Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2021 7 18 /04 /avril /2021 07:00

Alors qu'en France, la barre des 100.000 morts est franchie depuis le 15 avril dernier, le Covid-19 marque l'imaginaire collectif comme l'une des épidémies les plus dévastatrices de ces dernières décennies. Pourtant, loin d'être la seule pandémie aussi meurtrière, voici un retour sur les autres maladies qui ont tué bien plus de 100.000 personnes en France, même si les futurs livres d'histoire évoqueront cette période, tout comme le souvenir des grandes épidémies.

 

1 - La variole.

La variole est sans nul doute la plus meurtrière des maladies connues. Elle provoque d'abord des symptômes similaires à ceux d'une grippe avant des vomissements et des douleurs musculaires, et enfin l'éruption de pustules, avant la mort qui survient dans 30% des cas, par surinfection générale. D'autres épidémies ont causé des ravages, comme la peste antonine au 2ème siècle, ou encore les tristement célèbres peste, choléra, variole ou plus récemment grippe espagnole. Ce n'est en effet pas la première fois qu'une maladie est à l'origine d'autant de décès sur notre territoire. A l'époque, Paris avait été ravagé par la variole et même le roi Louis XV en était mort. Heureusement, en 1979, selon l'OMS, elle a été complètement éradiquée de la planète grâce au vaccin du médecin anglais : Edward Jenner.

Illustration 1 : Le Triomphe de la Mort par Pieter Brueghel l'Ancien, 1562.

 

2 - La peste

Si le monde dénombre à l'heure où j'écris, plus de 3 millions de morts du Covid-19, rappelons-nous des formes de peste, véhiculées à bord des bateaux, par le rat noir infesté de puces. Ce sont ces dernières qui transmettaient la maladie aux humains.

Illustration 2 : L'épidémie de peste à Marseille, en 1720.

La communauté scientifique débat sur le nombre de morts, mais la bactérie est à l'origine du décès de près d'un tiers de la population européenne de l'époque, soit entre 25 et 34 millions, dont 80.000 environ, rien qu'à Paris. En 1720, la peste surgit à Marseille, emportant 30.000 des 90.000 habitants de la ville et tuant 100.000 personnes au total. Des politiques de santé ont été mises en place, comme "le mur de la peste", où le roi autorisait à tirer à vue sur ceux qui tentaient de franchir la frontière des secteurs touchés par la maladie. On a fait des progrès, heureusement…. La dernière pandémie de peste a eu lieu en Asie en 1890, ce qui n'est pas si loin (avec 10.000.000 de morts).

 

3 - Le choléra

Illustration 3 : La foule effrayée observe un malade du choléra à Paris en 1832.

Le choléra ne sévit plus en France, mais de nombreux cas sont encore constatés dans le monde, notamment en Afrique. Elle est apparue en France en 1832, après être passée par l'Inde et l'Europe de l'Est. Le système d'alimentation en eau déficient permettait à la bactérie de se propager, en entraînant une déshydratation rapide, puis la mort en quelques heures. Provoquant une cyanose colorant le visage en bleu, elle est à l'origine de l'expression d'avoir une "peur bleue".

Le choléra a fait plus de 100.000 morts en France en l'espace de 6 mois au cours des 2 premières vagues. La 3ème vague a causé 143.000 victimes en 1854. Aujourd'hui encore, l'OMS estime à près de 3.000.000 de cas et près de 100.000 décès annuels dans le monde, même si des traitements pour réhydrater rapidement le malade existent aujourd'hui.

 

4 - La grippe espagnole

Illustration 4 : Un hôpital italien pendant l'épidémie de grippe espagnole. Costa/Leemage

La grippe espagnole est la plus grande pandémie du 20ème siècle, avec 30 millions de morts, soit deux fois plus que la 1ère guerre. La France compte à elle seule plus de 400.000 morts. L'Espagne ayant été le premier pays à la mentionner et à faire des statistiques, la maladie fut qualifiée improprement de grippe espagnole, mais ce pays n'y est pour rien.

La première vague du printemps 1918, avait été peu virulente, mais la seconde, à l'automne, à la suite d'une mutation et d'un variant (déjà !), fut foudroyante, emportant les gens en quelques heures. Avec la guerre, les populations étaient fatiguées et mal nourries, ce qui ouvrit la porte grande ouverte au virus. Après les mesures de confinement mises en place, la propagation diminua dès 1919. Le poète Guillaume Apollinaire et l’écrivain Edmond Rostand comptent parmi les morts illustres de cette maladie.

Comme quoi on n'a rien inventé et que l'histoire est un éternel recommencement. Heureusement que jusqu'ici, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
7 avril 2021 3 07 /04 /avril /2021 07:00

L'exécutif l'avait annoncé le 31 mars. Le confinement (troisième du nom), mais qui ne dit pas le sien, s'est étendu à l'ensemble du territoire métropolitain. Après les mesures transitoires des vacances de Pâques (ooops, on dit maintenant de printemps pour ne pas stigmatiser une certaine partie de la population), toute la France métropolitaine est concernée par ce 3ème "confinage", pour au moins 4 semaines. Il n'est plus possible de se déplacer entre régions, sauf motif impérieux, et le couvre-feu de 19h00 à 6h00 est maintenu.

