Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 00:00

Catat.jpg

Coup de gueule, çà faisait longtemps. Une nouvelle m'a prodigieusement agacé (pour ne pas dire plus), à savoir l'annonce à grands renfort de publicité du futur album de Bertrand Cantat.

 

L'ex-chanteur de Noir Désir, Bertrand Cantat, qui apparaît dans le prochain album du duo Amadou et Mariam, annonce dans un entretien accordé à des journalistes qu'il travaille actuellement sur un album très personnel qui devrait sortir au printemps 2013 chez Barclay Music. (On est content pour lui... heu finalement, non).

 

 

Pour mémoire : Bertrand Cantat a été condamné à 8 ans de prison en Lituanie pour avoir frappé mortellement sa compagne en 2003, l'actrice Marie Trintignant. Il a retrouvé la liberté en 2007, a fait quelques apparitions sur scène et participé à divers albums.

 

 

Le groupe Noir Désir, qui avait mis ses activités en sommeil, après le drame, a annoncé sa séparation le 30 novembre 2010.

 

 

Concernant son album, Bertrand Cantat a déclaré le plus sérieusement du monde : "Cela me permet d'aller vers un ailleurs, de m'éloigner de moi".

 

 

Des nouvelles de Marie ? Ben oui, toujours morte.

 

On ne commente pas une décision de justice. Je ne le ferai pas. Cette note a juste pour but d'exprimer mon indignation envers l'élémentaire décence et obligation de discrétion que n'a même pas ce monsieur qui nous exprime ses étâts d'âme et son retour à la scène et aux bacs des disquaires.

 

@+

 

Marie-Trintignant.jpg

Repost 0
Published by Solexine - dans Zique
commenter cet article
16 mars 2012 5 16 /03 /mars /2012 00:00

AVE.JPG

 

La liaison à grande vitesse entre Perpignan et Barcelone, prévue pour 1992 demandera encore un peu de patience.

 

Cette fois c'est un retard administratif dû à la société publique ADIF, sous-traitante de l'Etat espagnol.

 

Cependant, le tronçon Perpinya - Girona Nord est virtuellement achevé. Chouette, on va donc virtuellement pouvoir prendre le train et payer fictivement un billet virtuel !

 

C'était sur, on nous l'avais promise pour la fin 2012, cette liaison. Et bien non, il faudra encore attendre. La société publique ADIF, en charge du chantier entre La Jonquera et Barcelone avoue un retard de publication de deux appels d’offres nécessaires à deux réalisations majeures. C'est pas gagné.

 

L'ensemble des aménagements préalables est toutefois terminé. (C'est vrai qu'on voit très bien la ligne, les poteaux spécifiques et même les panneaux indiquant la présence d'une gare TGV (AVE) dans les localités, que l'on circule sur le N-II ou l'autoroute AP-7.

 

ADIF a promis le lancement immédiat des procédures concernant les appels d'offre manquants. (Ouf, on respire !). 

 

Cette improvisation administrative est "étonnante" et reçoit la désapprobation unanime de la classe politique et des grands décideurs économiques catalans.

 

Il est ressenti (à juste titre) une forme de négligence de l'Etat espagnol envers l'ouverture européenne de la péninsule par la Catalogne, donnant à la Generalitat le statut d'une prépondance hispanique sur tout le reste du pays (ce qui donne par avance des boutons à l'Espanya). 

 

Des essais techniques sont en cours, tout comme la pose de rails dans le tunnel de Sant Julià de Ramis-Girona (çà devrait mieux rouler ainsi).

 

60 % des caténaires sont en fonction entre Figueres et Barcelone et 93 % des infrastructures lourdes ont été livrées, comprenant les viaducs, les ponts, le ballast et les relais électriques.

 

Oui mais alors... Barcelone en TGV (AVE) c'est pour quand ?

 

On nous parle maintenant du printemps 2013, ce qui ne ferait que 21 ans de retard. Promis, avant l'été 2013, je vous fais un article et je vous dis où on en est... sauf en cas de nouveau retard... administratif !

 

@ +

 

 

Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 00:00

Bebe-a-vendre.JPG

Faits divers particulièrement sordide : Une fillette de seulement 12 ans a été arrêtée par la police Grècque, alors qu'elle tentait de vendre son nouveau-né à un couple.

 

Cela s'est passé à Xrysoupoli, à 700 km d'Athènes. Un couple de policiers s'est fait passer pour un couple souhaitant adopter un enfant.

 

Au rendez-vous, la fillette de 12 ans, mère du bébé âgé de dix semaines, était accompagnée de ses parents et de sa tante. Le bébé devait être vendu pour la somme de 12.500 euros.

 

La fillette et les trois adultes ont été arrêtés. Les adultes ont été placés en détention.

 

Le bébé a été placé en observation à l'hôpital mais serait en parfait état de marche et de présentation. (Oui, je sais , c'est nul mais je n'ai pas pu m'empêcher)... 

