Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 08:00

Le gouvernement ouvre la porte à une reprise des cérémonies religieuses (avec de nouveaux protocoles sanitaires).

Le Premier ministre s'est entretenu avec les représentants des cultes pour évoquer la reprise des célébrations, actuellement suspendues en raison de la crise sanitaire. A l'issue de la réunion, l'horizon fixé autour du 1er décembre prochain constitue une "échéance espérée" pour la reprise des cérémonies religieuses publiques. Suspendues depuis le début du second confinement, les responsables religieux devront élaborer de nouveaux protocoles sanitaires qui permettront la reprise, dès que les conditions sanitaires le permettront.

Le gouvernement a donc coupé court aux revendications des rassemblements devant les parvis des églises, pour réclamer la reprise des messes. Matignon a rappelé que pour l'heure, les règles qui restreignent temporairement la célébration collective du culte demeurent en vigueur, en faisant valoir l'impératif sanitaire. Actuellement, les lieux de culte peuvent rester ouverts, mais les cérémonies sont interdites, à l'exception des enterrements dans la limite de 30 personnes.

Je me suis hier rendu aux obsèques d'un voisin âgé, emporté lui aussi rapidement. Les règles sanitaires sont jouables. Tout le monde (nous étions 26) portait le masque correctement et a utilisé le gel alcoolique. Les gens se sont placés en quinconce, avec un espace adéquat sur les cotés et au cimetière, plus personne ne se passe le goupillon, mais prend des fleurs séchées neuves et les dispose sur le cercueil.

Le gouvernement est donc sur une fermeté sélective, la laïcité étant parfois à plusieurs vitesses. Statu quo en effet pour les prières de rue musulmanes qui continuent comme si de rien n'était. Vendredi prochain, comme d'habitude, des centaines de musulmans de France dérouleront leur tapis sur la voie publique. Le phénomène des prières de rue, s'il n'est pas majoritaire, existe bel et bien, et se poursuit en plein confinement, quoiqu'en dise l'exécutif. Une cinquantaine de lieux de culte sur près de 2400 sont concernés.

Il n'existe aucune législation spécifique à la prière de rue, et la déclaration des droits de l'homme rappelle que "nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public". Les croyants peuvent donc célébrer leur culte dans la rue, sauf si le rassemblement occasionne l'obstruction non autorisée d'une voie de passage ou un risque de provoquer des affrontements. C'est bien le cas, mais le gouvernement regarde ailleurs. Ces manifestations doivent bien sur être soumises à une déclaration préalable en préfecture, mais aucune mosquée ne le fait, car cela ne rend pas pour autant le rassemblement illégal.

Force est de constater que les règles du confinement ne s'appliquent pas à tous de la même manière. Il est en effet plus facile d'envoyer les forces de l'ordre contre des catholiques en prière sur une place, que face à des musulmans déterminés en prière de rue, au moins parce que les premiers ne sont pas dangereux…

Certes, il y a un trouble à la circulation et à l’ordre public, mais aucune législation spécifique ne concerne la prière dans la rue, qui n’est donc pas illégale. Le fait de prier dans la rue est donc toujours autorisé à ce jour, mais pas pour tout le monde. Heureusement que jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 10:00

45 députés demandent la suspension de la règle 1h/1km pour les sorties et le sport...


Dans un courrier adressé à la ministre des sports, 45 députés du groupe des Républicains demandent à ce que la pratique sportive soit exemptée de la règle des 1h/1km. Comme au printemps, l’un des motifs de sortie de son domicile est la pratique sportive (vélo, footing) ou la marche, d’une heure et dans un rayon d’un kilomètre autour de son domicile. 45 députés LR ont sollicité la ministre des sports, lui demandant par courrier de revenir sur cette règle.

Ils ont ainsi écrit : "Comment crédibiliser un reconfinement (…/…) quand vous expliquez aux Français qu’il serait plus dangereux de marcher, de courir ou de pratiquer le vélo seul en forêt ou à la campagne que de prendre le métro aux heures de pointe ?", s'interrogent les élus. Même si ce n'est pas faux, on peut douter que la ministre des sports ait le pouvoir de faire grand chose…
 

Ils poursuivent ainsi : "Nous vous écrivons ce jour, afin d’attirer votre attention sur la détresse du monde sportif et de tous ses bénévoles et pratiquants, et de vous demander de prendre au plus vite deux mesures urgentes qui permettront à toutes les disciplines de subsister dans les règles sanitaires les plus strictes".
 