Le calendrier scolaire s'en trouve bouleversé pour le mois d'avril, avec l'instauration d'une semaine en distanciel depuis le 6 avril, mais les enfants et les professeurs ont pu constater que les leçons n'ont pas été tirées et qu'il n'y a pas grand-chose qui fonctionne. On a eu le "pas de masques", le "pas de tests", on est maintenant au "pas de vaccin" et "pas de cours en ligne". Les jeunes auront ensuite deux semaines de vacances pour toutes les zones, et un retour progressif en classe selon les niveaux.

Alors, qu'a-t-on le droit de faire, et qu'est-ce qui interdit, durant ce 3ème confinement ?

Ce qui est autorisé :

- Pour se déplacer sur une courte distance en journée, les attestations de sortie ne seront pas obligatoires, tant que l'on reste dans un rayon de 10 km autour de son domicile, avec un justificatif de domicile. Au-delà de cette distance (et moins de 30 km) ou si l'on sort durant le couvre-feu, il faudra une attestation.

- En journée, on peut donc se déplacer autant qu'on veut, seul ou en famille (promenade, sport, courses, RDV médicaux...) sans limitation de durée, dans un rayon de 10 km, à condition de pouvoir présenter un justificatif de domicile.

- On peut aussi se déplacer au sein du département dans un rayon de 30 km pour les affaires courantes, comme faire des courses essentielles, récupérer ses enfants à l'école, un colis, ou se rendre dans un lieu de culte. Il est aussi possible d'effectuer des démarches administratives ou juridiques ou de répondre à une convocation judiciaire ou administrative, pour tout acte ou démarche ne pouvant être réalisé à distance. Celles et ceux qui e peuvent pas télétravailler, peuvent aussi se rendre en entreprise.

Ce qui est interdit :

- Sortir sans son masque, sortir sans justificatif de déplacement et se déplacer dans une autre région.

- Se rassembler : Les rassemblements en extérieur peuvent être interdits par les préfets, il est interdit d'être un groupe de plus de 6 personnes, avec respect des gestes barrière.

- Boire de l'alcool sur la voie publique. Le premier sinistre casse-tête l'a annoncé devant les députés : la consommation d'alcool sur la voie publique est interdite.

 

Quid alors des "happy hours" (photo ci-dessous) ? 

Le principe est simple : le bistro est ouvert normalement, mais le public ne peut pas entrer dans la salle. Le taulier sert les gens sur un comptoir improvisé sur le pas de la porte. Les clients n'ont plus qu'à aller écluser leur gorgeon un peu plus loin, sans masque, en beuglant le cas échéant, des insultes envers l'exécutif. En revanche, il est facile de verbaliser les braves gens, comme cette famille avec enfants sur une plage, et dont les parents avaient eu la malencontreuse idée d'agrémenter leur pique-nique d'un peu de vin.

- Recevoir des gens chez soi, ou aller chez des gens : En soi, les policiers ne peuvent pas vous contrôler à votre domicile, mais vos invités peuvent être verbalisés à la sortie de votre domicile. Enfin, ça dépend chez qui…

A l'heure où les diners clandestins du gotha parisien font la joie des réseaux sociaux, les premières verbalisations sont tombées sur le vulgus pecum.

Il sera inutile d'argumenter que vous vous êtes perdus, que vous êtes fatigué, que vous avez du attendre que votre ex vienne garder le petit pour aller chez un ami parce qu’il est impossible de télétravailler avec un enfant. La tolérance et la mansuétude des forces de l'ordre seront inexistantes. Ne faites pas confiance à votre GPS, car tout retard sur un planning calculé trop juste sera sanctionné d'une amende de 135 euros.

À partir d’une certaine heure, il n’est plus question de bienveillance. Tant pis pour ceux qui ont laissé s’étirer la journée, si vous êtes deux, ce sera 135 euros d'amende chacun.

Si la plupart des gens contrôlés sont en règle, c'est vrai que certains resquillent, mais peut-on vraiment les blâmer quand on voit ce qui s'est passé au palais Vivienne, à Paris ? Heureusement que jusqu'ici, tout va bien.

Partager cet article

Repost0
24 mars 2021 3 24 /03 /mars /2021 08:00

Notre bien-aimé président (rires) vient de faire une déclaration fracassante, à l'occasion d'une visite dans un centre de vaccination de Valenciennes (59).

"Jusqu'à présent, les personnes de 65 à 74 ans étaient éligibles, à condition d'être atteintes d'au moins une comorbidité (éligible ne veut pas dire vaccinable) et à partir de ce samedi, on va ouvrir les rendez-vous aux plus de 70 ans".

Voila une belle promesse de la part de l'exécutif qui annonce "accélérer à partir de ce samedi", avec le rappel de la mise en place d'un numéro de téléphone dédié, mais qui a toutefois reconnu qu'il y avait encore des plus de 75 ans non vaccinés, faute de réussir à avoir un rendez-vous.

Jupiter a ajouté qu'on allait ouvrir la vaccination aux 70-75 ans, alors qu'elle est proposée aux plus de 75 ans ou à partir de 65 ans pour les personnes souffrant de comorbidités, et ça c'est faux. Dans la réalité, il n'existe actuellement aucune solution de vaccination pour les personnes concernées. Je le sais, j'en fais partie. Je me connecte matin et soir sur doctolib, j'essaye le numéro qui ne répond jamais et j'obtiens toujours les mêmes messages.

