment moins atteints que les adultes, ne véhiculaient que très peu le virus et que les formes graves étaient très rares chez eux. Encore des décisions contradictoires, car il a fallu fermer les écoles, décision ainsi justifiées par l'exécutif : "nos plus jeunes, selon les scientifiques, sont ceux qui propagent le plus rapidement le virus, même s'ils n'ont pas de symptômes." Fermeture des écoles en mars, réouverture en mai avec un discours différent : comment expliquer un tel revirement ? Comment expliquer autant d'approximation et de "foutage de g… " ? On nous explique aujourd'hui qu'on n'avait alors pas les données suffisantes…

On nous a même promis (scientifiques) que la seconde vague n'aurait pas lieu, avec la probabilité que ce virus disparaisse soudainement. En fait, tous ces pseudos spécialistes n'en savaient rien et échafaudaient des hypothèses. Même le professeur Raoult pour qui j'avais le plus grand respect, estimait possible que "le virus disparaisse de lui-même dans les pays tempérés". Ben voyons… Dans une vidéo présentée comme tirant les leçons de l’épidémie, il a même estimé un mois plus tard que l’épidémie, à Marseille, était en train de disparaitre, les choses en train de s’arrêter, et "cet épisode en train de se résoudre" (SIC).

De même, en juillet, le conseil scientifique estimait hautement probable qu’une seconde vague épidémique soit observée à l’automne ou à l’hiver. C'était vrai, même si en début d'automne, la circulation du virus était niée par certains experts, tel ce groupe de 35 chercheurs dans les colonnes du "Parisien". Même le professeur Toubiana, épidémiologiste à l'INSERM, déclarait sans rire que la 2ème vague était une théorie totalement folle, et que cette épidémie était derrière nous. Un mois plus tard, le taux de positivité des tests avait plus que doublé, et le nombre de reproductions du virus ne permettait pas le contrôle de l’épidémie. Entre début et mi-décembre, on comptait 7 fois plus de personnes hospitalisées pour Covid en France qu'à la mi-mars et le nombre de décès liés au COVID était le double de ce qu'il était mi-juin. Première victime : ce comique de l'INSERM, qui ne s'est plus jamais présenté devant un micro, peut-être par peur du ridicule.

Il y a bel et bien eu une deuxième vague, en France comme ailleurs en Europe, avec des disparités. Les régions qui avaient subi une première vague très virulente ont eu tendance à en subir une deuxième moins importante et inversement… mais bon…

2020 est partie et nulle part dans le monde, elle n'aura été regrettée. Il y a un an, on se souhaitait une bonne année en s'embrassant… heureusement qu'on ne savait pas.

2020, année du pangolin est on l'espère partie au loin, et pour 2021, année du vaccin, on espère que ça ira bien…

Chers lecteurs et lectrices, je ne peux que vous souhaiter le meilleur pour 2021, année du vaccin, et j'espère avoir encore loisir de vous divertir pour un bon moment avec mes billets caustiques, et avoir le plaisir de passer vous lire sur vos blogs.

Du fond du cœur, je souhaite à tous et toutes qu'en 2021, nos espoirs ne soient pas vains !

Comme on dit a Catalunya : Feliç Any Nou...

Partager cet article

Repost0
23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 08:00

Deux dodos avant Noël et on finit par ne plus croire en rien.

 

Tous les repères institutionnels sont touchés : la politique (bof), l'avenir et l'espérance, mais aussi la science, ce qui peut conduire parfois au complotisme.

Toutes les sociétés contemporaines vivent en ce moment une contestation de l’autorité, y compris académique et scientifique. Les conséquences sociales en sont désastreuses, car on finit par ne plus croire en rien. C'est un cercle vicieux entre le scepticisme, qui engendre de l’obscurantisme et la construction rationnelle de la vérité, ce qui conduit au complotisme.

Pourtant, on ne peut qu'être admiratifs devant ce que les scientifiques ont accompli. Au début de la crise, cela paraissait utopique, et en effet, jamais dans l’histoire de l’humanité, on aurait pu assister à l’apparition d’un virus suivie, moins d’un an plus tard, de la découverte d’un vaccin. On peut donc malgré tout espérer et croire en l'avenir, au moins en s'appuyant sur la science.