Les députés en question souhaitent donc que la règle "1h/1km" soit suspendue pour l’activité physique individuelle quotidienne des personnes et aussi que les collectivités puissent rouvrir leurs équipements sportifs aux associations pour des groupes réduits dans le respect de protocoles sanitaires renforcés.
LR accuse la ministre d’avoir mis en place une équation perdant-perdant pour le sport amateur et estime ses pertes à près de 400 millions d’euros, loin des 122 millions d’euros sur 2 ans promis par le ministère. 

 

Sur Twitter, le député Mosellan Fabien Di Filippo, a également vu dans cette démarche dont il est à l’initiative, une nécessité pour la bonne santé des Français, comme pour notre jeunesse et nos associations.
 

Du coup, j'irai marcher cet après-midi, puis que jusqu'ici, tout va bien !


 

Partager cet article

Repost0
13 novembre 2020 5 13 /11 /novembre /2020 09:00

Vous reprendrez bien un peu de confinement ?

 

Confinement, vacances de Noël, collèges et lycées, commerces, c'est un peu confus et les annonces du 1er sinistre sont au final… un statu quo. Tout ça pour ça ? Les annonces programmées, c'était un peu… "et bien rien d'autre"… Si on peut comprendre que le président envoie son 1er ministre au charbon pour une "revoyure" programmée tous les 15 jours, on peut se demander pourquoi ce dernier a fait si long, puisque dorénavant, ce sera comme d'habitude ?

Deux semaines après le début du 2ème confinement, l'exécutif tient sa ligne face à l'épidémie de Covid-19 et les règles ne changent pas. La France ne sera pas déconfinée le 1er décembre et seuls les commerces "pourraient" rouvrir à cette date, mais rien n'est moins sur.

Les commerces "non-essentiels" demeurent fermés, tandis que les écoles, collèges et lycées restent ouverts. Le télétravail continue d'être la règle quand il est possible et les français devront continuer à limiter leurs déplacements, avant un hypothétique allègement pour les vacances de Noël.

Le gouvernement garde les yeux rivés sur l'évolution de la situation sanitaire et Jean Castex a tout de même donné un calendrier : il est prévu un éventuel allégement des restrictions pour les commerces, à partir du 1er décembre, pour que les Français puissent passer les fêtes de Noël, mais l'équilibre est quasiment impossible à trouver : Comment conjuguer des objectifs contraires entre économie et santé ?

Ce sont des vies qui sont en jeu, mais avec ce statu quo, c’est toute une partie des acteurs économiques qui se désespère.

Je préfère rester sur une note optimiste, en ce vendredi 13 ! Un aîné italien, un ancien militaire de 81 ans, virtuose à l'accordéon, interdit de rendre visite à sa femme hospitalisée, dans le nord de l'Italie, a trouvé une parade. Faute de pouvoir la visiter, l'homme a décidé de se mettre devant la fenêtre de sa chambre, afin de lui jouer quelques morceaux d'accordéon et de la faire sourire. Mission accomplie !

Le moment d'émotion réalisé avec la complicité de son fils et des infirmières s'est répandu sur les réseaux sociaux. Il faisait beau, les soignantes ont ouvert les fenêtres et le vieux monsieur a joué divinement bien. L'histoire se termine bien : son épouse, Carla, est finalement rentrée chez elle après dix jours d'hôpital. L'hôpital ne traitait pas les patients atteints de la Covid-19, mais n'autorisait pas les entrées pour éviter que le virus ne se diffuse à l'intérieur. Voilà une belle histoire qui tombe à pic, puisque jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2020 1 09 /11 /novembre /2020 08:00

Le roman d'anticipation "1984" de Georges Orwell est aujourd'hui une référence.

Écrit en 1948 et sorti en 1949, dans ce roman admirable, l'inversion des deux derniers chiffres de l'année nous transporte dans un autre univers, là où les valeurs sont elles aussi inversées. Dans le livre, la société nous est décrite avec ses antinomies : "la liberté, c'est l'esclavage", "la guerre, c'est la paix" ou encore "l'ignorance, c'est la force".

George Orwell décrit une société totalitaire à l'extrême basée sur l'ignorance, une société où la violence et le mensonge prévalent, où ce que l'on croit est plus important que la vérité. Dans un tel contexte absurde, il devient impossible de connaître l'histoire ni même de savoir quelle est la réalité.

