Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2020 3 09 /12 /décembre /2020 08:00

Le déconfinement, oui mais…

Le déconfinement prévu le 15 décembre n'est pas remis en cause malgré les chiffres du Covid-19, mais on évoque un couvre-feu mis en place à 17h, et non pas 21h, ainsi qu'une soirée du Nouvel An compromise.
En revanche, il ne serait pas question d'empêcher les gens de se réunir en famille à Noël, mais la soirée du Nouvel An pourrait être compromise. Les autorités sanitaires réfléchiraient à l'idée de mettre en place une attestation dérogatoire ce soir-là, afin d'éviter les rassemblements.


Le directeur général de la santé Jérôme Salomon a prévenu que l'objectif des 5000 nouveaux cas par jour, ne sera probablement pas atteint, d'où mesures drastiques envisageables. Ce gars me fatigue un peu… car il nous assène tous les soirs des nouvelles qui mettraient le bourdon à un régiment de tirailleurs sénégalais. Pensez un peu, rien n'a été prévu pour que nous puissions nous faire rembourser la bûche de noël par la sécu !

Dans certains départements, l'épidémie repart même à la hausse, et on suppose que cela remettra en cause le déconfinement, et donc peut-être les fêtes de Noël ? 
La question devrait être tranchée lors d'un nouveau conseil de défense prévu aujourd'hui, avant la désormais légendaire conférence de presse du jeudi du gouvernement. On nous prépare des décisions cohérentes et constantes à prendre, même si elles risquent de ne pas être très populaires. 

Le déconfinement n'est pour le moment pas remis en cause, mais l'attestation pourrait être conservée après le 15 décembre, afin que sortir de chez soi reste une exception. Un couvre-feu à 17 heures est également à l'étude, afin de limiter les flux de personnes. Les fêtes auront cette année un curieux visage, même si jusqu'ici, tout va bien…


 
 

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2020 2 08 /12 /décembre /2020 07:00

Jugement de Salomon : vous allez tous mourir !

 

Non, j'exagère, le professeur Salomon, malgré sa voix monocorde et sa parfaite diction, n'a pas dit çà, mais il a quand même prévenu que la saison hivernale serait très difficile.

Lors de sa conférence de presse, le directeur général de la Santé a énuméré les facteurs aggravants qui font des fêtes de fin d'année une période à haut risque pour la propagation de la maladie. En clair, l'exécutif nous prépare à passer un noël de (bip), seuls ou au mieux avec le strict noyau familial du domicile. C'est ainsi que Jérôme Salomon a tenu à prévenir les Français à l'approche des fêtes de fin d'année. D'après lui, le Covid-19 va continuer à circuler activement au cours des prochains mois.

C'est vrai qu'il fait froid et humide et que nous vivons donc davantage à l'intérieur. Les conditions d'humidité et de température sont idéales pour la propagation des virus à transmission respiratoire. Le DGS a ensuite, comme si ça ne suffisait pas, émis des craintes importantes à l'aune de ce qu'il s'est produit aux États-Unis et au Canada après les fêtes de Thanksgiving. Là-bas, cette fête est presque plus importante que Noël et génère d'importants déplacements de population. Le DGS a rapporté une hausse exponentielle du nombre de cas de Covid-19, avec les contaminations intrafamiliales. Le même phénomène pourrait se multiplier en France à Noël, puis au Nouvel An, a prévenu Jérôme Salomon.

Toujours sur le même ton neutre, il a passé ce qu'il appelle un "message très clair de prévention", et appelle à la prudence. Il a fait un appel au bon sens, mais de là à imaginer que les gaulois indisciplinés vont continuer à faire comme si… C'est bien connu, la Covid-19 n'est qu'un gripette et le virus, c'est pour les autres.

Jamais un Noël n'aura été si catastrophique. Pour en ajouter un peu, un groupement de commerçants appelle à passer les fêtes sans les achats sur Internet. Ils rêvent un peu car ça ne se passera pas comme ça. Les confinés vont s'apercevoir qu'on peut acheter exactement les mêmes articles chinois que dans sa boutique locale, pour une somme allant de 3 à 10 fois moins cher. La solidarité avec les petits commerçants à ses limites, surtout en cette période de vaches maigres et d'incertitude économique.