Le taux de positivité au Covid-19 sur l’ensemble des personnes testées, était de 4,4% mardi contre 4,7% la veille, précise l'organisme "Santé publique France". Comme cet indicateur clé s’élevait à 6,4% le 8 décembre dernier, on ne peut que se réjouir de ce micro-chouille de baisse. Hélas, les autorités sanitaires craignent que les fêtes de fin d’année entraînent un rebond de l’épidémie, en favorisant la promiscuité sociale. A  l'heure où j'écris, on ne sais toujours rien sur un reconfinement éventuel qui suivrait le jour de Noël.

En France, les premiers vaccins Covid seront administrés dimanche, dans deux ou trois EHPAD (Ile-de-France, Franche-Comté et une dernière restant éventuellement à définir). Cette stratégie prévoit de vacciner en priorité les personnes âgées et les travailleurs des EHPAD, présentant des facteurs de risque, ce qui représente environ 1 million de personnes. En clair, on a le temps de voir si les cobayes tombent comme des mouches, explosent en vol ou se portent bien… L’autorisation accordée par Bruxelles au vaccin Pfizer/BioNTech lui ouvre les portes des 27 pays de l’UE, mais chaque Etat reste maître de ses procédures (encore heureux).

Haut les cœurs et persuadons-nous que jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
18 décembre 2020 5 18 /12 /décembre /2020 09:00

Il ne manque pas d'air, le croque-mort en chef Salomon…

A une semaine du réveillon de Noël, l'inénarrable directeur général de la santé, Jérôme Salomon, a de nouveau détaillé les recommandations à suivre lors des fêtes de fin d'année, préconisant même, pour ceux qui le peuvent, de dîner à l'extérieur (sur la terrasse, le balcon ou dans le jardin).

Il ne manque pas d'air de rappeler ainsi les recommandations du conseil scientifique, insistant sur l’importance des gestes barrières, de ne pas être plus de six à table, d'ouvrir les fenêtres, d’être masqué pendant le repas, et de tout désinfecter.

Il ne manque pas d'air, car à l'Elysée, une grande table avait été dressée dans la salle des fêtes pour accueillir les agapes des têtes d'affiche de la majorité, un de ces dîners politiques que le président affectionne. Une quinzaine de personnes étaient présentes. Excuse d'un macroniste : La salle des fêtes a du volume, la table était longue et il y avait de la distance entre les invités. Rien sur les apartés sans masque au terme du dîner : c’est ce qu’on appelle un cluster.

Ils ont beau jeu de nous faire la morale, porte-parole du gouvernement en tête, qui n'hésite pas à multiplier les mensonges (il y avait 10 mètres entre chaque convive)… Hé mon garçon, tu sais ce que c'est 10 mètres ? Non, bien sur, tu n'a jamais vu un poteau EDF en béton de près…

Ce dîner dépassait non seulement la jauge des 6 personnes recommandées officiellement, mais il a duré jusqu'à minuit et demi, en plein couvre-feu. Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais…

Cela aggrave encore un peu plus l'interrogation sur l'exemplarité du pouvoir et la défiance envers la classe politique qui se fiche de nous. Le conseil des ministres va se tenir en visioconférence.

Qui plus est, le président a reçu monsieur Gurria, 70 ans, secrétaire général de l'OCDE pour un déjeuner à l'Élysée, avec les présidents du conseil européen et du gouvernement espagnol. La photographie des poignées de main va à l'encontre du respect des gestes barrières.

A l'Elysée, on reconnaît une erreur et des gestes malheureux. Vous pensez que l'excuse de l'erreur et du geste malheureux fonctionnera en cas de contrôle pendant le couvre-feu ? Heureusement que jusqu'ici, tout va bien !

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2020 7 13 /12 /décembre /2020 09:00

Qu'en est-il des restrictions autour de nous ?