L'histoire se passe à Londres, en 1984, mais elle pourrait se passer ailleurs, en 2020… Le personnage principal, Winston Smith, travaille au "ministère de la vérité" et son emploi consiste à mettre le passé à jour, en rectifiant les archives et en détruisant les originaux. Ainsi, on fait correspondre l'histoire avec la version officielle du parti unique. Trois grandes puissances sont constamment en guerre : l'Océania (les Etats-Unis ?), l'Estasia (la Chine ?) et l'Eurasia (l'Europe ?).

En Océania, Big Brother, le chef du parti, surveille tout et tout le monde. Rien n'est illégal puisqu'il n'y a plus de lois, mais celui qui s'oppose au parti risque fort de disparaître et de voir toute trace de son existence effacée. Le principal opposant à cette dictature a écrit un livre sans titre et créé a créé la Fraternité, un réseau clandestin. Au cours de l'histoire, Winston rencontre Julia. Ils sont épris l'un de l'autre, mais cette relation étant désapprouvée par le parti, leur relation amoureuse doit rester secrète. Le couple fait ensuite connaissance avec O’Brien, un membre de la Fraternité, qui s'avèrera en réalité être un espion du régime. Julia et Winston seront rapidement rattrapés par Big Brother.

Le roman se termine par un chapitre décrivant le novlangue, écrit à la troisième personne et au passé. Il s'agit d'un aparté sur le futur. Dans cette annexe, l'auteur nous décrit ce langage destiné à éliminer toute réflexion, qui d'ailleurs n'existe plus, de même que la société qui l'avait créé. C'est un roman très sombre, mais on peut se demander si l'auteur a voulu nous apporter une touche d'optimisme ou s'il était un redoutable visionnaire ?

Ce livre met en évidence certaines limites et dangers de la politique de surveillance exercée par les états actuels, même s’ils ne sont pas totalitaires.

En effet, si on ajoutait à l'intrigue un soupçon de pandémie et si les exécuteurs des basses œuvres de Big Brother agissaient au nom du dogme terroriste, les similitudes entre "1984" et la situation actuelle seraient plus que troublantes. Heureusement, il n'en est rien, car jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2020 4 05 /11 /novembre /2020 08:00

Covid-19 : vers un durcissement du confinement ?

Le président Macron a réuni mercredi matin un conseil de défense (encore ?) pour discuter des nouvelles mesures face à l’épidémie qui galope toujours, et après une série de "couacs" autour du reconfinement.

Il a rappelé la gravité de la situation. Il est vrai qu'elle continue de se dégrader avec des services de réanimation proches de la saturation. Un patient Covid est hospitalisé toutes les 30 secondes en France et le bilan a une nouvelle fois dépassé mardi la barre de 400 morts en 24 heures à l’hôpital, auxquels s'ajoutent les 428 morts enregistrés en 4 jours en EHPAD.

Quelles nouvelles mesures face à ces chiffres ? On peut sans être parano, penser que l'exécutif choisira de durcir le confinement. Le porte-parole n’a fait aucune annonce, renvoyant à la conférence de presse hebdomadaire du gouvernement jeudi prochain. Dans son cas et vu le dernier couac où il avait été trop vite, c'est en effet plus sage.

Des mesures restrictives sont sur la table, comme le possible couvre-feu à Paris et Ile-de-France (en raison des attroupements en soirée devant les commerces autorisés à rester ouverts). Cette mesure, bien qu'annoncée trop vite par Gabriel Attal, est à l’étude et pourrait, si les préfets le juge nécessaire, être aussi mises en place ailleurs sur le territoire.

Des voix médicales s’élèvent pour un durcissement des mesures face à la résurgence épidémique, comme le chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Tenon de Paris. Il s'est dit consterné par ce confinement "light", tandis que le président de la fédération hospitalière de France appelle à un resserrement de la vis si les chiffres ne s’améliorent pas. Comme ils ne vont pas s'améliorer, on va y avoir droit…

Les mesures de l’éducation nationale, dont les établissements scolaires restent ouverts, sont également contestées, par syndicats qui les jugent difficilement applicables, comme par des élèves qui les jugent, quant à eux, pas assez protectrices. Les lycées, notamment, pourraient être les premiers à refermer.