Alors, s'il annonce vouloir organiser les choses de manière méthodique, descendre par tranches d'âge, arguant que c'est une "course de vitesse", et que l'État allait envoyer des doses de vaccins supplémentaires dans les Hauts-de-France, ce n'est qu'un effet d'annonce. Il a ajouté que les enseignants seront éligibles à partir de la mi-avril, ce qui est bien gentil mais restera du domaine du vœu pieux. La plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu'elle a, et le président n'est pas la plus belle fille du monde. En vérité, il n'y a actuellement pas de vaccins (même plus d'AstraZaneca si décrié) et pissétou. Eligible ne veut pas dire vacciné, mais "susceptible d'être placé dans l'avenir sur une liste d'attente à confirmer". Ce n'est pas pareil.

Même si les 55 usines de production de par le monde tournent 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, on est au niveau de la pénurie mondiale. Le plan vaccinal du président, avec son calendrier qui reste en réalité assez flou, ne représente que des éléments de langage, des mots, des vœux pieux, du bla-bla, quoi… Vous connaissez le vieil adage qui dit que les promesses n'engagent que ceux qui les croient.

J'en veux pour preuve que les services de l'Elysée ont rapidement tempéré la "valeur d’annonce" de la déclaration présidentielle. Il a bien été précisé qu'il ne s'agissait pas d’assurer une campagne qui aurait lieu mi ou fin avril, mais de dire qu’à partir de cette date, les doses seront plus nombreuses. C'est tout. Assurer que les personnes "exposées" pourront bénéficier du vaccin était juste une annonce positive destinée à revoir l’ordre des priorités.

Ne nous attendons pas à recevoir des engagements concrets, même si l'exécutif et son entourage travaillent sur le sujet des vaccins. Un plan vaccinal précis reste tributaire du nombre de doses qui arriveront réellement en avril. Ou pas. Il est évident que Jupiter ne vit pas sur la même planète que nous. Par chance, jusqu'ici, tout va bien...

 

Partager cet article

Repost0
19 mars 2021 5 19 /03 /mars /2021 08:00

On ne comprend rien ! J'ai écouté le premier sinistre et tout d'abord, je n'ai rien compris. Il n'est pas si facile de suivre (un vrai casse-tête) monsieur Jean Castex, qui s'exprime comme un recueil des actes administratifs, édition 1971.

Accessoirement, le "tout et son contraire" qui change d'un jour à l'autre reprend. Il concerne les injections du vaccin Astra Zeneca, qui pourront reprendre dans les pharmacies et chez les médecins dès samedi après-midi.

A noter que si l'agence européenne des médicaments vient de donner son feu vert et certifie, comme le bon docteur Castex, que l'Astra Zeneca est quasiment la 8ème merveille du monde, un groupe de chercheurs norvégiens fait de la résistance. Ces savants ont en effet démontré qu'il y a une relation directe entre les cas mortels de thrombose et les vaccinations avec ce produit.

Il existe encore nombre de personnes vulnérables, âgées ou non, qui veulent, sans y parvenir, se faire vacciner, faute de vaccins disponibles. Doctolib annonce toujours que la population citée ci-dessus ne peut plus se faire vacciner. Cela concerne les 50/74 ans avec co-morbidités ou les membres et soignants du secteur santé ou médico-social de moins de 65 ans. En revanche, Jean Castex, 55 ans, va se faire vacciner aujourd'hui pour montrer l'exemple. Voilà, voilà…

Donc, voici le résumé de son intervention : Mise en place d'un confinement 7/7 allégé pour 16 départements (* liste in fine) dans la nuit de vendredi 19 à samedi 20, concernant le tiers des français.

Il s'agit du concept "freiner sans enfermer" qui me paraît un peu compliqué. Pas question de nier les risques sanitaires, face à la 3ème vague qui commence juste à déferler, mais vu la mentalité dans certaines cités d'Ile-de-France et avec une majorité des gens qui ont annoncé la couleur, à savoir ne pas respecter le confinement, j'ai les plus grosses craintes face à la réussite d'une telle opération.

Détail des mesures phares :

1 - Point positif : sur tout le territoire, le début du couvre-feu passe de 18h00 à 19h00, pour tenir compte du passage à l'heure d'été.

2 - L'ensemble des mesures entre en vigueur pour une durée de 4 semaines au moins.

3 - Les écoles et collèges restent ouverts, tandis que les lycées ont une demi-jauge imposée.

4 - Seuls les commerces de première nécessité restent ouverts : alimentaire, buralistes, librairies, garagistes et disquaires.

5 - Les déplacements sont autorisés dans un rayon de 10 km autour du domicile sans limitation de durée, mais avec attestation.

6 - La population des régions confinées a l'interdiction de se déplacer d'une région à une autre.

C'est déjà fini ? C'était pourtant simple. On se demande si la conférence de presse aussi confuse était vraiment nécessaire. On a pu voir un premier sinistre visiblement perdu, qui a tourné en rond devant la caméra, cherchant la sortie, juste après avoir pris congé. Je veux bien admettre que la tâche est ardue, mais la majorité du peuple français n'a rien compris et il a fallu y revenir point par point avec attention, car à la fin de ses phrases alambiquées à rallonge, on ne se souvenait plus du début.

C'est un peu égoïste, mais on pourrait penser que dans ls régions non concernées, jusqu'ici, tout va bien ?

Vous avez vu la photo ci-dessous ? Castex, finalement, c'est Dupontel avec des lunettes...