La pétition virtuelle a même été adressée en copie au père noël (si si !), et appelle à boycotter les achats sur les sites marchands, tout en réaffirmant la nécessité d’un commerce de proximité. Cette missive présente hélas des termes un peu trop corporatistes et vindicatifs. Les commerçants ont eu leur époque dorée, mais ils vivent maintenant des moments très noirs. Le confinement nous a obligés à recourir, plus que d’habitude, à des commandes en ligne, et une fois que l'habitude est prise et les avantages pesés… la pétition appelant à punir "les brigands du numérique" risque fort de rester un vœu pieux. Mais nous ne sommes pas encore le 15 décembre et jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2020 1 07 /12 /décembre /2020 07:00

Les objectifs sanitaires fixés sont-ils possibles à atteindre d'ici le 15 décembre ?

On nous l'a bien expliqué : Il faut descendre en dessous de la courbe des 5000 cas de contamination par jour et en dessous des 3000 patients en réanimation, pour procéder au déconfinement. À quelques jours de la date fatidique, est-ce jouable ?

Le confinement doit être remplacé par un couvre-feu à cette date, mais les indicateurs devront être auparavant repassés au vert. Les deux conditions obligatoires telles qu'on nous les a présentées le 24 novembre dernier, ont évolué : le déconfinement resterait possible si la tendance actuelle se poursuivait.

C'est une moyenne sur une semaine qui sera calculée, à cause des chiffres actuels en dents de scie. On est toutefois un peu loin des 5000 cas, quelle que soit la méthode de calcul. Il se murmure que l'exécutif envisagerait de réévaluer la barre des 5000, pour déconfiner quand même le 15 décembre.

Il faudrait que la baisse des chiffres soit plus significative, ce qui risque d'être juste pour le 15 décembre, alors que les prévisions visaient un résultat avant cette date. Enfin, vous savez ce que c'est : "les chiffres, on leur fait dire ce qu'on veut".

En ce qui concerne la seconde condition, les chiffres sont un peu plus significatifs. Atteindre l'objectif fixé de 3000 patients en réanimation n'est pas une utopie. Il faut tout de même considérer les chiffres avec une nouvelle variable : l'allègement du confinement, les transports de personnes et les comportements bien peu civiques qui se généralisent pourraient conduire à une augmentation de la transmission du virus. Les prochains jours seront décisifs.

Avec les caractéristiques combinées du virus et de l'indiscipline gauloise, toute politique sanitaire s'apparente à la conduite sur route verglacée. Il ne restera plus, dans la plus pure tradition enarque, qu'à inventer une caricature de règle sous une forme quasi mathématique pour faire sérieux.

Arriver à ce stade incohérent sans trop se poser de questions en dit long sur l'état de notre société, sans que cela ne soit au final très grave, car jusqu'ici, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
6 décembre 2020 7 06 /12 /décembre /2020 10:00

Faut-il reporter Noël ?

Il est en ce moment des journalistes qui se demandent s'il faut annuler Noël (carrément ?) ou au mieux le reporter, au vu de la situation sanitaire actuelle. Les professionnels sont divisés et les internautes n'ont pas manqué de réagir.

Doit-on annuler ou au mieux reporter et/ou limiter les fêtes de fin d'année ? C'est bien ce que préconisent de nombreux médecins face à l'évolution de la crise sanitaire. Si le but premier du second confinement était de réduire les contaminations et d'éviter la surcharge des hôpitaux, il avait également pour objectif de "sauver Noël" et permettre aux Français de profiter des fêtes de fin d'année, comme à leur habitude. Ce ne sera pas le cas. Elles pourront se tenir, mais ne pourront se faire qu'en petit comité, et sous couvre-feu.

Il est en ce moment des journalistes qui se demandent s'il faut annuler Noël (carrément ?) ou au mieux le reporter, au vu de la situation sanitaire actuelle. Les professionnels sont divisés et les internautes n'ont pas manqué de réagir.

Doit-on annuler ou au mieux reporter et/ou limiter les fêtes de fin d'année ? C'est bien ce que préconisent de nombreux médecins face à l'évolution de la crise sanitaire. Si le but premier du second confinement était de réduire les contaminations et d'éviter la surcharge des hôpitaux, il avait également pour objectif de "sauver Noël" et permettre aux Français de profiter des fêtes de fin d'année, comme à leur habitude. Ce ne sera pas le cas. Elles pourront se tenir, mais ne pourront se faire qu'en petit comité, et sous couvre-feu.