1 - En Belgique, ça rigole pas : Les policiers pourront se présenter au domicile des Belges, voire y entrer avec le consentement du propriétaire, pour vérifier que le nombre des convives respecte la norme fixée. Le couvre-feu demeure et la "bulle sociale" reste limitée à une personne invitée par foyer, deux pour les personnes isolées (sauf jardin, mais avec une seule personne à la fois en intérieur, y compris pour aller aux toilettes). Les convives pourront être "invités" à présenter leurs papiers sur le pas de la porte, et la police relèvera les immatriculations des voitures garées devant le domicile. Pour les français, le test PCR est obligatoire et ceux qui arrivent d'une zone rouge doivent remplir un formulaire en ligne, puis se faire dépister et s'isoler à leur arrivée.

2 - En Espagne, 10 convives, couvre-feu et état d'urgence sanitaire : Du 23 décembre au 6 janvier, la mobilité sera réduite aux communautés autonomes desquelles il ne sera possible ni d'entrer ni de sortir (sauf raisons professionnelles, soins aux personnes, et déplacement vers la résidence habituelle d'un proche). Les réunions familiales sont limitées à 10 personnes, sauf pour les familles plus importantes et résidant habituellement ensemble. Le couvre-feu sera maintenu, chaque communauté autonome étant libre d'en fixer les horaires. Soumis à des restrictions d'affluence, les restaurants et les bars sont ouverts en Catalogne, mais dans toute la péninsule, le port du masque est obligatoire dans les transports et espaces publics. Pour se rendre en Espagne un formulaire est à compléter et signer, avant de recevoir un QR code personnel associé au voyage, à conserver sur sont téléphone ou à imprimer.

3 - En Allemagne, mesures drastiques : Les restaurants, bars, théâtres, cinémas, musées et équipements sportifs seront fermés, ainsi, à partir du 15 décembre, que les magasins non alimentaires, les écoles et les garderies, et ce jusqu’au 10 janvier au moins. Les contacts sociaux sont limités à maxi 5 adultes de 2 foyers différents, sauf pour Noël où la limite sera de 10 adultes. En Saxe, le couvre-feu sera mis en place entre 22h00 et 6h00, et dans le Bade-Wurtemberg, les sorties du domicile ne sont plus autorisées que pour des raisons impératives (se rendre au travail, faire ses courses ou rendez-vous médical). La population est encouragée à rester chez elle pour les fêtes et à limiter au maximum le nombre de contacts.

4 - En Italie, couvre-feu général : Il est instauré de 22h00 à 05h00 et les lycées sont passés à l'enseignement à distance. Les musées sont fermés, et les centres commerciaux le sont aussi durant le week-end. Les voyageurs en provenance des pays hors UE (du 21 décembre au 6 janvier) sont soumis à une quatorzaine sur place, même avec un test négatif, tandis que les déplacements entre régions seront interdits. Il est obligatoire de porter un masque dans les lieux publics et pour 4 régions d'Italie : Sardaigne, Sicile, Pouilles et Calabre : il est nécessaire de remplir un formulaire en ligne sur le site de la région, 48 heures avant le départ.

5 – Au Royaume-Uni, les commerces non essentiels pourront rouvrir, la consigne de rester chez soi sera levée, mais le télétravail reste recommandé. Dans les zones placées en alerte rouge, les pubs et restaurants resteront fermés, sauf pour la vente à emporter ou les livraisons. Il reste interdit de rencontrer des personnes n'appartenant pas à son foyer, à l'intérieur comme à l'extérieur, sauf exceptions comme dans les parcs.

6 - Les Pays-Bas imposent une quarantaine : Le gouvernement néerlandais déconseille de se rendre à l'étranger et impose une quarantaine de 10 jours aux voyageurs provenant de France. Les passagers se rendant aux Pays-Bas par voie aérienne doivent remplir un formulaire avant l'embarquement.

7 – Portugal, un couvre-feu en journée : L'état d'urgence sanitaire est prolongé, avec des mesures strictes : les rassemblements restent limités à 20 personnes, la consommation d'alcool est interdite dans l'espace public et le confinement est obligatoire pour les personnes testées positives. Pour les Açores et Madère, les visiteurs doivent présenter un test négatif de moins de 72h, ou l'effectuer à leur arrivée. Dans les aéroports, la prise de température (frontale) des passagers est obligatoire. Le port du masque est obligatoire dans les transports, les lieux publics, les commerces et supermarchés, les espaces fermés et tous les lieux touristiques. Les restaurants sont ouverts, avec une capacité d'accueil limitée à 50% et une fermeture au plus tard à 23h.