* 2 régions et trois départements : 02 Aisne, 06 Alpes-Maritimes, 27 Eure, 59 Nord, 60 Oise, 62 Pas de Calais, 75 Paris, 76 Seine Maritime, 77 Seine-et-Marne, 78 Yvelines, 80 Somme, 91 Essonne, 92 Hauts de Seine, 93 Seine St Denis, 94 Val de Marne, 95 Val d'Oise.

Partager cet article

Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 08:00

Bruxelles a commandé plus de 300 millions de doses pour le premier semestre 2021, du vaccin Astra Zeneca, développé par le groupe pharmaceutique anglo-suédois. Ce dernier ne livrera à l'Europe que 100 millions de doses au premier semestre, contre les 300 millions prévues initialement.

Décidément, c'est une histoire compliquée entre Bruxelles et Astra Zeneca. Le laboratoire anglo-suédois a une nouvelle fois annoncé une réduction des livraisons de doses promises de la manière suivante : "Astra Zeneca est au regret d'annoncer une baisse des livraisons de vaccins contre le Covid-19, malgré son travail sans relâche pour accélérer l'approvisionnement". Boum. Fermez le ban.

Le nombre de doses trimestrielles serait ramené à 30 millions à fin mars, contre 120 millions annoncés le mois dernier, ce qui est de fort mauvais augure pour la suite de la vaccination printanière.

Ceci dit, comme ce vaccin figure parmi les plus controversés et que les effets secondaires sévères ont conduit certains pays à suspendre son utilisation, c'est peut-être un réajustement technique. On ne nous dit pas tout.

Par ailleurs, des données basées sur des projections montrent qu'Astra Zeneca ne sera en mesure de fournir un total que de 70 millions de doses sur les 180 millions promises au 2ème trimestre, tandis que les flacons de Pfizer/BioNTech et Moderna, promis, arriveront en temps et en heure.

Après, va arriver celui de chez Johnson&Johnson, qu'on nous présente comme la 8ème merveille du monde… hum. La haute autorité de santé (HAS) l'a autorisé vendredi dernier pour la France.

Quelles sont ses caractéristiques ? Quand sera-t-il disponible ? Pour qui est-il recommandé ? Allez, on fait le point.

C'est le 4ème sérum disponible pour lutter contre le Covid-19 en France, mais le 1er avec un schéma vaccinal à une dose. Il est recommandé de l'utiliser en priorité dans les zones où l'épidémie est particulièrement active. A l'heure où la France peine à tenir la cadence en matière de vaccination, ce vaccin suscite des espoirs mais aussi des questions.

- Quelles sont ses particularités ?

C'est un vaccin unidose appelé "Janssen Covid-19", qui peut être stocké à des températures de réfrigérateur, tandis que les précédents (Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca/Oxford) nécessitent, eux, une seconde injection. Il reste stable à une température entre 2 et 8 degrés, ce qui aidera à faciliter une mise en œuvre à grande échelle dans le monde. Utilisant un virus peu virulent transformé, pour y ajouter des instructions génétiques du Covid-19, il donnerait une réponse très convenable en termes d'anticorps.

- Quelle efficacité et quels éventuels effets secondaires ?

Ce vaccin à vecteur viral serait efficace à 85% contre les formes graves et à 66% en général, selon les résultats de l'essai clinique (40.000 personnes). Les essais ont également conclu à une efficacité d'environ 70% pour les formes asymptomatiques de la maladie. Connaissant l'efficacité du vaccin sur les variants, cette protection serait de 85% pour les formes graves, et même de 100%, sous réserves, contre l'hospitalisation et la mort, aucun cas n'ayant été constaté pendant les essais. Les effets secondaires les plus fréquemment observés sont une douleur à l'endroit de l'injection, des maux de tête, de la fatigue et des douleurs musculaires.

- Pour qui est-il recommandé ?

Ce vaccin à injection unique pourrait être utilisé à partir de 18 ans, jusqu'aux personnes âgées de 65 ans et plus. Compte tenu de sa simplicité d'utilisation (flacons multi doses prêts à l'emploi et conservation jusqu'à 3 mois en réfrigérateur), ce vaccin pourrait être utilisé dans les zones géographiques difficiles, où l'épidémie est particulièrement active. Bref, il ne serait pas forcément pour le vacciné lambda, du moins au début.

- Quand sera-t-il disponible ?

Les premières doses ne devraient pas être livrées au mieux avant fin avril, à cause de la réticence des Etats-Unis à exporter des doses hors de leur pays, ce qui explique le problème d'approvisionnement de l'Europe.

En résumé, l'AstraZaneca est controversé et plusieurs pays ont suspendu son utilisation, le Janssen serait fort intéressant et pratique, à condition d'en avoir et que les ricains daignent nous en envoyer un peu.

Quant aux autres, ils ne sont pas disponibles et le site Doctolib m'annonce tous les jours qu'il n'y a plus aucun créneau ni vaccin disponible avant un mois ou plus, malgré mon âge et mes pathologies de comorbidité. C'est comme ça pour tous les 50-74 ans. Bref, jusqu'ici, tout va bien.

NOTA : Liste des pays ayant pris des mesures (mise à jour du 16 mars).

Suspension de la campagne de vaccination (13) : Danemark, Norvège, Islande, Bulgarie, Irlande, Pays-Bas, Espagne, Portugal, Slovénie, Allemagne, France, Luxembourg, Italie.

Retrait de lots de vaccins douteux (5) : Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie, Autriche.

Report de la campagne de vaccination (3) : Thaïlande, République du Congo, Indonésie.