Pour certains, qui ne font pas dans la demi-mesure, il faut annuler Noël, point barre. Il est vrai que ce ne peut pas être un Noël de réunions familiales avec plusieurs générations, car en ce cas, on nous prédit une troisième vague. On nous demandera donc de ne pas circuler pour Noël qui sera un Noël "chacun de son côté". Triste. La majorité des professionnels est cependant radicalement opposée à une annulation ou un report des fêtes, et sur les réseaux sociaux, les internautes ont massivement appelé à la responsabilisation des français. D'autres s'inquiètent de déjà ce qui est prévu pour le 31 décembre, encore plus propice à faire la fête, entre amis. C'est donc à chaque famille de prendre ses responsabilités et de se protéger, voire d'évaluer si fêter Noël est nécessaire ou non.

Alors à quoi sert noël ? Noël sert à rappeler à ceux qui sont seuls, qu’ils sont seuls, Noël sert à rappeler à ceux qui n’ont pas d’argent, qu’ils n’ont pas d’argent, et à ceux qui ne s'entendent pas avec leur famille, qu'ils ne s'entendent pas avec leur famille.

Cette histoire des 6 personnes maxi et de Papi-Mamie dans la cuisine tombe à pic pour ceux qui au final, ne souhaitent pas fêter Noël avec des gens qui font semblant de s’entendre. J'ai même lu que pour certains, Noël est juste un rendez-vous de grands sentiments aussi bidons que dégoulinants, et une fête pendant laquelle on bouffe trop, on boit trop et on s'engueule. C'est un peu réducteur, mais si la majorité des français ne souhaite pas vivre la solitude en période de fêtes, d'autres, de plus en plus nombreux, choisissent d’ignorer sciemment Noël, en partie pour ne pas revoir ceux, famille ou connaissances, qu'ils ont évités tout le reste de l’année.

Le 26 décembre au matin, que restera-t-il ? Comme chaque fois, Noël est venu , Noël est reparti... avec la fameuse magie de Noël qu'on essaie de créer surtout pour les enfants, avec les décorations et les cadeaux, mais y arrive-t-on vraiment ? Noël, comme les autres fêtes de l'année, est imprévisible, avec ses petits miracles auxquels on ne s'attendait pas, ainsi que ceux qu'on aurait aimés mais qui ne se sont pas passés. Comme le recommande un panneau devant l'église du quartier : simplifiez Noël et gardez le Christ au centre, pour ne pas être déçus. Pourquoi pas ?

On aura donc une pensée pour ceux qui vivront un Noël affalés sur le canapé, devant la télé, et qui le vivront bien. Ils liront quelques magazines en pyjama, plutôt ravis d'éviter le bénédicité du beau-frère, les blagues nulles du tonton et de les voir boire en une soirée, plus d’alcool que toute la Pologne pendant un mois. Pour ceux-là, donc, jusqu'ici, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2020 6 05 /12 /décembre /2020 10:00

Règles absurdes et ras-le-bol général : les gaulois réfractaires sont de retour !

Attestation dérogatoire de déplacement, permission des 20 km, espace de 8 m² par client dans les boutiques, pas plus de 30 personnes dans une église, vous pouvez aller à la montagne, mais pas skier, papi et mamie dans la cuisine avec leur demi-bûche, réveillon limité à 6 personnes... Beaucoup de français sont entrés en résistance face au nouvel ordre sanitaire.

On ne parle plus des fêtards de Joinville-le-Pont ou d’ailleurs, à 300 dans un loft, au mépris des règles élémentaires. A peine le cas a-t-il été évoqué quand ils ont d'ailleurs recommencé la semaine suivante. On ne parle même pas de ceux qui sont persuadés que le virus n’existe pas (et qui resteront sur leurs positions tant que les rues ne seront pas jonchées de macchabées) ou que le masque est un outil de contrôle des masses.

La révolution n’est jamais faite par les révolutionnaires les plus farouches, mais elle est toujours provoquée par la bascule des citoyens raisonnables, ceux qu’on n’attendait pas, mais que les excès de la puissance publique ont fait basculer.

