Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2022 2 05 /07 /juillet /2022 07:00

Les Sables-d'Olonne, Palavas-les-Flots, Torreilles ou Argelès-sur-mer...  ces communes ont abandonné leurs douches de plage, jugées déplorables sur le plan environnemental et bien trop dispendieuses en période de sécheresse.

C'est une perte de confort que certains regrettent, mais qui est plus respectueuse de l'environnement. Le petit plaisir de la douche sur la plage après une baignade en mer est donc un luxe voué à disparaître? Chaque année, les stations balnéaires sont de plus en plus nombreuses à supprimer les douches de plages, en raison de la sécheresse et des enjeux climatiques. D'autres se tournent vers des alternatives pour faire des économies d'eau.

C'est un peu embêtant, car après le bain, nous aimons tous nous rincer, et enlever le sel avant d'aller au restaurant. À Palavas-les-Flots (Hérault), la municipalité a troqué depuis 2019 les douches du front de mer pour une quinzaine de pédiluves.

Ben oui, mais on ne s'appelle pas Jésus, le lavage des pieds n'est pas primordial, c'est tout le corps qu'on voulait dessaler. Selon le maire, les pédiluves permettent à la commune d'économiser 40% d'eau par rapport aux douches. Selon moi, ils peuvent bien les enlever.

Ces dernières années, le bilan est d'environ 5 millions de litres par an et par commune, soit 5000 m3 qui partent en douches et finissent dans le sable. C'est vrai que vu sous cet angle, balancer des millions de litres d'eau potable dans la nature, ce n'est plus possible. Il va falloir prendre la douche au logement et rentrer avec la peau bien tiraillée par le sel.

C'est probablement une question d'adaptation. En fait, je suppose que le problème ne vient pas tant du volume d'eau utilisé que de la pollution produite par ces douches, notamment lorsqu'elles ne sont pas raccordées au réseau d'assainissement. N'oublions pas que les shampoings, après-shampoings et autres crèmes solaires s'évacuent alors dans le sable, ce qui pollue les nappes phréatiques et nuit à la qualité de l'eau.

A Torreilles-Sud (naturiste), le maire explique que le non-respect des consignes de douche est la raison principale qui l'a poussé à prendre la décision. L'objectif est de faire des économies d'eau parce que nous la Catalogne Nord est une zone où les nappes phréatiques sont particulièrement sous tension, et les effluves polluent les sols.

Le pavillon bleu recense aussi les plages mettant en œuvre une politique de développement touristique respectueuse de l’environnement. Cela risque d'impacter les communes ayant conservé leurs douches et incitera les communes à la suppression à brève échéance.

Les communes qui souhaitent garder un dispositif de rinçage, sont invitées à remplacer les douches par des rinces-pieds ou des robinets (bof). Pour celles qui souhaitent conserver des douches, il faudra mettre des dispositifs de réduction du débit, veiller au contrôle des fuites et apposer des messages de sensibilisation pour la réduction de la consommation d'eau et la non-utilisation de produits lavants ou anti-solaires.

Enfin, il est primordial que tout système de rinçage soit raccordé à un système de traitement et de récupération des eaux usées pour éviter tout rejet direct dans le milieu naturel.

L'été s'ra chaud, l'été s'ra chaud, dans les treillis, dans les rangeos… car jusqu'ici, tout va bien.

 

 

Partager cet article

Repost0
21 février 2022 1 21 /02 /février /2022 08:00

Les vaccins démontrent leur efficacité à partir de 60 ans pour éviter les formes graves et les risques de décès.

Le risque de mourir du Covid (après une infection aux variants Delta ou Omicron) serait quasiment nul pour les moins de 60 ans, qu'ils soient vaccinés ou non, conclut la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques du ministère de la santé).

Cette étude sur le variant Omicron concerne actuellement la majorité des décès hospitaliers avec le Covid-19. Elle a analysé l'impact en mortalité hospitalière, en entrée en hospitalisation conventionnelle et en soins critiques des patients positifs, infectés par le variant Delta ou Omicron, en fonction de leur statut vaccinal et de leur classe d'âge.

La Drees a ainsi regroupé les patients en 3 grandes classes d'âge pour cette étude : les 20-59 ans, les 60-79 ans, et les 80 et plus. Il ressort de cette enquête que les personnes de plus de 80 ans présentent plus de risques que les 60-79 ans, quel que soit le statut vaccinal. On s'en doutait un peu...

Le variant Omicron apparaît moins létal que le variant Delta : les patients atteints par Omicron voient leur risque de décès à l'hôpital réduit de moitié dans la plupart des statuts vaccinaux et des classes d’âge.