Décidément, ces fêtes 2020 ne seront pas comme les autres, même si jusqu'ici, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 07:00

Jugement de Salomon : vous allez tous mourir !

 

Non, j'exagère, le professeur Salomon, malgré sa voix monocorde et sa parfaite diction, n'a pas dit çà, mais il a quand même prévenu que la saison hivernale serait très difficile.

Lors de sa conférence de presse, le directeur général de la Santé a énuméré les facteurs aggravants qui font des fêtes de fin d'année une période à haut risque pour la propagation de la maladie. En clair, l'exécutif nous prépare à passer un noël de (bip), seuls ou au mieux avec le strict noyau familial du domicile. C'est ainsi que Jérôme Salomon a tenu à prévenir les Français à l'approche des fêtes de fin d'année. D'après lui, le Covid-19 va continuer à circuler activement au cours des prochains mois.

C'est vrai qu'il fait froid et humide et que nous vivons donc davantage à l'intérieur. Les conditions d'humidité et de température sont idéales pour la propagation des virus à transmission respiratoire. Le DGS a ensuite, comme si ça ne suffisait pas, émis des craintes importantes à l'aune de ce qu'il s'est produit aux États-Unis et au Canada après les fêtes de Thanksgiving. Là-bas, cette fête est presque plus importante que Noël et génère d'importants déplacements de population. Le DGS a rapporté une hausse exponentielle du nombre de cas de Covid-19, avec les contaminations intrafamiliales. Le même phénomène pourrait se multiplier en France à Noël, puis au Nouvel An, a prévenu Jérôme Salomon.

Toujours sur le même ton neutre, il a passé ce qu'il appelle un "message très clair de prévention", et appelle à la prudence. Il a fait un appel au bon sens, mais de là à imaginer que les gaulois indisciplinés vont continuer à faire comme si… C'est bien connu, la Covid-19 n'est qu'un gripette et le virus, c'est pour les autres.

Jamais un Noël n'aura été si catastrophique. Pour en ajouter un peu, un groupement de commerçants appelle à passer les fêtes sans les achats sur Internet. Ils rêvent un peu car ça ne se passera pas comme ça. Les confinés vont s'apercevoir qu'on peut acheter exactement les mêmes articles chinois que dans sa boutique locale, pour une somme allant de 3 à 10 fois moins cher. La solidarité avec les petits commerçants à ses limites, surtout en cette période de vaches maigres et d'incertitude économique.

La pétition virtuelle a même été adressée en copie au père noël (si si !), et appelle à boycotter les achats sur les sites marchands, tout en réaffirmant la nécessité d’un commerce de proximité. Cette missive présente hélas des termes un peu trop corporatistes et vindicatifs. Les commerçants ont eu leur époque dorée, mais ils vivent maintenant des moments très noirs. Le confinement nous a obligés à recourir, plus que d’habitude, à des commandes en ligne, et une fois que l'habitude est prise et les avantages pesés… la pétition appelant à punir "les brigands du numérique" risque fort de rester un vœu pieux. Mais nous ne sommes pas encore le 15 décembre et jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 07:00

Les objectifs sanitaires fixés sont-ils possibles à atteindre d'ici le 15 décembre ?

On nous l'a bien expliqué : Il faut descendre en dessous de la courbe des 5000 cas de contamination par jour et en dessous des 3000 patients en réanimation, pour procéder au déconfinement. À quelques jours de la date fatidique, est-ce jouable ?

Le confinement doit être remplacé par un couvre-feu à cette date, mais les indicateurs devront être auparavant repassés au vert. Les deux conditions obligatoires telles qu'on nous les a présentées le 24 novembre dernier, ont évolué : le déconfinement resterait possible si la tendance actuelle se poursuivait.

C'est une moyenne sur une semaine qui sera calculée, à cause des chiffres actuels en dents de scie. On est toutefois un peu loin des 5000 cas, quelle que soit la méthode de calcul. Il se murmure que l'exécutif envisagerait de réévaluer la barre des 5000, pour déconfiner quand même le 15 décembre.