Les gens, discrètement, font demi-tour lorsqu’ils aperçoivent un contrôle de police parce qu’ils ont renoncé depuis longtemps à remplir une attestation dont ils savent qu’elle serait de toute façon mensongère. Il y a cette dame "comme il faut" qui a coché la case assistance à une personne vulnérable pour aller voir une amie, parce qu’elle n’en peut plus de tourner en rond chez elle. Il y a ce monsieur qui n'a même pas fait d'attestation pour aller voir un copain de pêche. Il y a la limite des 20 km qui est en train de modifier la géographie française : certains parisiens se promènent en Normandie ou dans le Sud (Je le sais, j'en ai dans la maison voisine). Il y a cette autre brave dame qui se rend sans attestation (depuis peu, elle la fait au crayon de papier) 3 ou 4 fois par jour pour aller voir sa ville, parce qu'elle s'ennuie.

Il y a encore cet audois qui s'est inventé une grand-tante malade à Montpellier et qui a donc coché la case "motifs familiaux impérieux", en fait pour rendre une visite à ses potes. Comme un grand nombre de personnes, certains s’autorisent des libertés qu’il n’aurait jamais osées lors du premier confinement.

Ce n’est pas toujours de l’inconscience ou de la provocation, mais juste une envie de ne pas s’arrêter de vivre, malgré le virus. Reste que pour les forces de l’ordre, le comportement des citoyens est un peu devenu la "fête du slip". Chacun fait ce qu’il veut et c’est quasiment impossible à contrôler car il y a trop de cases possibles à cocher.

Il y a aussi ce monsieur qui achète "des produits de première nécessité" plusieurs fois par jour, le même samedi, dans le même magasin de bricolage car "tout le monde le fait". Sa voisine avait, de son côté, la volonté de se rendre au-delà de la frontière espagnole. Elle avait choisi l’option "famille", ce qu’elle a fait en allant voir sa fille (devenue pour la circonstance une tante grabataire) à Perpinyà, mais au fil des kilomètres, elle a prolongé sa route vers la Jonquère pour rentrer à la maison avec des cigarettes et de l'alcool bon marché. Elle va les revendre et son petit commerce pourra continuer. Si j’avais été arrêtée, j’aurais dit que je m’étais trompée de sortie, croit-elle bon de préciser.

Il y a tellement d'attestations possibles qu'on peut aller faire son footing, acheter du pain, visiter de la famille et sortir toute la journée. Comme l’attestation numérique peut être générée de façon illimitée et sans vérification, votre smartphone sera votre sésame pour "faire comme si". Pourtant, les fraudeurs interrogés se disent vigilants sur le virus et leur entourage.

Du coup, le nombre de verbalisation serait logiquement en chute libre, mais le chiffre est gardé secret au ministère de l’Intérieur, malgré certains flics qui font la "chasse à la mémée". On ne sait jamais, partie faire une petite promenade pédestre, elle a peut-être oublié de faire son attestation, et hop, une buchette !

Fermeté, pédagogie et discernement disent-ils… hum. C'est pas pour tout le monde dans notre société où certains sont plus égaux que d'autres.

Au fait, vous saviez que le restaurant de l'assemblée nationale a une dérogation pour rester ouvert ? L'excuse est que ça ferme à 22h00 car les députés siègent souvent tard dans l’hémicycle. Le restaurant reste ouvert grâce au respect des mesures sanitaires, explique un député. Ah bon et les autres ? Pire que ça, comme la capacité du restaurant est réduite, une annexe provisoire a été installée sur le site de l’assemblée, entre la cour Montesquieu et la questure.

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. C'est donc que jusque là, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 09:00

Castex affiche le plan vaccin et ça fait frémir !

Tout avait mal commencé quand le 1er sinistre a tenu une conférence de presse pour présenter la campagne de vaccination à venir. Il a connu un souci technique de lunettes avant sa prise de parole, alors que la plupart des chaînes d'info étaient déjà passées en diffusion, tous micros allumés. 

Les téléspectateurs ont donc pu assister à la séquence cocasse d'un premier ministre perdu, une paire de lunettes sur les yeux, mais les cherchant partout : "Il n'y a pas mes lunettes là ? Qu'est-ce que j'ai fait de mes lunettes ? s'est-il adressé à lui-même, en fouillant en vain sa veste de costume. De Funès was back...

Dans un registre plus sérieux, le chef du gouvernement a évoqué la situation sanitaire, mais le gag ci-dessus révèle quand même qu'il est parfois sérieusement perdu.