La probabilité d’entrée hospitalière, pour un patient positif, demeure nettement inférieure avec Omicron qu’avec Delta, en soins conventionnels mais surtout en réanimation, quel que soit le statut vaccinal et l'âge de la personne.

Selon l'étude, il apparaît clairement que les 20-59 ans, vaccinés ou non, ont très peu de risques de mourir du Covid à l'hôpital, que ce soit avec le variant Delta ou Omicron. La mortalité hospitalière de cette classe d'âge est inférieure à 0,5%, et plutôt de l'ordre de 0,1 à 0,2%.

Les 60-79 ans ont un risque de mourir du virus de moins de 1% avec Omicron (environ 3% avec Delta) s'ils sont non vaccinés. Plus de 80% de ces patients admis en réanimation souffrent de comorbidités. La vaccination confirme donc son intérêt dans les classes d'âge 60-79 ans, réduisant le risque de décès à 0,3% en moyenne pour Omicron et environ 1% pour Delta, soit un risque létal tout de même divisé par trois.

La protection vaccinale reste très visible chez les 80 ans et plus. Une personne de cette tranche d'âge a environ 4,5% de risque de mourir à l'hôpital du Covid si elle est infectée avec le variant Omicron, et 11,5% environ avec Delta. Pour un octogénaire vacciné sans rappel, ce ratio tombe à 2,4% pour Omicron et 4,7% pour Delta, risque encore diminué avec une dose de rappel, car le risque létal tombe 0,7% avec le variant Omicron et 3,7% pour Delta.

Un patient de 80 ans et plus, vacciné avec rappel, a donc 6 fois moins de risque de mourir à l'hôpital du Covid qu'une personne du même âge non vaccinée.

On pourrait presque dire que jusqu'ici, tout va bien...

Partager cet article

Repost0
3 février 2022 4 03 /02 /février /2022 08:00

Ce jeudi 3 février voit le lancement du dossier médical 100 % numérique, après la carte Vitale, lancée en 1998. Je vais tenter d'éclairer mes visiteurs et visiteuses sur ce nouveau dispositif.

L'État lance donc une nouvelle plateforme en ligne intitulée "Mon Espace Santé", avec un peu de retard, en raison de la pandémie. Le ministère de la Santé précise que ce nouvel espace, où il est possible de retrouver l’ensemble de ses informations médicales, sera activé par défaut, sans que nous n'ayons notre mot à dire, pour l’ensemble des Français, y compris pour les enfants. Paf…

Comment se connecter à la plateforme ?

Se connecter au moins une fois sur le site, permet de l’activer, sans aucune autre démarche. A l'aide de votre carte vitale, cet espace santé se trouve à l'adresse Internet monespacesante.fr. Pour l'application sous Androïd (smartphone), cela viendra plus tard.

Quelles infos y trouve-t-on ?

Vous pourrez stocker des données et y accéder. En clair, les patients et les professionnels de santé, pourront y envoyer toutes sortes d'éléments : Résultats d’analyse, vaccins, allergies, ordonnances, traitements suivis ou comptes rendus d’hospitalisation, il s’agit d’un carnet de santé en ligne.

Quels sont les services disponibles ?

"Mon Espace Santé" comprend une messagerie pour échanger des informations avec les professionnels de santé, ainsi qu'un agenda pour renseigner les rendez-vous médicaux et créer des rappels.

Les personnes ne voulant pas être intégrées à ce dispositif en ont le droit (encore heureux). Il suffit d’en faire la demande, mais les données de l’assuré resteront archivées durant dix années par l’Assurance-maladie. Re-paf...

Je ne sais pas pourquoi, mais il me revient en mémoire le résumé du film de 1973, "Soylent Green", avec Charlton Heston, et sa vision futuriste sur l'année 2022.

Le résumé dit ceci "En 2022, les hommes ont épuisé les ressources naturelles. Seul les pastilles de soleil vert parviennent à nourrir une population miséreuse, qui ne sait pas comment créer ces aliments.

Omniprésente et répressive, la police assure l'ordre. Accompagné de son ami, un policier va découvrir, au péril de sa vie, l'effroyable réalité de cette société devenue inhumaine".

Hum… Big Brother is watching you, même si jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
11 janvier 2022 2 11 /01 /janvier /2022 08:00

Selon une étude de "Santé Publique France", le variant Omicron provoquerait des symptômes plus "légers" que le variant Delta. Le nouveau venu s'attaquerait notamment moins aux voies respiratoires, tout en étant beaucoup plus contagieux.