 

Partager cet article

Repost0
1 mars 2021 1 01 /03 /mars /2021 08:00

La photo ci-dessus est éloquente, elle a été prise hier à Paris, sur les quais de Seine. On peut y constater que c'est à peu près la "fête du slip" et que personne ou presque ne respecte les précautions sanitaires de port du masque et de distanciation. A tel point qu'à Paris, les forces de l'ordre ont du évacuer les quais de Seine pris d’assaut par les Franciliens, et qu'à Toulouse, ils n'ont pu mener à bien la même mission, à cause d'échauffourées avec des dizaines de "jeunes", réfractaires au port du masque et aux gestes barrières. Comment voulez-vous qu'on y arrive ?

La vaccination, me direz-vous ? Il faudrait encore que cela soit possible. Tous les jours, je me connecte au site de prise de rendez-vous en ligne, et mon centre de vaccination me donner toujours la même info : En raison de stocks limités et d'une forte demande, ce centre n'a plus de disponibilités. Réessayez ultérieurement ou cherchez un autre centre. C'est inutile, tous les centres délivrent le même message. A ce sujet, il me revient le souvenir d'un jeune avec qui j'ai essayé d'échanger sur le sujet et qui a mis fin brutalement à la conversation en argumentant qu'il ne souhaitait pas discuter avec quelqu'un qui, statistiquement parlant, serait décédé bien avant lui… Outre que c'est assez méchant, cela reflète quand même bien ce que certains (rares heureusement) jeunes pensent de leur aînés…

Ce week-end, les franciliens, les toulousains et bien d'autres, sauf évidemment à Nice et Dunkerque (qui véhiculaient quand même leur lot de récalcitrants) se sont laissés porter par le soleil et ont décidé de sortir prendre l’air. Dans ce dernier soupir de liberté, les forces de l'ordre ont dû intervenir pour limiter les entrées, puis faire évacuer les lieux.

La région Île-de-France est en surveillance renforcée depuis le 25 février et la rumeur d’un confinement strict ne cesse de circuler. Nombreux sont donc ceux qui ont profité du beau temps du week-end pour sortir entre amis ou en famille, à en juger par les nombreuses photos postées sur les réseaux sociaux et montrant le j'men foutisme ambiant. Les groupes se sont installés sur les quais, beaucoup sans respecter les gestes barrières et les forces de l'ordre ont dû fermer l'accès aux quais en milieu d'après-midi, avant de disperser les foules.

Après les berges de la Garonne à Toulouse où il était impossible d'évacuer tous les badauds dans le calme, les quais de Seine vont-ils être fermés à Paris ? Une opération d'évacuation a été menée en fin de journée et il est possible qu'ils soient fermés avant un éventuel reconfinement, si reconfinement il y a. Malgré les dénégations de nos deux croque-morts en chef et malgré l'avis de Jupiter, les chiffres sont ce qu'ils sont, et on risque bien d'y avoir droit, au moins localement. Où sont-ils, ceux de l'exécutif qui assuraient il y a peu qu'un confinement de moins de 3 ou 4 semaines de ne servait à rien, mais qui décident de touches ponctuelles du week-end ? Après que de nombreuses personnes se soient réunies sur les quais sans respecter les gestes barrières, il a été décidé de fermer l'accès aux quais pendant deux semaines sur la Garonne. Dans l'attente de plus strict, ce genre de décision est appelée à se généraliser sur le territoire national. C'est bête, il faisait si beau…

Pour le moment, aucune annonce n'a été publiée. Alors que l’idée d’instaurer un confinement local de trois semaines dans la capitale avait été évoquée par des élus parisiens (avant d'être finalement écartée), des mesures complémentaires sont attendues. Celle de fermer les quais pourrait donc être prise suite aux scènes de cohue et même de bagarres qui se sont produites en bord de Seine, samedi, et qui se sont reproduites à l'identique le lendemain. La police a empêché l'accès aux quais à certains endroits et les a fait évacuer, mais dans d'autres endroits, c'était encore "trompettes et confetti" jusqu'au crépuscule.

Ben voyons, il fait beau, tout va bien, on vire le masque et on fait la fête… Sauf que ça ne marche pas comme ça, même si jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
20 février 2021 6 20 /02 /février /2021 08:00

Des membres du conseil scientifique plaident pour "l'auto-confinement" des personnes âgées. Cinq de ses membres, et non des moindres, sont en effet pour la mise en place d'un "contrat social" entre les générations, juste pour éviter un nouveau confinement en France. Dans ce contrat, les personnes âgées et fragiles devraient accepter de s'auto-confiner pour une durée indéfinie.

De qui se moque-t-on ?

Ce sont les "vieux" qui organisent des rave-parties à 200 personnes ?

Ce sont les "vieux" qui se promènent sans masque, au mieux sous le menton, y compris dans les lieux fermés ?

Ce sont les "vieux" qui bravent le couvre-feu pour aller faire la fête ou partir en vacances au mépris de toutes les règles de distanciations sanitaires ?

J'ai d'ailleurs entendu ce matin à la radio, des témoignages de "jeunes" tout fiers de jouer les rebelles, de faire fi du couvre-feu, un jeune homme déclarant au micro du journaliste qu'il avait "bien eu les flics", et une jeune parisienne expliquant avoir fait une attestation bidon pour aller aux obsèques de sa mère, soi-disant décédée à Trouville sur mer.  Par chance, la brave dame n'habite pas Trouville et n'est pas décédée, mais sur le plan de la morale, on ne peut que trouver ça "moyen"…

Dans une revue médicale réputée, on nous annonce sans rire, l'intention d'une "nouvelle approche" basée sur "un contrat social clair et transparent" entre les générations, car le Covid-19 est là pour durer.