Ensuite, il a laissé la parole à Alain Fischer, un des plus grands immunologues, qu'on appelle déjà "monsieur vaccin". Et là, ça ne faisait plus rigoler du tout. De manière empruntée et souvent perdu entre bafouillement et hésitation, cet éminent scientifique de renom, professeur en immunologie et chercheur en biologie, était visiblement très gêné. Il lui fallait en effet adhérer aux thèses du gouvernement, mais rapidement le médecin a repris le dessus.

Je reste persuadé que le passage le plus authentique n'est pas celui des modalités vaccinales. Avant de les évoquer, monsieur Vaccin a tenu à indiquer une notion de prudence. Il a subitement fait une pause dans sa présentation pour préciser quelques bémols. Je cite :

"La prudence est à conserver pendant toute la durée de la stratégie de vaccination", "nous ne disposons de la part des industriels que de communiqués de presse", "en tant que scientifique, j'attends avec impatience les publications scientifiques", "nous n'avons pas connaissance des dossiers très complets qui ont déjà du être adressés", "nous n'avons pas à ce jour le recul suffisant sur la sécurité et l'efficacité de ces vaccins", "les données ne sont pas complètes pour savoir jusqu'à quel point ces vaccins sont efficaces chez les personnes les plus à risques", et dernier point qui est "critique" : savoir si d'une part le vaccin protège contre l'infection, mais aussi contre la transmission". Il faudra "plusieurs mois pour avoir ces informations".

En résumé, j'ai beaucoup de respect pour le professeur Fischer mais les affirmations qu'il nous a assenées avant de détailler la politique de vaccination sont de nature à faire frémir.

Quand on écoute monsieur Vaccin, le médecin des bébés-bulles, on a une furieuse envie de ne pas se faire vacciner et de prendre ses jambes à son cou. La preuve : il n'a jamais dit que jusque là, tout va bien…

 

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2020 4 03 /12 /décembre /2020 08:00

Au revoir !

Lui en a fini avec le confinement… ce fichu virus l'a emporté, comme il a emporté près de 54.000 autre français.

Son unique mandat a été marqué par d'importantes avancées sociétales. L'ancien président Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans. Il s'est éteint dans sa propriété d'Authon (41) et ses obsèques se dérouleront dans la plus stricte intimité familiale.

Les hommages sont nombreux au sein de la classe politique. Il avait fait l'une de ses dernières apparitions publiques lors des obsèques de Jacques Chirac, qui fut son Premier ministre.

J'avais regretté une réflexion acerbe de sa part, adressée à son meilleur ennemi, au-delà de la mort.

Giscard avait récemment déclaré au Figaro qu'il souhaitait que le contexte sanitaire revienne à la normale, pour nous relever de cette période pénible et aller de l’avant. Il ne l'aura pas vu.

L'une des premières mesures de VGE avait été d'abaisser la majorité civile et électorale de 21 à 18 ans (ça lui aura été fatal pour son second mandat).

Il a aussi créé un secrétariat d'Etat à la condition féminine avec une femme de gauche à sa tête, dépénalisé l'avortement, autorisé le divorce par consentement mutuel et supprimé l'ORTF.

En effet, avant 1974 (c'était hier), une femme ne pouvait pas avoir son propre compte bancaire sans l'autorisation de son conjoint, ne pouvait demander le divorce qu'en cas d'adultère prouvé et pouvait être condamnée en cas de recours à l'avortement. Sur ce point, VGE était un président moderne.

C'était aussi le genre de type qui jouait de l'accordéon à la TV pour Danielle Gilbert, allait manger tous les 2 mois chez les français et invitait au petit déjeuner les éboueurs de l'Elysée. C'était donc un mec bien qui avait toutefois quelques soucis, dus sans doute à son origine fortunée et à son problème de communication avec "le peuple". Il faisait ce qu'il pouvait, mais ça ne sonnait pas toujours juste…

VGE a marqué les esprits avec quelques formules comme "le monopole du cœur" assené à Mitterrand (qui ruminera sa vengeance pendant 7 ans), et le pathétique "au revoir" avec 1 minute et demie de Marseillaise devant une chaise vide...

Ceux qui l'ont bien connu disent de lui qu'il était un personnage "étrange", tout en louant sa "modernité" et son sens aigü de l'Europe. Les orientations données à la France guident encore nos pas à ce jour.