 

Inl s'agirait d'un drame familial consécutif à la crise financière qui a ruiné le pays. Il est même à craindre que beaucoup de personnes dans le besoin aient recours à l'abandon de leurs enfants.

 

Hormis des motifs financiers, on ne voit pas bien ce qui a poussé cette famille à vendre le nouveau-né. La fillette a, quant à elle, été relâchée peu après son audition, puis placée dans une institution d'Etat.

 

@ + 

Repost 0
Published by Solexine - dans Société
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 00:00
En effet, pas moyen de faire fonctionner le lien. Alors voila un aperçu de la construction et de la déconstruction d'un Castell !
 
Bisous @+
Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 00:00

1---Mapa-Paisos-Catalans.JPG

On m'a plusieurs fois posé la question hors blog et même demandé une carte pour comprendre. Voila qui est fait avec cette vue simple des "Països Catalans". Vous constaterez l'étendue de la Catalogne, et du pays Valencien, avec les Iles Baléares, l'Andorre et une partie du département 66 français. La ville de l'Algher en Sardaigne étant un peu anecdotique.

On a coutume de dire que la Catalogne commence en France à St Paul de Fenouillet (Sant Pau de Fenolhet) et qu'elle se termine à Sant Carles de la Rapità.

 

Et maintenant, place à la fête car la Santa Tecla est la "festa major" par excellence.

1---Gegants-Cabets-Mataro.JPG

Préparations des gegants et des "cabets (nains)

 

La Generalitat et le gouvernement de Madrid (rarissime pour un événement catalan) lui ont accordé le label de fête traditionnelle d’intérêt national ! Vous imaginez cela chez nous, une fête d'intérêt national ? Ce n'est vraiment pas la même culture et pourtant la péninsule est encore plus touchée par la crise que nous.

 

I - Santa Tecla

 

Santa Tecla est l’une des traditions la plus riche et la plus vivante de toute la péninsule. Pendant une semaine se succèdent d’innombrables spectacles, processions, castells vertigineux, sardanes dansées ou jouées, gegants et bals populaires intergénérationnels (impensable en France).

 1 - Sardana

 Sardana

 

 

1---Gagants-cabets.JPG

 Gegants amb cabets

Il est impossible de suivre la totalité des manifestations. La population participe en décorant les maisons, en se déguisant et en défilant.

 1 - Santa Tecla de Tarragona

 Catedral Santa Tecla de Tarragona

 

Pyrotechnie, gastronomie et création éclatent sous le signe du partage et de la convivialité. Santa Tecla, ce sont huit jours de pure folie où le cœur de Tarragone bat encore plus fort !

Lieu de production de la Chartreuse de 1903 à 1989, Tarragone et la liqueur Chartreuse ont développé une histoire commune et une relation toute particulière.

Depuis 1999, les Pères Chartreux participent aux festivités de la Santa Tecla (Sainte Thècle est en effet patronne de la ville et la cathédrale porte son nom) qui lui sont dédiées.

 1---Chartreuse.JPG

 Partenariat commercial étrange

 

Cette participation prend la forme d'un partenariat puisque chaque année est produite une série limitée de "Chartreuse", avec une étiquette aux couleurs des festivités (l'affiche officielle). Ces bouteilles font le bonheur des collectionneurs du fait de leur nombre restreint (en 2009, 4000 exemplaires de jaune et 600 de verte) mais aussi des amateurs.

 1---Etiquette.JPG

 Anciennes affiches

 

C'est la boisson officielle de la Santa Tecla, et la chartreuse rentre dans la composition de la mamadeta, le breuvage traditionnel des festivités : avec 1/10eme de chartreuse verte et 1/10eme de jaune, le tout complété de 8/10emes de limonade.

 

Une fois de plus, en Catalogne, le profane et sacré se mélangent avec la fête pour prétexte et on ne sait plus où s'arrêtent les limites de l'un et de l'autre. Je vous avais déjà parlé de ce phénomène "mixatoire" propre aux traditions Catalanes.

 

1---Tarraco-romanya.JPG

 Ville de Tarraco (époque romaine) reconstituée

    

II - Terre de la foudre

 

La "terra de llamp" (terre de la foudre) fait s'embraser la plage toute entière lors du concours de feux d’artifice, une merveille pyrotechnique où s'affrontent les meilleurs artificiers de la péninsule.

 

1---Dimonis.JPG

 Dimonis de correfoc

 

III - Castellers vertigineux

 

Catalogne Sud oblige, Tarragone est aussi une terre de castells. Le moindre village possède son équipe (colla castellera) et l’on s’affronte depuis des siècles pour aller encore plus haut que la pyramide humaine rivale.

 

1---Castellers-VF.JPG 

C'est parfois aussi vertigineux qu'un immeuble de quatre ou cinq étages. Les meilleurs castellers de toute la Catalogne et du pays Valencien se retrouvent à Tarragone pour un concours spectaculaire et coloré, largement retransmis par la télévision (Pub pour "TV3 Cat" et "Canale 33").