Selon ces cinq membres du conseil scientifique français, dont son président, le contesté professeur Delfraissy, la fin de cette crise sanitaire mondiale sera continuellement repoussée "sine die" puisque de nouveaux variants émergeront sans cesse, rendant, selon eux, les vaccins peu efficaces.

Il faudrait donc trouver une nouvelle approche passant par la mise en place d'un contrat social qui se baserait sur l'acceptation des jeunes générations à vivre avec les mesures de prévention (masques et distance physique). En contrepartie, les personnes plus âgées et vulnérables seraient contraintes de s'auto-isoler, ad vitam aeternam, afin de réduire leur risque d'infection. Ces "scientifiques" arguent du fait qu'il n'est plus possible d'utiliser une succession de confinements généralisés comme réponse au Covid-19. Considéré comme une mesure par défaut, il ne devrait plus mis en œuvre qu'en dernier recours.

Mon médecin m'a d'ailleurs proposé le vaccin Astra Zaneca, tout en me précisant qu'il ne me protégerait probablement pas contre grand-chose, mais qu'il n'y avait que ça…

Venant juste de lire dans la salle d'attente un article sur les 25% d'effets secondaires constatés avec ce laboratoire, je lui ai dit ma réticence. Réponse : les effets secondaires, on sait les soigner… Ben voyons… J'ai donc décliné son offre et j'attends que les places en centres ré-ouvrent pour préférer le Pfizer ou le Moderna, peut-être en mars, peut-être en avril, on verra bien… ou pas ? Et si vous attrapez le virus, a-t-il continué ? Et bien si c'est mon destin, je n'aurais plus qu'à crever. Il m'a alors rétorqué que j'avais raison et que la mort n'était pas un problème en elle-même. Il est rigolo, mon médecin référent, vous ne trouvez pas ?

Revenons à notre auto-confinement à vie… Comme les populations jeunes ne coopèreront plus à la longue et qu'elles sont à faible risque (SIC), et attendu que les "vieux" ne gueuleront pas et ne servent plus à grand-chose (oui, là j'exagère, mais pas tant que ça)… on nous explique que ce type d'argument a été communiqué au gouvernement français, pour guider sa politique de lutte contre la pandémie.

Ayant rarement entendu un tel ramassis de conneries déblatérées avec l'accent de la vérité, je me demande si je ne vais pas aller me suicider tout de suite ? Quelle différence avec les sociétés de certains pays, notamment asiatiques, où les personnes plus âgées sont quand même un peu plus respectées… heureusement que jusqu'ici, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2021 5 22 /01 /janvier /2021 08:00

Se rangeant derrière l'avis du haut conseil de santé publique, le croque-mort en second (Olivier Véran, ministre de la santé) a donc confirmé les recommandations du Haut conseil de santé concernant l'utilisation des masques en tissu, jugés désormais insuffisamment filtrants face à l'apparition de nouveaux virus mutants (mon logiciel ne connaît pas le mot "variant"), plus contagieux.

Changement de cap en France. Je me souviens encore de ces appels à voltaires où on voyait des centaines de coutières admirables, qui œuvraient pour confectionner des masques alternatifs pour leur prochain. Ces masques fabriqués de façon artisanale par les couturières bénévoles, visaient à protéger la population, en complément des indispensables gestes barrières. On nous expliquait qu'ils répondaient aux normes AFNOR et aujourd'hui on nous dit qu'ils sont bons à jeter aux orties. Ne faudrait-il pas d'abord réprimer un peu plus toutes ces nombreuses personnes qui se baladent sans masque dans l'espace public, parkings, ascenseurs, superettes de quartier, etc. ?

A lieu de ça, l'exécutif n'exclut plus la piste d'un 3ème confinement, et s'est rangé derrière le haut conseil de santé publique. Il faut désormais porter, à partir de samedi (le virus est au courant de la date) soit un masque chirurgical, soit un masque en tissu à la norme NS1, par décret qui sera officialisé ce jour.

Cette décision s'inscrit alors que ces dernières semaines, plusieurs mutants du Covid-19 ont fait leur apparition dans le monde. Alors quoi ? A l'instar des gants de moto homologués ou non, les flics vont-ils venir tirer sur notre masque pour vérifier que l'étiquette est la bonne ? De qui se moque-t-on ?

De nous, sans nul doute, avec notamment cette photo de François Bayrou, sans masque, dans une salle de l'aéroport d'Orly. Il est vrai que le haut commissaire au plan (je n'ai toujours pas compris) et maire de Pau est un adepte du "faites de ce que je dis, ne faites pas ce que je fais". Interrogé sur cet incivisme flagrant, François Bayrou reconnaît avoir oublié de mettre son masque, mercredi matin, avant d'embarquer. Il répète à l'envi son excuse bateau : "j’étais à plusieurs mètres des autres passagers, c'est un oubli". Le maire de Pau va jusqu'à préciser sur les réseaux qu'il venait de traverser des heures pénibles après la perte de son bras droit, Marielle de Sarnez. Je ne vois pas bien le rapport. Plus gênant, la femme qui a pris la photo à son insu serait ensuite allée, avec d'autres personnes, lui demander de se masquer, ce qui n'aurait été suivi d'aucun effet.