On apprécie ou non ce serviteur de l'État, mais force est de reconnaître qu'il a été l'homme politique qui a fait passer le pays dans une nécessaire modernité post mai 68.

Reposez en paix, Président. Au-delà des réformes, certaines de vos phrases resteront pour la postérité. Alors jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2020 3 02 /12 /décembre /2020 10:00

L'exécutif veut-il vraiment dissuader les Français d'aller skier à l’étranger ?

Tous les jours ou presque, la politique nous apporte une nouvelle tranche de rire (ou pas). Le président a annoncé sans rire que des mesures "restrictives et dissuasives" seront appliquées pour dissuader les Français d'aller skier à l'étranger à Noël. Moins d'un français sur 10 va skier à Noël, en France ou à l'étranger, mais cette déclaration n’a pas manqué de surprendre.

Est-ce que l’on sait ce qui se cache derrière cette annonce ? Même les plus proches conseillers du président s'interrogent sur cette déclaration.

Pourrait-il s'agir de contrôles aux frontières ? Sur quelle base juridique ? Quelles règles seront fixées ? Le brouillard est digne de la haute montagne. Et quels seront les indics ? Skis sur le toit ? Chaussures de ski dans le coffre ? Oui mais on loue souvent du matériel sur place. Alors Quid pour les travailleurs frontaliers ? Faudra-t-il mettre un gendarme sur chaque chemin de muletier andorran ?

Ce n'est probablement qu'un effet d'annonce destiné à montrer aux professionnels du secteur que le gouvernement ne va pas les lâcher. La Suisse, l'Andorre et l'Espagne seraient tentées de récupérer leur clientèle. Ces pays affichent en effet des photos de pistes immaculées pour attirer les touristes.

Faute de coordination européenne et de précision, ces déclarations ne sont qu'un coup de pression pour les pays qui ne jouent pas le jeu.

Le président souhaite ne pas créer "une situation de déséquilibre avec les stations de France". Il a fait cette déclaration après avoir reçu le premier ministre belge, qui n'est pas, vous en conviendrez, un représentant emblématique des hauts sommets, mais plutôt du plat pays.

Sans rire non plus, le secrétaire d'État au Tourisme expliquait à l'assemblée nationale que toutes les activités nordiques (y compris en parc payant, mais en dehors du ski alpin seraient autorisées), ainsi que les patinoires et les jardins d'enfants.

Mais qu'en est-il chez nos voisins ?

- La Suisse a été frappée de plein fouet par la 2ème vague du virus, mais là-bas, autorités et secteurs concernés présentent un front uni et avec les mesures de protection, on y skiera à Noël. Les responsables font d'ailleurs part de leur incompréhension face aux mesures prises en France, où les remontées mécaniques devront rester fermées, alors que le métro et le RER, tous deux bondés et loin des gestes barrières, restent ouverts à Paris.

- L'Allemagne a tiré un trait sur la saison en Bavière. L'ensemble des stations restera fermé pendant les vacances de fin d'année, pour éviter la propagation du virus. Le pays tente un coup de pression sur l'union européenne pour une interdire le ski jusqu'au 10 janvier, contre une concurrence déloyale et dissuade les allemands de se rendre en Autriche voisine, leur rappelant qu'ils se verraient imposer une quarantaine de 10 jours à leur retour. Pour l'heure, les stations autrichiennes sont fermées dans le cadre d'un confinement national, qui doit être levé le 7 décembre.

- En Pologne, les pistes de ski devraient rouvrir cet hiver, mais uniquement pour la population locale et pendant les vacances scolaires. Toutefois, les déplacements sont limités dans le pays et les polonais n'auront pas la possibilité de se rendre dans les montagnes.

- En Italie, la prudence fait aussi loi. Le gouvernement penche pour la fermeture des stations italiennes et les régions montagneuses sont classées en rouge au regard de la circulation du virus.

- En Andorre, c'est le statu quo. L'ouverture des stations de ski andorranes, prévue le 4 décembre, est repoussée. La saison de sport d'hiver en Andorre pèse 30 à 40% du PIB et la moitié des skieurs qui vont skier en Andorre sont Espagnols. Reste que pour l'instant, Madrid n'a pas encore pris position sur la réouverture des stations de ski espagnoles.

Si comme moi le sable chaud vous fait davantage rêver que la poudreuse, et que vous n'avez ni l'envie ni les moyens d'aller skier, alors pour vous, jusqu'ici, tout va bien…

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 08:00

Confinement : est-il de nouveau possible d'aller dans sa maison secondaire ?