Dans la foulée du conseil de défense, le conseil des ministres a examiné le projet de budget rectifié pour 2020, qui entérine une récession énorme et prévoit 20 milliards d’euros de dépenses supplémentaires. Où vont-ils les trouver ?

J'ai toujours dit, bien que n'étant pas médecin, qu'un confinement mi-figue mi-raisin ne pouvait donner que des résultats mi-figue mi-raisin. Ceci dit, les bourses US et française remontent. Faut-il y voir une relation de cause à effet avec les élections américaines. En effet, à l'heure où j'écris, il ne manque plus de 6 grands électeurs à Joe Biden pour être élu, tandis que Trump multiplie les recours. Le Nevada suffirait au plus âgé pour avoir la route de la maison blanche ouverte, sans même avoir besoin des trois derniers états. Et comme Trump accuse trop de retard, la cause est entendue et ça tombe bien… parce que jusqu'ici, tout va bien.

 

 

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2020 5 30 /10 /octobre /2020 08:00

C'est ici que les athéniens s'atteignirent, comme disait le regretté Frédéric Dard. Comme je vous l'avais dit dans mon dernier billet, nous sommes entrés dans le confinement 2.0 (saison 3 du blog : confinement, futur reconfinement et confinement II… : on tourne en rond.

Que retenir de cette période passée de déconfinement ? La pandémie que nous vivons encore et encore a révélé bien peu de choses positives. Nous avons pris (pas tous) davantage conscience de notre fragilité, car nous sommes tous vulnérables devant ce fichu virus), des inégalités (le confinement est différent selon qu'on le vit en ville, en banlieue, en zone semi-rurale ou en campagne), de certaines pauvretés (ben oui, mais il est normal qu'avec le fruit du travail de toute une vie, on soit logé correctement), de l’importance des soignants et des "petites mains" (vous savez, ceux qui ne sont rien, comme dit l'autre), de notre manque de lien avec la famille, etc.

Il serait bon de prendre le temps (on va l'avoir) de méditer sur ces expériences de confinement, de déconfinement pour appréhender le reconfinement.

Sans défendre ce gouvernement que je n'apprécie guère, force est de reconnaître que la tâche n'est pas facile. Ils ont en même temps (du point de vue des marchés) la guerre 14-18, la guerre 39-45, celle d'indochine et celle de l'algérie, auxquels s'ajoutent les crises économique et sanitaire, avec e outre une surcouche de terrorisme.

Après le confinement, car ça arrivera bien un jour, notre vie sera ce que nous en ferons, mais c'est mal parti. Nous avons le temps d'y réfléchir et pas grand monde ne croit à un confinement de 2 fois 15 jours. Eu égard aux chiffres sanitaires et à ce qu'on ne peut pas annoncer en bloc aux français, il faut compter, je suppose, à minima 8 semaines.

Quant à Noël (ooops, il faut dire, j'ai entendu, la fête d'hiver pour ne pas stigmatiser) et nouvel an, je vois bien les fêtes de fin d'année en petit comité et sous régime du couvre-feu…

Les responsables ont eu beau appeler aux responsabilités et au sens civique, rien n'y a fait. Je suis allé acheter des yaourts, des œufs, une lampe et quelques menues denrées pour les petits, et j'ai pu constater les mêmes errements antérieurs : caddies ressemblant plus à des tours de PQ qu'autre chose, chariots chargés de monceaux d'huile, de farine et de pates, caissières fatiguées et vigiles ayant l'amabilité d'un garde-chiourme de camp de prisonniers japonais.

Quant à la circulation, ce n'était pas mieux, bouchons, feux rouges grillés, klaxons et incivilités de conduite ont émaillé mon petit temps de trajet.

Et le confinement, me direz-vous ? Bof, on peut pas encore savoir… Je suis sorti dans le jardin dès potron-minet et la circulation sur la route m'a paru aussi dense que d'habitude. Toujours est-il que les travaux verts vont être moindres en ce confinement 2.0, à cause de la végétation au ralenti. J'ai déjà hiverné la débroussailleuse et les tondeuses (le carburant d'aujourd'hui supporte mal un stockage supérieur à 2 mois et au bout de 4, fait un magnifique caramel au fond des carburateurs, tout en bouffant les durites). Je ne me suis pas encore occupé du tracteur, mais à part faire le tour de la maison avec, il ne va plus beaucoup me servir puisque je ne peux même pas rendre visite à mon voisin. Le premier ministre a dit que c'était interdit, tout comme ça l'est de recevoir du monde (sacré coup de canif dans les libertés individuelles au sein de la sphère privée)… Mais bon, je prends mon mal en patience, car jusqu'ici, tout va bien !