 

Ce sont d'authentiques exploits qui portent très haut les couleurs des amateurs (au propre comme au figuré) et exaltent les participants avec des valeurs d’entraide et de fraternité.

 

1---Castellers-de-nit.JPG 

Candidate à l’appellation de capitale culturelle européenne, Tarragone est en attendant la capitale de la culture catalane, parfois bien singulière pour les gavatxes.

1 - Museu Archeologic

 Museu Archeologic de Tarragona

 

En 2012, ne vous abstenez pas, Tarragone vous attend et vous ne le regretterez pas !

 

@ +

Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 01:00

Parachutiste Senyera 

Pour vivre 2012 à la Catalane, direction Tarragone, la ville qui vit au cœur de son histoire et dont les fêtes embrasent tous les "Paisos Catalans" depuis plusieurs siècles, ce n'est donc pas nouveau.

 

Depuis 2004, le Bureau International des Capitales Culturelles (BICC) (bigre, çà fait intelligent) a créé le label de "capitale de la culture Catalane". Cette appellation est décernée tous les deux ans partout où l'on parle Catalan (Andorre, îles Baléares, pays Valencien, Alguer, Cerdanyà, Garrotxà, Empordà, évidemment toute la Catalogne sud (Espanya), et une partie de la catalogne nord "un gros morceau des Pyrénées-Orientales" de França). Perpignan (Perpinyà) avait reçu cette distinction en 2008.

 

Après les Escaldès (Principauté d'Andorre) en 2010, c'est à Tarragone que revient l’honneur de relever le flambeau en 2012. Tarragone, a aussi présenté sa candidature de capitale européenne de la culture pour 2016 (quand voit que Marseille a gagné pour 2013, on se dit que tout est possible).

 

Le site Catalan est porteur d’une histoire vieille de 3000 ans. C'est en effet, après Rome, le plus important site romain au monde avec son arc de triomphe, ses aqueducs et ses amphithéâtres quasiment intacts.

Tarragona-Amphiteatro.jpg

Amphiteatro de Tarragona

 

Tarragona-Aquecducta-Romanya.jpg

Aqueducta Romanya

 

Au-delà de la beauté des lieux, Tarragone c’est surtout le sens inné de la fête collective, comme partout en Catalogne, mais plus encore ici.

 

2012 sera également une année de réflexion concertée sur l’avenir de la ville.

Quel futur pour la culture catalane ?

Quelle est la place de la langue ?

La diversité linguistique et culturelle est-elle encore une valeur sûre dans l’Europe du troisième millénaire ?

 

Congres-llengua.jpg

 

Tarragona, en répondant à ces questions, sera amenée à tracer un sillon pour toutes les autres villes catalanes. Le slogan choisi est "la culture nous transforme". Le décor est planté. La ville parie sur une alternance de grands et de petits événements festifs en tous lieux, des petites saynètes données chez l’habitant moyennant un dîner et des débats, des ateliers dans les écoles et, plus étonnant, la réquisition de lieux inoccupés cédés gratuitement à des acteurs culturels qui s’engagent à les entretenir et à y réaliser de menus travaux. Et si on faisait pareil chez nous ?

 

Au-delà de l’événementiel, tant de sérieux et d’implication vont se cotoyer dans une frénésie de spectacles et de manifestations qui animeront les rues de la ville, décor des fêtes qui rythment l’année, entraînant des milliers d’habitants en liesse.

 

Faire la fête en Catalogne et particulièrement à Tarragone, c’est se sentir appartenir à la ville et à ses habitants de toutes origines qui rient et partagent. La fête institutionnalisée est une expérience qui attire chaque année des dizaines de milliers de visiteurs.

 

Castellers.jpg

Gran Castell

 

Comme partout en Catalogne, chacune de ces fêtes amène son cortège de figures obligées avec ses "capgrossos" (grosses têtes) et ses "gegants" (géants). Vous retrouverez également les traditionnels passages obligés comme les "clobes" (équipes de quartiers), "gralles" (intruments à vent utilisés pour la Sardane) et castellers (tours humaines) qui s’en donneront à cœur joie. La capitale du sud du Principat sera parée de "sang et or".

Capgrossos.jpg

Capgrossos

 

Grallers-amb-tamballs.jpg

Grallers amb tamballs

 

Castellar-Tarragona.jpg

Castellers a Tarragona

 

Tarragona-Castellers.jpg

Clobes 

(Même si vous n'êtes pas anglophone, la banderole blanche vous donne un aperçu de ce que les Catalans pensent de la couronne d'Espagne et de l'Etat Espagnol).

 

En revanche, la semaine sainte offre un contraste saisissant avec les fêtes débridées de Tarragone.

La procession du Saint Enterrement (depuis 1550) clôture le vendredi saint avec ses misteris (lourdes représentations de la mort du Christ et des souffrances de la vierge, au son des "goigs", chants religieux catalans), pieusement promenés dans la vieille ville par les corporations.