Beaucoup de français s'interrogent sur les résidences secondaires depuis l'allègement du confinement, samedi 28 novembre dernier.

Par exemple : peut-on aller dans une maison secondaire qui se situe dans la même région mais à 80 km ? ou encore : Est-il possible d'aller dans ma résidence secondaire à 400 km, pour fermer mon compteur d'eau et purger les robinets ? Peut-on se rendre dans une résidence secondaire pour mettre du fuel dans la cuve, avant le gel ?

Hélas, malgré la réouverture des commerces ou des lieux de culte, le confinement reste la règle, au moins jusqu'au 15 décembre prochain. Il n'est donc pas possible à l'heure actuelle de se rendre dans sa résidence secondaire.

Il y a toutefois (et comme d'habitude) des exceptions. Si vous devez effectuer des travaux urgents avec l'intervention d'un artisan ou si vous devez aller sur place pour la mise hors gel de la maison. En cas de risque avéré, le déplacement est possible. Vous devez alors cocher la case n°4 (déplacement pour un motif familial impérieux) sur la nouvelle attestation de déplacement, sans limite en temps et en kilomètres.

Ceci dit, tout justificatif en votre possession sera le bienvenu en cas de contrôle des forces de l'ordre sur votre trajet. Certes, comme souvent, les détails sont à "l'appréciation du flic" mais il est conseillé de se munir d'un devis, du mail envoyé par l'artisan, voire même du texto annonçant la livraison. Si par cas vous n'avez pas de résidence secondaire, vous pouvez passer directement au paragraphe ci-après.

Le "blog de Solexine" va tenter de répondre à quelques autres questions courantes…

- Confinement : puis-je aller au club canin avec mon chien ?

Oui, les clubs canins ont pu rouvrir samedi 28 novembre 2020.

- Confinement : pêche, champignons, que faire ou non ce dimanche ?

La pêche et la cueillette des cèpes sont possibles dans un rayon de 20 km et pendant 3h00.

- Confinement : puis-je aller voir mes amis ou ma famille ?

Les rencontres en famille ou entre amis ne sont pas recommandées jusqu'au 15 décembre prochain.

- Confinement : les leçons d'auto-école peuvent-elles reprendre ?

Oui, les auto-écoles peuvent reprendre en partie leur activité.

- Confinement : pourra-t-on vraiment aller où on veut pour Noël et le Nouvel an ?

Oui, l'ouverture des cadeaux pourra se faire en famille, mais en respectant les gestes barrières.

- Confinement : puis-je prendre ma voiture pour faire une balade à moins de 20 km dès samedi ?

Oui, on peut prendre sa voiture pour aller faire une balade ou activité physique (20 km et pour 3h maximum, temps de trajet compris).

Le cas échéant, bonne route, puisque jusqu'ici tout va bien.

 

 

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2020 1 30 /11 /novembre /2020 08:00

Covid-19 : qui sera vacciné en priorité ?

La haute autorité de santé doit rendre aujourd'hui ses conclusions. Il faudra distinguer 3 catégories de population prioritaires, mais reste à convaincre les Français, car 59 % d’entre eux n’ont pas l’intention de se faire vacciner.

Les campagnes de vaccination devraient débuter dans quelques semaines d’ici à la fin de l’année 2020 et se poursuivre en 2021. On sait déjà que le nombre de doses ne suffira pas, dans un premier temps, à vacciner tous ceux qui le souhaitent. Quelles seront alors les personnes prioritaires ?

La décision sera prise selon l’arrivée effective des doses de vaccins, et des premières hypothèses se dessinent. La population concernée serait d'abord les professionnels de santé et ceux au contact direct des malades, puis les personnes âgées et celles atteintes de maladies chroniques, mais beaucoup de questions restent en suspens. Parmi ces maladies, lesquelles prendre en compte ? À quel âge doit-on fixer le seuil des personnes âgées ?

La campagne de vaccination devrait donc démarrer fin 2020 ou début 2021 pour les publics prioritaires, avant d’être plus massive dans un deuxième temps. Le ministre de la santé a insisté (un peu trop ?) sur le fait que tout nous serait présenté en toute transparence (hum). Il a même osé une allégorie, arguant que la France a beau être le pays de Pasteur, c’est un pays qui doute parfois fortement, et plus fortement que les autres, lorsqu’il est question de vaccin.