 

 

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2020 3 28 /10 /octobre /2020 21:00

Oui ben voila… Confinement 2.0 : on y est !

Non seulement c'est le dernier billet de la saison 2 (le futur reconfiné), mais ça démarre très bientôt. Reconfinement de toute la France dès vendredi zéro heure, qu'il a dit l'exécutif.

Le couperet est tombé. Le constat dressé est sombre, car le virus "explose" partout en Europe. Ce n’est plus une hausse exponentielle, c’est un feu d’artifice et si on ne fait rien, la semaine prochaine, les médecins vont devoir trier entre les patients atteints du Covid-19 (par âge), et trier ceux qui ont eu un AVC, et trier aussi les accidentés de la route.

La moitié des lits de réanimation dans les hôpitaux sont désormais occupés par des malades du Covid-19 et c'est une tendance appelée à se renforcer. La réponse gouvernementale a évolué à toute vitesse.

Mardi matin, au réveil, certains dirigeants d’administration annonçaient à leurs troupes l’imposition d’un couvre-feu à 19 heures et d’un confinement le week-end à partir du vendredi 30 octobre à minuit, en Ile-de-France, à Lyon et à Marseille. Et bien non.

Les dirigeants de la majorité réunis à Matignon ont entendu le premier ministre Castex, qui se montrait encore plus pessimiste. Il laissait entendre pour la première fois qu’un reconfinement était possible.

Tu parles, Charles, il aurait pu utiliser des mots bien plus "crus"…

Dans l'attente, ainsi se termine la saison 2, chers ami(e)s, mais on se retrouve pour la saison 3 : le journal de marche d'un reconfiné dès vendredi, car… jusqu'ici, tout va bien.

 

 

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2020 7 04 /10 /octobre /2020 18:00

La vie est mal faite... Il prenait toutes les précautions et n'était pas du genre à faire la fête au mépris des gestes barrière. Reconnaissable à sa figure ronde, ses lunettes et sa coupe dans le vent, le créateur de mode japonais Kenzo Takada, dit "Kenzo" vient de nous quitter ce jour des suites du Covid-19. Il s’est éteint à l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine, à l'âge de 81 ans.

Quant à Donald J. Trump (on ne présente plus cet improbable charlatan) qui se moquait de Joe Biden parce qu'il portait un masque, le voilà à son tour touché par la maladie, ainsi que madame et sa garde rapprochée, plus quelques sénateurs. Il a même voulu faire enlever le masque à un journaliste qui l'interrogeait, estimant que la distance qui l'éloignait du journaliste de Reuters justifiait de ne pas porter de masque. Ce dernier a ensuite suggéré de parler plus fort, ce que le milliardaire, visiblement agacé, a quand même accepté, non sas féliciter en ces termes le journaliste auteur de la question suivante qui lui, avait retiré son masque : "C'est tellement clair quand vous parlez, contrairement aux autres, qui refusent", s'est-il moqué.

Toutefois, on peut noter que sa dernière apparition télévisée est particulière. Il a remercié tous ceux qui s'occupaient de lui, a eu un mot d'humour pour son épouse qui se portait mieux, parce qu'elle était un tout petit peu plus jeune que lui (24 ans), il ne portait pas de cravate, ce qui est inhabituel, et il a fini par "je vous aime", ce qui est encore plus inhabituel de sa part. Serait-il devenu plus proche, plus humain (plus normal) parce que plus vulnérable ?

Plusieurs communications officielles affirment que le président des USA est en bonne santé (tu parles) malgré sa contamination, des sérieux indices laissent à penser que la situation est plus préoccupante.

Hospitalisé dans un établissement prestigieux de Washington, il est obligé de stopper temporairement sa campagne de l'élection présidentielle. Des sources officielles et officieuses se sont depuis contredites et Trump lui-même, par une vidéo sur Twitter, a reconnu que les prochains jours seront cruciaux pour son rétablissement. On est un peu loin des déclarations du médecin officiel qui assure que "Le président va très bien", et que l’hospitalisation était simplement "une mesure préventive afin d’offrir un suivi de pointe".