Misteris.jpg

Misteris

 

Après cette tristesse, le dimanche venu, la joie de la résurrection de Pâques éclatera dans les rues avec toutes sortes d'événements festifs. Le plus étonnant reste sans doute "Tarraco Viva" (lien cliquable).

 

Tarragona-Catedral.jpg

Catedral de la ciutat

 

C'est une reconstitution d’une semaine de la vie de la ville romaine. Des centaines de bénévoles et d'habitants seront des centurions parcourant les rues, les ruines de l’amphithéâtre ou de l‘aqueduc. Seront organisés des banquets, des rituels et des combats de gladiateurs, avec un grand souci du détail historique.

On ira jusqu'à organiser des ateliers de dégustation de vin romain et de gastronomie romaine dans une remontée du temps ludique et festive à laquelle participent petits et grands.

 Bastons-vedrell.jpg

Bastons vedrells

 

Pobles-Catalans.jpg

Pobles Catalans amb Senyera i festa

 

Mini-Castellers.jpg

Entraînement en salle

 

@ suivre... (sinon ce serait trop long et déja que tout le monde ne lit pas)...

 

 Estelada.png

 

Visca la Catalunya lliure i Republicana !

 

Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 00:00

Ados-revoltes.jpg

 

NOTE AUX ADOS REVOLTES D'AUJOURD'HUI.

 

 

Règle 1 : La vie est injuste : il faut vous y habituer !

 

Règle 2 : Vous ne gagnerez pas 5000 euros par mois en sortant de l'école, même après de nombreuses années d'études. Le monde se fout de votre amour-propre, d'ailleurs le monde se fout de vous.

 

Règle 3 : Vous ne serez pas cadre supérieur en débutant, avec portable et voiture de fonction fournis. Il vous faudra mériter votre place.

 

Règle 4 : Si vous croyez que votre professeur est dur avec vous, alors attendez d'avoir un patron.

 

Règle 5 : Travailler dans une friterie ou autre job d'été n'est pas s'abaisser. Avant, on appelait ça une opportunité, car il n'y a pas de sot métier.

 

Règle 6 : Si vous vous plantez, ce n'est pas de la faute de vos parents. Arrêtez de chialer, apprenez de vos erreurs et rebondissez.

 

Règle 7 : Avant que vous ne naissiez, vos parents n'étaient pas aussi ennuyeux qu'ils le sont maintenant ! Ils sont devenus ainsi en payant vos factures et en vous entendant répéter sans arrêt combien vous êtes cool et combien eux ne le sont pas.

 

 

Règle 8 : Votre école s'est débarrassée du système "gagnant-perdant", mais pas la vie. Dans certaines écoles, on a même aboli les notes de passage avec autant de chances que vous voulez pour avoir la bonne réponse. Ca n'existe pas dans la vraie vie. Faites une connerie, et vous serez viré !

 

Règle 9 : La vie n'est pas divisée en semestres et l'été n'est pas forcément une période de congés.

 

Règle 10 : La télévision n'est pas la vraie vie. Dans la vraie vie, les gens ne squattent pas les bistros et vont travailler. Les gens ne font pas la fête non stop. Sinon, ils seraient fauchés, virés et crèveraient en quelques mois. Dans la vraie vie, rien n'est gratuit. La vraie vie, c'est 80% de merde et 20% de plaisir dans le meilleur des cas. 

 

Règle 11 : On n'a jamais vu un wagon de queue tirer un train et une locomotive. Dans votre vie professionnelle, vous savez donc ce qui vous reste à faire.

 

 

Ces règles sont dures et injustes mais ce sont celle qui s'imposent à nos enfants en 2012. Et ce n'est que le début. On vit quand même une foutue époque...

Repost 0
Published by Solexine - dans Et ta dame
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 00:00

Objet-du-delit.jpg

L'objet du délit.

 

Il fallait bien se rendre à l'évidence, les portes arrière de ma 2cv camionnette étaient corrodées autour du joint de vitre et les joints d'étanchéité en caoutchouc avaient disparu au fil de leurs 34 ans d'existence.

Le hasard m'a fait trouver un jeu de portières neuves à un prix défiant toute concurrence sur le Net.

Un monsieur débarrassait la cave de sa mère et vendait des anciennes pièces Citroën neuves, emballées au sec depuis une trentaine d'années.

 

 

 

01---Pirineus.jpg

Et voici les Pyrénées ! 

 

 

 

Il y avait un peu de route puisque cela se trouvait non loin de la frontière Espagnole, sur la route de LERIDA. Qu'à cela ne tienne, il faisait beau et j'avais réservé la journée à cette tâche. Par l'autoroute, même en prenant son temps c'était très faisable.

 

Kilomètre zéro : Je prends des outils, des pièces de rechange et de l'huile. Il est 09h30, çà devrait aller. Le soleil brille.