Désormais, seuls trois types de masques devront donc être portés dans l'espace public, même s'il sera difficile de s'assurer en pratique du respect de cette consigne. Il circule en effet des nombreuses copies chinoises pas chères de masques chirurgicaux (avec une face bleue et une face blanche), difficile de séparer le bon grain de l'ivraie et de reconnaître les FFP2 (les plus protecteurs) et les masques en tissu industriels de catégorie 1.

Dans ses recommandations, le HCSP préconise également d'augmenter la distance de sécurité nécessaire pour être considéré cas contact par l'assurance maladie, en cas de non-port du masque : elle passerait de 1 à 2 mètres.

Là encore, quand on voit les galeries marchandes, les files d'attente à la caisse du supermarché et les transports en commun, et les manifestations irresponsables des antimasques, de qui se moque-t-on ? Heureusement, jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
18 janvier 2021 1 18 /01 /janvier /2021 08:00

Que nenni ! Le tourisme est définitivement mort. 2021 restera comme dans les annales comme celle de la fin du tourisme international, tel que nous l’avons connu et vécu au cours des 50 dernières années. La nature ayant horreur du vide, une autre forme, peut-être virtuelle, ressurgira peut-être… ou pas.

Le naufrage du tourisme était inéluctable, et avec lui celui de millions d'emplois qui vont se retrouver en cale-sèche. Une stricte limitation des déplacements s’impose pour ralentir l’épidémie dans le monde, du fait de la circulation très active des variants du Covid-19. Non, ce n'est pas une nouvelle directive de notre cher gouvernement, mais juste une épitaphe, avec le coup d’arrêt porté aux voyages internationaux, face au risque sanitaire et à la folle cavalcade des variants (tiens, on ne dit plus mutants) ?

On était tombé tellement bas, pensait-on, qu’on ne pouvait que remonter. C'est raté, il y avait un niveau caché, un niveau dont on ne revient pas, car il n’y a pas d’issue dans une impasse. Du gris et de ses 50 nuances, l’industrie du tourisme a carrément basculé dans le black out, avec l'annulation des dernières réservations glanées en fin d’année 2020.

Le début de 2021 pouvait laisser espérer une reprise progressive, ce sera non. Le quai d'Orsay déconseille formellement de voyager en Europe pour des activités de loisirs. Cette décision sortie du chapeau a pris de court les professionnels, à tel point que certains se demandent si le conseil scientifique n'a pas pris le pouvoir à l'Elysée ? Les questions ne manqueront pas.

Pourquoi s’auto infliger des règles qui ne concernent que la France ?

Que va-t-on faire pour les voyages déjà réservés et qui ne manqueront pas d’être annulés ?

Qui règlera la note des tests PCR à destination ?

Les voyages professionnels sont-ils aussi interdits ?

Qui contrôlera les personnes en quarantaine obligatoire et la suite du processus sanitaire ?

Toutes ces interrogations sont aujourd’hui noyées dans le flou artistique habituel de la communication gouvernementale.

La mise en place d'un arsenal dissuasif va tuer à coup sûr l’industrie du voyage mais n’empêchera nullement le virus de traverser les frontières, car il paraît qu'il voyage sans passeport. La mesure est d’autant plus dissuasive qu’elle est prise "jusqu’à nouvel ordre". Comment gérer une telle situation pour les voyagistes ? C’est sans compter l’organisation logistique qu’il va falloir préparer à l’arrivée.

Bref, c’est un vrai sale coup porté à l’industrie du voyage, probablement fatal. Ce secteur glisse dans un tourbillon abyssal plus violent que la crise de la sidérurgie des années 70, car c'est plus de 8% du PIB et plusieurs millions d’emplois qui sont en jeu. Une alternative a été recherchée avec le tourisme franco-français, mais en vain, frappé qu'il est par ces mesures, par les remontées mécaniques qui ne remontent plus personne et par les voyages dans les Dom-Tom qui vont devenir de plus en plus… compliqués, pour ne pas dire plus.

On n'avait pas besoin de ça, alors qu'on nous annonce une dette supérieure à 120% qui ne devrait pas, selon les prévisions les plus optimistes, repasser sous la barre des 100% avant au mieux une vingtaine d'années. Je ne serai plus là pour le voir, mais heureusement, jusqu'ici tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 09:00

"Y a des jours où il ne faudrait pas mourir"…

Ce matin j'ai une pensée pour deux grands sportifs qui viennent de nous quitter. Pas de chance pour eux, ils sont partis à peu près en même temps que "Diego", qui, s'il est "libre dans sa tête", monopolise toute l'actualité mortuaire, voire toute l'actualité tout court.

Christophe Dominici et Jacques Secrétin sont donc partis assez discrètement et pourtant… Le premier est juste une légende du rugby, sport cher à mon cœur, et le second est juste une gloire du sport en tennis de table.

Pour le premier, la perte de sa sœur dans un accident, à 14 ans, le hantera toute sa vie, car il évoquait souvent cet impact. D'abord voué à une carrière de footballeur, il recouvre la raison et s'engage dans le rugby à 17 ans. A 21 ans, il entre en jeu à Toulon comme ailier, puis rejoindra le stade français, avec le succès et la carrière admirable que l'on sait.