Omicron ou Delta, selon les médecins, ce ne serait pas la même chose, et les symptômes ne seraient pas exactement les mêmes. Le groupe "Santé Publique France" vient même de recenser ceux du nouveau variant. Dans le trio de tête, on retrouverait la fatigue chronique, la toux ou encore la fièvre. Ces symptômes, s'ils ne sont pas toujours tous présents, semblent au moins communs à tous les Coronavirus.

Omicron présente toutefois la particularité de possibles éruptions cutanées, ressemblant peu ou prou à celles causées par des punaises de lit, et parfois encore, des fortes sueurs nocturnes. Si c'est une nouveauté par rapport au variant Delta, les scientifiques ont remarqué qu'avec Omicron, vous avez (un peu) plus de chances de garder votre goût et votre odorat, certains osent propager l'idée qu'Omicron, plus contagieux, n'est pas mortel, ce qui est totalement faux. Allez donc le dire aux familles endeuillées par Omicron…

Ce variant Omicron semble malgré tout (un peu) moins virulent pour les personnes complètement vaccinées, et si c'est avéré, c'est plutôt une bonne chose. Le docteur Davido, infectiologue à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (92) explique que la propriété d’Omicron est d'avoir (peut-être) des symptômes (un peu) plus bénins et (un peu) plus ORL. Cela serait du au fait que ce nouveau virus variant aurait (un peu) plus de mal à s’accrocher sur le poumon, et donc, à créer des pneumonies.

C'est ce qui ferait toute la différence dans les services de réanimation, où il a été constaté que les patients nouvellement affectés par Omicron, présentent des formes moins graves, qui ne les amèneraient pas nécessairement en réanimation, ce qui n'empêche pas une certaine dangerosité, ni une évolution parfois mortelle. Moins agressif (tout est relatif), mais beaucoup plus contagieux, c'est la raison pour laquelle Omicron est devenu majoritaire en seulement quelques semaines sur notre territoire, car actuellement, près de 8 cas positifs sur 10 lui sont dus, à ce fichu variant.

Paradoxalement, ce déferlement Omicron fait naître un (léger) vent d'optimisme. S'il est encore bien trop tôt, et tout à fait prématuré d'envisager une évolution favorable, ou même la fin de la pandémie, l'observation du passé apporte son lot d'enseignements sur la manière dont cette crise pourrait, enfin, s'achever. Peut-être est-ce le dernier variant ?

En pleine flambée épidémique en France et dans le monde, Omicron est tellement contagieux qu'il va toucher toutes les populations, et donc probablement entraîner une immunité renforcée. Il y aura bien sur de la "casse" et de nombreuses victimes, mais ceux qui s'en sortiront seront mieux armés après son passage.

De nombreux scientifiques verraient en effet dans cette nouvelle mutation, l'espoir d'une possible sortie de la crise sanitaire. Omicron amène (peut-être) un nouveau chemin sur l'évolution de la pandémie, et devrait circuler partout dans les deux prochains mois.

Il est à espérer que l’infection commence ensuite à s’atténuer, car d'éminents épidémiologistes envisagent cette hypothèse. S'il est bien trop tôt pour apporter une réponse quant à la suite des événements, et au devenir de ce virus, un retour sur l'évolution et l'extinction des pandémies qui ont marqué l'histoire de l'humanité pourrait (peut-être) nous éclairer sur ce qui nous attend, car jusqu'ici… tout va (presque) bien…

 

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 08:00

Janvier 2022, en cette nouvelle année, les contaminations explosent, mais le gouvernement choisit ce moment pour assouplir les règles, avec les premières données disponibles concernant le variant Omicron.

Cas contact ou positif au Covid-19 ? Lundi 3 janvier, les mesures d'isolement évoluent et s'assouplissent. Les personnes positives avec un schéma vaccinal complet s'isoleront 7 jours, quel que soit le variant. L'isolement pourra être levé au bout de 5 jours, en cas de test (antigénique ou PCR) négatif. Les non-vaccinés devront en revanche s'isoler 10 jours, avec sortie possible au bout de 7 jours, dans les mêmes conditions.

Par ailleurs, il n'y aura plus de quarantaine pour les cas contact avec schéma vaccinal complet, qui devront cependant faire des tests réguliers.

Pourquoi un tel assouplissement des règles d'isolement alors que les contaminations explosent ?

- 1 - Pour limiter la désorganisation de la société...