 

Km 15 : Zut, j'ai oublié de faire le plein.

 

Km 16 : Zut, j'ai oublié de retirer des sous.

 

Km 19 : Le tableau de contrôle 12 volts (fait maison) s'éteint. Plus d'alimentation arrière, plus de recharge GPS ni téléphone. Hé ben, on n'est pas arrivé.

 

Km 20 : Je m'arrête le long d'un bois, et par chance, la fautive n'était qu'une simple cosse qui avait décidé de reprendre sa liberté. La centrale 12 volts n'a rien ! Ouf. On repart.

 

Km 47 : Bouchons Toulousains résorbés, tout le monde est au travail, la traversée est une rigolade.

 

Km 60 : Un énorme carton sur la voie d'en face. Les voitures sont arrêtés sur près de 4 km. La radio 107.7 "Info Trafic" diffuse du Rn'b puis une interview d'un auteur de théâtre contemporain. Rien sur le carton et le ralentissement. Grace à la cibi, j'aviserai les routiers qui pensaient que c'étaient des travaux.

 

 

Je m'arrête sur une aire de repos pour enlever l'écran de calandre de Titine car il fait chaud. Elle va bien.

  

07 -Titine 

 

 

 

Un parigot sortant des chiottes critique mon sweat-shirt Citroën Sport (un authentique vêtement sortant de la boutique Citroën Rallye) alors que je roule en 2cv camionnette. Mon dieu que les gens peuvent être cons !

 

 

 

Vinci autoroutes recommande de surveiller sa pression des pneus, faudrait encore que le gonfleur disparu depuis des lustres soit remplacé.

 

04---Pas-d-air.jpg

 

 

 

Vinci autoroutes  demande à ce qu'on lui signale les WC malpropres. C'est chose faite, ces toilettes sont ignobles.

 

05---Vinci-proprete.jpg

 

 

 

Je vous ai épargné la photo des WC pour me contenter du lavabo...

Je trouverai même une fiole de popper's (authentique) sur la margelle d'une fenêtre casssée ! 

  

06---Lavabo-crado.jpg

 

 

 

Km 140 : Un connard de Basque (pléonasme) limité à 80 (poids lourd) accélère dans la montée, de manière à m'empêcher de le doubler alors que je suis à plus de 90. Il montera à plus de 110 pour me lâcher et sera bien obligé de lever le pied dans la descente. 

 

08---Connard-Basque.jpg

 

 

Il avait sûrement vu l'ane Catalan sur la lunette arrière et le logo de la Senyera. Je le doublerai dans la descente et lui passerai une engueulade en Espagnol à la cibi.

Pas de réponse. Euskadi = No cojones ! (intraduisible mais les hispanophones ont le droit de se marrer)…

 

 

 

Je le laisse prendre la direction de San Sebastian (Donostia). Bon vent !

 

03---San-Sebastian.jpg

 

 

 

 

Le Lauragais et le Comminges ont été traversés assez rapidement sans que je ne m'en aperçoive vraiment. Brave Titine.

 

10---Comminges.jpg

 

 

 

 

Si j'avais le temps, je pourrais même sortir à Guzet-Neige mais bon... on n'est pas la pour çà !

  

02---Guzet.jpg

 

 

 

On arrive maintenant dans le Val d'Aran et les paysages deviennent superbes.

 

11---Val-d-Aran.jpg 09---Pirineus.jpg

 

   

 

Ah ! voici la sortie LERIDA (Espagne). Il va falloir la prendre mais je n'irai pas jusque LERIDA.

 

12---Sortie-Lerida.jpg

 

 

 

Km 156 : Petite halte à MONTREJEAU. A noter une mocheté de rotonde-parking en béton. Au milieu des Pyrénées, c'est coquin comme esthétique !

 

14---Montrejeau.jpg

 

 

 

Halte à MONTREJEAU. Titine a bien mérité un peu de repos et je dois trouver quelque chose à manger avant la montagne.

 

13---Val-d-Aran-et-neige.jpg

 

 

 

J'ai remarqué la présence d'un couple de salopiots de rosbeefs en camping-car. Ces braves gens se sont installés durablement (voir les cales sous les roues) et déversent sans vergogne leurs eaux usées et leurs boues (on va dire comme çà), par la porte, face aux Pyrénées, en pleine ville de MONTREJEAU.

Bravo !

 

15---Rosbeefs.jpg

 

 

 

 

MONTREJEAU. Au-delà de ces montagnes, c'est l'Espagne et l'Aragon !

 

16---Montrejeau-Espana-copie-1.jpg

 

 

 

Sur la place principale de MONTREJEAU, découverte de la statue de monsieur Abeillé (qui a promulgué la IIIème République). Je ne connaissais pas mais je suis une burne en histoire.

  

17---Abeille.jpg

 

 

  

Km 166 : Arriba España.