Pourtant, des indices viennent battre en brèche la théorie officielle des médecins. Le professeur Conley n’a ni confirmé, ou infirmé, le placement sous oxygène du président, dont le diagnostic avait été posé 72 heures avant l'annonce officielle. Selon une source anonyme bien informée (mais, vous savez bien, les types autorisés qui s'autorisent des trucs dans les milieux autorisés..), "les signes vitaux du président ces dernières 24 heures ont été très inquiétants, et les 48 prochaines heures seront critiques en termes de soins". C'est pas la même chose.

Je sais bien moi, où il a chopé ça. Le 26 septembre dernier, Donald Trump a organisé une petite sauterie à la maison blanche pour la nomination de la juge fédérale Amy Coney Barrett. C'était en plain air, mais ils sont tous ensuite rentrés pour l'apéritif dinatoire. Ils étaient plus de 150 personnes, dont aucun, Trump en tête, ne portait de masque et ne pratiquaient aucune distanciation sociale, tous se sont même largement congratulés en se faisant la bise.

Je ne sais pas moi, si le masque sert à quelque chose ou non, mais bon, on n'a que ça pour l'instant, alors il faut un minimum de respect pour les autres. Ce n'était pas le cas à Washington.

Bref, un brave japonais qui prend toutes les précautions décède à vitesse grand V de ce fichu virus et une personnalité américaine, pour le moins controversée, qui allait récemment jusqu'à nier le virus, puis nier sa nocivité, devrait réussir à se sortir du virus à coups de traitement secret administré par les meilleurs médecins du pays…

Certains sont décidément plus égaux que d'autres… et tout ça à cause d'une chauve-souris qui a boulotté un pangolin, ou le contraire, ou je ne sais plus… Tout ça à cause de petits chinois innocent qui n'ont pas fabriqué le virus dans un laboratoire de Wuhan, malgré ce que peut en dire une dangereuse virologue locale à l'esprit contre-révolutionnaire (nan, là j'déconne)…

Mais au fait, elle va commet, Mélania Trump ? Au final, nous avons beaucoup de chance (ou pas) car… jusqu'ici, tout va bien !

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Solexine le Catalan !
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • Journal de marche d'un reconfiné". J+24.
    Nettoie ton kilomètre. Lancé il y a quelques jours par Benjamin de Molliens, un écolo aventurier, le concept de "nettoyage du kilomètre" est devenu rapidement viral sur les réseaux sociaux. Le but est simple : profiter du droit (?) de sortir dans un rayon...
  • Journal de marche d'un reconfiné". J+23.
    Ne prononcez surtout pas le mot de "déconfinement". L'exécutif a livré en avance quelques éléments qui seront annoncés aux français mardi soir, tant par la voix du premier ministre, que celle du porte-parole, que celle du ministre de la santé, que celle...
  • Journal de marche d'un reconfiné". J+22.
    Confinement : les commerçants veulent ouvrir "tous les dimanches" de décembre. Cinq fédérations de commerçants ont envoyé un courrier au gouvernement pour demander un effort supplémentaire, c'est une question de survie. Ils ont demandé de pouvoir rouvrir...
  • Journal de marche d'un reconfiné". J+21.
    Ski : sacrifier Noël pour sauver les vacances de février ? Les stations de ski ne savent toujours pas si elles vont pouvoir ouvrir à Noël. La dynamique de l’épidémie pourrait conduire de fermer à Noël pour garantir l’ouverture en février, période encore...
  • Journal de marche d'un reconfiné". J+20.
    C'est dur d'avoir 20 ans en 2020. Le président le disait il y a un mois. Même si ce confinement ne se vit pas de la même façon à la ville ou à la campagne, il laissera des traces. J'écoutais un jeune parler ce matin à la radio. Il s'exprimait de manière...
  • Journal de marche d'un reconfiné". J+19.
    Le beaujolais nouveau est arrivé ! (ou pas)… Privés de festivités, les vignerons s’organisent pour faire déguster le beaujolais nouveau, mais pour la 1ère fois, les festivités traditionnelles liées à la sortie du beaujolais nouveau n’auront pas lieu....
  • Journal de marche d'un reconfiné". J+18.
    La réouverture des bars et restaurants est compromise avant 2021. Le gouvernement devrait prolonger certaines mesures du confinement au moins jusqu’au 15 janvier, et notamment la fermeture des bars et des restaurants, ce qui risque d'être difficilement...

Pages

Catégories