Le conseil scientifique avait prévenu de l'extrême contagiosité d'Omicron pouvant entraîner une désorganisation du pays, à cause des arrêts de travail (multipliés par plus de 7, fin 2021). L'idée est de tenir compte de l'évolution extrêmement rapide de la diffusion du variant Omicron en France", explique le ministère de la Santé dans un communiqué. Ce changement de règles doit permettre d'"avoir une balance bénéfice-risque visant à assurer la maitrise des contaminations tout en maintenant la vie socio-économique", toujours selon le ministère.

- 2 - Pour permettre la continuité des soins.

Des règles spécifiques d'isolement ont été prévues pour les soignants. Ces personnels étant par nature vaccinés, il s'agit de permettre la continuité de soins, compte tenu de la tension sanitaire et du nombre élevé de personnels positifs ou cas contact. Un soignant pourra donc travailler avec le Covid-19 sous conditions, comme un plâtrage transitoire permettant de passer le cap aigu.

- 3 - Parce que les données scientifiques semblent le permettre

Est-ce bien raisonnable, au point de vue épidémiologique, de réduire les délais d'isolement alors qu'on atteint des niveaux records de contamination ? N'y a-t-il pas un risque de surcharge des hôpitaux ? Les premières études (incomplètes et à prendre avec précautions) venues d'autres pays semblent montrer que le variant Omicron semble entraîner moins d'hospitalisations que Delta, et que les symptômes apparaissent plus rapidement avec Omicron.

- 4 - Parce que d'autres pays ont déjà adopté ces règles.

La France n'est pas la seule à réduire les délais d'isolement. La Suisse a déjà réduit la quarantaine des cas contacts à 7 jours, contre 10 auparavant, tout comme l'Espagne, l'Argentine et le Portugal.

Pour éviter les blocages et les pénuries, l'administration Biden a décidé de réduire la quarantaine recommandée de 10 à 5 jours pour les personnes positives au Covid, à condition qu'elles soient asymptomatiques.

La nouvelle année commence sous de bien curieux auspices, mais bon, puisque jusqu'ici, tout va bien… ce n'est pas ce qui m'empêchera de souhaiter à tous mes visiteurs et visiteuses, une bonne année 2022, avec le meilleur pour nous tous !

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Solexine le Catalan !
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • Un petit coup de gueule aujourd'hui, ça faisait longtemps. Je vais mettre un coup de projecteur sur le château de Piquecos (82), qui est quand même une demeure ayant été royale et dans la chapelle duquel plusieurs souverains, depuis Louis XIII, se sont...
  • Un véhicule de gendarmerie impliqué dans une violente collision.
    Dimanche 4 septembre après-midi, un peu avant 17h30, un accident s’est produit sur la route départementale menant à Pittefaux (Pas-de-Calais), depuis Saint-Martin-Boulogne. Un véhicule de gendarmerie a été impliqué, et quatre personnes ont été blessées,...
  • Le futur (proche) dans nos magasins...
    Le futur robotisé est sur le point de devenir une réalité. Après la voiture sans chauffeur, voici les magasins sans vendeurs et sans caissières, bref, sans personne d'autre dans les rayons que les clients. Même le réassort des produits sera automatique...
  • La Poste (suite) annonce la suppression du timbre rouge.
    Notre bon vieux timbre rouge "prioritaire" sera remplacé par une "e-lettre rouge" dès le 1er janvier 2023. Ce n'est peut-être pas si dramatique que çà, car le timbre rouge soi-disant distribué en 24 heures ouvrées (1 jour) se révèle dans les faits (du...
  • Pourquoi la poste condamne-t-elle de plus en plus de boites aux lettres ?
    Près de 300 boîtes aux lettres ont été récemment condamnées à Paris, mais de plus en plus de boîtes aux lettres de la poste, qu'elles soient à Paris, en banlieue ou en région, qu'elles soient implantées sur un pied ou adossées à un mur, ont été condamnées...
  • Les douches de plage bientôt au rayon des souvenirs ?
    Les Sables-d'Olonne, Palavas-les-Flots, Torreilles ou Argelès-sur-mer... ces communes ont abandonné leurs douches de plage, jugées déplorables sur le plan environnemental et bien trop dispendieuses en période de sécheresse. C'est une perte de confort...
  • Les astuces pour se rafraîchir sans (trop) réchauffer la planète
    Allumer la clime dès que le mercure grimpe est un réflexe. C'est bien agréable, mais un peu contre-productif envers la planète, alors voici d'autres astuces plus écolos existent pour se rafraichir. Notre corps subit en ce moment les chaleurs extrêmes...

Pages

Catégories