Mais auparavant, passage à St Plancard pour récupérer les portières. Je sens que l'épicerie va être facile à trouver parmi ces quelques maisons.

Un bled d'un autre âge où j'ai vu des octogénaires burinés (hommes et femmes) qui poussaient des brouettes sur la départementale, et un papy octogénaire juché sur un vélo aussi vieux que lui qui montait les cols assis sur son enclume rouillée !

Ils sont rustiques par ici. Je trouve l'épicerie à 12h40. Pas de chance, çà fermait à 12h30 pour rouvrir à 15h30.

  

19---St-Plancard.jpg

 

 

 

Il ne reste plus qu'à poursuivre sur l'Espagne où j'ai un autre business à faire. Je ramènerai les portes au retour.

 

 

 

Km 214 : Vielha n'a pas changé.

  

21---Vielha.jpg

 

 

 

 

Je trouverai même une timide Senyera au détour d'une route de montagne.

 

22---Senyera-Vielha.jpg

 

Théoriquement on est aux confins de la Catalogne, mais on est à deux pas de l'Aragon. Je ne trouverai d'ailleurs personne parlant Catalan et devrai me résoudre à parler Castillan…

 

 

 

Il est temps de revenir sur Saint Plancard, récupérer mes portières et rentrer rapidement car j'en ai vraiment assez. Titine ne se plaint pas mais la gazolina Ibérique à faible indice d'octane ne lui convient que moyennement et elle n'avance plus.

Je recompléterai le réservoir de retour à Montréjeau. Il fait beau, je me cale à presque 95 et la musique de radio "Info Trafic" n'est pas trop mal.

 

23---Autopista-93.jpg

 

 

 

La première gare de péage. C'est reparti à casquer. Je suis frappé par l'automatisation des gares de péage. Vous avez dit chômage ?

 

24---Peaje.jpg

 

 

 

Je pourrais me rendre en Andorre, faire un peu de contrebande mais je n'ai vraiment pas le temps.

 

25---Sortie-Andorre.jpg

 

 

 

 

Ah ben voilà, on est bien rentrés. Toulouse et ses bouchons sont au rendez-vous !

 

26---Toulouse-bouchons.jpg

 

 

 

 

Je ne rentrerai hélas pas tout de suite à la maison. Je décide de passer voir les collègues puis quelques potes, ce qui me fera rentrer vers 2 heures du matin.

 

27---Maison.jpg 

Maison !

 

 

Crevé mais heureux. Je suis intact, Titine aussi et elle n'a pas consommé une goutte d'huile malgré cette épreuve autoroutière et la galerie sur le toit. Par contre, elle a bu, la coquine. Elle n'est pas faite pour l'autoroute.

 

Voilà comment on fait 330 km dans la journée avec une 2cv camionnette, ce qui laisse le temps de penser sur l'autoroute.

 

J'ai fait l'ours des Pyrénées tout seul et j'ai bien réfléchi sur beaucoup de choses. Le reste de la soirée est inracontable.

 

Une journée simple, mais nécessaire, et puis il faisait beau. Ce week-end sera une autre paire de manches. En effet, j'ai école.

 

Retour à la réalité…

  

 

 

 

 

Repost 0
Published by Solexine - dans 2cv
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 00:00

La-ruee-de-la-bourgeoisie-barcelonaise.jpg

Ne prononcez pas à la française ! Osez le "putsch-cerda". Puigcerdà est la "capitale" où converge toute la Cerdagne (France et Espagne) pour s’éclater en faisant les courses (on dit "firar-se").

 

Puigcerdà était la ville principale de Catalogne au Moyen âge, marquée du sceau du Traité des Pyrénées en 1659, Puigcerdà en a conservé les traces. Le long de la N-152, le point d’information "I Cat" propose aux visiteurs une immersion audiovisuelle géographico-politique au cœur de la Catalogne. Ce film d’animation montre tout ce que vous avez voulu savoir sur la Catalogne sans jamais le saisir réellement.

 

Mais attaquez (pacifiquement) Puigcerdà. Ignorez les itinéraires touristiques des prospectus et prenez l’ascenseur. Il est suspendu à flanc de cité et on y accède par une passerelle vitrée du plus bel effet qui flotte à plus de 1200 mètres au-dessus de la gare et de la plaine. C’est par là que les autochtones "montent à la "vila".

Puig---Mur-d-eau.JPG

Mur d'eau à une station d'ascenseur

 

Vous arrivez place de la mairie (ancien couvent de Santa Clara), et belvédère de la cerdagne. C'est un lieu tellement singulier que le poète Catalan Joan Maragall en parle comme "le grand balcon de la muraille" dans son poème "A muntanya". Parallèle à l’ascenseur, un escalier serpente entre les maisons.

Puig---Casa.JPG

Casa de la Vila (ancien couvent)

 

Retenons donc une idée de montée pour approcher Puigcerdà et montons vers la place Santa Maria d’où se détache, solitaire, le "campanar" (la Senyera, le drapeau Catalan, y culmine à 1238 m.).