Cet international français de rugby à XV, ailier, a remporté 5 fois le championnat de France, gagné 4 tournois des 5 puis des 6 nations dont 2 grands chelems. Il a aussi été finaliste de la coupe du monde 1999, après une demi-finale d'anthologie contre la Nouvelle-Zélande. Le fameux essai marqué par ce petit ailier bleu devant les diables noirs et qui restera dans l'histoire, c'est lui !

Après sa retraite sportive, il deviendra entraîneur du club, puis actionnaire, ne quittant ainsi pas le terrain. En 2016, il rate de peu l'élection au comité directeur de la fédération française de rugby et échoit en 2020 sur un projet de rachat de l'AS Béziers.

Je veux rendre un hommage à ce grand joueur de rugby, petit par la taille, mais titan sur le terrain, qui a sauté d’un parapet en béton de 20 mètres de haut, le long de l'autoroute A13, au parc de Saint Cloud (92). Ne l'oublions jamais.

A côté de Christophe, ayons aussi une pensée pour Jacques Secrétin qui nous a quittés à l'âge de 71 ans.

C'est juste le pongiste (tennis de table) français le plus titré. Gaucher, Jacques commence la compétition à l'âge de 8 ans et sera appelé pour la première fois en équipe de France à l'âge de 13 ans. Il sera n°2 mondial en 1976, et récoltera 495 sélections en équipe de France, de nombreuses médailles aux championnats du monde et 237 médailles à l'étranger : 117 d'or, 43 d'argent, et 77 de bronze.

Champion de France à 61 reprises, il continuera toute sa vie à pratiquer le tennis de table et sera élu meilleur pongiste français du siècle. Chevalier de la légion d’honneur et de l'ordre national du mérite, il a été élu "gloire du sport" en 2006, excusez du peu.

Alors oui, je veux bien que Diego fasse la une de l'actualité qu'il monopolise, puisqu'il ne se passera plus rien d'autre jusqu'à ses obsèques, mais je suis un peu chagriné que le décès de nos deux sportifs admirables, gloires nationales, passent presque inaperçus et aient été relégués au second plan par les médias.

Bien sur, ils n'étaient pas footballeurs comme Diego Armando. La controverse le dit tricheur (la main de Dieu) et violent (supporters et joueurs parfois rudoyés). Les faits le révèlent dépendant à la cocaïne, et ses liens avec la mafia locale sont légendaires.

Ceci dit, ces errements n'enlèvent rien aux qualités du footballeur fabuleux qu'il a été. Maradona a brûlé la vie par les deux bouts et il avait une santé précaire. Dans sa récente période post-opératoire, un syndrome d'abstinence, en lien avec sa consommation d'alcool et de médicaments l'a rattrapé. Quelle ironie. Puisse-t-il reposer en paix.

Malgré l'émotion suscitée par le décès de Maradona, j'ai voulu mettre à l'honneur Dominici et Secretin, vraies gloires du sport nationales. Leur départ de ce monde n'a pas eu dans les médias la place qu'ils méritaient tous deux amplement, alors puissent-ils être honorés. Ah, ces journalistes, tout de même… heureusement que jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Solexine le Catalan !
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • La pass est parti pour durer plus longtemps qu'on ne pense…
    Le conseil des ministres a examiné un projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire jusqu'au 31 juillet 2022, et de la période transitoire de sortie d'état d'urgence sanitaire. Ces dispositions visent à faire face à une éventuelle recrudescence...
  • Les incroyables obsèques de Bernard Tapie.
    Plusieurs événements retransmis parfois en direct à la télévision, ont été programmés pour saluer une dernière fois le "boss" avant son inhumation. Les chaînes de télévision ont bousculé leurs programmes pour passer des documentaires ou des séries avec...
  • Qui lance un œuf, lance un bœuf !
    (et qui lance un bœuf est vachement costaud)… L'auteur du jet d’un œuf sur Macron a été hospitalisé en établissement psychiatrique. Normal, ce pauvre garçon (le lanceur) n'a même pas réussi à casser l'œuf. Il devait donc être anémique et avait besoin...
  • Le président Carles Puigdemont a été arbitrairement arrêté en Sardaigne.
    L ’ex président Catalan Carles Puigdemont va comparaître devant un juge en Italie. Aujourd'hui député européen, il a été arrêté jeudi soir, dès son arrivée en Sardaigne, à la descente de l'avion. En 2018, il avait déjà été arrêté quelques jours, en Allemagne,...
  • Obligation vaccinale : que risquent les professionnels réfractaires ?
    C'est la fin des deux mois de sursis accordés depuis l'annonce présidentielle du 12 juillet dernier. L'obligation vaccinale entre en vigueur aujourd'hui, 15 septembre, pour plusieurs corps de métiers. Les salariés des hôpitaux et des EHPAD, les soignants,...
  • La France rend un hommage national à Jean-Paul Belmondo aux Invalides
    La cérémonie, à la fois solennelle et populaire, débutera jeudi à 16 h 30, dans la cour des Invalides, par un éloge funèbre du président. Notre Bébel national étant un symbole éclatant de la France sous les 30 glorieuses, il sera difficile de ne pas voir...
  • Les vacances sont finies, mais pas les soucis...
    Hello les amis, je suis de retour… Hélas, après les vacances, le virus galope toujours. Pire : en villégiature, j'ai pu constater des comportements étranges… qui ne vont rien arranger. Dans une sous-préfecture de la côte Aquitaine, force est de constater...

Pages

Catégories