Non obligatoire, la vaccination s’inscrira dans le cadre d'une nouvelle stratégie gouvernementale. Or, il est acquis que 6 français sur 10 n’ont pas l’intention de se faire vacciner. Il y aura des gens à convaincre, avait déjà concédé le Premier sinistre Caltex, anticipant deux écueils : d'un côté les files d’attente pour se faire vacciner, et de l'autre, une partie de la population s’y refusant totalement.

Alors Quid ? Tester sur les vieux ? Ce n'est pas idiot et puis des personnes qui ne servent plus à rien peuvent bien risquer d'être sacrifiées (j'en fais partie).

Je viens de lire un article concernant les gens qui se ruent dans les commerces locaux et la nécessité de les faire travailler en priorité. J'avais totalement souscrit à cette vue de l'esprit et j'étais prêt à payer plus cher jusqu'à ce que j'ai besoin d'un otoscope. A l'aide de ce petit appareil, je pourrai ainsi suivre l'évolution en bien ou en mal de ma vilaine otite aigüe.

Ayant porté mon choix sur un modèle précis, j'ai eu le déplaisir de constater qu'il dépassait allègrement les 150 euros dans le commerce local de parapharmacie. Trouvant l'addition plutôt salée, j'ai vérifié sur Amatruc et Alimachin. Livré dans la boite à lettres, le MEME otoscope en tous points identique, va me coûter 15,60 euros (10 fois moins cher) !  

Alors je veux bien tout ce qu'on veux et aider le commerce local, mais marger x10 me semble quand même quelque peu excessif. Je veux bien admettre que le commerçant local a des frais que n'ont pas les boutiques virtuelles, mais tout de même… x10 ! N'étant pas Rotschild, j'ai opté pour la livraison depuis un site Internet, ça fera toujours un vieux de moins dans la file d'attente. Le recevoir va être l'affaire de quelques jours, puisque jusqu'ici, tout va bien…

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Solexine le Catalan !
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • Je vous rassure, il y a pire en ce début d'année ! 1er article de 2023, les jours d'après…
    Bonjour amis lecteurs et lecteuses… (hi hi). Et bien me revoilà, tant bien que mal. Mon vieux cœur continue à battre, mais avec un machin dedans… Ce n'est pas si grave, j'ai des médicaments anti-rejet, l'opération s'est bien passée, la convalescence aussi...
  • Cinq sujets pour bien s’engueuler à Noël
    Bonjour amis lecteurs et lecteuses… (hi hi). Si vous avez suivi mon dernier billet du 5 décembre, je devais faire un examen en cardiologie, pour une évaluation. Cela ne s'est pas tout à fait passé comme ça car l'état des lieux étant plutôt désastreux,...
  • Bonjour les ami(e)s, Je vous prie d'excuser mes passages en pointillés mais j'ai connu des jours meilleurs. Je pensais être tranquille avec la santé, mais une visite chez le cardiologue n'a pas été à la hauteur de mes attentes, puisque je dois repiquer...
  • Nous sommes 8 milliards sur Terre depuis ce matin.
    Selon les estimations des nations unies, la barre symbolique des 8.000.000.000 d’êtres humains sur Terre vient d'être atteinte et 59 % de la population mondiale habite en Asie. La démographie mondiale et sa projection nous apprennent que le nombre de...
  • Un petit coup de gueule aujourd'hui, ça faisait longtemps. Je vais mettre un coup de projecteur sur le château de Piquecos (82), qui est quand même une demeure ayant été royale et dans la chapelle duquel plusieurs souverains, depuis Louis XIII, se sont...
  • Un véhicule de gendarmerie impliqué dans une violente collision.
    Dimanche 4 septembre après-midi, un peu avant 17h30, un accident s’est produit sur la route départementale menant à Pittefaux (Pas-de-Calais), depuis Saint-Martin-Boulogne. Un véhicule de gendarmerie a été impliqué, et quatre personnes ont été blessées,...
  • Le futur (proche) dans nos magasins...
    Le futur robotisé est sur le point de devenir une réalité. Après la voiture sans chauffeur, voici les magasins sans vendeurs et sans caissières, bref, sans personne d'autre dans les rayons que les clients. Même le réassort des produits sera automatique...

Pages

Catégories