Il faudrait que la baisse des chiffres soit plus significative, ce qui risque d'être juste pour le 15 décembre, alors que les prévisions visaient un résultat avant cette date. Enfin, vous savez ce que c'est : "les chiffres, on leur fait dire ce qu'on veut".

En ce qui concerne la seconde condition, les chiffres sont un peu plus significatifs. Atteindre l'objectif fixé de 3000 patients en réanimation n'est pas une utopie. Il faut tout de même considérer les chiffres avec une nouvelle variable : l'allègement du confinement, les transports de personnes et les comportements bien peu civiques qui se généralisent pourraient conduire à une augmentation de la transmission du virus. Les prochains jours seront décisifs.

Avec les caractéristiques combinées du virus et de l'indiscipline gauloise, toute politique sanitaire s'apparente à la conduite sur route verglacée. Il ne restera plus, dans la plus pure tradition enarque, qu'à inventer une caricature de règle sous une forme quasi mathématique pour faire sérieux.

Arriver à ce stade incohérent sans trop se poser de questions en dit long sur l'état de notre société, sans que cela ne soit au final très grave, car jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2020 6 05 /12 /décembre /2020 10:00

Règles absurdes et ras-le-bol général : les gaulois réfractaires sont de retour !

Attestation dérogatoire de déplacement, permission des 20 km, espace de 8 m² par client dans les boutiques, pas plus de 30 personnes dans une église, vous pouvez aller à la montagne, mais pas skier, papi et mamie dans la cuisine avec leur demi-bûche, réveillon limité à 6 personnes... Beaucoup de français sont entrés en résistance face au nouvel ordre sanitaire.

On ne parle plus des fêtards de Joinville-le-Pont ou d’ailleurs, à 300 dans un loft, au mépris des règles élémentaires. A peine le cas a-t-il été évoqué quand ils ont d'ailleurs recommencé la semaine suivante. On ne parle même pas de ceux qui sont persuadés que le virus n’existe pas (et qui resteront sur leurs positions tant que les rues ne seront pas jonchées de macchabées) ou que le masque est un outil de contrôle des masses.

La révolution n’est jamais faite par les révolutionnaires les plus farouches, mais elle est toujours provoquée par la bascule des citoyens raisonnables, ceux qu’on n’attendait pas, mais que les excès de la puissance publique ont fait basculer.

Les gens, discrètement, font demi-tour lorsqu’ils aperçoivent un contrôle de police parce qu’ils ont renoncé depuis longtemps à remplir une attestation dont ils savent qu’elle serait de toute façon mensongère. Il y a cette dame "comme il faut" qui a coché la case assistance à une personne vulnérable pour aller voir une amie, parce qu’elle n’en peut plus de tourner en rond chez elle. Il y a ce monsieur qui n'a même pas fait d'attestation pour aller voir un copain de pêche. Il y a la limite des 20 km qui est en train de modifier la géographie française : certains parisiens se promènent en Normandie ou dans le Sud (Je le sais, j'en ai dans la maison voisine). Il y a cette autre brave dame qui se rend sans attestation (depuis peu, elle la fait au crayon de papier) 3 ou 4 fois par jour pour aller voir sa ville, parce qu'elle s'ennuie.

Il y a encore cet audois qui s'est inventé une grand-tante malade à Montpellier et qui a donc coché la case "motifs familiaux impérieux", en fait pour rendre une visite à ses potes. Comme un grand nombre de personnes, certains s’autorisent des libertés qu’il n’aurait jamais osées lors du premier confinement.

Ce n’est pas toujours de l’inconscience ou de la provocation, mais juste une envie de ne pas s’arrêter de vivre, malgré le virus. Reste que pour les forces de l’ordre, le comportement des citoyens est un peu devenu la "fête du slip". Chacun fait ce qu’il veut et c’est quasiment impossible à contrôler car il y a trop de cases possibles à cocher.