Puig---Senyera.JPG 

Senyera sur le clocher de Sta Marta

 

 

C'est un clocher gothique, reste de l’ancienne église détruite en 1936. L'ensemble est composé de 4 piliers rectangulaires de granit, une tour octogonale et une terrasse panoramique (accessible seulement durant l'été). Sur la place (rendue récemment piétonne), se trouvent une enfilade de cafés et de commerces aux façades chamarrées. Ici bat le pouls de la ville.

Puig---Sta-Marta.JPG

Esglesia Santa Marta

 

A deux pas, se trouve le Casino Ceretà, construit en 1893, détruit par un incendie en 1904, et reconstruit en 1908. A l’intérieur, on admire son grand luminaire à bras, style salle de bal. C'est aujourd'hui un restaurant et un bar de luxe tenu par le fils du maire de Llivià (cf. article précédent) où on déguste une bière brassée à l'ancienne à l'eau de source, avec des splendides machines de cuivre.

Puig-Placa.JPG3---Casino-Cereta.jpg

 

Puigcerdà possède un Casino magnifique et l’étang est entouré de somptueuses maisons car malgré son éloignement de Barcelone, la Cerdagne bénéficie des bienfaits de son climat d’altitude.

 

La bourgeoisie barcelonaise ne s’y est pas trompée et depuis la fin du XIXe siècle, la Cerdagne, avec Puigcerdà, Alp, Bellver et La Molina sont des lieux de villégiature pour les Barcelonais aisés. Ils furent les pionniers du tourisme Cerdan, car la Catalogne, ce n'est pas que le bord de mer (Costa Brava) ni la campagne (Empordà et Garrotxa), mais aussi la montagne (Cerdanya), objet de cet article.

Alp---Senyera.JPG

La statue de l'alpi et la Senyera qui flotte. 

 

 

7---Lago.jpg

La légende du Lac.

 

Dans la ville, on trouve un superbe plan d’eau de forme hexagonale. La fête centenaire du Lac de Puigcerdà rappelle la légende de la vielle dame du lac, une nonagénaire qui vivait dans la rue des Ferrers. Vêtue d'un jupon et d'une capuche, elle incarnait les vertus de la femme cerdane typique. Amoureuse de sa terre, du lac et de la vieille ville, elle parcourait les rues et s'intéressait aux voisins. On raconte qu'après avoir partagé une journée de joie, elle est partie en bateau vers un palais fantastique au fond de l'eau où l'attendaient les fées du lac du Lanos. Une autre version raconte que la petite vieille vivait dans une maison engloutie au milieu du lac. Elle reviendrait chaque année en août pour visiter son ancienne demeure. (Je me suis souvent promené autour de "l'estany" mais je ne l'ai jamais vue…

 

Le célèbre écrivain Carlos Ruiz Zafon, a puisé son inspiration dans l’univers de Puigcerdà. Grâce à lui, Puigcerdà, ses cieux si bleus et ses eaux glacées sont entrés dans le patrimoine littéraire mondial ! Les touristes de l’époque ont laissé la place à un tourisme plus axé vers les joies de la neige et des sports d'hiver (bien que personnellement je préfère Puigcerdà, le Puigmal et ses 2900 m. et la Cerdagne en été car on s'y amuse et on y mange aussi très bien).

 

Amateurs de cuisine Catalane, vous gouterez à Puigcerdà un authentique et classique "Trinxat" Cerdan, c'est un plat à base de pommes de terre, de lard maigre et de chou qui doit être cueilli quand il a été "touché par le froid". C'est unique... et calorique.

Trinxat-de-col-i-patatas.jpg

 

Avant de quitter Puigcerdà, passez au marché du samedi matin et remplissez votre cabas de poires de Cerdagne, de navets de TALLTENDRE, de pommes de terre Catalanes (trumfes), de miel de montagne, et de fromage de chèvre de LLES DE CERDANYA. Monsieur Jordi TABOADA, roi de la charcuterie Cerdane, vous porposera le meilleur boudin blanc (butifarra), le meilleur fouet (fuet Català) et le meilleur pâté de foie (pa de fetges) de ce coté-là des Pyrénées.

 

Puigcerda-Mercat.jpg

 

Puigcerdà est trop souvent réduite à sa vie nocturne et ses magasins de meubles et c'est dommage.

Puig---Carrer.JPG

De Puigcerdà, nous retiendrons ce toponyme latin : "Podium Ceretani", qui signifie "mont des Cérétans", c’est-à-dire des anciens habitants de Ceretanya devenue Cerdanya, partie intégrante de la Catalogne. A une encâblure de Bourg-Madame (66), tout près d'Andorre et touchant Llivià, ce serait dommage de rater Puigcerda si vous prochaine vacances vous amènent dans les Pyrénées-Orientales ou sur la Costa Brava...

Puig---Forn.JPG 

Visca Catalunya per sempre !