Il y a aussi ce monsieur qui achète "des produits de première nécessité" plusieurs fois par jour, le même samedi, dans le même magasin de bricolage car "tout le monde le fait". Sa voisine avait, de son côté, la volonté de se rendre au-delà de la frontière espagnole. Elle avait choisi l’option "famille", ce qu’elle a fait en allant voir sa fille (devenue pour la circonstance une tante grabataire) à Perpinyà, mais au fil des kilomètres, elle a prolongé sa route vers la Jonquère pour rentrer à la maison avec des cigarettes et de l'alcool bon marché. Elle va les revendre et son petit commerce pourra continuer. Si j’avais été arrêtée, j’aurais dit que je m’étais trompée de sortie, croit-elle bon de préciser.

Il y a tellement d'attestations possibles qu'on peut aller faire son footing, acheter du pain, visiter de la famille et sortir toute la journée. Comme l’attestation numérique peut être générée de façon illimitée et sans vérification, votre smartphone sera votre sésame pour "faire comme si". Pourtant, les fraudeurs interrogés se disent vigilants sur le virus et leur entourage.

Du coup, le nombre de verbalisation serait logiquement en chute libre, mais le chiffre est gardé secret au ministère de l’Intérieur, malgré certains flics qui font la "chasse à la mémée". On ne sait jamais, partie faire une petite promenade pédestre, elle a peut-être oublié de faire son attestation, et hop, une buchette !

Fermeté, pédagogie et discernement disent-ils… hum. C'est pas pour tout le monde dans notre société où certains sont plus égaux que d'autres.

Au fait, vous saviez que le restaurant de l'assemblée nationale a une dérogation pour rester ouvert ? L'excuse est que ça ferme à 22h00 car les députés siègent souvent tard dans l’hémicycle. Le restaurant reste ouvert grâce au respect des mesures sanitaires, explique un député. Ah bon et les autres ? Pire que ça, comme la capacité du restaurant est réduite, une annexe provisoire a été installée sur le site de l’assemblée, entre la cour Montesquieu et la questure.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. C'est donc que jusque là, tout va bien…

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Solexine le Catalan !
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • Les quais, promenades, rivages et autres en passe de fermeture ?
    La photo ci-dessus est éloquente, elle a été prise hier à Paris, sur les quais de Seine. On peut y constater que c'est à peu près la "fête du slip" et que personne ou presque ne respecte les précautions sanitaires de port du masque et de distanciation....
  • Auto-confinement : le dernier foutage de gueule à la mode…
    Des membres du conseil scientifique plaident pour "l'auto-confinement" des personnes âgées. Cinq de ses membres, et non des moindres, sont en effet pour la mise en place d'un "contrat social" entre les générations, juste pour éviter un nouveau confinement...
  • Un reconfinement hybride ?
    Ne me demandez pas ce que c'est un reconfinement hybride… à part qu'il s'agit d'un nouveau terme utilisé par l'exécutif pour "faire bien", je n'en ai pas la moindre idée. Alors que la situation sanitaire se dégrade à nouveau et que les nouveaux variants...
  • Il est désormais interdit de porter des masques en tissu fabriqués maison.
    Se rangeant derrière l'avis du haut conseil de santé publique, le croque-mort en second (Olivier Véran, ministre de la santé) a donc confirmé les recommandations du Haut conseil de santé concernant l'utilisation des masques en tissu, jugés désormais insuffisamment...
  • Le tourisme se meurt, le tourisme est mort... ressuscitera-t-il ?
    Que nenni ! Le tourisme est définitivement mort. 2021 restera comme dans les annales comme celle de la fin du tourisme international, tel que nous l’avons connu et vécu au cours des 50 dernières années. La nature ayant horreur du vide, une autre forme,...
  • Le pouvoir des réseaux sociaux.
    La suppression des comptes de réseaux sociaux de Donald Trump, au lendemain des événements du Capitole, est révélatrice de leur pouvoir sans contrôle. Il y a encore peu, les réseaux sociaux chinois, QQ (équivalent FB) et Sina Weibo (équivalent de l'oiseau...
  • La France, quoi...
    Les fêtes sont passées, l'heure de la rentrée a sonné et, avec elle, la crainte d'une hausse des contaminations. En France, les élèves sont retournés en classe, et le gouvernement s'inquiète d'un possible rebond, prélude à de nouvelles restrictions. La...

Pages

Catégories