 

senyera

Repost 0
Published by Solexine - dans Catalunya
commenter cet article
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 00:00

Eva-Joly.jpg

La galanterie française est en déclin, tout comme l'esprit chevaleresque et même, on va le voir ici, la plus élémentaire politesse entre femmes !

 

Je suis atterré ! Je suis difficile à choquer mais je trouve extrêmement inconvenant les mots de madame Eva Joly à l'encontre de madame Corinne Lepage.

 

Il me semblait que ces deux personnes militaient chacune à leur façon en faveur de l'écologie. D'ailleurs, à mon sens, l'écologie n'est ni de droite ni de gauche, mais tout simplement une manifestation du bons sens et du respect de ce que nous allons laisser à nos enfants.

 

Hélas, l'écologie semble s'être laissée gagner par les petites phrases et autres invectives, ce qui est bien dommage.

 

Madame Lepage avait cru bon de dire, en parlant de madame Joly, que cette dernière "ne donnait pas une très bonne image de l'écologie". C'était déjà un peu subjectif, car si je n'aime pas beaucoup l'ex-magistrate de choc à lunettes rouges, c'est plus à cause des bêtises qu'elle a tendance à sortir et qui provoquent un tollé que pour l'image qu'elle donne à l'écologie.

 

La critique me paraissait ici un peu déplacée. Là où on atteint des sommets, c'est lorsque interrogée par Canal Plus, madame Joly a répondu par "je l'emmerde" à madame Lepage.

 

Cette réplique a été lancée dans une émission matinale intitulée "Carnet présidentiel" et ne devrait pas tarder à passer dans tous les zappings… Récidive de madame Joly, interrogée sur le fait que madame Lepage lui reprochait de "déserter la promesse écologique", interrogée sur sa réponse,  madame Joly a répliqué par un superbe "Je l'emmerde".

 

 Invitée en direct sur Canal, madame Lepage, a eu l'intelligence de réagir en déclarant que c'était très "élégant" et qu'elle ne commentait pas les grossièretés".

 

On ne peut que déplorer que cette campagne présidentielle commence dans l'invective, les insultes et la grossièreté.

 

Gageons qu'on est encore loin d'avoir tout entendu et que cette campagne 2012 va être assez… trash ! Mesdames, messieurs, de tous bords, ce n'est pas cela que le peuple français attend de vous !

Repost 0
Published by Solexine - dans Société
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de solexine
  • Le blog de solexine
  • : Il y a un peu de tout, notamment des avis sur tout mais surtout des avis !
  • Contact

Viscà Catalunya lliure

Recherche

Articles Récents

  • Jeux Olympiques d'Athènes, 12 ans après...
    Dix ans après que la Grèce ait organisé le plus grandiose des spectacles sportifs du monde, beaucoup de ses sites olympiques ont été abandonnés. Quelques autres sont encore utilisés occasionnellement pour des évènements non-sportifs comme des conférences...
  • Les dangers de la pokemonite. Go !
    Petit billet sur la nouvelle occupation dont la terre entière s’est entichée, la dernière imbécillité mise à la mode, j'ose même dire la dernière co…rie mise à disposition de notre belle jeunesse pour qu’elle s’ennuie un peu moins, ne ressente pas la...
  • Sérieux, j'en ai marre de ces listes !
    Cet horrible attentat a fait à la date de rédaction du présent article 84 morts et 303 blessés. 121 sont toujours hospitalisés. David Bonnet, 44 ans, pisciculteur. Originaire de Nérondes (18), fils du premier adjoint au maire, David s'était installé dans...
  • Orlando, Floride, USA. Qui étaient-ils ?
    Qui étaient ces 49 personnes massacrées par Omar Mateen ? (liste incomplète). Edward Sotomayor Jr, 34 ans. C'était un homme énergique. Il portait souvent un chapeau haut-de-forme sur les croisières qu'il organisait avec son cousin. Son cousin a déclaré...
  • Une famille pour le moins originale...
    Actualité déprimante, inondations, grèves, pénurie, faits divers sordides... pour changer un peu, je vais vous publier un article un peu plus... souriant ! L'ours Stephan fait partie de la famille de Svetlana et Yuri Panteleenko, un couple russe, depuis...
  • Aux States, on voit des choses étranges dans les magasins.
    Aller faire ses courses est parfois une véritable corvée. Toutefois, si on tombe sur ce genre de phénomène, dans les allées ou à la caisse... on peut penser à un prénomène paranormal... En ce cas, la corvée se transforme presque en spectacle. Voilà 20...
  • Nouvelle série sur les tatouages ratés...
    Bien souvent, des adeptes du tatouage semblent oublier qu'un tatouage, c'est à vie, voire plus si affinités. Voici donc une nouvelle série sur les pires tatouages : 1 – Je suis totalement contre le tatouage du visage ! Si ce gars voulait de beaux sourcils,...

Pages

Catégories